Moussa Yahya (Frères musulmans)

  • Egypte : Des dirigeants des Frères musulmans condamnés à mort

    Imprimer

    Mardi 28 juin 2022, un tribunal égyptien a prononcé des condamnations à mort contre des dirigeants des Frères musulmans après les avoir reconnus coupables d'avoir formé des groupes armés pour mener des opérations hostiles contre le personnel, les officiers et les installations de la police.

    Le site "Cairo 24" a indiqué que le tribunal a rendu une décision d'exécution du chef des Frères musulmans, Yahya Moussa, et de 9 autres personnes sur 215 sur la base de ces accusations.

    Elle a souligné que l'ordonnance de renvoi du ministère public accusait les accusés, pendant la période du 14 août 2013 au 2 février 2015, dans les gouvernorats du Caire et de Gizeh, d'avoir dirigé un groupe qui avait été fondé en violation des dispositions du loi, dans le d'appeler à la suspension des dispositions de la constitution et des lois, d'empêcher les institutions de l'État et les autorités publiques de mener à bien leur travail, d'attaquer la liberté personnelle des citoyens, les libertés et les droits publics, qui sont garantis par la constitution et la loi, et d'avoir nui à l'unité nationale et à la paix sociale.

    Les autorités chargées de l'enquête ont assigné les accusés pour avoir commis des crimes de meurtre avec préméditation associés au crime de meurtre et de tentative de meurtre d'autrui, de policiers et de citoyens, d'attroupements, de sabotages, d'usage de la force, de violence et de menaces des agents publics pour les amener à s'abstenir d'exercer leurs fonctions, fondant un groupement contraire aux dispositions de la loi et fournissant au groupement des munitions d'armes et des explosifs.

    Plus tôt, la quatrième Chambre de la Cour pénale suprême de sûreté de l'État d'urgence, dans le complexe des tribunaux de Tora, a rendu une décision contre 5 accusés, dont 4 emprisonnés dans la cellule des Brigades Al-Furqan, qui a été créée à la commission de l'attentat terroriste Hisham Ashmawi.

    Le tribunal a condamné Abdullah Amer à la réclusion à perpétuité, Mohamed Ahmed Mustafa à 10 ans, Mohamed Mahmoud Mamdouh à 10 ans, Ahmed Mohamed Tawfiq à 5 ans et Mohamed Ahmed Azab à 15 ans.