Mlazat

  • Éthiopie : attaques de drones au Tigray, des dizaines de morts

    Imprimer

    Des raids aériens et des frappes de drones ont tué environ 30 personnes dans la région éthiopienne du Tigray. C'est ce qu'a rapporté mardi 21 décembre le chef de la sécurité de la ville d'Alamata, Ekubay Gebremedhin. L'offensive, menée par les troupes gouvernementales, s'est intensifiée ces dernières semaines, conduisant le Front de libération du Tigray (TPLF) à déclarer son retrait des régions d'Amhara et d'Afar et à proposer un cessez-le-feu. 

    Des images diffusées par Tigray TV, contrôlée par les rebelles du TPLF, montraient des images de cadavres et de blessés le long des rues. La cible de l'offensive gouvernementale de mardi était un marché situé dans la ville d'Alamata. « Des drones ont attaqué le marché et tué plus de 30 personnes, tandis que plus de 80 autres étaient blessées. Ce sont des civils qui achetaient ou vendaient des produits », a déclaré Ekubay Gebremedhin, précisant que les attaques avaient commencé la semaine dernière, mercredi 15 décembre. 

    Le porte-parole du TPLF, Getachew Reda, a indiqué, toujours mardi 21 décembre, qu'une attaque de drones avait également été menée à Mlazat, une ville du Tigray située à la frontière avec la région Afar et à seulement 20 kilomètres de Mekele. Le raid a touché un minibus de transport public, tuant au moins 30 autres personnes. Les bombardements contre des civils ont également touché les villes de Korem et Mai Ceu, malgré l' annonce du retrait des troupes du TPLF et la demande de cessez-le-feu déposée par les Tigréens hier 20 décembre auprès des Nations unies. Les raids de l'armée de l'air fédérale sur les villes du Tigray ont soulevé des doutes quant à la fin du conflit. 

    La guerre en Éthiopie dure depuis environ 13 mois. Le conflit, en plus de créer une situation de crise interne, a déstabilisé toute la région, forçant plus de 60 000 réfugiés à se réfugier au Soudan, obligeant les soldats éthiopiens à quitter la Somalie et provoquant l'intervention brutale de l'Érythrée voisine. Des milliers de civils ont été tués dans les violences, quelque 400 000 sont confrontés à la famine dans la région du Tigray et 9,4 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire dans le nord de l'Éthiopie en raison du conflit.