Missile anti-aérien Buk-M2

  • Syrie : Le porte-parole du commandement russe affirme que les défenses aériennes syriennes ont repoussé un nouveau raid aérien israélien

    Imprimer

    contre-amiral Vadim Kulit.jpegDans la soirée du 25 juillet, le chef adjoint du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes en République arabe syrienne, le contre-amiral Vadim Kulit (photo), a déclaré que dimanche matin, les défenses aériennes syriennes avaient repoussé avec succès un nouveau raid de l'armée de l'air israélienne. .

    « De 5 h 40 à 5 h 54 le 25 juillet, deux chasseurs tactiques F-16 de l'armée de l'air israélienne, sans entrer dans l'espace aérien de la République arabe syrienne, en provenance du sud-ouest, ont frappé avec deux missiles guidés aéroportés des cibles dans le village de la province de Sayyidah Zainab à Damas », a déclaré Kulit. Selon lui, les deux missiles ont été abattus à l'aide des complexes Buk-M2E de fabrication russe, qui sont en service au sein de la défense aérienne de l'armée syrienne.

    Les autorités israéliennes n'ont pas commenté cette déclaration.

    Il s'agit de la troisième déclaration de ce type sur les succès du système de défense aérienne syrien, faite par le contre-amiral Vadim Kulit au cours des deux dernières semaines. Il a affirmé que dans la soirée du 19 juillet, sept des huit missiles guidés tirés par des avions israéliens sur des cibles au sud-est d'Alep ont été interceptés par des complexes Pantsir-S et Buk-M2 de fabrication russe. Et plus tard, il a affirmé que les complexes Buk-M2E de l'armée syrienne avaient détruit tous les (quatre) missiles guidés tirés dans la nuit du 22 juillet par deux chasseurs F-16 israéliens sur des cibles dans la province syrienne de Homs.

    La fiabilité des déclarations du représentant du commandement russe est extrêmement douteuse. Lui, comme l'armée syrienne, prétend avoir intercepté tous ou presque tous les missiles israéliens, mais il s'est avéré plus tard que toutes les cibles avaient été touchées.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que dans la nuit du 22 juillet, dans la zone de l'aéroport militaire d'Al-Dabaa et dans la zone de Qousseir à l'ouest de la province de Homs, l'armée de l'air israélienne avait détruit des dépôts d'armes et de munitions du Hezbollah libanais, ainsi que des bastions et des installations du Hezbollah dans l'est de la province de Homs. L'OSDH a également fait état de morts et de blessés. Le fait que des cibles ont été touchées a été confirmé par des images satellites.

    Et l'OSDH a également rapporté que tard dans la soirée du 19 juillet, à la suite d'une attaque de l'armée de l'air israélienne contre des dépôts d'armes iraniens dans la province d'Alep au nord de la Syrie, cinq combattants (deux Syriens et trois étrangers) avaient été tués.

    L'OSDH n'a pas signalé de tentative d'attaque le 25 juillet.

    Selon l'OSDH, depuis le début de 2021 seulement, Israël a mené 14 attaques en Syrie, détruisant plus de 40 cibles et tuant près de 100 personnes.

     

  • Syrie : Bombardements israéliens sur la région de Damas

    Imprimer

    La défense aérienne syrienne est entrée en action à 22H16 dans le ciel de Damas pour tenter de repousser une attaque de l'armée de l'air israélienne. L'aviation israélienne a frappé des cibles militaires  iraniennes au sud de Damas. L'attaque a été menée par des F-16 qui ont tiré leurs missiles des hauteurs du Golan sur la zone de l'aéroport international de Damas et le village de Gizlania. L'armée syrienne a riposté, utilisant les systèmes de défense aérienne Pantsir-S et Buk-M2 fournis par la Russie pour repousser l'attaque.

    Le raid israélien pourrait être en représailles à l'attaque du navire Helios Ray appartenant à une société israélienne ds le Golfe d'Oman. Israël a attaqué l'Iran d'être responsable de cette attaque à l'aide de mines magnétiques. 

    Dans la soirée du 28 février, une réunion d'urgence avait eu lieu avec la participation du Premier ministre Benjamin Netanyahu, du ministre de la Défense Beni Gantz et du chef d'état-major général Aviv Kohavi et d'autres hauts responsables de la sécurité.

    Plus tôt, une source israélienne de haut niveau avait déclaré que l'État juif ne pouvait pas laisser sans réponse l'attaque contre le navire israélien. L'attaque, attribuée au Corps des gardiens de la révolution islamique, est considérée en Israël comme un franchissement de la «ligne rouge» par l'Iran.

     Cinq explosions ont été entendues, dont une dans la direction de l'aéroport international de Damas et de ses environs. La force al-Quds, la force spéciale du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran est installée dans cette région. La zone sud de Damas, qui s'étend de la région d'Aqraba à l'aéroport international de Damas en passant par Sayyida Zainab, est sous le contrôle de la force al-Quds et de la milice libanaise Hezbollah. 

    Une cible située dans le secteur du sanctuaire chiite de  Sayyida Zainab situé dans la banlieue de Damas et gardé par des milices pro-iraniennes aurait également été pris pour cible. L'Observatoire Syrien pour les Droits de l'Homme (OSDH) a confirmé que l'armée de l'air israélienne avait attaqué des militants pro-iraniens et des cibles du Hezbollah dans la région de Sayyida Zainab, au sud de Damas.

    Le vol Istanbul-Amman de Turkish Airlines a fait demi-tour en raison des tensions dans le ciel syrien.
    EvV0DhQWQAAYDnU.png