Menaka

  • Mali: 40 « terroristes » affiliés à l'Etat islamique neutralisés par une coalition de mouvements armés à Ménaka

    Imprimer

    La coalition formée par le Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés (GATIA) et le Mouvement pour le salut de l’Azawad-Dawsahak (MSA-D) a annoncé, vendredi 2 septembre 2022, avoir neutralisé 40 terroristes affiliés à l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) dans la zone nord-est de Tamalat, située dans la région de Ménaka, dans le nord du Mali.

    Dans une note d'information la coalition a fait savoir qu’« une quarantaine de terroristes affiliés à l'EIGS ont été neutralisés le 31 août 2022 dans la zone nord-est de Tamalat par une patrouille de la coalition GATIA-MSA-D ».

    Précisant que l'accrochage entre la coalition et les « terroristes » s'est déroulé dans l'après-midi du 31 août, les mouvements armés affirment avoir récupéré des matériels roulants, des armes et des munitions.

    En outre, la note souligne que « les combattants de l'EIGS ainsi que leurs blessés se sont repliés vers la frontière nigérienne ».

    Pour rappel, de violents combats entre ces deux mouvements armés et l'EIGS, sont fréquents depuis le mois de mars 2022 dans les localités de Tamalat et Inchinanane dans le nord du Mali.

  • Mali : 7 civils tués à Assaylal dans la région de Ménaka

    Imprimer

    (Photo d'archive de la Menaka)

    Au moins sept civils ont été tués, vendredi 12 août 2022, dans la localité d'Assaylal région de Ménaka dans le nord du Mali par des hommes armés affiliés à l'Etat islamique a déclaré, samedi la communauté Touareg Idaksahak dans un communiqué.

    "La communauté Idaksahak informe l'opinion nationale et internationale qu'hier 12 août 2022 des terroristes affiliés à l'Etat islamique ont fait irruption dans la localité d'Assaylal (région de Ménaka) tuant sept personnes civiles et emportant leurs bétails", a indiqué la même source dans un communiqué.

    En outre, la communauté Idaksahak attire une nième fois l'attention des autorités Maliennes, des mouvements signataires de l'accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d'Alger et de tous les partenaires du pays, sur les massacres commis à l'encontre des civils dans cette partie du pays dans un silence incompréhensible.

    Toutefois, elle appelle le Gouvernement et les mouvements signataires, ainsi que tous les partenaires du Mali, à protéger les populations victimes de massacres de masse.

    La communauté Touareg Idaksahak avait annoncé, le 10 août courant, que plus d'une douzaine de civils ont été froidement assassinés par des hommes armés "appartenant à l'Etat islamique" entre le 7 et 8 août, dans le Nord-Est de Ménaka.

    La région de Ménaka est confrontée, depuis le 3 mars dernier, à des attaques terroristes attribuées aux hommes armés appartenant à l'Etat islamique  au Grand Sahara (EIGS).

  • Mali : 11 civils tués par l'Etat islamique dans la région de Ménaka

    Imprimer

    Au moins onze civils ont été tués dans la zone de Tevolat, région de Ménaka, dans le nord du Mali, par des hommes armés "appartenant à l'Etat islamique", a annoncé samedi soir la Communauté Touareg Idaksahak.

    « 11 civils ont été froidement tués par des hommes armés roulant à moto, le 29 juillet 2022, qui appartenaient à Daech » a déclaré la même source ajoutant que les « assaillants ont par la suite pris les voitures des victimes et brûlé d'autres avec leurs animaux dans la zone de Tevolat dans la commune rurale d'Askari, dans la région de Ménaka ».

    La communauté Idaksahak appelle une fois de plus « les autorités, les signataires de l'accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d'Alger et les organisations de défense des droits de l'homme à prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à ces crimes et traduire les auteurs en justice ».

    Pour rappel, la région de Ménaka est confrontée, depuis le 3 mars dernier, à des attaques attribuées aux hommes armés appartenant à l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

  • Mali : 8 morts dans une attaque de l'Etat islamique à Tabarat

    Imprimer

    Huit personnes ont trouvé la mort et une autre portée disparue, mercredi 13 juillet dans l'après-midi, au cours d'une attaque contre le village de Tabarat, situé à 22 km à l'ouest de Menaka au nord du Mali.

    "L'attaque a eu lieu aux environs de 13 heures GMT par des hommes armés soupçonnés d'appartenir à l'Etat Islamique au Grand Sahara" (EIGS), a déclaré une autorité administrative qui a préféré garder l'anonymat.

    Selon la même source "le bilan provisoire fait état de 8 morts dont 5 arabes et une personne portée disparue".

    Cette attaque intervient quelques jours après la manifestation contre l'insécurité et la coupure d'eau et d'électricité organisée par la coordination régionale de la société civile de Ménaka.

    Le 12 juillet 2022, la Coordination de la société civile de Ménaka a déclaré: "après plusieurs fois victime de braquages, enlèvements ciblés, viols, assassinats auxquels s’ajoutent le manque d’eau et d’électricité, à travers la société civile, Ménaka exige la sécurisation, le départ du gouverneur de la région de Menaka, du commandant des FAMa (Forces armées maliennes), du directeur de l’Énergie du Mali ainsi que du directeur de la SOMAGEP (Société Malienne de Gestion d'eau Potable).

    Le gouverneur de la région, Mohamed Maiga a indiqué que « la société civile de Menaka s’est trompée sciemment ou de façon inconsciente de cibles », car, dit-il, les personnes indiquées pour partir ne sont pas le vrai problème.

    Pour rappel, la région de Ménaka est confrontée à des attaques terroristes depuis le 3 mars 2022 attribuées aux hommes armés appartenant à l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

  • Mali : 132 civils tués "par la Katiba du Macina" dans la région de Bandiagara

    Imprimer

    132 civils ont été tués "par des combattants de la Katiba du Macina" dans la nuit du 18 au 19 juin 2022 dans plusieurs villages du cercle de Bankass dans la région de Bandiagara au centre du pays, a annoncé, lundi, le gouvernement malien dans un communiqué.

    « Le gouvernement de la République du Mali a le profond regret d'informer que les paisibles populations des villages de Diallassagou, Dianweli, Deguessagou et environs dans le cercle de Bankass ont fait l'objet d'attaques terroristes lâches et barbares, dans la nuit du 18 au 19 juin 2022 », indique dans le communiqué le Colonel Abdoulaye Maiga porte-parole du gouvernement.
    Maiga précise que « le bilan cumulé fait état de 132 civils froidement tués par les combattants de la Katiba du Macina d'Amadou Kouffa dont plusieurs, parmi les auteurs, ont été formellement identifiés ».

    Le gouvernement "rassure que toutes les dispositions seront prises pour rechercher et traduire les auteurs de ces crimes devant la justice », affirmant que la protection des personnes et leurs biens demeure "sa priorité absolue".

    FVteziUVIAEARUO.jpeg

    Des civils égorgés par l'Etat islamique dans la Menaka
    Au même moment dans la région de Menaka 15 à 30 civils engorgés par le groupe Etat islamique dans le Grand Sahara pour se "venger".

  • Mali : 22 personnes tuées par l'Etat islamique à Izingaz

    Imprimer

    Au moins vingt-deux personnes dont des personnes déplacées ont été exécutées, le 12 juin, par des hommes armés affiliés à l'Etat islamique dans un campement à proximité d'Izingaz dans la commune d'Ihinita cercle de Tidermene (région de Ménaka) a annoncé, mercredi 15 juin 2022, la Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d'Alger (un mouvement armé pro-gouvernemental).

    « La Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d'Alger porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que des hommes armés ont fait irruption le 12 juin 2022 dans un campement non loin de la localité d'Izingaz (commune d'Ihinita, cercle de Tidermene, région de Menaka) et ont procédé à l’exécution sommaire de vingt-deux personnes parmi lesquelles des déplacés venus chercher refuge dans cette zone » a expliqué la plateforme dans un communiqué.

    La même source souligne que « ces graves atteintes aux droits humains et à la vie tout court ont été perpétrées par des terroristes affiliés à l'Etat islamique et opérant sur des motos ». La Plateforme des Mouvements du 14 juin 2014 d'Alger tout en condamnant ces crimes d’une horreur inexplicable, appelle la division des droits de l’homme de la MINUSMA (Mission onusienne au Mali), les organisations des droits de l’homme ainsi que toutes les autorités compétentes à diligenter une enquête pour traduire les auteurs de ces crimes devant les juridictions compétentes.

    Elle a en outre, réitéré « son appel au Gouvernement du Mali ainsi qu'à toutes les personnes physiques et morales concernées et particulièrement aux mouvements signataires à tout mettre en œuvre pour endiguer cette vague de crimes de masse » avant d'assurer « qu'elle fera tout ce qui est possible pour que ces crimes ne restent pas impunis ».

    Depuis le mois de mars dernier, de violents affrontements opposent la Coalition du Mouvement pour le Salut de l'Azawad (MSA) – Groupe d'Autodéfense Touareg Imghad et Alliés (GATIA) et un groupe terroriste affilié à l'Etat islamique dans la région de Ménaka au nord du Mali. Récemment les forces armées maliennes sont venus en renfort aux Mouvements armés pour déloger les djihadistes de l'Etat islamique dans la localité d'Anderamboukane près de la frontière avec le Niger.

  • Mali : 18 'terroristes neutralisés dans les régions de Bandiagara et Douentza

    Imprimer

    Dix-huit ''terroristes'' dont 3 chefs actifs, ont été neutralisés, samedi 11 juin 2022, dans des frappes aériennes contre des refuges terroristes dans les régions de Bandiagara et Douentza, dans le centre du Mali, a annoncé samedi, l’état-major général des armées dans un communiqué.

    « Sur la base de renseignements, des actions aéroterrestres dans la région de Bandiagara ont fait le bilan suivant : 3 refuges terroristes démantelés, des armes, munitions et matériels de fabrication d'Engins Explosifs Improvisés (IED) détruits, des matériels civils volés aux populations récupérés, 13 terroristes neutralisés dont 3 chefs actifs à savoir Moussa Sangaré, Alias Emerana, Younoussa Sangaré et Boubary Sangaré », indique le communiqué.

    Le colonel Souleymane Dembelé Directeur de l'Information et des Relations Publiques des Armées (Dirpa) a souligné que « la traque de nombreux blessés tentant de s'exfiltrer vers la frontière continue ».

    Il ajoute, en outre, que « dans la région de Douentza, 5 terroristes ont été neutralisés et leur armes et moto récupérées. La consolidation des actions de sécurisation de la route Douentza-Boni continuent d'être une priorité ».

    Le colonel Dembelé annonce que « des frappes aériennes ont ciblé ce samedi 11 juin 2022 des refuges terroristes dans la région de Nara et la zone du Baoulé, dont l'exploitation est en cours dans le sud du pays ».

    En outre, « les opérations de routine de sécurisation des personnes et leurs biens, de même que la protection des forces se sont poursuivis avec une attention particulière sur la région de Menaka où les FAMa (Forces armées maliennes) consolident leurs positions en prélude au retrait de la Task force Takuba », explique la même source.

    Dembélé a affirmé vendredi, lors d'un point de presse que « 168 Terroristes ont été neutralisés et 37 autres interpellés, une quantité d'armes et véhicules ont été saisies au cours du mois de mai 2022, dans le centre et le sud du pays ».