Monastir

  • Tunisie : Poursuite de troubles nocturnes dans plusieurs villes

    Imprimer

    Des heurts ont éclaté pour la quatrième nuit consécutive dans plusieurs villes de Tunisie, où des manifestants ont pris pour cible la police mobilisée pour faire respecter le couvre-feu lié à la pandémie de coronavirus et qui a répliqué avec des gaz lacrymogènes.
     
    A Tunis, quelques centaines de manifestants ont jeté des pierres et quelques cocktails Molotov sur des policiers déployés en force, notamment dans plusieurs quartiers populaires dont la vaste cité d'Ettadhamen située en périphérie de la capitale. Les forces de l'ordre ont tiré d'importantes quantités de gaz lacrymogènes. A Sfax, deuxième plus grande ville du pays, des protestataires ont incendié des pneus et coupé des routes, a constaté un correspondant de l'AFP. Des heurts ont également eu lieu à Gafsa, où les habitants protestaient contre la destruction par les autorités d'un point de vente informel, a indiqué un autre correspondant. Des échauffourées ont également éclaté au Kef, à Bizerte (nord) et Kasserine (centre-ouest), à Sousse et Monastir (centre-est), selon des médias locaux.
     
    Le ministère de l'Intérieur, qui avait annoncé lundi plus de 600 arrestations, n'était pas en mesure à ce stade de détailler les arrestations et dégâts survenus dans la nuit de lundi à mardi.
     
    Ces heurts ont éclaté au lendemain du dixième anniversaire de la révolution qui a chassé du pouvoir Zine el Abidine Ben Ali et son régime policier, alors que la pandémie de coronavirus a exacerbé une profonde crise sociale en Tunisie. La Tunisie a connu un confinement général de quatre jours qui s'est achevé dimanche pour tenter d'endiguer une flambée de cas de Covid-19. Un couvre-feu à 20 heures est en vigueur depuis octobre.

  • Tunisie : Alerte sécuritaire à Monastir

    Imprimer

    Un chauffeur de camion ignorant le poste de contrôle à l'entrée de Monastir, a tente sans succès d'écraser le personnel de sécurité avant de s'enfuir La plaque d'immatriculation appartiendrait à une personne soupçonnée d'"implication dans des affaires terroristes".

    Lien permanent Catégories : Monastir, TUNISIE 0 commentaire
  • Tunisie : Arrestation d’un individu suspecté de planifier un acte terroriste

    Imprimer

    Les autorités tunisiennes ont annoncé, mardi, l’arrestation d’un individu suspecté de planifier un acte terroriste dans la capitale Tunis.

    Le substitut du procureur de la République près le tribunal de première instance de Tunis, Mohsen Dali, a indiqué qu’un individu suspecté de planifier un acte terroriste avait été arrêté, mardi, sur l’Avenue Habib Bourguiba dans la capitale Tunis.

    Le suspect a été arrêté suite à des informations qui sont parvenues sur son intention de mener une opération terroriste dans la capitale Tunis, a ajouté Dali.

    L’unité de recherche de crimes terroristes, a entamé une enquête sur les circonstances de l’opération terroriste que l'individu projetait de commettre.

    Le responsable judiciaire n’a pas donné de détails sur l’individu arrêté, ni sur la partie à laquelle il est présumé appartenir, ou sur la nature de l’acte terroriste.

    Dans un développement similaire, le ministère tunisien de l’intérieur a fait état de l’arrestation d’un individu, condamné à six ans de prison pour appartenance à une organisation terroriste (qu’il n’a pas mentionnée).

    « Les forces de la sureté nationale de la ville de Moknine, relevant du gouvernorat de Monastir, situé à l’est de la Tunisie, ont réussi à arrêter un élément terroriste âgé de (22 ans), condamné à six ans de prison », indique le ministère dans son communiqué.

    « Le parquet a décidé d’arrêter cet homme et de prendre les mesures judiciaires à son encontre », lit-on dans le texte du communiqué.

    Depuis mai 2011, la Tunisie a été le théâtre d’actes terroristes, qui se sont intensifiés depuis 2013, et ont causé la mort de dizaines de sécuritaires, de militaires et de touristes étrangers, selon les autorités du pays. L’organisation terroriste « Daech » est impliquée dans certains de ses actes.

  • La Tunisie découvre un réseau international qui faisait passer clandestinement des djihadistes de Daech en Europe

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    Le ministère tunisien de l’Intérieur a mis au jour un réseau international qui fait passer clandestinement des djihadistes d’Irak et de Turquie vers l’Europe en utilisant de faux passeports étrangers.
    Il a annoncé l’arrestation de quatre Irakiens et d’un Tunisien membres du réseau terroriste. Il a également indiqué qu’il est à la recherche de deux autres éléments actifs au sein du même réseau.
    Selon les données officielles du gouvernement, environ 3 000 Tunisiens ont rejoint les organisations terroristes dans les foyers de tension, en Syrie, en Libye et en Irak, et 800 d’entre eux sont retournés en Tunisie.
    Les autorités tunisiennes affirment que des éléments terroristes actifs à l’étranger s’efforcent de rentrer illégalement dans le pays après la défaite de l’Etat islamique dans les zones de conflit. Elles ont souligné que ces éléments tentaient d’éviter les poursuites judiciaires en agissant sous couvert.
    La découverte du réseau a ravivé les craintes tunisiennes que plus de 4.500 passeports tunisiens sans nom, qui avaient été volés en juillet 2017 au siège du consulat de Lyon en France, soient désormais entre les mains de réseaux criminels.
    La Tunisie craint également que certains de ces passeports aient pu être remis à des éléments terroristes.
    Entre-temps, le ministre de l’Intérieur Hichem Fourati a annoncé, lors d’une visite à Monastir, vendredi 3 juillet 2018, que les autorités souhaitaient apporter un soutien accru aux unités de sécurité déployées dans les zones frontalières, y compris en équipements tels que des véhicules blindés, afin d’empêcher l’infiltration de terroristes dans le pays.
    Il a déclaré que le ministère de l’Intérieur allait notamment soutenir les unités de sécurité sdans toutes les zones touristiques, les efforts se concentrant sur le succès de la saison touristique en cours.
    Dans ce contexte, l’Unité nationale d’enquête sur le terrorisme et le crime organisé a arrêté vendredi soir deux éléments terroristes tunisiens.
    Ils ont été reconnus coupables d’avoir communiqué avec un terroriste tunisien résidant en Allemagne qui avait été arrêté alors qu’il préparait une attaque chimique.