Menace terroriste en France

  • France : risque élevé d'attentats terroristes

    Imprimer

    Le ministre français de l'Intérieur, Gerald Dermanin, a mis en garde contre le danger accru de menaces terroristes en France. Selon lui,  les évaluations concernant la survenance d'attentats au cours de la période actuelle sont très élevées.

    Dans une interview à "France 2", Dermanin a déclaré que  "la menace terroriste est toujours élevée dans le pays et peut frapper à tout moment".

    Darmanin souhaite que des forces de sécurité soient systématiquement postées aux abords des lieux de culte chrétiens à l’approche de Noël, mais aussi devant «tous les sites symboliques» et qui rassemblent du monde, comme les marchés ou les zones commerciales, face au risque d'attaque terroriste ».

    Le ministre souhaite également que les dispositions prises soient « visibles » afin d’avoir un effet « dissuasif » notamment en « associant forces de sécurité intérieures, militaires de l’opération Sentinelle et polices municipales, lors des événements organisés et à proximité des lieux de culte pour les offices de Noël».

    Gérald Darmanin insiste également sur la nécessité de « renforcer la sécurité à l’abord des commerces comme les bijouteries ainsi que les transports de fonds ».

    Pour rappel, la France met en place des niveaux d’alertes en fonction des risques d’attentats dans le cadre du plan « Vigipirate ». Depuis mars 2021, le pays est placé au niveau « sécurité renforcée risque attentat ».

    65 attentats ont été déjoués en France depuis 2015", selon les chiffres du gouvernement.

     

     

  • France : La DGSI déjoue un projet d’attentat djihadiste au couteau - deux hommes écroués

    Imprimer

    Les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont interpellé deux hommes radicalisés âgés de 23 ans, fin novembre 2021. Ces derniers projetaient une attaque à l’arme blanche dans des lieux fréquentés de Noël. Mis en examen, ils ont été écroués.

    C’est sans aucun doute un projet d’attentat sanglant qui a été déjoué il y a quelques jours par les hommes de la DGSI. Deux hommes de 23 ans ont été interpellés lundi 29 novembre à Meaux (Seine-et-Marne) et au Pecq (Yvelines) dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet national antiterroriste (PNAT) quelques jours plus tôt, indique une source judiciaire, confirmant une information du Parisien. Ils ont été mis en examen 96 heures plus tard pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et placés en détention provisoire.

    Les enquêteurs ont appris que les deux suspects tenaient des propos inquiétants, et évoquaient une attaque sanglante d’ici Noël sur fond d’islam radical. Ces derniers sont entrés en contact récemment sur internet et se sont rencontrés au moins une fois. L’un des deux hommes était déjà connu des services de renseignement pour sa radicalisation. Ils ont été rapidement placés en garde à vue.

    Attaquer des « mécréants »
    L'un des deux hommes est passé aux aveux. Il a déclaré souhaiter semer la mort durant la période des fêtes, en utilisant des couteaux pour attaquer des « mécréants » au hasard, dans la rue. Des centres commerciaux, des universités et des rues bondées ont été évoquées. Les deux complices voulaient ensuite mourir en martyr lors de l’intervention de la police. Ils se sont revendiqués de l'État islamique (Daech).

    Le second suspect a nié les faits. Du matériel informatique et des téléphones ont été saisis lors de la perquisition de son domicile. L’exploitation de ces équipements a montré que le jeune homme avait consulté des contenus djihadistes et des vidéos violentes de l’Etat islamique.

    Une jeune femme mise en examen à Béziers en avril 2021
    Il s’agirait du quatrième projet d’attentat islamique déjoué depuis le début de l’année. En avril dernier, une femme de 18 ans a été interpellée à Béziers (Hérault). Du matériel pouvant entrer dans la conception d’explosifs de type TATP a été saisi à son domicile. Déférée, elle a été mise en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle » et « détention de produits incendiaires ou explosifs » en relation avec une entreprise terroriste, avant d’être incarcérée.

  • France : Un islamiste appelle à décapiter Marine Le Pen et Eric Zemmour

    Imprimer

    Dans une vidéo qui a abondamment circulé sur le réseau social TikTok, un homme menace ouvertement de «couper la tête» du polémiste Eric Zemmour ainsi que celle de la candidate du Rassemblement national (RN) à la présidentielle Marine Le Pen.

    S'adressant sans doute à un autre homme qu'il surnomme «mon frère», l'individu, se définissant comme un «Marocain», évoque tout d'abord à sa manière la colonisation française au Maghreb.

    Puis, son harangue achevée, il fustige vraisemblablement les Français qui, lance-t-il à son interlocuteur, «te disent aujourd'hui comment tu dois vivre et comment tu dois agir». 

    Et de poursuivre : «Marine Le Pen, elle passera pas, ni (Eric) Zemmour (...)», tient-il à prévenir.

    «On va tous se réunir et on va leur couper la tête»
    La menace se fait ensuite très claire. «On va tous se réunir inch'allah et on va leur couper la tête comme à l'époque du prophète», dit-il tout de suite toujours en référence au polémiste Eric Zemmour, potentiel candidat à l'élection présidentielle, et à Marine Le Pen, candidate déclarée du RN. 

    «Il y a des têtes qui vont tomber, ça va leur faire tout drôle», a conclu l'individu. Le compte de ce dernier a depuis été supprimé.

    Vidéo

     

  • France : Un islamiste fiché "S" voulait commander une Kalachnikov sur "Darknet" et s'était renseigné sur des synagogues

    Imprimer

    Un islamiste, fiché S, âgé de 27 ans, a été interpellé le 1er septembre dernier à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Il avait commandé une kalachnikov avec six chargeurs sur ledarknet mais les forces de l’ordre ont intercepté le colis arrivant des États-Unis. Le suspect a été mis en examen pour association de malfaiteur terroriste criminelle avant d’être écroué.

    Les enquêteurs de la section anti-terroriste (SAT) de la police judiciaire parisienne et ceux de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) conjointement saisis de cette enquête, ont depuis fait des découvertes inquiétantes révèle RTL.

    Des recherches concernant les synagogues et la Syrie
    Le suspect avait-il comme projet de commettre un attentat ? Son téléphone a été exploité et les policiers ont découvert qu’il avait fait des recherches au sujet de plusieurs synagogues, mais également concernant les méthodes pour rejoindre la Syrie. Il aurait également recherché un moyen de se procurer une machette. Néanmoins, le dossier n’est à ce stade pas considéré comme un attentat déjoué par les autorités indiquent nos confrères.

    Les policiers avaient repéré cet homme car il fréquentait des individus fiché au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste). Sa commande d’arme sur darknet a été repérée par les services de renseignement.

  • France : Un arabe se filme en train d'insulter des pompiers et menace la police aux cris d' "Allah Akbar"

    Imprimer

    JOM4TOpJ.jpegUn «arabe et musulman banlieusard» comme il se définit lui-même, a mis en ligne une vidéo le montrant en train de voler du matériel dans un camion de pompiers de Paris alors que ceux-ci mènent une intervention dans une école à Ablon-sur-Seine dans le Sud-Est de la banlieue parisienne.

    Dans la vidéo; on peut voir une photo des pompiers avec le commentaire : «fils de pute».

    Dans une autre vidéo sur le même réseau social, l'abruti qui se fait appeler Rayan et qui rassemble plusieurs dizaines de milliers d'abonnés sur les réseaux sociaux annonce qu'il va «aller dans le commissariat, Allah Akbar, je vais les niquer», en imitant des tirs d'armes à feu avec son poing.

    Il a été interpellé dimanche 3 octobre en fin d'après-midi et libéré après une garde à vue de moins de 24h. Il devra suivre un stage de citoyenneté

  • France : Les préfets appelés à «un haut niveau» de vigilance après une vidéo d’Al-Qaïda

    Imprimer

    Le groupe islamiste radical Al-Qaïda a publié une vidéo d’une quarantaine de minutes le 15 juillet 2021 dans laquelle il menace directement la France. Dans un télégramme envoyé mercredi 21 juillet, le ministère de l’Intérieur a demandé aux préfets de maintenir un « niveau de vigilance » à « un haut niveau ».

    La place Beauvau appelle l’ensemble des préfets, dans un télégramme  à faire preuve d’un « haut niveau » de vigilance après la diffusion d’une vidéo de la société médiatique du commandement d’Al-Qaïda, As-Sahab, la semaine dernière.

    Cette vidéo en arabe, sous-titrée en anglais est « consacrée en intégralité à condamner le blasphème incarné par les caricatures de Mahomet », décrit le directeur du cabinet du ministère de l’Intérieur, Pierre de Bousquet. « La France, considérée comme tête de pont de la prétendue « guerre » de l’Occident contre l’Islam, est vilipendée tout au long de la vidéo », détaille-t-il. « Le président de la République et le ministre de l’Intérieur sont explicitement visés et cités : le discours présidentiel du 2 octobre 2020 et le projet de loi confortant le respect des principes de la République sont amplement contestés ».

    Un niveau de vigilance « à un haut niveau, tout au long de l’été »
    La menace terroriste est prise au sérieux, elle est comparée à celle de l’automne 2020 lorsque la France a été frappée par plusieurs attaques alors que se tenait le procès des attentats de Charlie Hebdo. « Une vigilance tout particulière doit être apportée à ces anathèmes en ce qu’ils stimulent la menace endogène », insiste la place Beauvau. « L’exploitation des trois derniers attentats, par cette propagande, depuis septembre 2020, en est la preuve ».

    Le ministère de l’Intérieur demande à tous les préfets un niveau de vigilance « à un haut niveau, tout au long de l’été et particulièrement à l’approche du procès de septembre » des attentats du 13-Novembre 2015 ; par l’intermédiaire de détection de la menace avec les réunions hebdomadaires des groupes d’évaluation départementaux (GED) mais également par « la mise en sécurité des différents évènements rassemblant la population en adéquation avec la posture ‘Vigipirate sécurité renforcée, risque d’attentat’ ». De nouvelles consignes de sécurité seront transmise aux préfets à la rentrée.

  • France : Interdire aux Pakistanais l'entrée sur le territoire français

    Imprimer

    "Les manifestations anti-françaises au Pakistan et les déclarations de haine anti-française de son 1er Ministre Imam Khan exigent notre vigilance absolue. Aucun “réfugié”pakistanais ou prétendu tel ne doit arriver en France car le risque d’attentat avec ces fanatiques est réel. Le gouvernement doit expulser les cas douteux", déclare l'homme politique français Jacques Myard.