Monts Al-Maghila

  • Tunisie : Cinq jihadistes tués près de la frontière algérienne

    Imprimer

    Cinq jihadistes ont été tués, lundi 17 mai 2021, dans une opération des forces tunisiennes dans le mont Chaambi, l'un des principaux maquis jihadistes du pays, frontalier de l'Algérie, a indiqué le ministère tunisien de l'Intérieur.

    "Sur la base de renseignements techniques détaillés", les forces du ministère de l'Intérieur et des unités militaires terrestres et aériennes ont "éliminé cinq éléments terroristes," a indiqué le ministère dans un communiqué. "L'opération lancée à l'aube lundi" est "toujours en cours", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la Garde nationale, Houssemeddine Jebabli, précisant que la nationalité de ces cinq hommes et leur affiliation à un groupe étaient en train d'être vérifiées. Selon des informations préliminaires, il s'agirait d'un Algérien et de 4 Tunisiens

    Après la révolution de 2011, la Tunisie a été confrontée à un essor de la mouvance jihadiste, en particulier dans les régions frontalières de l'Algérie et de la Libye. L'armée tunisienne pourchasse depuis 2012 des groupes armés dans les massifs montagneux du centre-ouest du pays, dont des éléments de la phalange Okba Ibn Nafaa, une branche locale d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, et de Jund al-Khilafa, un groupe affilié à l'organisation Etat islamique.

    C'est au mont Chaambi qu'a eu lieu en 2014 le pire attentat contre l'armée (15 soldats tués), point de départ d'une série noire d'attentats meurtriers. 

    La situation sécuritaire s'est largement améliorée ces dernières années, mais des attaques récurrentes continuent de cibler les forces de sécurité, et l'état d'urgence est toujours en vigueur depuis une série d'attentats meurtriers en 2015.

    Le mois dernier, trois jihadistes présumés, dont une femme qui a déclenché une ceinture d'explosifs, ont été tués dans des opérations des forces de sécurité dans un massif montagneux voisin, le mont Mghila. Début février, quatre militaires tunisiens avaient péri dans l'explosion d'une mine lors d'une opération de ratissage dans la même zone.

  • Tunisie : Un homme tué par l'explosion d'une mine à Kasserine

    Imprimer

    Un homme a été tué, jeudi 15 avril, par l'explosion d'une mine dans la région montagneuse du gouvernorat de Kasserine, à l'ouest du pays.

    L'homme, âgé de 31 ans, de la région de "Dawar Al-Masabih" de la ville de Sbiba, dans le gouvernorat de Kasserine, est décédé dans l'explosion d'une mine au Mont Mghila (ouest). .

    Des témoins oculaires ont déclaré que la victime, père de 5 enfants, se trouvait près de la zone militaire fermée de Kasserine, pour cueillir du "romarin", destiné à la vente.

    Aucun détail n'a été communiqué sur la partie responsable de l’implantation de mines explosives dans la région, cependant, des estimations pointent du doigt les groupes terroristes islamistes d'être à l’origine de cet acte.

    Au cours des dernières années, des militaires et des civils ont été pris pour cible à plusieurs reprises, sur les hauteurs tunisiennes situées à l’ouest, où se retranchent les éléments terroristes pour se prémunir contre les frappes des forces sécuritaires.

    Lien permanent Catégories : Kasserine, Monts Al-Maghila, TUNISIE 0 commentaire
  • Tunisie : Trois terroristes éliminés à l’ouest du pays

    Imprimer

    EyBkMHpXEAEF1HU.jpegLors d’une opération menée, jeudi 1er avril, par les forces spéciales de la Garde nationale et de la police en coordination avec des unités de l’armée nationale, l'élément terroriste «Hamdi Dhouib» (photo) affilié à l'organisation terroriste «Jund al-Khilafah» (JAK-T) a été éliminé, à Mont Mghila, situé, entre le gouvernorat de Kasserine et celui de Sidi Bouzid, à l’ouest de la Tunisie.

    Les forces de sécurité ont récupéré son fusil Steyr AUG au cours de cette même opération, a indiqué un communiqué du ministère tunisien de l’Intérieur.

    Cet élément, impliqué dans plusieurs opérations terroristes, est considéré comme l'un des principaux membres de l'organisation «Jund al-Khilafah» affiliée à Daech.
    Hp5MSTqa.jpeg

    Par ailleurs, des unités de la Garde nationale de la région de Kasserine, plus précisément à Djebel Selloum, ont procédé ce jeudi, dans le cadre d’une opération sécuritaire préventive, à la traque d’un groupe terroriste.

    Les unités sécuritaires ont éliminé un élément terroriste accompagné de sa femme (de nationalité philippine, portant un niqab.

    Cette dernière s’est fait exploser en actionnant sa ceinture explosive pour ne pas être capturée vivante,  ce qui a entraîné sa mort ainsi que celle de sa petite fille, qu’elle portait dans ses bras, tandis que sa seconde fille, âgée de trois ans, a pu survivre à l’attaque.

    Les incidents liés au terrorisme islamiste sont concentrés dans les montagnes, en particulier les hauts plateaux de l'ouest, devenus un repaire où les groupes terroristes se sont fortifiés.
    EyBiioUWYAAmND5.jpeg

  • Tunisie : Quatre militaires tués par l'explosion d'une mine sur le mont Mghila

    Imprimer

    Quatre militaires tunisiens ont été tués par l'explosion d'une mine mercredi 3 février 2021 dans une zone montagneuse du centre de la Tunisie lors d'une opération antiterroriste, a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de la Défense, Mohamed Zekri.

    "Les quatre militaires, qui faisaient partie d'une unité militaire chargée de mener une opération de ratissage au Mont Mghila pour la recherche d'islamistes armés, ont été victimes de l'explosion d'une mine artisanale", a-t-il précisé.

    Cette mission "entre dans le cadre des opérations antiterroristes menées régulièrement par les forces militaires dans cette région", a ajouté M. Zekri.

    Mont Mghila
    Le mont Mghila est situé dans les massifs montagneux frontaliers de l'Algérie, considérés comme la principale base arrière des maquis jihadistes dans cette zone. L'armée y pourchasse depuis 2012 des groupes armés. Ils abritent notamment des éléments de la phalange Okba Ibn Nafaa, une branche locale d'el-Qaëda au Maghreb islamique. Ce groupe a notamment mené en 2014 l'attaque du mont Chaambi, pire attentat contre l'armée (15 soldats tués) et point de départ d'une série noire d'attentats meurtriers.

    Après la révolution de 2011, la Tunisie a été confrontée à un essor de la mouvance jihadiste, en particulier dans les régions frontalières de l'Algérie et de la Libye. La situation sécuritaire s'est largement améliorée ces dernières années, mais des attaques récurrentes continuent à cibler les forces de sécurité.

  • Tunisie: 4 terroristes islamistes neutralisés - Plusieurs autres blessés

    Imprimer

    Le ministre tunisien de la Défense, Brahim Al-Bartaji, a annoncé l'élimination de 4 éléments terroristes de premier plan lors d'opérations conjointes, infligeant des blessures à d'autres, en plus de saisir des quantités d'armes, de munitions et de matériel.

    Lors d'une audition devant la commission parlementaire chargée de l'organisation de la gestion et des affaires des forces armées au Parlement, il a révélé qu '"une cellule de soutien au terrorisme avait été arrêtée au cours du mois de novembre. Elle fournissait aux éléments terroristes stationnés dans les montagnes d'Al-Maghila des fournitures et du matériel utilisés pour préparer des engins explosifs improvisés en échange d'argent". Il a rappelé que la situation exigeait de rester vigilant.