Mogadiscio

  • Somalie : Une énorme explosion vient de retentir au centre de Mogadiscio, suivie de tirs (information en cours)

    Imprimer

    Lien permanent Catégories : Mogadiscio, Somalie 0 commentaire
  • Somalie : attentat à Mogadiscio, au moins 4 morts

    Imprimer

    Au moins deux policiers et deux civils ont été tués par l'explosion d'une mine dans une rue de Mogadiscio, mercredi 8 juillet. L'attentat visait la voiture d'un officier, tuant les deux personnes à bord. La zone touchée par l'explosion est le district de Hodan, à l'ouest de la ville.
    Trois jours plus tôt, le 5 juillet, deux attentats presque simultanés, perpétrés par l'organisation jihadiste al-Shabaab, avaient secoué le pays, frappant d'abord un restaurant de la ville de Baidoa, dans le sud du pays, tuant au moins 4 civils, puis le port de la capitale, où cinq policiers ont été blessés.
    Les attaques de ce type sont souvent menées par des militants d'al-Shabaab, . Le groupe, fondé en 2006, est une filiale d'Al-Qaïda. L'objectif de sa révolte est de renverser le gouvernement de Mogadiscio, soutenu par l'ONU, pour prendre le pouvoir et imposer sa propre vision de la loi islamique, la charia.
    La capitale somalienne est fréquemment visée par le groupe terroriste. Les militants d'Al-Shabaab ont été chassés de Mogadiscio en 2011 mais, malgré la présence de l'AMISOM, une armée de l'Union africaine d'environ 20 000 hommes, et malgré la multiplication des attaques aériennes par les États-Unis, les djihadistes ont fait preuve d'une incroyable résilience. Après leur retrait de 1994, les troupes américaines sont retournées en Somalie en janvier 2007.
    Le rapport du gouvernement américain sur le terrorisme de 2018, tout comme celui de 2017, cite la Somalie comme un refuge pour le terrorisme en Afrique, au même titre que la région du lac Tchad et la zone transsaharienne. Le rapport indique que les terroristes somaliens utilisent différentes régions du pays pour planifier et exécuter leurs attaques.

     

  • Somalie : Les jihadistes d'al-Shabab revendiquent deux attaques en un jour

    Imprimer

    Une explosion a frappé un restaurant dans la ville de Baidoa, dans le sud du pays, tuant 4 personnes, tandis qu'un kamikaze, à bord d'une voiture piégée, s'est fait exploser près du port de la capitale, Mogadiscio, blessant 5 policiers. Les deux attaques, qui ont eu lieu presque simultanément, ont toutes deux été revendiquées par l'organisation al-Shabaab le dimanche 5 juillet.
    Le restaurant a été attaqué par une bombe télécommandée au moment où les clients étaient attablés pour déjeuner. En plus des 4 morts, plusieurs clients ont été blessés.Peu après, à Mogadiscio, un kamikaze s'est fait exploser près de l'entrée du siège de l'autorité importatrice. L'homme a réussi à traverser le poste de contrôle de sécurité avant que les policiers n'ouvrent le feu sur le véhicule, qui a explosé devant les portes. Le porte-parole du ministère somalien de l'information, Ismail Mukhtar, a déclaré que 5 policiers avaient été blessés.
    Le dernier attentat suicide a eu lieu dans la capitale le 23 juin. A cette occasion, au moins 3 personnes, dont le kamikaze, ont été tuées lors d'une attaque menée près de la plus grande base militaire turque à l'étranger. La base a été construite en 2017. La présence turque dans le pays est fortement contestée par les militants islamistes al-Shabaab. Le groupe mène des attaques contre des cibles civiles et militaires et le but de sa révolte est de chasser les forces étrangères du pays et de renverser le gouvernement de Mogadiscio, soutenu par les Nations unies, pour prendre le pouvoir et imposer sa propre vision de la loi islamique, la charia.
    A cette occasion, au moins 3 personnes, dont le bombardier, ont été tuées lors de l'offensive menée près de la plus grande base militaire d'outre-mer de Turquie, construite en 2017. La présence turque dans le pays est fortement contestée par les militants islamistes d'al-Shabaab. Le groupe est utilisé pour mener des attaques contre des cibles civiles et militaires et le but de sa révolte est de chasser les forces étrangères du pays et de renverser le gouvernement de Mogadiscio, soutenu par les Nations unies, pour prendre le pouvoir et imposer sa propre vision de la loi islamique, la charia.
    Al-Shabaab, qui signifie "les jeunes" en arabe, est une organisation jihadiste somalienne fondée en 2006 et affiliée à Al-Qaïda. Diverses régions du pays, mais surtout la capitale, sont régulièrement touchées par les attaques des militants de l'organisation.Les djihadistes du groupe ont été chassés de Mogadiscio en 2011 mais, malgré la présence de l'AMISOM, une armée de l'Union africaine d'environ 20 000 hommes, et malgré l'augmentation des raids aériens des États-Unis, les djihadistes se sont montrés incroyablement résistants. Après leur retrait en 1994, les troupes américaines sont retournées en Somalie en janvier 2007.
    Le rapport sur le terrorisme publié en 2018 par le gouvernement américain, tout comme le rapport de 2017, cite la Somalie comme un refuge pour le terrorisme en Afrique, tout comme la région du lac Tchad et la zone transsaharienne. Le rapport indique que les terroristes somaliens utilisent différentes régions du pays pour planifier et exécuter des attaques en raison de l'incapacité des forces de sécurité locales à mettre en œuvre des réformes et à adopter des lois pour renforcer la défense de la Somalie. En février 2017, le président Mohamed Abdullahi Mohamed a déclaré l'état de guerre contre le groupe terroriste.

  • Somalie: Les USA annoncent avoir tué quatre islamistes Shebab dans des frappes

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Les Etats-Unis ont tué dimanche quatre « terroristes » lors de frappes menées en Somalie contre les miliciens islamistes shebab, a annoncé l’armée américaine au lendemain d’un attentat qui a fait au moins 79 morts à Mogadiscio.
    « Ces frappes aériennes de précision visaient des miliciens shebab responsables d’actes terroristes contre des citoyens somaliens innocents en coordination avec El-Qaëda », a déclaré dans un communiqué le commandement militaire américain pour l’Afrique (US Africa Command ou AFRICOM).
    « En coordination avec le gouvernement fédéral somalien, l’US Africa Command a effectué le 29 décembre trois frappes aériennes en deux endroits visant des miliciens shebab », indique le communiqué, qui identifie les lieux des frappes comme « Qunyo Barrow » et « Caliyoow Barrow ».
    Samedi, un attentat à la voiture piégée a fait au moins 90 morts et des dizaines de blessés dans un quartier animé de Mogadiscio, la capitale somalienne.
    Au moins 16 des personnes tués étaient des étudiants de la Benadir University, un établissement privé de Mogadiscio. Ils se trouvaient dans un autobus lorsque la voiture piégée a explosé sur un carrefour très fréquenté dans le sud-est de la capitale.
    Renverser le gouvernement
    L’attentat n’a pas été revendiqué immédiatement, mais Mogadiscio est régulièrement frappée par des attentats des shebab qui luttent depuis plus d’une décennie pour tenter de renverser le gouvernement somalien.
    Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab, alliés d’El-Qaëda, ont perdu l’essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d’où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats suicide. On estime qu’ils comptent actuellement entre 5.000 et 9.000 combattants.
    « Depuis les premières attaques des shebab en 2011, ce groupe a tué sans pitié des centaines de personnes », a déclaré le général américain William Gayler, qui dirige les opérations de l’AFRICOM.
    « Ils ont attaqué des partenaires et des alliés africains (des Etats-Unis) et des citoyens américains », a dit le général.
    Depuis 2015, il y a eu en Somalie 13 attentats avec des bilans dépassant les 20 morts, et onze d’entre eux ont eu lieu à Mogadiscio, selon des chiffres rassemblés par l’AFP. Tous ont été commis à la voiture piégée.
    Le plus meurtrier de l’histoire de la Somalie s’est produit en octobre 2017, lorsque l’explosion d’un camion piégé à Mogadiscio a fait 512 morts et 295 blessés.
    Il y a deux semaines, les shebab ont attaqué un hôtel de la capitale fréquenté par des responsables politiques, des officiers et des diplomates, faisant cinq morts.
    Présents en Somalie, les Etats-Unis y ont intensifié depuis avril 2017 leurs frappes aériennes après l’extension par le président Donald Trump des pouvoirs donnés à l’armée américaine pour lancer des opérations antiterroristes, par voie aérienne ou terrestre.
    En avril dernier, le commandement militaire américain pour l’Afrique a annoncé avoir tué 800 personnes en 110 attaques aériennes depuis avril 2017 dans ce pays de la Corne de l’Afrique.

  • Somalie: Au moins 90 morts dans un attentat à Mogadiscio, selon la police

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

     

    Un attentat au véhicule piégé a fait au moins 90 morts samedi à Mogadiscio, a-t-on appris auprès de la police.
    Parmi les morts, on compte 17 policiers, 73 civils somaliens, notamment des étudiants de l’université de Benadir, et quatre étrangers. Trois des étrangers sont de nationalité turque. Il s’agit d’ingénieurs qui avaient participé à la rénovation de la liaison routière entre Mogadiscio et Afgoye.
    L’explosion, qui s’est produite dans un quartier animé de la capitale somalienne, « a été dévastatrice » a déclaré un membre de la police, Ibrahim Mohamed. . L’attentat s’est produit dans un secteur ou le trafic est très dense en raison d’un poste de sécurité et d’un centre des impôts. « Cela a été dévastateur parce qu’il y avait beaucoup de monde, notamment des lycéens dans des bus », a raconté un témoin, Muhibo Ahmed. « Tout ce que j’ai pu voir, ce sont des corps morts éparpillés, certains brûlés au point d’être méconnaissables », a déclaré une autre personne présente.
    L’attentat, qui n’a pas été revendiqué dans l’immédiat, survient dans un contexte marqué par de multiples actions meurtrières des islamistes shebab. Ces insurgés ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 20.000 hommes de la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom). Chassés de Mogadiscio en 2011, ils ont ensuite perdu l’essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d’où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides, y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.

    Ali Özkök@Ozkok_A
     

    - Suicide car bomb attack hits Mogadishu, Somalia

    Vidéo intégrée
    17 personnes parlent à ce sujet