Minusma

  • Mali : un casque bleu égyptien tué dans une attaque armée à Kidal

    Imprimer

    Trois militaires égyptiens de la force de maintien de la paix au Mali, MINUSMA, ont été blessés, par l'explosion d'une mine au passage d'un véhicule de la MINUSMA sur l'axe reliant Kidal à Tessalit, dans l'après-midi du 15 janvier . L’un d’eux a malheureusement succombé à ses blessures durant son évacuation médicale, précise la MINUSMA ajoutant que les deux autres reçoivent actuellement les soins appropriés..
     
    « Le Représentant spécial du Secrétaire-général (RSSG) et Chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif, a appris avec consternation l’attaque à l’engin explosif (IED/mine) perpétrée contre un camion-citerne de la MINUSMA qui fait partie d’un convoi logistique, vendredi vers 15h aux environs de Tessalit, dans la région de Kidal », indique le communiqué.
     
    Lors de la sécurisation du site, un autre engin explosif a été détecté puis neutralisé à proximité du site de l’explosion, souligne la même source.
     
    Cette attaque survient deux jours après celle qui a visé mercredi un autre convoi onusien dans la région de Tombouctou faisant quatre morts parmi les casques bleus ivoiriens.

  • Mali : Attaque d'un convoi de la Minusma - Trois casques bleus ivoiriens tués

    Imprimer

    IED et accrochage au sud de Bambara-Maoudé à 13h contre un convoi du contingent ivoirien de la Minusma. L'attaque a fait 3 morts et 5 blessés du côté de la Minusma. Le secteur où l'attaque a eu lieu est une zone d’activité du Groupe de Soutien de l'Islam et des Musulmans (GSIM) et de l'AQMI.

    Trois casques bleus ivoiriens de la Mission onusienne au Mali (Minusma) ont été tués et cinq autres blessés, mercredi dans une attaque qui a visé leur convoi à 95 km au sud de Tomboutou, a indiqué Lassina Doumbia le chef d'Etat Major des Armées de la Côte d’Ivoire, dans un communiqué.

    Des véhicules du convoi ont explosé sur un engin Explosif Improvisé (IED), a précisé Lassina Doumbia, faisant également état de tirs directs lors de l'attaque.

    «l’ennemi a été repoussé et des renforts aériens constitués d’hélicoptères d’attaque et d’aéronefs médicalisés ont été immédiatement déployés sur le terrain en vue de procéder à un ratissage de la zone d’une part, et évacuer les blessés vers les structures médicales, d’autre part », a ajouté la même source sans donner plus de détails sur l'identité des assaillants.

    L'armée ivoirienne compte 150 soldats déployés au Mali.

    ErsFN3FXAAI4mlq.jpeg

    Un casque bleu a été tué et sept autres blessés dans une attaque à Tombouctou
    Un casque bleu de la mission de l'ONU au Mali a été tué ce mercredi 13 janvier lors d'une attaque contre un convoi à Tombouctou (centre), a annoncé à New York le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. L'attaque a aussi fait sept blessés dans les rangs des casques bleus, a-t-il indiqué lors de son point-presse quotidien, sans pouvoir donner à ce stade de détails sur son déroulement.

  • Mali : trois attaques revendiquées par al-Qaïda contre la Minusma et Barkhane à Gao, Kidal et Menaka

    Imprimer

    Att. E.B.
    EoE3rCRXYAEAE_6.jpeg

    Trois attaques, revendiquées par le groupe jihadiste al-Qaïda, ont eu lieu quasi-simultanément, lundi matin, dans le nord du Mali, contre des camps de la force française Barkhane et de la mission onusienne (Minusma) à Gao, Kidal et Ménaka.

    Selon des témoignages concordants, ces camps ont essuyé des tirs d'obus sans, à priori, faire des blessés ni de dégâts.

    A Gao, vers 5h30 (TU), il y a eu une explosion suivie d'une attaque dans la zone aéroportuaire, du côté du camp de la force française Barkhane. L’attaque aurait été vite repoussée.

    A Ménaka, à 7h, au moins 6 obus ont été lancés contre des positions de la Minusma et Barkhane et il n'y aurait pas eu, non plus, de dégâts importants à signaler.

    A Kidal aussi à 6h (TU), des tirs d'obus et de mortiers ont visé le camp de la Minusma.

    Seule la base de Kidal a subi des dommages, a déclaré a déclaré Thomas Romiguier, porte-parole de l'opération Barkhane. La base de Kidal abrite également des contingents de la Minusma, la mission des Nations unies au Mali. L'Onu n'a pu être jointe dans l'immédiat.

    «En visant les camps de Barkhane et de la Minusma, le but recherché pourrait être de mettre la pression sur ces deux forces internationales, les obliger à s'intéresser, un temps, à leurs camps afin que les auteurs (groupes terroristes) puissent disposer de temps pour d'autres activités comme le déplacement des troupes et des matériels, le changements de positions…», a souligné une source sécuritaire.

    «Harcelés dans la zone dite des Trois frontières, les réseaux terroristes ont sans doute besoin de se repositionner. Et les attaques de ce matin visent sans doute à détourner l’attention des forces internationales pour leur laisser le champ libre un moment», a conclu notre source sécuritaire jointe à Gao, dans le nord du Mali.

    Suite à ces attaques, le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, a condamné "avec la dernière énergie les attaques qui ont ciblé les Forces internationales".

    « Nous restons solidaires auprès de nos partenaires et n'épargnerons aucun effort pour mener nos mandats respectifs à bien et ramener la paix au Mali », a-t-il indiqué sur le compte twitter de la Minusma.

  • Mali: vaste opération de ravitaillement du village de Farabougou encerclé par des groupes armés terroristes

    Imprimer

    La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) et les forces armées maliennes (Famas) ont entamé jeudi, une vaste opération de ravitaillement du village de Farabougou (centre), qui est isolé par la présence de groupes armés terroristes, a annoncé vendredi, le vice-président de la Transition le colonel Assimi Goïta dans un communiqué.

    Goïta, par ailleurs chargé des questions de défense et de sécurité du Mali, a indiqué que cette "vaste opération de ravitaillement" du village de Farabougou qui est en cours avec l’appui logistique des partenaires de la MINUSMA a permis d’acheminer pour la seule journée du jeudi, sept tonnes de vivres et de médicaments.

    Ces actions visent à "soulager les populations dont l’environnement immédiat est marqué par des restrictions de mouvements en raison des opérations de sécurisation engagées dans le secteur", a-t-il souligné.

    "Cette mise en commun des efforts des FAMas et de la Minusma en faveur de Farabougou constitue un signal en direction des populations dont la quiétude demeure le souci majeur des autorités", a ajouté le Vice-Président malien qui a salué "l’engagement indéfectible" des forces déployées dans la zone et les a encouragées à persévérer jusqu’au retour définitif du calme à Farabougou.

    Enfin, le Vice-Président de la Transition a rappelé qu’un "important dispositif militaire de sécurisation et de sauvegarde du village est bien en place et que les opérations ainsi déclenchées se poursuivront (ce) vendredi 06 novembre et les jours suivants".

    Le village de Farabougou situé dans la région de Ségou dans le centre du Mali, est menacé par la présence d’individus armés qui ont réussi à couper la localité du reste du pays.

    La localité a été libérée des mains des terroristes le jeudi 22 octobre 2020 par les Forces armées maliennes au terme de 17 jours de siège.

    Depuis 2012, le Mali est confronté à une crise sécuritaire alimenté par des revendications séparatistes et des attaques terroristes.

    Le 29 juin 2020, le Conseil de sécurité a approuvé à l'unanimité la résolution renouvelant le mandat de la Minusma pour une nouvelle année, et ce, jusqu'au 30 juin 2021 avec pour mission l’appui à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

  • Mali : un Casque bleu tué dans la région de Kidal

    Imprimer

    ATT.E.B.


    Un Casque bleu a été tué, jeudi 15 octobre, dans la région de Kidal au nord est du Mali, a annoncé dans un communiqué la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma).

    "Aujourd’hui vers 13h30, un véhicule de la Force de la MINUSMA a heurté une mine ou un engin explosif, à environ 50 km de la ville de Kidal. L'explosion a entraîné la mort d’un Casque bleu. Un autre, grièvement blessé, a été évacué par la MINUSMA pour recevoir des soins médicaux appropriés", a indiqué la Minusma dans le communiqué.

    La Minusma a fermement condamné les "attaques qui frappent indistinctement le personnel des Nations unies, les forces maliennes, internationales, et surtout des civils innocents".

    La Minusma "demeure déterminée à soutenir le peuple et le gouvernement malien dans leurs efforts pour ramener une paix durable au pays", a déclaré le représentant spécial du secrétaire général de l'ONU et Chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif, suite à cette explosion.

    La Minusma, forte de plus de 15 mille homme avait été déployée depuis 2013 pour rétablir la paix dans le pays, en vain.

    Lien permanent Catégories : Kidal, MALI, Minusma 0 commentaire
  • Mali : deux militaires tués dans une embuscade

    Imprimer

    (Att. E.B.)

    Deux militaires maliens ont été tués et sept autres blessés dans une embuscade dans le centre du pays, ont fait savoir les forces armées maliennes (Fama), mercredi 30 septembre dans un communiqué.

    L’attaque a eu lieu mardi dans l’après-midi aux environs de 15h20 entre Boni et Nokara sur la RN16, précise le communiqué des Fama.

    "Une mission des FAMa est tombée dans une embuscade des terroristes le mardi 29 septembre 2020. Le GTIA-3 Debo avait quitté Hombori pour se rendre à Douentza. On déplore deux morts côté FAMa et sept blessés qui ont été évacués par l’aviation malienne et la MINUSMA", lit-on dans la publication officielle.

    Pour rappel, le Mali n'a jamais connu de stabilité depuis plus de 7 ans, faisant face à des attaques récurrentes de groupes armés terroristes dans le nord et le centre ainsi que des conflits intercommunautaires.

    Plusieurs forces étrangères interviennent au Mali pour restaurer la paix et l'autorité de l'Etat, dont notamment la mission onusienne (Minusma), la force française (Barkhane) et la force mixte du G5 Sahel.

    La situation s'est compliquée davantage après le coup d'Etat du 18 août dernier, notamment par un embargo commercial et financier imposé à ce pays déjà enclavé, sans aucune ouverture sur la mer.

  • Mali : trois militaires tués dans une embuscade à Boulkessy (centre)

    Imprimer

    Trois soldats maliens ont été tués et quatre autres ont été blessés, mercredi 23 septembre, dans une embuscade à boulkessy près de la frontière avec le Burkina Faso, dans le centre du Mali, a annoncé le ministère malien de la Défense et des anciens combattants dans un communiqué.

    "Le 23 septembre aux environs de 12h45 une mission de patrouille des forces armées maliennes (FAMa) du poste du G5 Sahel est tombée dans une embuscade au sud de Boulkessy", précise le ministère dans le communiqué.

    Le bilan provisoire est de trois morts et quatre blessés côté FAMa et d'une quinzaine de blessés du côté de l'ennemi, précise la même source sans donner plus de détails sur l'identité des assaillants. Les militaires blessés ont été évacués vers Sévaré avec le soutien de la Minusma (Mission onusienne au Mali), ajoute le communiqué.

    Condamnant "avec fermeté cette attaque lâche des terroristes", le ministère "salue la bravoure et la déterminations des soldats qui se sont battus pour repousser l’ennemi et maintenir leur position'.

    Lien permanent Catégories : Boulkessy, MALI, Minusma, Sévaré 0 commentaire