MIT (East Indonesia Mujahideen)

  • Indonésie : L'islamiste le plus recherché d'Indonésie, Ali Kalora, tué dans une fusillade dans la jungle

    Imprimer

    Kalora était le chef du « MIT » - le réseau des moudjahidines de l'est de l'Indonésie qui avait prêté allégeance à l'État islamique
    Un autre extrémiste présumé, Jaka Ramadan, a également été abattu lors du raid qui faisait partie d'une vaste campagne antiterroriste.

    L'islamiste le plus recherché d'Indonésie ayant des liens avec l'État islamique  a été tué au cours d'une fusillade avec les forces de sécurité, a annoncé dimanche la police indonésienne. La police mène actuellement une vaste campagne antiterroriste contre les islamistes dans les jungles reculées des montagnes.

    Une opération conjointe menée par des militaires et des policiers a tué samedi après-midi 18 septembre 2021 Ali Kalora, chef du groupe militant des Moudjahidines d'Indonésie de l'Est (MIT), dans un village de l'île de Sulawesi, selon un communiqué de la police.

    Le raid a eu lieu dans le village d'Astina, Parigi Moutong, dans le district montagneux de Parigi Moutong, a déclaré le chef militaire régional de Sulawesi central, le général de brigade Farid Makruf. Il borde le district de Poso, considéré comme un foyer extrémiste dans la province.

    Avec la mort du leader du MIT Ali Kalora et la capture d'Abu Rusydan (entre autres), les autorités indonésiennes ont enregistré une série de succès dans la lutte contre le terrorisme islamique.
    30_antara_teroris_sigi__2_.jpg

    seama.png

  • Indonésie : Elimination de deux militants liés à l'Etat islamique

    Imprimer

    Les forces de sécurité indonésiennes ont tué, le  dimanche 11 juillet 2021, deux militants liés à l'État islamique et qui seraient les auteurs d'une attaque contre une communauté chrétienne dans la province indonésienne du Sulawesi central, en mai 2021.

    Le chef de la mission conjointe de la police et de l'armée, le général de division Richard Tampubolon, a annoncé que les 2 hommes ont été identifiés comme étant Rukli et Muhammad Busra, encore appelé Qatar, le deuxième membre le plus haut placé du groupe islamiste. Les membres du TNI du Commandement des opérations conjointes spéciales (Koopsgabsus) Tricakti les ont éliminés lors d'un raid aux premières heures du 11 juin dans le secteur de Parigi Moutong, dans les montagnes de Tokasa, dans la province de Sulawesi central, qui jouxte le district de Poso, où se concentrent les groupes extrémistes de la province.  Les montagnes de Tokasa sont une région de vallées escarpées recouvertes d'une végétation dense, très difficiles d'accès.

    Tampubolon a déclaré que les forces de sécurité avaient identifié le camp des militants islamistes depuis le 7 juillet dans le village de Tanah Lanto. Lorsque les militaires ont réussi à se rapprocher, le 11 juillet, cinq militants étaient présents sur place, dont trois ont réussi à s'échapper.

    Tel que rapporté par l'agence Associated Press, les opérations de sécurité dans le centre de Sulawesi se sont intensifiées ces derniers mois pour tenter de capturer des membres de l'organisation des moudjahidines de l'Indonésie orientale, également connue sous le nom de Mujahidin Indonesia Timur (MIT). Les opérations visent avant tout à capturer le leader du groupe, Ali Kalora, qui est l'islamiste le plus recherché d'Indonésie.

    Les combattants du MIT ont été le premier groupe indonésien à prêter allégeance à l'Etat islamique en 2014 et auraient noué des contacts avec l'Etat islamique de Syrie et d'Irak. Les extrémistes ont revendiqué plusieurs attentats qui ont coûté la vie à des des membres des forces de sécurité et des chrétiens. Parmi les derniers incidents, en mai dernier, dans le village de Kalemago, dans le Sulawesi central, le groupe a revendiqué l'assassinat de 4 chrétiens, dont l'un a été décapité.

    Les activités opérationnelles du MIT partiraient du centre de Sulawesi et, en particulier, des jungles et des montagnes de la région de Poso, le lieu d'origine de l'actuel chef de l'organisation, où il serait soutenu par les habitants. Pour lutter contre le groupe, le gouvernement de Jakarta a mis en place l'opération Tinombala en 2016, qui a ensuite été prolongée à plusieurs reprises en raison des attaques perpétrées par le MIT. Le 18 juillet 2016, l'armée a tué le leader de l'époque Santoso, également connu sous le nom d'Abu Wardah.

    Bien que le MIT reste encore un groupe relativement restreint limité à la province de Sulawesi central, il est particulièrement actif, notamment sur le web, et entretient également des liens avec l'organisation Jamaah Ansharut Daulah (JAD), liée à l'Etat islamique. Le JAS a, selon certaines sources,  fourni des fonds au MIT. Sous la houlette d'Ali Kalora, le groupe aurait pu recevoir d'autres financements, y compris de l'étranger, et aurait cherché à augmenter ses capacités en explosifs.

    En mai 2021, la police avait déclaré que le MIT s'était divisé en deux groupes pour tenter d'échapper aux autorités, l'un dirigé par Ali Kalora actif dans la régence de Sigi tandis que l'autre était dirigé par Qatar, qui vient d'être éliminé. Ce dernier opérait à Poso. 

    L'Indonésie est le plus grand pays à majorité musulmane du monde et lutte depuis longtemps contre l'émergence de groupes militants auteurs d'attentats terroristes. Dans le  Global Terrorism Index 2020,   le pays a été placé en 37ème position parmi les 163 pays dans lesquels l'impact du terrorisme est mesuré, avec un indice égal à 4 629. 

     

  • Indonésie : La police à la poursuite du groupe islamiste responsable de l'assassinat d'une famille d'évangélistes sur l'île de Sulawesi

    Imprimer

    grafi_ali_kalora.jpegLe groupe des Moudjahidines de l'Est de l'Indonésie (MIT, dont le chef est Ali Kalora, est soupçonné d'être lresponsable d'une série d'actions terroristes dont l'assassinat d'une famille d'évangélistes sur l'île de Sulawesi.

    Le quartier général de la police nationale a formellement identifié Ali Kalora comme étant le chef du groupe et successeur d'Abu Wardah Asy Ayarqi alias Santoso, l'émir du MIT abattu en 2016.

    Ali Kalora, alias Ali Ambon, alias Ali Muhammad, est né dans le village de Kalora, district de Poso Pesisir Utara, ville de Poso, dans le centre de Sulawesi. Le nom «Kalora» vient du nom du village où il est né. Après ll'élimination de Santoso, le MIT a été dirigé par Basri, l'un de ses bras droits. Mais pas pour longtemps car Basri a également été arrêté.

    Le MIT opère à Poso ainsi que dans les montagnes Parigi Moutong, dans le centre de Sulawesi.

    Sous la direction d'Ali Kalora, plusieurs actions terroristes ont été commis par le MIT.

    Le commandant du TNI, le maréchal Hadi Tjahjanto , a envoyé des forces spéciales à Poso, dans le centre de Sulawesi. L’envoi de ces troupes vise à aider l’Équipe spéciale de Tinombala à éradiquer le groupe des Moudjahidines de l’Est d’Indonésie.

     

  • Indonésie : Quatre membres de l'Armée du Salut tués par des islamistes liés à l'Etat islamique

    Imprimer

    Des extrémistes islamistes liés à l'Etat islamique (EI) ont tué quatre évangélistes de l'Armée du Salut, dont un a été décapité et un autre brûlé vif, dans un village isolé sur l'île de Sulawesi, en Indonésie, ont annoncé samedi les autorités. Ces hommes armés de sabres et d'armes à feu sont arrivés vendredi matin dans le village de Lembantongoa, dans le centre de l'île, tuant quatre hommes et mettant le feu à une demi-douzaine de maisons, y compris une où avaient lieu les prières et les services religieux, a précisé la police. Le motif de l'attaque n'était pour l'instant pas clair et aucune arrestation n'a pu être effectuée, a ajouté la police.

    Mais selon les autorités, cette attaque serait le fait des East Indonesia Mujahideen (les Moudjahidine de l'Est de l'Indonésie, MIT), basé sur l'île de Sulawesi, l'un d'une dizaine de groupes radicaux dans le pays qui ont fait allégeance à l'Etat islamique.

    L'Indonésie, le pays à population majoritairement musulmane le plus peuplé du monde, fait face depuis des années à des violences de la part de groupes combattants islamistes, tandis que la région du Sulawesi Central connaît depuis des décennies des violences entre chrétiens et musulmans. "Nous sommes arrivés à la conclusion que les assaillants étaient bien du MIT après avoir montré des photos de membres de ce groupe aux témoins de l'attaque", a déclaré le chef de la police locale, Yoga Priyahutama.

    L'église des évangélistes était vide au moment de l'attaque, menée tôt le matin par environ huit militants. Heureusement, a-t-il souligné, la plupart des gens étaient chez eux à ce moment. Le chef du village, Rifai, a précisé que les quatre victimes étaient des hommes. L'un a été poignardé, un autre décapité, le troisième presque décapité, et le dernier brûlé vif dans sa maison. Si cette attaque est bien le fait du MIT, ce serait la première depuis qu'une unité anti-terroriste a tué son dirigeant il y a quatre ans.

    En 2018, a expliqué une experte sur le terrorisme basée à Jakarta, Sidney Jones, le MIT était soupçonné d'avoir envoyé à Palu, lorsque cette ville de Sulawesi avait été touchée par un tremblement de terre suivi d'un tsunami, des hommes se faisant passer pour des humanitaires et chargés en fait de recruter de nouveaux membres.