Mavi Marmara (navire turc)

  • Grèce : Les Grecs ont tiré sur le navire turc "Anatolian", qui s'appelait avant "Mari Marmara" - un navire qui avait tenté de s'introduire à Gaza il y a 12 ans

    Imprimer

    Samedi 10 septembre, un patrouilleur des garde-côtes grecs a effectués des tirs d'avertissement sur un "navire suspect" battant pavillon des Comores.

    Les autorités turques affirment que l'incident s'est produit dans les eaux internationales, à 11 miles au sud-ouest de l'île turque de Bozcaada.

    Les garde-côtes grecs ont déclaré: «Samedi après-midi, un patrouilleur de l'autorité portuaire de Mytilène a repéré le navire Anatolian battant pavillon des Comores dans la zone maritime au nord-ouest de Lesbos, qui se déplaçait de manière suspecte dans les eaux territoriales nationales, se dirigeant vers le nord de l'île. .. Le capitaine de ce navire, ayant reçu l'ordre de l'équipage d'un patrouilleur des garde-côtes de s'arrêter pour inspection, a désobéi, naviguant parallèlement à la côte turque dans les eaux territoriales turques et se dirigeant vers la côte turque ».

    Le blogueur israélien "Abu Ali", couvrant les événements de la région du Moyen-Orient, écrit qu'Anatolian est le nouveau nom du navire "Mavi Marmara", qui avait tenté d'atteindre Gaza en 2010. "On a l'impression que le Mavi Marmara sous ses diverses formes est utilisé par les Turcs comme navire provocateur et joue avec le feu", écrit Abu Ali.

    En novembre 2021,  le Mavi Marmara avait été mis aux enchères en Turquie. La chaîne de télévision turque TRT Khabar a rapporté que le navire avait été mis en vente par le service de recouvrement de créances. Le prix initial était de 3,88 millions de lires (344 500 dollars américains). Le navire appartenait à la compagnie maritime turque Mavi Dennis Tashimagili. A cette époque, le Mavi Marmara se trouvait dans le port de Mogadiscio en Somalie, où il avait été livré après une attaque de pirates. Le coût de son transport vers la Turquie a été estimé à 320 000 dollars. L'annonce de la vente indiquait que le navire avait été touché par des roquettes et des balles lors du piratage, mais qu'il était toujours en "bon état".

    En mai 2010, les forces israéliennes avaient intercepté la soi-disant « flottille de la paix » dans les eaux internationales. Lors de la capture de son navire amiral le Mavi Marmara, les Israéliens avaient été attaqués par des militants armés du groupe islamiste IHH et contraints d'ouvrir le feu. En conséquence, neuf citoyens turcs avaient été tués. Après cela, Ankara a rappelé l'ambassadeur de Tel-Aviv et le président turc Abdullah Gul avait déclaré que de telles actions auraient pu conduire à la guerre. Selon des documents trouvés à bord du navire détourné, la "flottille de la paix" avait pris la mer avec le soutien direct de Recep Tayyip Erdogan, qui était alors Premier ministre de Turquie. Ankara a cherché en vain des excuses et une compensation d'Israël pendant une longue période. Seules, des excuses ont été faites