Menace terroriste islamiste

  • Pays bas : Les terroristes d'Eindhoven "visaient des politiciens"

    Imprimer

    Neuf hommes arrêtés la semaine dernière à Eindhoven, soupçonnés de préparer un attentat terroriste, visaient trois personnalités politiques, dont le Premier ministre Mark Rutte, selon des sources rapportées par De Telegraaf.

    Les hommes étaient âgés de 18 à 31 ans et sont accusés d'avoir des sympathies pour l'Etat islamique. Huit d'entre eux sont nés aux Pays-Bas d'origine « méditerranéenne » ; le neuvième est né en Afghanistan.

    Selon des sources policières et judiciaires rapportées par le journal, les autorités estiment avoir de solides arguments contre ces individus, qui auraient jeté leur dévolu sur le premier ministre Rutte, Thierry Baudet, leader du Forum pour la démocratie (FVD) et le politicien Geert Wilders, qui a régulièrement exprimé des opinions anti-islamiques.

    Il s'agit de la deuxième menace pour la sécurité de Rutte en peu de temps. Mercredi dernier, un membre du conseil municipal de La Haye a été arrêté et accusé d'avoir planifié un attentat contre Rutte, qui se trouvait simplement dans le même quartier que l'homme dont la mère y habite.

    Depuis lors, la sécurité de Rutte a été renforcée.

  • Pays Bas : Un enseignant de Rotterdam menacé à cause d'une caricature accrochée dans la classe depuis cinq ans

    Imprimer

    Un enseignant du Collège Emmaüs de Rotterdam a été menacé pour une caricature accrochée dans l'une des salles de classe. Ceci est rapporté par la police néerlandaise. Selon NRC Handelsblad.

    Selon la police de Rotterdam, les menaces ont été proférées en ligne. "La police et le parquet prennent les menaces très au sérieux. Une enquête est actuellement en cours pour savoir qui est derrière elles."

    Le dessin animé en question est du dessinateur Joep Bertrams et concerne l'attaque de Charlie Hebdo. Le dessin, qui a remporté le prix Inktspot en 2015, montre un homme décapité dans une chemise portant l'inscription Charlie Hebdo et qui tire la langue au djihadiste qui vient de le décapiter. Le dessin animé aurait été accroché dans la salle de classe depuis cinq ans.

    La police en contact étroit avec l'école
    La police a aussitôt pris des mesures de sécurité. "Nous sommes en contact étroit avec l'école et prenons des mesures visibles et invisibles pour faire en sorte que les menaces cessent", a-t-elle déclaré.

    Dans une lettre aux parents, la direction de l'école a expliqué la situation. La veille, l'école a réfléchi sur le meurtre du professeur de français Samuel Paty. "Malheureusement, il y a eu une agitation au sujet d'un dessin animé accroché dans une salle de classe", indique la lettre.

    Des élèves avaient considéré la caricature comme une attaque contre l'islam
    Selon la direction de l'école, certains élèves avaient considéré comme une attaque contre l'islam, avaient pris une photo et l'avaient partagée sur les réseaux sociaux. Elle était ensuite devenu virale, provoquant de violentes réactions sur les réseaux sociaux.

    La direction de l'école a réagi, jugeant inacceptables les menaces proférées à l'encontre de collègues

    Dans une lettre, le Collège Emmaüs a indiqué qu'il était choqué par toute cette agitation et qu'il s'était coordonné avec la police et la School & Safety Foundation. «Nous mettons tout en œuvre pour créer un lieu sûr pour tous, afin que les élèves puissent aller à l'école en paix», a déclaré la direction de l'école.

  • Pays Bas : Force de police en alerte à la gare d'Utrecht après des menaces terroristes

    Imprimer

    Les forces de police sont en alerte à la gare d'Utrecht à la recherche d'un homme qui aurait proféré des menaces de nature islamiste dans un train. Un porte-parole de la police n'a pas précisé les propos de l'homme recherché, mais «c'était des choses peu agréables», semble-t-il, a-t-il commenté. Selon les voyageurs, le suspect était armé. On parle également d'une alerte à la bombe. Selon des témoins non confirmés, le suspect aurait lancé un "paquet" en criant "allah akbar" et en proférant des menaces de mort avant de prendre la fuite. Des démineurs de la police inspectent le paquet.

    Face à la menace potentielle, les trains à destination et en provenance de la gare centrale d'Utrecht ne circulent pas, rapportent les chemins de fer néerlandais. Des photos sur les réseaux sociaux montrent des policiers lourdement armés. Depuis, la gare a été évacuée et bouclée.

    En plus des voitures de police, des ambulances et des véhicules de pompiers sont également présents, tandis qu'un hélicoptère de police tourne au-dessus de la gare.

    Toutes les forces de police d'Utrecht ont reçu l'ordre de mener une chasse à l'homme pour retrouver le suspect qui est toujours en fuite avec sans doute une arme à feu.

    Vidéo de l'évènement en cours

    21H45 : L’alerte est terminée. Deux personnes ont été interpellées. La gare d’Utrecht a été rouverte au trafic.

     

  • https://www.frontlive-chrono.com - Samedi 29 décembre 2018

    Imprimer

    Belgique: Un adolescent de Verviers recrutait pour une attaque terroriste pour le compte de Daech dans le pays

     

    Egypte : 40 extrémistes islamistes éliminés au Caire et au Sinaï

     

    Irak : Derniers incidents sécuritaires

     

    Israël cible une position du Hamas après un tir depuis Gaza

     

    Pays-Bas: La police arrête 4 personnes suspectées de préparer un attentat terroriste

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois