Mogadiscio

  • Somalie : Un attentat suicide dans un restaurant fait 7 morts à Mogadiscio

    Imprimer

    Au moins sept personnes en Somalie ont été tuées et plusieurs autres blessées lors d'un attentat-suicide visant un restaurant très fréquenté de Mogadisciovendredi soir, a déclaré un responsable de la police.

    L'attaque a eu lieu près de l'aéroport de Mogadiscio dans un restaurant populaire fréquemment visité par les membres du gouvernement et les responsables de la sécurité.

    Abdifatah Hassan, un officier de police de Mogadiscio, a confirmé que l'attaque avait tué au moins sept personnes.

    Selon des sources médicales, au moins 10 personnes ont également été blessées lors de l'attaque et ont été transportées à l'hôpital pour y être soignées.

    Ismail Mukhtar Oronjo, un porte-parole du gouvernement somalien, a déclaré qu'il s'agissait d'un attentat suicide. Le kamikaze s'est fait exploser à l'intérieur du restaurant.

    L'attentat a été revendiqué par le groupe terroriste islamiste al-Shabaab, affilié à Al-Qaïda, d'être responsable de l'attaque.

    En56-c0W4AEX3KN.jpeg

    Parmi les victimes décédées, on trouve Bishar Abdulkadir Elmi [Sufi Yare] (photo de gauche), chef de liaison de l'immigration à l'ambassade de Somalie à Addis-Abeba, en Ethiopie. Egalement, Abdirizak UK (photo de droite) un officier travaillant pour le groupe Shabeel, une société de sécurité privée basée en Somalie.

    Sufi Yare.jpeg

    Abdirizak Uk.jpeg

    Deux autres victimes : 

    En2auItXcAYWsac.jpeg

    En2auItXMAIX272.jpeg

     

     

     

     

    Lien permanent Catégories : al-Shebab, Mogadiscio, Shebab, SOMALIE 0 commentaire
  • Somalie : Cinq policiers tués lors d’une explosion près de Mogadiscio et 7 membres d'une même famille tués dans le sud-ouest

    Imprimer

    La police somalienne a annoncé, mercredi 26 novembre, que 5 agents de police ont été tués tandis que d’autres ont été blessés lors de l’explosion d’une bombe ciblant leur véhicule près de la capitale Mogadiscio.

    L’explosion d'une bombe posée en bord de route est survenue près du village d’Elasha Biyaha à 16 km au sud-ouest de Mogadiscio. Elle visait les policiers sur le chemin amenant au village d’Elasha Biyaha.

    Le mouvement jihadiste Al-Shebab est soupçonné d'être responsable de l’attentat.

    Les routes menant de Mogadiscio à Afgooye ont été bloquées pour poursuivre les assaillants.

    7 membres d'une même familles tués dans une attaque d'Al Shabab
    Sept membres d'une même famille ont été tuées suite à une attaque perpétrée par le mouvement islamiste Al-Shabab, à Wajed, au sud-ouest du pays.

    S'exprimant aux médias locaux, Taher Ahmed Ali, responsable sécuritaire de la ville de Wajed, dans la province de Bakool (sud-ouest), a déclaré que des hommes armés du mouvement Al-Shabab ont visé la maison d'un soldat de l'armée somalienne, tard dans la nuit.

    "Le soldat somalien se trouvait avec sa famille à la maison au moment de l'attaque. Elle a été criblée de balles", a-t-il dit.

    D'après la même source, les victimes ont été toutes tuées dont, le soldat et 6 membres de sa famille, qui parmi lesquels, trois enfants de moins de cinq ans.
    Les autorités de sécurité de la ville ont lancé une opération de ratissage pour traquer les auteurs de l'attaque.

    La Somalie mène, depuis des années, une guerre contre le mouvement islamiste Al Shabab, formé en 2004, affilié à Al Qaida.

    Les opérations sécuritaires se sont multipliées ces derniers temps, dans une tentative du gouvernement de chasser les miliciens des villages et des villes du sud du pays.

  • Somalie : Une explosion dans un restaurant près de l'académie de police à Mogadiscio - au moins cinq morts

    Imprimer

    cinq personnes ont été tuées et dix autres blessées, mardi 17 novembre à Mogadiscio, la capitale somalienne, après qu'un kamikaze se soit fait exploser dans un restaurant près de l'académie de police du général Qahiye, a déclaré un porte-parole de la police et un témoin. On ne sait pas encore qui est responsable de l'attaque.

    "Une explosion s'est produite dans un restaurant près de l'école Policio (académie de police), nous donnerons les détails plus tard", a déclaré le porte-parole de la police Sadik Ali à Reuters dans un message sur WhatsApp.

    "La mort de cinq personnes, dont deux policiers, a été confirmée et plus de dix ont été blessées", a déclaré à l'AFP Mohamed Abdirahman, officier de police présent sur place. Il a précisé que parmi les blessés emmenés à l'hôpital, plusieurs étaient "gravement touchés".

    Selon un témoin de l'explosion, Abdukadir Hussein, plusieurs dizaines de clients se trouvaient dans le restaurant quand l'homme s'est fait exploser. "Beaucoup de gens à l'intérieur étaient blessés et j'ai personnellement vu les corps de deux peronnes", a-t-il dit, décrivant une situation de chaos dans le secteur où s'est produit l'explosion "qui a tout détruit".

    Cet attaque n'a pas été immédiatemment revendiquée, mais les Shebab, groupe jihadiste somalien lié à Al-Qaïda, mène régulièrement des attentats contre des objectifs gouvernementaux et des civils à Mogadiscio. Les Shebab ont contrôlé la capitale somalienne avant d'en être évincés en 2011 par les troupes de l'Union africaine.

    Lien permanent Catégories : Mogadiscio, SOMALIE 0 commentaire
  • Somalie : Un ministre survit à une tentative d'assassinat au centre de Mogadiscio

    Imprimer

    Un ministre somalien a survécu à une tentative d'assassinat. Une explosion a pris sa voiture pour cible dans le centre de Mogadiscio.

    Une source au ministère somalien du Travail et des Affaires sociales a déclaré que le ministre "Daran Ahmed Farah" avait survécu à la tentative d'assassinat.

    La source a expliqué à l'Agence de presse officielle somalienne "qu'une bombe a été placée en bord de rue et a visé une voiture qui transportait le ministre au moment où elle passait à l'intersection numéro 4".

    Elle a ajouté que l'explosion a blessé deux personnes qui accompagnaient le ministre notant qu'elles ont été transportées à l'hôpital.

    La source n'a pas précisé la nature des blessures.

    Pour l'instant, aucune partie n'a revendiqué l'attentat à la bombe, tandis que le Mouvement des Shebabs, qui revendique souvent de tels attentats, est pointé du doigt.

  • Somalie : Des centaines de manifestants contre les propos du président français

    Imprimer

    Des centaines de personnes ont manifesté mercredi 28 octobre dans les rues de Mogadiscio et d'autres villes somaliennes pour protester contre les propos du président français Emmanuel Macron sur les caricatures du prophète Mahomet.

    M. Macron est la cible de manifestations dans plusieurs pays après avoir défendu la liberté de caricaturer, lors d'un hommage national à l'enseignant français Samuel Paty, décapité par un islamiste le 16 octobre pour avoir montré en classe des caricatures du prophète Mahomet.

    A Mogadiscio, les manifestants ont temporairement bloqué le trafic sur des axes majeurs de la ville, scandant des slogans anti-Français et brûlant le drapeau français ainsi que des portraits de M. Macron. "D'habitude, je ne sors pas pour prendre part aux manifestations mais aujourd'hui je me ferais honte si je ne montrais pas mes sentiments envers Macron, cet infidèle qui a soutenu l'insulte contre notre prophète Mahomet", a déclaré l'un des manifestants.

    Un autre participant, estime que "le président français a provoqué les communautés musulmanes" et appelé ses coreligionnaires à montrer "leur colère contre la France". "Nous allons continuer à manifester et nous appelons le gouvernement somalien à rompre ses relations avec la France tant que Macron est président", a également dit cet homme d'une quarantaine d'années.

    Le plus important de ces rassemblements, à Holwada, un quartier de la capitale, comptait "des centaines" de manifestants, selon Abdirahman Mohamed, un responsable de la police travaillant dans cette zone. Ces manifestations "étaient jusqu'ici pacifiques mais parce qu'elles appellent le gouvernement à réagir, elles pourraient également mal tourner et devenir violentes pour faire pression sur la réaction du gouvernement", a-t-il déclaré.

    Des manifestations similaires ont été signalées mercredi ailleurs dans le pays, notamment à Wanlamweyn, à l'ouest de la capitale et à Adado (centre). La veille, une manifestation avait eu lieu au Somaliland, république autoproclamée qui a fait sécession de la Somalie en 1991, ont indiqué des sources policières, selon lesquelles des commerçants ont appelé au boycott de produits français - bien que ceux-ci ne soient pas disponibles sur place.

    Des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté mardi à travers le monde musulman, réagissant avec colère aux propos de M. Macron, notamment au Bangladesh, en Syrie, dans la bande de Gaza ou en Libye. Dans plusieurs pays du Golfe, des marchandises françaises ont été retirées des étals.

  • Somalie : l'Etat islamique revendique sa première attaque à Mogadiscio

    Imprimer

    L'Etat islamique a revendiqué une attaque qui a blessé trois soldats au niveau du carrefour Hosh à Mogadiscio, suscitant l'inquiétude des autorités sécuritaires du pays.

    ElPYrPtXIAA2CSi.jpeg

    L'attaque perpétrée dimanche 25 octobre et qui s'est soldée par trois soldats sérieusement blessés et la capture d'un membre du commando islamiste, a été revendiquée par l'Etat islamique par l'intermédiaire de son organe de propagande Amaq. L'attaque pourrait indiquer que l'Etat islamique pourrait chercher à s'implanter sérieusement dans la capitale somalienne.

    Jusqu'ici, la plupart des attaques qui ont ensanglanté Mogadiscio sont le fait des militants islamistes Shabaab, affiliés à al-Qaïda. Les Shabaab sont surtout présents dans les régions rurales au centre et au sud du pays. L'Etat islamique contrôle peu de secteurs et lance surtout ses attaques dans le nord et notamment dans le Puntland.

    Les Shabaab et l'Etat islamique se sont affrontés en 2017, ce qui a eu pour résultat la disparition momentanée de l'Etat Islamique-Somalie, l'obligeant a faire appel à des combattants étrangers pour reconstituer ses troupes. En août 2020, l'Africom (commandement militaire US en Afrique) a entrepris un premier raid contre l'Etat islamique dans la région du Puntland, provoquant la mort de plusieurs djihadistes.

    Les camps d'entraînement de l'Etat islamique-Somalie sont situés dans les monts Golis, au Puntland. Des images ont été diffusées où on voit les militants s'entraîner en présence de djihadistes étrangers. Jusqu'à récemment, les seules attaques menées par l'EI-Somalie ont concerné le port de Bossaso. L'attaque de dimanche est la première à Mogadiscio.

  • Somalie: attaque contre le chef de l'immigration, 2 morts et 3 blessés

    Imprimer

    Mohamed Aden Koofi.jpegAu moins 2 personnes ont été tuées , et 3 autres blessées, par une explosion dans la capitale, Mogadiscio, qui a frappé le chef du service d'immigration et de naturalisation, Mohamed Aden Kofi (photo ci-contre), dans la capitale, Mogadiscio.

    Les gardes de sécurité de Kofi ont été blessés lors de l'attaque, qui a eu lieu près de l'intersection animée KM4. Mohamed Aden Kofi est sorti indemne de l'attentat. 2 personnes présentes sur les lieux ont été tuées par l'explosion.

    Pour le moment, aucun groupe terroriste n'a revendiqué l'attaque, mais l'organisation somalienne al-Shabaab, affiliée à al-Qaida, mène souvent des offensives de ce type, contre des cibles civiles ou militaires. L'objectif du groupe est de semer l'insécurité et de saper le gouvernement central de la Somalie, soutenu par les soldats de la paix des Nations Unies et de l'Union africaine, pour renverser l'État, prendre le pouvoir et imposer sa propre vision de la loi islamique, la charia.

    Les militants jihadistes al-Shabaab ont été expulsés de Mogadiscio en 2011 mais, malgré la présence de l'AMISOM, une armée de l'Union africaine composée d'environ 20 000 hommes, et malgré l'augmentation des les frappes aériennes des États-Unis, les jihadistes se sont révélés incroyablement résistants. Après leur retrait en 1994, les troupes américaines ont repris leurs opérations en Somalie en janvier 2007. Selon les dernières informations divulguées par la Maison Blanche, cependant, l'administration du président Donald Trump prévoit de retirer les soldats américains encore présents en Somalie . Les États-Unis ont 650 à 800 soldats dans le pays, opérant sous le commandement de l'AFRICOM, pour aider le pays à combattre la menace d'al-Shabaab. Le retrait des troupes, selon le site Bloomberg News, devrait permettre à Trump "de tenir l'engagement promis lors de la campagne électorale de ramener chez eux les soldats travaillant à l'étranger". Ceci, malgré le danger posé par les militants islamistes somaliens, liés à al-Qaïda, qui n'est toujours pas maîtrisé.

    Dans le rapport national 2019 sur le terrorisme , publié par le gouvernement américain, l'Afrique de l'Est a été répertoriée comme un refuge sûr pour al-Shabaab, qui exerce un contrôle de facto sur de grandes parties du territoire du centre-sud de la Somalie, où il perçoit également des impôts et a soumis les dirigeants locaux. Selon le rapport de 2019, à partir de ces endroits, les terroristes organisent, planifient et mènent des attaques, agissant sans être dérangés, même au détriment du Kenya voisin. Selon le document, en 2019, les attaques d'al-Shabaab se sont multipliées et se concentrent sur les objectifs liés au gouvernement, essayant de tuer des membres et des dirigeants d'institutions, de saper leur crédibilité et leur efficacité. En février 2017, le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed a déclaré l'état de guerre contre le groupe islamiste.