Mercer Street

  • Syrie : Un navire, déjà victime d'une explosion, explose à nouveau dans le port de Lattaquié

    Imprimer

    Selon des rapports provenant de sources locales, l'explosion se serait produite à bord du WISDOM, un navire qui avait déjà été victime d'une explosion dans le même port. 

    L'agence de presse d'État syrienne SANA a rapporté que les pompiers avaient éteint l'incendie qui s'était déclaré à bord suite à l'explosion. L'agence a ajouté que  le navire était en cours de maintenance dans le port. Le navire était vide, selon SANA.

    Le WISDOM est soupçonné d'avoir été utilisé pour transférer du pétrole iranien et des missiles SAM 121, vers la   Syrie  dans le passé, selon TankerTrackers.com.

    Il aurait déjà été pris pour cible en avril 2021 par le tir d'un drone qui aurait provoqué un incendie et tué un Syrien. Les médias syriens ont démenti qu'il s'agissait d'une attaque, affirmant que l'incident était dû à une erreur de "soudage". En mai, le navire a encore été victime d'un nouvel incendie. L'agence syrienne SANA avait à nouveau prétendu qu'il s'agissait d'une panne technique sur l'un des moteurs.

    TankerTrackers.com, un service en ligne qui suit et signale les expéditions et le stockage de pétrole brut, a identifié le navire comme le WISDOM, affirmant que le pétrolier avait récemment déménagé dans le port pour faire de la place au pétrolier iranien SAM 121.

    L'incident survient alors que les tensions sont très vives entre Israël et l'Iran après qu'une frappe de drone iranien ait visé le navire Mercer Street géré par Israël au large des côtes d'Oman en juillet, tuant un citoyen britannique et un citoyen roumain. Les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël ont tous menacé de représailles.

    L'Iran a nié être responsable de l'attaque et affirmé qu'Israël et les États-Unis tentaient de déstabiliser la région, mais samedi 7 août, le commandement central américain (CENTCOM) a publié des preuves que les drones utilisés dans l'attaque étaient de fabrication iranienne.

    Moins d'une semaine après l'attaque de Mercer Street, les forces iraniennes auraient tenté de détourner le pétrolier Asphalt Princess au large des Émirats arabes unis, mais auraient fui le navire après que des ouvriers eurent saboté les moteurs, selon le quotidien britannique The Times.

    Lundi, l'Iranien Nour News a affirmé qu'un sous-marin israélien était entré secrètement dans la mer Rouge accompagné de deux navires. 

    Israël et l'Iran se seraient mutuellement ciblés à des dizaines d'occasions au cours des dernières années.

    En mars, l'organe de presse israélien Maariv, a rapporté que des dizaines de navires iraniens avaient été attaqués par Israël dans tout le Moyen-Orient. Le Wall Street Journal a également rapporté qu'une douzaine de pétroliers iraniens à destination de la Syrie avaient été attaqués par Israël.

  • Yémen : Les forces d'élite britanniques arrivent au Yémen pour traquer les assaillants du navire Mercer Street

    Imprimer

    Un rapport a indiqué dimanche 8 août qu'une force spéciale de l'armée britannique est arrivée samedi au Yémen, dans le cadre d'une mission pour traquer les auteurs de l'attaque qui a visé le pétrolier "Mercer Street" dans les eaux du Golfe, tuant un garde de sécurité britannique. 

    Washington, Londres et Israël pensent que les rebelles chiites Houthis soutenus par l'Iran ont mené l'opération, dans laquelle un drone a été utilisé, sur ordre de Téhéran.

    Selon un rapport publié dimanche par le journal britannique "L'Express", une équipe de 40 soldats des "Services aériens spéciaux" de l'armée britannique est arrivée samedi soir à l'aéroport d'Al-Ghaydah à Al-Mahra, dans l'est du Yémen. , notant que les membres de la force d'élite embauchent des guides locaux pour les aider dans leur mission.

    L'équipe comprend également une unité spécialisée dans la guerre électronique, et les forces britanniques rejoindront les forces américaines d'élite déjà présentes dans la région pour aider à former des unités saoudiennes.