Médina Coura (près de Mopti)

  • Mali : un militaire tué et 12 assaillants neutralisés dans une attaque au centre

    Imprimer

    Un militaire malien a été tué et quatre autres ont été blessés, mardi 6 avril, dans l'attaque d'une position des Forces armées maliennes (FAMa) à Konna, dans la région de Mopti, au centre du Mali.

    "Très tôt ce matin, mardi 06 avril 2021, les FAMa ont réagi vigoureusement à une attaque terroriste à Konna", a indiqué l'armée malienne sur site officiel.

    "Cette riposte au poste de Konna a donné un bilan provisoire d'un mort et 4 blessés légers côté FAMa", a précisé la même source, ajoutant que douze corps d'assaillants ont été récupérés, ainsi que des fusils et du matériel de transmission.

    C'est la cinquième attaque enregistrée dans le centre du Mali en moins d'un mois.

    Dimanche dernier, des combats ont opposé des soldats maliens à des hommes armés dans le secteur de Mafuné, dans la région de Ségou. Six assaillants ont été neutralisés et trois soldats maliens ont été blessés, dont un grave, selon un bilan de l'armée.

    Le vendredi 2 avril courant, une attaque a visé un poste militaire de la commune de Diafarabé dans la région de Mopti. Selon un bilan provisoire publié par l'armée, trois militaires ont été tués et dix-sept  autres ont été blessés, dont six graves.

    Une dizaine d'assaillants ont été neutralisés dans cette attaque. Le samedi 27 mars, des hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de gendarmerie de Madiakuy, dans la région de Ségou. Un gendarme a été tué dans cette attaque.

    Le jeudi 25 mars, d'autres hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de sécurité de Médina Coura, une localité située dans la commune urbaine de Mopti. Selon un bilan publié par l'armée, un militaire a été tué, deux autres ainsi qu'un civil ont été blessés lors de l'attaque. Dans la nuit du mercredi 24 mars, une autre attaque a visé un camp de cantonnement des anciens combattants près de la ville de Sévaré, dans la région de Mopti. Deux éléments du camp ont été tués et un troisième a été blessé.

    Le centre du Mali est confronté ces dernières années à une hausse de l'insécurité, en raison des attaques terroristes et des conflits intercommunautaires.

  • Mali : l'armée neutralise 6 terroristes dans le centre

    Imprimer

    L'armée malienne a neutralisé six terroristes, dimanche 4 avril 2021, lors d'une offensive menée dans le centre du pays, a rapporté l'état-major des Forces armées maliennes (FAMa) dans un communiqué.

    "Le chef d'état-major des armées informe l'opinion nationale et internationale que suite à des renseignements qui précisaient la présence terroriste dans le secteur de Mafuné à une dizaine de kilomètres de Madiakui dans la région de Ségou, une unité FAMa a été engagée en reconnaissance offensive", a indiqué le communiqué, précisant que "dans sa progression , l'unité a été accrochée à environ 10 kilomètres de Mafuné".

    Six terroristes ont été neutralisés et trois militaires maliens ont été blessés, dont un grave, au cours de l'accrochage, a ajouté la même source.

    Ces dernières semaines, les attaques terroristes se multiplient dans le centre du Mali.

    Vendredi dernier, une attaque a visé un poste militaire de la commune de Diafarabé dans la région de Mopti (centre).

    Selon un bilan provisoire publié par l'armée, trois militaires ont été tués et dix-sept autres  blessés, dont six graves.

    Une dizaine d'assaillants ont été neutralisés dans cette attaque.

    Le samedi 27 mars, des hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de gendarmerie de Madiakui, dans la région de Ségou. Un gendarme a été tué dans cette attaque.

    Le jeudi 25 mars, d'autres hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de sécurité de Médina Coura, une localité située dans la commune urbaine de Mopti. Selon un bilan publié par l'armée, un militaire a été tué, deux autres ainsi qu'un civil ont été blessés lors de l'attaque.

    Dans la nuit du mercredi 24 mars, une autre attaque a visé un camp de cantonnement des anciens combattants près de la ville de Sévaré, dans la région de Mopti. Deux éléments du camp ont été tués et un troisième a été blessé.

    Le centre du Mali est confronté ces dernières années à une hausse de l'insécurité, en raison des attaques terroristes et des conflits intercommunautaires.

  • Mali : Trois militaires tués et 17 autres blessés dans une attaque à Diafarabé (centre)

    Imprimer

    ATT:E.B.

    Trois militaires maliens ont été tués et dix-sept autres blessés dans l'attaque qui a visé vendredi 2 avril 2021 leur détachement à Diafarabé dans le centre du Mali, selon un bilan publié vendredi soir par l'armée malienne.

    "Le chef d'état-major général des armées porte à la connaissance de l'opinion nationale et internationale que le vendredi 02 avril 2021, vers 5h du matin, des groupes armés terroristes (GAT) lourdement armés, se sont attaqués au détachement des FAMa de Diafarabé", a indiqué l'armée dans un communiqué.

    Trois militaires ont été tués et dix-sept autres blessés, dont six grièvement, précise le communiqué.

    Dix assaillants ont également été neutralisés dans la riposte à l'attaque, selon la même source.

    Cette attaque est la quatrième du genre enregistrée dans le centre du Mali en deux semaines.

    Samedi 27 mars, des hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de gendarmerie de Madiakuy, dans la région de Ségou. Un gendarme a été tué dans cette attaque.

    Le jeudi 25 mars, d'autres hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de sécurité de Médina Coura, une localité située dans la commune urbaine de Mopti. Selon un bilan publié par l'armée, un militaire a été tué, deux autres ainsi qu'un civil ont été blessés lors de l'attaque.

    Dans la nuit du mercredi 24 mars,, une autre attaque a visé un camp de cantonnement des anciens combattants près de la ville de Sévaré, dans la région de Mopti. Deux éléments du camp ont été tués et un troisième a été blessé.

    Le centre du Mali est confronté ces dernières années à une hausse de l'insécurité, en raison des attaques terroristes et des conflits inter-communautaires.