Mission de l’ONU en Afghanistan (Manua)

  • Afghanistan : Situation sécuritaire

    Imprimer

    Les talibans, maîtres de vastes portions rurales du pays, ont accru ces derniers jours leur pression sur plusieurs capitales provinciales, à Herat, dans l'ouest et Kandahar, deuxième ville du pays, et Lashkar Gah dans le sud.

    Province de Herat : Un bâtiment de l'ONU attaqué à Herat (Ouest), un policier afghan tué
    Les bureaux des Nations unies ont été attaqués vendredi 30 juillet au lance-roquettes à Herat, la grande ville de l'Ouest afghan, autour de laquelle s'affrontent talibans et forces afghanes, une attaque qui a coûté la vie à un policier afghan.

    L'attaque "contre l'entrée d'un bâtiment des Nations unies clairement identifié" à Herat "a été menée par des éléments antigouvernementaux", a indiqué la MANUA dans un communiqué, précisant qu'un policier gardant le bâtiment avait été tué et plusieurs blessés. L'entrée du complexe a essuyé des tirs de lance-roquettes et d'armes à feu, a poursuivi l'Unama, ajoutant qu'aucun employé de l'ONU n'avait été blessé.

    La zone où se trouvent les bureaux attaqués, aux abords d'Herat, était le théâtre vendredi d'intenses combats entre forces afghanes et talibans, lesquels se rapprochent de la ville, capitale provinciale de 600.000 habitants et troisième agglomération du pays en terme de population.

    "Cette attaque contre les Nations Unies est déplorable et nous la condamnons dans les termes les plus forts", a déclaré Deborah Lyons, représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU en Afghanistan et cheffe de la MANUA. "Ceux qui ont mené cette attaque doivent être identifiés et rendre des comptes", a-t-elle souligné.

    Les attaques contre les personnels civils et les bâtiments de l'ONU sont interdites par le droit international et peuvent s'apparenter à des crimes de guerre, a rappelé la MANUA, qui a aussi rendu hommage aux gardes afghans ayant défendu le complexe onusien.

    Atmosphère de panique dans la province de Herat
    Les insurgés se sont récemment emparés de plusieurs districts de la province d'Herat, ainsi que de deux postes-frontière qui y sont situés, celui d'Islam Qala, principal point de passage avec l'Iran, et celui de Torghundi avec le Turkménistan. De nombreux habitants des alentours d'Herat ont fui vendredi les combats. Selon un correspondant de l'AFP, forces afghanes et talibans s'affrontent notamment vendredi sur la route menant à l'aéroport, situé à une quinzaine de km au sud du centre d'Herat.

    Des habitants ont également fait état de combats dans les districts de Guzara, où se trouve l'aéroport, et d'Injil qui enserre Herat.

    "Les gens sont terrifiés", a expliqué Abdul Rab Ansari qui a fui le district de Guzara pour se réfugier en ville. Selon Mohammad Allayar, autre habitant de la zone réfugié à Herat, "les combats sont intenses" dans le district de Guzara.

    Les talibans ont indiqué s'être emparés de ce district, mais les informations en provenance des habitants étaient contradictoires à ce sujet vendredi soir. Selon un correspondant de l'AFP, les forces afghanes et les miliciens d'Ismail Khan, un puissant chef de guerre local opposé aux talibans, se sont déployés autour d'Herat.

    Province de Kandahar
    La MANUA s'est déclarée vendredi "profondément inquiète de l'escalade de la violence dans et autour de Kandahar, sur fond d'attaques des talibans sur la ville" et a averti "des graves conséquences pour les civils qu'auraient la poursuite et l'intensification des combats dans les zones urbaines de la ville".

    Selon la mission de l'ONU, des informations crédibles font état de dizaines de civils tués. Plus de 230 civils ont été blessés depuis le 16 juillet, mais leur nombre réel est "certainement bien plus élevé", ajoute-t-elle.

    Daud Farhad, directeur du principal hôpital de Kandahar a indiqué vendredi que 33 personnes - dont 24 civils - avaient été blessés dans les combats au cours des dernières 24 heures.

    Province de Helmand
    Un policier de Lashgar Gah, capitale de la province du Helmand, a indiqué vendredi à l'AFP que des talibans avaient lancé depuis la veille "une opération depuis plusieurs directions" sur la ville, mais qu'ils avaient été repoussés, sans qu'il soit possible de vérifier la réalité de la situation sur le terrain.

    Province de Zabul
    Une attaque au mortier a tué 5 civils et blessé 12 autres. L'obus a frappé une maison civile à Qalat, la capitale de la province méridionale de Zabul. Video.

  • Afghanistan : Cinq morts dans l'attaque d'un convoi de l'ONU près de Kaboul

    Imprimer

    Cinq agents de sécurité afghans ont été tués jeudi 11 février dans l'attaque d'un convoi de l'Organisation des nations unies qu'ils escortaient dans la province de Kaboul, dernier épisode violent à secouer ce pays, a annoncé la mission de l'ONU.

    La mission d'assistance des Nations unies en Afghanistan (Unama) a précisé qu'aucun membre du personnel de l'ONU n'avait été blessé dans cette attaque, survenue dans le district de Surobi, une zone agitée de la province entourant la capitale afghane. Le véhicule dans lequel se trouvait les cinq agents de sécurité a sauté sur une mine et est tombé dans la rivière Kaboul. Les sauveteurs ont récupéré leurs dépouilles le lendemain.

    EuBcF_bXAAEW2Pp.jpeg

    "La famille des Nations unies en Afghanistan pleure la mort de cinq agents de sécurité de la Direction afghane du service du personnel de protection (DPS) dans un incident aujourd'hui dans le district de Surobi", a tweeté l'Unama, en référence à une unité du ministère de l'Intérieur mettant à disposition de l'ONU et des ambassades étrangères du personnel de sécurité.

    "Aucun membre du personnel de l'ONU n'a été blessé ni aucun véhicule endommagé lors d'une attaque qui a touché un véhicule du DPS qui escortait un convoi de l'ONU", poursuit ce tweet.

    La violence en Afghanistan a augmenté ces derniers mois, en dépit des pourparlers de paix engagés depuis septembre au Qatar entre les talibans et le gouvernement afghan. Les négociations n'ont jusqu'ici permis aucune percée notoire, tandis que les talibans mènent des attaques quotidiennes contre les forces gouvernementales dans les zones rurales. La violence a particulièrement flambé dans la capitale Kaboul, où les assassinats ciblés de journalistes, défenseurs des droits, juges et personnalités politiques sont devenus de plus en plus fréquents.

  • Afghanistan : Des milliers de civils fuient les combats dans le sud du pays

    Imprimer

    Des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs maisons dans le sud de l'Afghanistan après des jours de combats intenses toujours en cours entre les talibans et les forces de sécurité, ont déclaré des responsables mercredi malgré les pourparlers de paix qui continuent à Doha. Les insurgés ont lancé des attaques contre la ville de Lashkar Gah dans la province du Helmand, où la situation est volatile, poussant les Etats-Unis à lancer des frappes aériennes pour défendre les forces afghanes. Les affrontements ont forcé les habitants à partir, entassés sur des motos, ou dans des taxis et bus.

    "Plus de 5.100 familles ou 30.000 personnes (...) ont fui les combats pour l'instant", a expliqué à l'AFP Sayed Mohammad Ramin, directeur du département des réfugiés du Helmand. "Certaines familles vivent toujours dans les rues de Lashkar Gah, nous n'avons pas de tente à leur donner."

    Hekmatullah, un habitant, dit avoir été obligé de fuir après la chute d'un obus sur la maison de ses voisins, qui a coûté la vie à deux femmes. "Les combats étaient si intenses que je n'ai pas eu le temps de prendre des vêtements de rechange. J'ai seulement emmené ma famille", a raconté Attaullah Afghan, un agriculteur qui a fui avec douze proches.

    Les affrontements ont continué dans au moins quatre districts mercredi, ont précisé des responsables afghans, alors que les forces de sécurité ont repoussé plusieurs offensives talibanes dans la zone.

    La mission de l'ONU en Afghanistan (Manua), a quant à elle annoncé que des milliers de personnes ont fui, et appelé les combattants talibans et forces de sécurité "à prendre toutes les mesures possibles pour protéger les civils, dont des couloirs sécurisés pour ceux qui souhaitent partir".

    La collision de deux hélicoptères tôt mercredi dans le district de Nawa au Helmand a également tué neuf personnes, selon Omar Zhwak, un porte-parole du gouverneur de la province. Le ministère de la Défense a dit enquêter sur l'incident. Le Helmand, célèbre bastion taliban, a également été le théâtre de nombreux combats et pertes humaines pour les forces internationales durant ces 19 années de conflit.

    Selon l'accord américano-taliban signé en février, les insurgés ne sont pas censés s'attaquer aux centres urbains et doivent limiter les niveaux de violence. Les Etats-Unis se sont engagés à retirer toutes leurs troupes du pays d'ici mai 2021, en échange de garanties sécuritaires de la part des talibans et de l'ouverture de pourparlers de paix avec Kaboul au Qatar. Ces discussions ont débuté le mois dernier à Doha, mais semblent au point mort, alors que les deux camps peinent à se mettre d'accord sur une structure de base pour les négociations.