Mecula

  • Mozambique : Tesla se tourne vers le Mozambique pour l'approvisionnement en graphite et s'éloigne de la Chine

    Imprimer

    Tesla, la société américaine spécialisée dans la production de voitures électriques dirigée par Elon Musk, s'est tournée vers le Mozambique pour la fourniture d'un composant clé dans les batteries de ses voitures, dans ce que de nombreux analystes considèrent comme "un accord unique en son genre". L'objectif de Tesla est de réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine pour le graphite.

    Le 29 décembre, Tesla a signé un accord avec la firme australienne Syrah Resources , qui exploite l'une des plus grandes mines de graphite au monde, située au Mozambique. Il s'agit d'un partenariat unique entre un constructeur de véhicules électriques et un producteur du minéral clé des batteries lithium-ion. La valeur de l'accord n'a pas été divulguée.

    Tesla achètera le matériau à l'usine de traitement de la société à Vidalia, en Louisiane, qui s'approvisionne en graphite dans sa mine de Balama, au Mozambique. Le constructeur automobile basé à Austin, au Texas, prévoit d'acheter 80% de ce que l'usine produit, soit l'équivalent de 8 000 tonnes de graphite par an, à partir de 2025, selon l'accord. Syrah Resources, pour sa part, devra prouver que le matériel respecte les standards de Tesla.

    L'accord fait partie du plan de Tesla visant à augmenter la capacité de production de ses propres batteries, afin de réduire sa dépendance vis-à-vis de la Chine, qui domine les marchés mondiaux du graphite, a expliqué l'entrepreneur britannique Simon Moores, fondateur et PDG de Benchmark Mineral Intelligence, une société britannique fournissant des renseignements et des données sur les matériaux utilisés dans les batteries électriques. « Cela commence par le haut avec la géopolitique », a déclaré Moores, rapportant que les États-Unis veulent avoir une capacité suffisante à l'échelle nationale pour pouvoir construire eux-mêmes des batteries lithium-ion.

    Moores a déclaré que la fabrication de batteries aux États-Unis réduirait certaines des rumeurs sur des problèmes environnementaux dans certaines mines chinoises fournissant Tesla. Les fournisseurs chinois sont également accusés de travail forcé et d'autres violations des droits de l'homme contre les minorités ethniques musulmanes.

    Environ 70 % de tout le graphite naturel est extrait en Chine et près de 100 % est traité localement. Les autres pays connus qui possèdent des gisements de graphite sont le Brésil et le Mozambique. Actuellement, il y a une augmentation exponentielle de la demande de graphite naturel pour les véhicules électriques qui dépasse même la demande croissante de lithium et d'autres éléments tels que le nickel et le cobalt. Cette augmentation est due à la ruée des principaux constructeurs automobiles mondiaux pour produire des véhicules électriques plus respectueux des objectifs environnementaux.

    Le graphite est un composant important pour les batteries électriques car il stocke le lithium à l'intérieur d'une batterie jusqu'à ce qu'il soit nécessaire pour générer de l'électricité en se décomposant en ions et électrons chargés.

    Depuis environ quatre ans, un groupe de militants jihadistes est actif dans la province nord-mozambicaine de Cabo Delgado, particulièrement riche en gaz. Depuis fin novembre 2021, les extrémistes ont déplacé leurs attaques vers l'ouest vers Niassa. Le premier raid des islamistes a eu lieu dans le district de Mecula, dans la province de Niassa. Depuis lors, ils ont mené des attaques sporadiques contre plusieurs villages, tuant plus de 24 personnes. La dernière attaque remonte au 15 décembre 2021, lorsque des membres de l'État islamique ont décapité un pasteur évangélique à Cabo Delgado. 

    Pour aider les forces mozambicaines, depuis juillet 2021, plus de 3 000 soldats ont été déployés dans les zones touchées. Les troupes appartiennent au Rwanda et à 15 autres pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe. Leur mission est d'aider l'armée mozambicaine à arrêter des combattants islamistes. 

    Le 17 janvier, la SADC a décidé de prolonger de trois mois son mandat au Mozambique pour continuer à fournir un soutien militaire dans la lutte contre les islamistes à Cabo Delgado. Cette décision a été prise quelques jours après la signature d'un accord entre le Rwanda et le Mozambique pour élargir la coopération militaire, qui a débuté en juillet 2021. Les troupes rwandaises mènent des opérations antiterroristes avec l'armée mozambicaine dans la péninsule d'Afungi à Cabo Delgado, enregistrant d'importantes victoires contre les extrémistes. Une force de 1 000 hommes a été initialement déployée par le président rwandais, Paul Kagame, avec pour mandat de protéger une usine de traitement de gaz naturel liquide dans la région et d'assurer un couloir de transport entre le nord et le sud du pays.

  • Mozambique : Rencontre entre les chefs de la défense mozambicaine et rwandaise pour lutter contre la menace jihadiste dans la région de Cabo Delgado

    Imprimer

    Les chefs de la défense et de la sécurité du Rwanda et du Mozambique ont convenu de créer des équipes conjointes , chargées de concevoir de nouvelles stratégies pour améliorer le processus de stabilisation et de réforme du secteur de la sécurité dans la province mozambicaine de Cabo Delgado.

    La décision a été prise lors d'une réunion tenue le 9 janvier 2022 au siège de la Police nationale rwandaise (RNP) à Kigali, visant à formuler une feuille de route pour la gestion des opérations antiterroristes en cours à Cabo Delgado. Des responsables ont déclaré que cette décision était prise à un stade critique dans cette  zone du Mozambique en proie aux attaques des jihadistes de l'Etat islamique.

    La réunion s'est déroulée en présence du chef d'état-major des Forces armées du Rwanda (FDR), le général Jean-Bosco Kazura, du chef d'état-major général (CGS) des Forces armées du Mozambique (FADM), l'amiral Joacquim Rivas Mangrasse, l'inspecteur général de la RNP Dan Munyuza, et son homologue en visite, le commandant général Bernardino Rafael.

    Les djihadistes de l'Etat islamique sont actifs depuis quatre ans dans la province septentrionale de Cabo Delgado, riche en gaz. Et depuis fin novembre 2021, ils ont déplacé leurs attaques vers l'ouest, à Niassa. La dernière attaque remonte au 15 décembre 2021, lorsque  des membres de l'État islamique ont  décapité un pasteur évangélique à Cabo Delgado. Les terroristes auraient remis la tête coupée à l'épouse de la victime, qui l'a mise dans un sac et l'a apportée au siège de la police du district de Cabo Delgado, sous les intimidations des assassins. 

    Depuis juillet dernier, plus de 3 000 soldats sont stationnés dans les zones touchées. Ils appartiennent aux forces armées du Rwanda et de 15 pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe, pour aider l'armée mozambicaine à lutter contre les djihadistes. Après un premier raid dans le district de Mecula, dans la province de Niassa, fin novembre 2021, les djihadistes ont mené des attaques sporadiques sur plusieurs villages, tuant environ 24 personnes.

    Gaz liquéfié
    Pendant ce temps, le 6 janvier 2022, le navire de gaz naturel liquéfié flottant (FLNG) Coral-Sul est arrivé dans la zone 4 du bassin de Rovuma, au large des côtes du Mozambique. Le bassin de Royuma est exploité par le Mozambique Rovuma Venture (MRV). Le projet représente le premier du genre dans le pays, ainsi que le premier FLNG en eau ultra-profonde au monde, opérant à une profondeur de 2 000 mètres.

    Avec une capacité de 3,4 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié par an, le navire Coral-Sul FLNG produira le premier gaz du champ offshore de Coral, qui contient environ 16 000 milliards de pieds cubes de gaz. Il devrait commencer la production à partir du second semestre 2022. La compagnie pétrolière italienne Eni, qui a découvert le champ offshore de Coral, dirigera le projet qui, au cours des 25 prochaines années, devrait permettre de générer 19,3 milliards de dollars de revenus pour l'État mozambicain, satisfaisant également la demande de gaz domestique du Mozambique.

    En plus de la création de revenus, le projet jouera un rôle déterminant dans la mise en œuvre d'autres projets à travers le Mozambique, tout en augmentant les avantages socio-économiques tels que la création d'emplois.