Mayo Tsanaga (département)

  • Cameroun : Trois militaires et quatre civils tués dans une nouvelle attaque des islamistes de Boko Haram

    Imprimer

    Trois militaires et quatre civils camerounais ont été tués lors d'une attaque dans la nuit de lundi à mardi attribuée au groupe islamique Boko Haram dans un village à l’Extrême-Nord situé près de la frontière du Nigéria, a indiqué le Général Bouba Doubekréo, commandant du secteur 1 de la Force Mixte Multinationale (FMM).

    « Dans la nuit de lundi à mardi vers 3 heures, plusieurs islamistes de Boko Haram lourdement armés ont attaqué le village de Hitaoua dans le département du Mayo Tsanaga et le poste militaire de cette localité située juste à la frontière entre le Cameroun et le Nigéria à l’Extrême-Nord », a expliqué le Général Dobkréo.

    « L’attaque a été repoussée mais on déplore la mort de trois soldats camerounais et quatre civils », a-t-il souligné ajoutant que les assaillants ont aussi emporté du matériel militaire avant de se replier vers le Nigéria voisin.

    Depuis plusieurs mois, les attaques de djihadistes se sont intensifiées autour du département du Mayo Tsanaga qui partage des frontières avec le Nigéria.

    En avril dernier, des milliers de personnes ont manifesté dans le département du Mayo Tsanaga contre Boko Haram, dont les assauts ne semblent pas faiblir dans la région malgré la coalition régionale mise en place.

    Les manifestants, principalement du canton de Tourou dans le département de Mayo Tsanaga, se sont rassemblés devant la sous-préfecture de Mokolo, chef-lieu du département, puis devant les services du gouverneur à Maroua, chef-lieu de l'Extrême-Nord, demandant une intensification des efforts du gouvernement pour mettre fin aux atrocités de Boko Haram.

    Depuis 2014, Boko Haram a tué environ 3 000 civils et militaires, enlevé plus d'un millier de personnes et fait environ 250 000 déplacés dans la région camerounaise de l'Extrême-Nord, selon une estimation de l'ONG International Crisis Group publié en janvier dernier.

  • Cameroun : deux membres d’un comité de vigilance tués par les islamistes de Boko Haram dans l’Extrême-Nord

    Imprimer

    Une nouvelle attaque attribuée à Boko Haram a coûté la vie à deux membres d’un « comité de vigilance de Sandawadjiri » dans le département du Mayo Tsanaga, région de l'Extrême-Nord du Cameroun, dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 mars, a affirmé le gouverneur de la région, Bakari Midjiyawa.

    Le village de Sandawadjiri est situé dans une zone frontalière proche du Nigeria, où sévit le groupe islamique Boko Haram.

    « Vers 2 heures (heure locale) alors que nous étions campés à l’entrée du village pour veiller contre des landits et les terroristes, notre groupe a été surpris par des combattants de Boko Haram lourdement armés », a expliqué, Abba Yusuf, du comité de vigilance de Sandawadjiri.

    « Vu qu’ils étaient plus nombreux et mieux équipés que nous, ils ont réussi à tuer deux de nos camarades et en ont blessé quatre autres. Ils se sont aussitôt repliés vers le Nigéria voisin », a précisé ce membre du groupe d’autodéfense.

    A l’Extrême-Nord du Cameroun, les comités de vigilance ont été créés en 2014 par décret présidentiel pour aider les forces armées à lutter contre Boko Haram.

    Dirigés par des civils, les comités de vigilance sont des groupes structurés de façon informelle, composés de bénévoles issus des communautés.

    La plupart des assauts de Boko Haram visent les comités de vigilance, leurs communautés et les autorités traditionnelles. Ces attaques visent à décourager ces groupes communautaires de collaborer avec les forces de sécurité et de priver l’armée de son avantage sur le champ de bataille.

    Le groupe islamique Boko Haram, dont le nom signifie approximativement « les livres sont péchés », est basé dans le nord-est du Nigéria et a essaimé dans plusieurs pays voisins, dont le Tchad, le Niger et le nord du Cameroun.

    Depuis 2014, ce groupe a fait des ravages dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, commettant des attaques qui sont souvent menées sans discernement ou qui visent délibérément les civils.

    Ces attaques ont consisté en des attentats-suicide dans des lieux publics où des foules se rassemblent, tels que marchés, mosquées, églises, écoles, camps pour personnes déplacées et gares routières ; des enlèvements, notamment de femmes et de filles ; et des pillages et destructions systématiques de biens civils.
    Carte.jpeg
    Recrudescence des attaques des djihadistes de Boko Haram dans le nord du Cameroun depuis quelques jours
    Les localités de Kouyape, Kolofata et Waza ont subi des exactions des islamistes de Boko Haram ces derniers jours. Plusieurs dizaines de combattants ont pris d’assaut la localité de Kouyapé dans l’arrondissement de Kolofata dans la nuit du 15 au 16 mars. Ils l’ont assiégée pendant plusieurs heures et passé au peigne fin plusieurs dizaines de concessions. Une personne a été assassinée pendant l’attaque. « Il était 22 heures et quelques minutes quand ils ont fait irruption dans le village et ont tenté de l’encercler. Leur présence dans le village a créé une panique généralisée au point où toute la population est sortie pour se retrancher dans des cachettes. Tout le village a réussi à se sauver à l’exception de quelques-uns qui sont tombés dans leur nasse. Le frère Moussa Messeké qui était dans un état d’ébriété cette nuit-là a été rattrapé par ses bourreaux puis froidement assassiné », déclare Moussa Bladi, habitant de Kouyapé.

    Sur le tronçon entre les localités de Waza et Zigue Zigague, Bana Gorlda, 40 ans passés, vendeur de moutons dans la localité d’Amchidé, a été froidement abattu par des islamistes de Boko Haram le 12 mars dernier. Il se rendait au marché de Zigué-Zigagué s’approvisionner en moutons.  Le 12 mars 2022, à quelques kilomètres de Waza et aux alentours de 17h, des assaillants cagoulés ont abattu un homme de 27 ans. La victime s’appelait Baana alias Gorgné. Le malheureux roulait à moto quand celle-ci a été immobilisée. Une autre victime, de passage à ce moment précis, a été blessée par les mêmes assaillants. Ces derniers, identifiés comme étant des membres de Boko Haram,  ont emporté les deux motos non sans avoir au préalable dépouillé leurs victimes.

  • Cameroun : un militaire tué et plusieurs autres blessés dans l’Extrême-Nord

    Imprimer

    FFSbR2LX0AEIS9o.jpegUn officier de l’armée camerounaise a été tué, dimanche 28 novembre 2021, et plusieurs autres soldats ont été blessés  par des combattants du groupe islamique Boko Haram qui leur ont tendu une embuscade à Zélévet, une localité de l’Extrême-Nord du Cameroun, a indiqué le gouverneur de la région.

    « Dimanche matin, des militaires qui effectuaient une patrouille près de la frontière sont tombés dans une embuscade de Boko à Zélévet dans la commune de Moskota, département du Mayo Tsanaga », a indiqué le gouverneur de l’Extrême-Nord, Bakari Midjiyawa.

    L'attaque, qui a eu lieu à proximité du Nigeria, où Boko Haram sème la terreur, a fait un mort et des blessés dans les rangs de l’armée camerounaise selon le gouverneur.

    Depuis le début de la saison sèche dans l’Extrême-Nord du Cameroun, le groupe islamique Boko Haram multiplie les attaques contre des civils et des forces de défense.

    D’après le gouverneur de la région et le ministère de la Défense, au moins une dizaine d’attaques de Boko Haram ont été enregistrées au cours de la semaine qui s’achève.

    Selon le gouverneur de l’Extrême-Nord, les combattants de Boko Haram ont attaqué dans la nuit du 24 au 25 novembre, le poste militaire d’Amchokouli situé dans le canton Afadé dans le département du Logon et Chari.

    Dans cette zone de l’Extrême-Nord du Cameroun, l'armée est régulièrement la cible d'attaques, menées soit par l'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP), créé en 2016, soit par Boko Haram installé dans le nord-est du Nigeria depuis 2009.

    Depuis le début de la rébellion du groupe islamique Boko Haram en 2009 dans le nord-est du Nigeria, le conflit a fait près de 36 000 morts et deux millions de déplacés.

    En 2016, le groupe s'est scindé, avec d'un côté la faction historique et de l'autre l'ISWAP, affilié à "État islamique".

  • Cameroun : Un attentat attribué à Boko Haram fait 14 morts

    Imprimer

    L’Extrême-Nord du Cameroun a été le théâtre d'une nouvelle attaque de Boko Haram, vendredi, qui a fait 14 morts, 12 civils et deux assaillants. Il s'agit de l'un des attentats les plus meurtriers de Boko Haram depuis des mois.
     
    « Douze paysans du canton Mozogo dans le département du Mayo Tsanaga ont trouvé la mort vendredi lors d’un attentat perpétré par une kamikaze de Boko Haram vers 1 heure du matin », a rapporté le gouverneur de l’Extrême-Nord, Bakari Midjiyawa.
     
    « Des combattants de Boko Haram se sont introduits dans le village en tirant des coups de feu en l’air et les villageois se sont réveillés et couraient dans tous les sens avant de se réfugier dans un parc. Les jihadistes de Boko Haram ont alors introduit une fille qui portait une charge explosive. 12 paysans, la kamikaze et un membre de Boko Haram ont été tués lors de l’explosion », a expliqué un témoin.
     
    Installés dans les grottes et montagnes nigérianes près de la frontière camerounaise, les islamistes de Boko Haram en sortent régulièrement pour attaquer des civils et des postes militaires dans l’extrême-nord du Cameroun.

    Identité des victimes :
    -Djallo Gadjo. -Kalla Antoine. -Belinda Antoine. -Madeleine Antoine. -Zoubi Warda. -Viché Mangoché. -Ndarana Mangoche. - Modou Waziri. -Abou Raved. -Liman Malla. -Ngari Kaldapa. -Goni Oumar. -Boukar (Dan Malla).

  • Cameroun : deux militaires tués dans une attaque de Boko Haram contre un poste militaire

    Imprimer

    (Attention E.B.)

    Deux soldats camerounais ont été tués dans une attaque attribuée au groupe terroriste Boko Haram, menée contre un poste militaire situé à l'Extrême-Nord du Cameroun, dans la nuit de samedi à dimanche 6 septembre, ont affirmé des sources sécuritaires.

    « Plusieurs combattants de Boko Haram lourdement armés, ont attaqué dans la nuit de samedi à dimanche, vers 1 heure, le poste militaire de la Force Mixte Multinationale de Toufou, localité située aux monts Mandaras dans le département du Mayo Tsanaga dans l’Extrême-Nord », a souligné le général de brigade Bouba Dobkréo, commandant du secteur 1 de la Force Mixte Multinationale (FMM).

    « Deux de nos militaires sont malheureusement tombés dans l’attaque et un autre a été blessé aux côtes. On déplore également du matériel militaire emporté par les assaillants », a-t-il ajouté.

    D’après l’officier camerounais, les assaillants se sont repliés au Nigéria après l’attaque meurtrière.

    En prenant l’initiative des attaques, les combattants de Boko Haram montrent qu’ils ont pu se reconstituer une logistique et entraîner suffisamment d’hommes. Une posture qu’ils avaient perdue depuis la fin de la grande offensive conjointe des États riverains du lac Tchad, il y a plusieurs mois.

    Née dans le nord-est du Nigeria en 2009, l'insurrection de Boko Haram s'est, peu à peu, propagée à ses voisins camerounais, nigérien et tchadien, particulièrement dans la région du lac Tchad, située à la frontière entre ces quatre pays.

    Les attaques terroristes, après une certaine accalmie, se sont de nouveau intensifiées à partir de 2019. Début mars 2020, l'armée tchadienne a lancé une vaste offensive, à laquelle se sont rejoints par la suite les armées nigériane et nigérienne.

    Près de 1000 combattants de Boko Haram avaient été tués dans les combats selon le président tchadien, Idriss Deby.