Mohamed Ali

  • Egypte : Le président Sissi face à la colère de la population

    Imprimer

    Malgré la mobilisation populaire généralisée qui a caractérisé de nombreuses villes et régions égyptiennes depuis le 20 septembre, le Caire pourrait bientôt promulguer de nouvelles réglementations relatives à la taxe sur la valeur ajoutée et aux prix des carburants, risquant d'alimenter davantage le mécontentement de la population.

    La nouvelle a été rapportée, le 2 octobre, par le quotidien al-Araby al-Jadeed , qui a rapporté que la Chambre des représentants étudie un projet de loi, qui sera présenté au gouvernement au cours des prochaines sessions, concernant l'amendement de la loi sur la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) no. 67 de 2016. L'objectif est de taxer un plus grand nombre de biens et services, auparavant inclus dans la clause d'exonération, dans le but ultime d'augmenter les recettes fiscales, compte tenu des répercussions de la pandémie de coronavirus sur divers secteurs de l'économie égyptienne , y compris le commerce et le tourisme.

    En parallèle, des sources ont révélé à Al-Araby Al-Jadeed que le gouvernement pourrait décider de stabiliser les prix des carburants pour une période de trois mois, au lieu de les baisser du fait de la baisse des prix du pétrole. À cet égard, des sources parlementaires ont indiqué que cela pourrait avoir lieu à partir du 10 octobre prochain, date fixée par la commission chargée de fixer les prix du carburant sur la base du prix moyen mondial du pétrole brut Brent et du taux de change de la livre égyptienne par rapport au dollar. . Selon des sources, la stabilisation du prix de l'essence vise à réaliser de plus grandes économies financières, après que le poste subventions aux carburants du budget de l'État ait enregistré une baisse de 53 milliards de livres égyptiennes à 31,5 milliards €. selon al-Araby al-Jadeed,

    Les amendements à la loi sur la TVA concernent les produits de boulangerie, à l'exception du pain, qui pourrait être soumis à une taxe de 14%, au lieu des 5% précédemment prévus. Les autres biens inclus dans le changement proposé comprennent également les savons et les détergents ménagers, dont le coût de production peut augmenter, entraînant à son tour une augmentation du prix de détail. En outre, les clauses concernant l'exonération de la TVA pour le coût de la location d'immeubles non résidentiels ont été supprimées dans les amendements. Cela signifie que tous les magasins commerciaux, hôtels et autres lieux non résidentiels seront soumis à la taxe sur la valeur ajoutée et à d'autres taxes, totalisant 19%.

    Le ministre égyptien des Finances, Mohamed Maait, a déclaré au Parlement que les amendements à la loi sur la TVA visent à soutenir l'économie égyptienne et à améliorer l'ensemble du cadre financier, compte tenu de la baisse drastique des recettes fiscales suite à la pandémie de coronavirus. La TVA, a souligné Maait, contribue à 75% des recettes au budget général de l'État.

    Selon certains analystes, le gouvernement, à travers ces mesures risque d'aggraver davantage les conditions économiques et de vie de la population égyptienne, alimentant davantage sa colère. Des mouvements de protestation sont toujours présents dans différents gouvernorats, du Caire à Gizeh en passant par Louxor, où des citoyens sont descendus dans la rue pour réclamer la démission d'al-Sissi, responsable de la détérioration continue des conditions de vie ainsi que des politiques visant à lutter contre les activités illégales. construction, mais qui a forcé des centaines d'Égyptiens à quitter leurs maisons. Les manifestations étaient principalement concentrées dans les banlieues, les villages et les zones résidentielles, les zones les plus touchées par les démolitions et les «violations».

    L'entrepreneur Mohamed Ali, le même qui avait déjà accusé en 2019 le président al-Sissi, ainsi que certains commandants de l'armée, de corruption et de gaspillage de l'argent public, encourage la population à descendre dans la rue. Vendredi 2 octobre également, Ali a exhorté la population égyptienne à descendre dans la rue pour exprimer sa colère.