Michel Charles

  • Украине предоставлен статус кандидата на вступление в ЕС

    Imprimer

    На саммите в Брюсселе лидеры Евросоюза одобрили просьбы Украины и Молдовы о предоставлении им статуса кандидата на вступление в блок. Об этом заявил председатель Евросовета Шарль Мишель.

    "Согласие. Европейский совет только что решил дать стату кандидатов на вступление в ЕС Украине и Молдове. Исторический момент. Сегодня вы сделали важнейший шаг на пути в Евросоюз", - написал Шарль Мишель в "твиттере".

    На заседании Европейского совета не было разногласий о предоставлении Молдове и Украине статуса стран-кандидатов, но до начала заседания некоторых лидеров ЕС приходилось убеждать в необходимости именно такого решения. Об этом во время пресс-конференции по итогам заседания Европейского совета рассказал президент Румынии Клаус Йоханнис.

    «Все были готовы поддержать предложения Еврокомиссии в том виде, в котором они были сформулированы. Сегодня не приходилось никого убеждать. В другие дни — да», — заявил Йоханнис.

    По словам румынского президента, с предоставлением Украине и Молдове статуса стран-кандидатов на вступление в ЕС изменилась парадигма расширения союза, а сама политика расширения получила новый импульс. Йоханнис также выразил надежду, что, Украина, Молдова и Грузия получили новый импульс, проведут необходимые реформы и реализуют проекты, чтобы двигаться дальше.

    «От Румынии Молдова получит абсолютно любую помощь, в которой нуждается. Мы предлагаем весь свой опыт и экспертизу. Думаю, что для Молдовы это ценная помощь», — пообещал Йоханнис.

     

  • L'Ukraine obtient le statut de candidat à l'adhésion à l'UE

    Imprimer

    L'Ukraine obtient le statut de candidat à l'adhésion à l'UE
    Lors du sommet de Bruxelles, les dirigeants de l'UE ont approuvé les demandes de l'Ukraine et de la Moldavie de leur accorder le statut de candidat à l'adhésion au bloc. C'est ce qu'a déclaré le président du Conseil européen Charles Michel.

    "Assentiment. Le Conseil européen vient de décider de donner le statut de candidats à l'adhésion à l'UE à l'Ukraine et à la Moldavie. Un moment historique. Aujourd'hui, vous avez franchi l'étape la plus importante sur la voie de l'Union européenne", a tweeté Charles Michel.

    Lors de la réunion du Conseil européen, il n'y a pas eu de désaccord sur l'octroi du statut de pays candidats à la Moldavie et à l'Ukraine, mais avant le début de la réunion, certains dirigeants de l'UE ont dû être convaincus de la nécessité d'une telle décision. Le président roumain Klaus Iohannis en a parlé lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion du Conseil européen.

    « Tout le monde était prêt à soutenir les propositions de la Commission européenne telles qu'elles étaient formulées. Aujourd'hui, je n'ai eu à convaincre personne. Les autres jours, oui », a déclaré Iohannis.

    Selon le président roumain, avec l'octroi du statut de pays candidats à l'UE à l'Ukraine et à la Moldavie, le paradigme de l'élargissement de l'Union a changé et la politique d'élargissement elle-même a reçu un nouvel élan. Iohannis a également exprimé son espoir que l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie obtiendront un nouvel élan, mèneront les réformes nécessaires et mettront en œuvre des projets pour aller de l'avant.

  • Украина: Очередной ракетный удар армии РФ по Одессе: разрушен торговый центр, один человек погиб

    Imprimer

    Вечером 9 мая армия РФ вновь обстреляла Одессу. Ракетный удар был нанесен вскоре после того, как город посетил глава Европейского совета Шарль Мишель.

    Украинские СМИ сообщают, что по Одессе было выпущено семь ракет. В результате обстрела был уничтожены торговый центр и склад продукции, один человек погиб, пятеро получили ранения.

    Накануне утром армия РФ нанесла удар по целям в Одесской области четырьмя ракетами "Оникс" из комплекса "Бастион", расположенного в Крыму. В результате обстрела в пригороде Одессы повреждения получили частные жилые дома. Пострадавших среди мирных граждан не было.Ракетная атака произошла вскоре после визита в город главы Европейского совета Шарля Мишеля.

    Lien permanent Catégories : Michel Charles, Odessa, UKRAINE 0 commentaire
  • Ukraine : Frappe de missiles de l'armée russe sur Odessa : Une personne tuée et un centre commercial détruit

    Imprimer

    Le  9 mai au soir, l'armée russe a bombardé à nouveau Odessa. L'attaque au missile est intervenue peu de temps après la visite du chef du Conseil européen, Charles Michel, dans la ville.

    Les médias ukrainiens rapportent que sept missiles ont été tirés sur Odessa. À la suite du bombardement, un centre commercial et un entrepôt de produits ont été détruits. Une personne est morte et cinq autres ont été blessées.

    La veille, l'armée russe avait frappé des cibles dans la région d'Odessa avec quatre missiles Onyx à partir du complexe Bastion situé en Crimée. Les bombardements ont endommagé des habitations dans la banlieue d'Odessa, . Il n'y a pas eu de victimes parmi les civils.

    Lien permanent Catégories : Michel Charles, Odessa, UKRAINE 0 commentaire
  • Молдова: ЕС "значительно увеличит" свою военную поддержку Молдове

    Imprimer

    Европейский Союз "значительно увеличит" свою военную поддержку Молдове, объявил председатель Европейского Совета Шарль Мишель в среду 4 мая, после того как нападения в пророссийском сепаратистском регионе страны, граничащем с Украиной, вызвали опасения дестабилизации.

    2029276.jpeg"Мы планируем в этом году значительно увеличить нашу поддержку Молдове, поставив дополнительное военное оборудование для ее вооруженных сил", - сказал Мишель на совместной пресс-конференции в Кишиневе с президентом Молдовы Майей Санду, прозападно настроенной. "ЕС полностью солидарен с вашей страной, Молдовой. Наш европейский долг - помогать и поддерживать вашу страну и наращивать нашу поддержку вашей стабильности, безопасности и территориальной целостности", - добавил он. "Мы будем продолжать углублять наше партнерство с вами, чтобы еще больше приблизить вашу страну к ЕС", - продолжил он.

    Молдова, маленькая бывшая советская республика с населением 2,5 миллиона человек, не имеющая выхода к морю, расположенная между Украиной и Румынией, опасается, что ее может дестабилизировать война в соседней Украине после вторжения российских войск в конце февраля. Подкрепляя эти опасения, серия взрывов на прошлой неделе потрясла Приднестровье, поддерживаемый Москвой регион, который отделился от Молдовы после короткой войны в 1992 году.

    Россия, которая разместила в Приднестровье около 1500 военнослужащих, заявила, что "встревожена" "террористическими актами" и внимательно следит за ситуацией.

    Хотя некоторые опасаются провокаций в преддверии 9 мая, когда Москва и ее союзники отмечают победу над нацистами военным парадом, Санду был обнадеживающим. "Мы не видим никакого неизбежного риска (...), но у нас есть планы по противодействию таким наихудшим сценариям", - сказала она в среду. Что касается инцидентов в Приднестровье, президент Молдовы сказал, что есть признаки того, что ответственность за них несут "силы, выступающие за войну".

    Со своей стороны, власти Приднестровья, которое не признано международным сообществом как государство, обвиняюще указали пальцем на Украину. 

  • Moldavie : L'Union Européenne va "considérablement accroître" son soutien militaire à la Moldavie

    Imprimer

    L'Union européenne va "considérablement accroître" son soutien militaire à la Moldavie, a annoncé mercredi mercredi 4 mai le président du Conseil européen Charles Michel, après des attaques dans une région séparatiste pro-russe de ce pays frontalier de l'Ukraine faisant craindre une déstabilisation.

    2029276.jpeg"Nous prévoyons cette année de considérablement accroître notre soutien à la Moldavie en livrant des équipements militaires supplémentaires à ses forces armées", a déclaré M. Michel lors d'une conférence de presse conjointe à Chisinau avec la présidente moldave Maïa Sandu (phhoto), une pro-occidentale. "L'UE est pleinement solidaire de votre pays, la Moldavie. Il est de notre devoir européen d'aider et de soutenir votre pays et d'accroître notre soutien à votre stabilité, sécurité et intégrité territoriale", a-t-il ajouté. "Nous allons continuer d'approfondir notre partenariat avec vous pour rapprocher encore plus votre pays de l'UE", a-t-il poursuivi.

    La Moldavie, une petite ex-république soviétique de 2,5 millions d'habitants enclavée entre l'Ukraine et la Roumanie, redoute d'être déstabilisée par la guerre qui ravage l'Ukraine voisine après l'invasion de troupes russes fin février. Renforçant ces craintes, une série d'explosions a secoué la semaine dernière la Transnistrie, une région soutenue par Moscou qui a fait sécession de la Moldavie après une brève guerre en 1992.

    La Russie, dont environ 1.500 soldats sont stationnés en Transnistrie, s'est dite "alarmée" par ces "actes terroristes" et a indiqué suivre la situation de près.

    Alors que certains redoutent des provocations à l'approche du 9 mai, jour où Moscou et ses alliés célèbrent la victoire contre les nazis en faisant défiler des militaires, Mme Sandu s'est voulue rassurante. "Nous ne voyons pas de risque imminent (...) mais nous avons des plans pour parer à de tels scénarios pessimistes", a-t-elle déclaré mercredi. Concernant les incidents survenus en Transnistrie, la présidente moldave a dit que des indices pointaient en direction d'une responsabilité "de forces en faveur de la guerre".

    De leur côté, les autorités de la Transnistrie, qui n'est pas reconnue comme un Etat par la communauté internationale, ont pointé un doigt accusateur en direction de l'Ukraine. 

  • Turquie : Erdogan humilie Ursula von der Leyen, la présidente de l'Union européenne, à Ankara

    Imprimer

    Recep Tayyip Erdogan inflige un affront à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, placée en retrait sur un divan lors de la réunion des présidents des institutions de l'UE avec le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara. Le président Erdogan a invité Charles Michel, président du Conseil européen, à s'asseoir auprès de lui, laissant  madame Von der Leyen  seule et sans savoir où s'assoir.

    "Ehm", murmure l'ancienne ministre allemande de la Défense, apparemment désemparée sur la vidéo. Elle semble ne pas savoir où s'installer alors que le président du Conseil européen Charles Michel et le président turc se calent dans les deux fauteuils préparés pour la réunion. Ursula von der Leyen prend ensuite place sur un canapé, en retrait des deux hommes, face au ministre turc des affaires étrangères, dont la fonction lui est inférieure dans la hiérarchie protocolaire.

    La présidente von der Leyen, bien que surprise a choisi de passer outre, sans comprendre qu'elle acceptait ainsi un affront vis-à-vis de 450 millions d'Européens. Mais le pire est l'absence de réaction de Charles Michel, qui a laissé humilier la présidente de la commission européenne. L'esprit de Munich régnait chez nos dirigeants européens. 

    La scène a été filmée et largement diffusée sur les réseaux sociaux. Sous le hashtag #Sofagate, elle a suscité de nombreux commentaires sur l'inégalité de traitement entre les deux chefs des institutions européennes, et son caractère sexiste et humiliant.

    "Mme von der Leyen attend d'être traitée selon les règles protocolaires et elle a demandé à ses services de faire en sorte que ce genre d'incidents ne se répète pas à l'avenir", a annoncé son porte-parole. "Les présidents des deux institutions ont le même rang protocolaire", a-t-il soutenu. Le Conseil européen a toutefois fait savoir que son président avait la préséance sur la Commission pour le protocole international. 

    Du côté européen, comme on pouvait s'y attendre, on minimise l'affaire, sans doute de peur d'indisposer Erdogan. Un comportement usuel chez nos dirigeants, et tout particulièrement chez les dirigeants allemands. 

    Malgré l'incident, "les discussions ont été très poussées avec le président turc et Mme von der Leyen a pu exercer son rôle", assure-ton, sans comprendre qu'il s'agit d'un affront extrêmement grave. . "Il revient aux autorités turques, en charge de la rencontre, d'expliquer pourquoi il a été offert ce type de siège à Mme von der Leyen", a souligné Eric Mamer, porte-parole de la commission européenne. 

    Un moment délicat
    L'incident devrait mettre un terme au tentatives récentes de renouer leurs relations après une année de tensions. Il est temps que les Européens comprennent la véritable nature du président Erdogan qui vient de décider de quitter la convention d'Istanbul sur la prévention de la violence contre les femmes et les enfants.

    À l'issue de la rencontre, Mme von der Leyen n'a pas mâché ses mots lors de la conférence de presse. "Je suis profondément inquiète du fait que la Turquie se soit retirée de la Convention d'Istanbul", a-t-elle lancé. "Il s'agit de protéger les femmes, et de protéger les enfants contre la violence, et c'est clairement le mauvais signal en ce moment", a-t-elle ajouté. "Les questions relatives aux droits de l'homme ne sont pas négociables", a-t-elle martelé. "La question des droits de l'homme est hautement prioritaire dans la relation entre l'UE et la Turquie. Elle sera prise en compte dans l'analyse générale qui sera soumise aux dirigeants européens lors de leur sommet en juin", a averti mercredi son porte-parole.

    L'affront fait à la première femme à occuper l'un des deux plus hauts postes de l'UE a suscité la colère de plusieurs élus européens à Bruxelles. "D'abord, ils se retirent de la Convention d'Istanbul et maintenant ils laissent la présidente de la Commission européenne sans siège lors d'une visite officielle. C'est honteux. s'est insurgée la présidente du groupe socialiste au Parlement européen, l'Espagnole Iratxe Garcia Perez, dans un message sur son compte Twitter.

    L'expression de Mme von der Leyen "+Ehm+ est le nouveau terme pour +ce n'est pas comme ça que la relation UE-Turquie devrait être menée+", a commenté l'eurodéputé écologiste allemand Sergei Lagodinsky. Charles Michel n'a pas été épargné par les critiques. L'eurodéputée libérale néerlandaise Sophie in 't Veld s'est demandée pourquoi le président du Conseil était resté "silencieux" alors que sa collègue se retrouvait sans siège.