Marte (localité du Lac Tchad)

  • Nigeria : Des membres de l'Etat Islamique (ISWAP) attaquent un centre de secours de l'ONU au Nigéria. 25 employés encerclés dans un abri

    Imprimer

    Lundi 1er mars, des djihadistes de l'Etat islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont attaqué un centre de secours de l'ONU dans la ville de Dikwa, dans le nord-est du Nigéria, et ont encerclé un abri où 25 travailleurs humanitaires s'étaient réfugiés, selon des sources de sécurité et de secours.

    Une source militaire a déclaré à l'AFP que des dizaines de militants de l'ISWAP ont pris d'assaut la ville de Dikwa et occupé une base militaire après que les soldats se soient enfuis. Ils ont incendié un centre de secours des Nations Unies, le réduisant en cendres.

    Deux attaques ont été lancées simultanément contre la base militaire et contre le centre humanitaire des Nations Unies".

    Support aérien
    L'armée a envoyé des renforts depuis la ville de Marte, à 40 kilomètres de là, pour aider à dégager l'abri où se sont réfugiés les travailleurs humanitaires.

    Deux avions de guerre et un hélicoptère de combat ont fourni un soutien aérien pour chasser les terroristes du centre humanitaire en feu.

    Cette attaque intervient exactement trois ans après une attaque, le 1er mars 2018, par des militants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest contre un centre humanitaire des Nations Unies dans la ville de Rann (nord-est), qui s'était soldé par la mort de trois travailleurs humanitaires et l'enlèvement d'un quatrième, en plus de la mort de huit soldats nigérians.

    Le nord-est du Nigéria est en proie à la violence djihadiste depuis que le groupe extrémiste islamiste Boko Haram a lancé une rébellion armée en 2009.

    En 2016, l'État islamique en Afrique de l'Ouest s'est séparé de Boko Haram et est devenu la plus grande menace djihadiste au Nigéria.

    Depuis son déclenchement en 2009, le conflit a tué plus de 36 000 personnes et en a déplacé deux millions d'autres.

    Vendredi 28 février déjà, des combattants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest, arrivés à bord de camions équipés de mitrailleuses, aaient attaqué la ville de Dikwa, provoquant la fuite de ses habitants.

    La ville est située à 90 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, et abrite plus de 130.000 personnes, dont 75.000 personnes déplacées (IDP) qui ont fui d'autres parties de la région et vivent dans des camps où ils  dépendent de l'aide alimentaire fournie par les organisations humanitaires.
    EveOnMcXYAEsBWM.jpegL'armée a mis une semaine pour reprendre la base militaire de Marte à l'Etat islamique
    Le 15 février, des combattants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest ont capturé Marte la ville stratégique à partir de laquelle, lundi soir, les renforts militaires envoyés à Dikwa ont été lancés. L'armée a repris le contrôle de la ville au bout d'une semaine.

    La même semaine, l'autre organisation djihadiste "Boko Haram" a lancé une attaque au mortier sur Maiduguri, tuant au moins 16 personnes, dont 9 enfants sur un terrain de foot, et en blessant des dizaines.

    Depuis fin 2020, les deux organisations djihadistes ont intensifié leurs attaques dans la région, ce qui a poussé le président Muhammad Bukhari, qui fait face à de vives critiques sur sa gestion de la situation sécuritaire dans le pays, à licencier. à la fin de janvier,  les quatre principaux commandants de l'armée et à nommer leurs remplaçants.

    Bukhari, un ancien général, avait juré lors de son élection à la présidence en 2015 d'écraser la rébellion djihadiste dans le nord-est, mais ses forces armées luttent sans succès  contre les djihadistes.

    Six ans après l'arrivée au pouvoir de Buhari, les deux organisations djihadistes contrôlent toujours de vastes zones rurales, en plus des nombreuses positions stratégiques qu'elles utilisent pour mener des attaques et mettre en place de faux points de contrôle dans le but d'enlever des militaires, des civils et des employés d'organisations non-gouvernementales.

  • Nigeria : Les jihadistes de Boko Haram attaquent Maiduguri : 17 morts et 43 blessés

    Imprimer

    Les islamistes de Boko Haram ont mené une série d'attaques bien coordonnées contre la ville de Maiduguri, ville principale de l'État de Borno. 

    Selon un haut fonctionnaire du gouvernement, le bilan est estimé à 17 morts et 43  blessés à divers degrés.. 

    Les islamistes ont lancé une attaque près du pont Gwange, utilisant des lance-grenades propulsées RPG. Neuf jeunes garçons ont été tués lorsqu'une roquette RPG a atterri dans un champ où ils jouaient au football, a déclaré Babakura Kolo, le chef d'une milice d'autodéfense. "Au départ, quatre sont morts mais cinq autres sont décédés des suites de leurs blessures." Une autre roquette aurait atterri près d'une mosquée dans le quartier Adam Kolo, tuant trois personnes et en blessant plusieurs autres. Les habitants de la région ont couru pour se mettre en sécurité (Vidéo).

    C'est la première attaque de grande envergure depuis des mois de paix relative dans la ville de Maiduguri, aurait été coordonnée par le groupe terroriste, car trois d'entre elles ont été signalées en même temps. En 2020, une attaque à la roquette similaire avait eu lieu dans la région de Kaliari, où deux personnes avaient été tuées et cinq autres blessées. Les islamistes de Boko Haram avaient fait sauter des conduites d'alimentation, coupant l'électricité et l'eau pour les habitants de Maiduguri. "La destruction, effectuée à l'aide d'un engin explosif improvisé, a laissé Maiduguri dans l'obscurité depuis près d'un mois maintenant", a déclaré le bureau du gouverneur local dans un communiqué.

    Maiduguri abrite plusieurs camps de personnes déplacées à l'intérieur du pays (IDP) contraintes de fuir d'autres zones en raison des opérations militaires contre les djihadistes.

    Les attaques multiples et coordonnées du 23 février pourraient indiquer un changement dans le schéma d'attaque des islamistes.

    Auparavant, la ville jouissait d'une paix relative après les attentats suicides endémiques qu'elle avait connus jusqu'à l'arrivée, il y a deux ans, de l'unité  d'intervention du renseignement (IRT) de la police nigériane. L'IRT avait arrêté une dizaine de terroristes et leurs collaborateurs qui se cachaient dans la ville.

    Les attaques coordonnées sont survenues quelques heures après que les troupes nigérianes aient repris New Marte. New Marte était auparavant tombé aux mains de l'Etat islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP).

    Mohammed Yerima, un général de brigade et porte-parole de l'armée, avait annoncé mardi après-midi que vers 15 heures, les troupes avaient libéré New Marte et les localités voisines, chassant les jihadistes.

    Il a ajouté que les troupes avaient détruit plusieurs engins explosifs improvisés et des mines terrestres plantées sur leurs voies de progression et tué plusieurs insurgés.

    Les troupes au sol étaient appuyées par des avions de guerre pendant les opérations de sécurisation de la ville de Marte et des localités avoisinantes.

  • Nigéria : L'armée s'apprête à reprendre la base militaire de Marte à l'Etat islamique

    Imprimer

    Major General Ibrahim Attahiru.jpegLe Major General Ibrahim Attahiru (photo), chef d'état-major de l'armée, a ordonné aux troupes, qui viennent de reprendre le contrôle de Camp Dikwa et de la ville de Dikwa aux jihadistes de l'Etat islamique de la Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP), de poursuivre leur offensive pour reprendre Marte, quelques jours après que l'ISWAP ait envahi la base de l'armée de New Marte.
     
    Vidéo

    L'opération devrait s'étendre à l'ancienne Marte et aux zones adjacentes, y compris Kirenowa, où se trouve la station de pompage du projet d'irrigation du sud du Tchad.
    EuxNOo7WgAQMijP.jpegEuxNPaVXUAAzewW.jpeg

  • Nigeria : L'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) chasse  une brigade de l'armée à Borno

    Imprimer

    Vendredi 19 févrieri, des combattants de l'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont chassé les militaires de leur base et de la ville de Dikwa, dans l'État de Borno, au nord-est du Nigéria.

    Dikwa, l'ancienne capitale du royaume de Borno, se trouve à environ 90 kilomètres de Maiduguri et offre un lien avec les gouvernements locaux comme Bama, Mafa et Marte.

    Dikwa est également une zone tampon entre la forêt de Sambisa et la région du lac Tchad.

    L'ISWAP a informé les habitants qu'ils ne se trouvaient pas dans la ville mais à la base militaire. Le camp de la 22e Brigade de l'armée nigériane se trouve à Dikwa.

    Les insurgés ont également dit aux habitants qu'ils reviendraient à Dikwa dans quelques jours. Si on en croit les informations locales, les militaires et les civils se seraient retirés à Ajiri, à environ 15 km de Dikwa.

    Selon de précédentes informations, on pensait que les troupes ratissaient la ville à la recherche d’éventuels islamistes infiltrés. Les troupes se seraient donc retirées à Ajiri.

    D'après ce que l'on sait, les bases militaires de Dikwa et de Marte où est stationnée le 153e bataillon de la force opérationnelle, sont attaquées par les combattants de l'Etat islamique. La situation à Marte n'est toujours pas claire en raison d'un manque d''information. On ne sait pas, par exemple, ce qui est advenu du 153e bataillon. On pensait qu'il s'était replié sur Dikwa. On ne sait même pas si le 153e bataillon a été attaqué à Marte ou après son repli à Dikwa. 

    Selon le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, la population du gouvernement local de Dikwa est estimée à 113 9021, dont 75 470 personnes déplacées à l'intérieur du pays.

    L'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) a attaqué à plusieurs reprises les troupes à Dikwa et ses environs, y compris les itinéraires de patrouille et la situation y est très précaire.

  • Nigeria : L'armée reprend le contrôle de la base militaire de Marte capturée par l'Etat islamique

    Imprimer

    L'armée nigériane a repris le contrôle de sa base militaire dans la ville du nord-est de Marte, investie par l'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) dans la nuit du 15 au 16 janvier.
     
    Suite à l'attaque et à l'invasion de la ville, les forces gouvernementales et des centaines d'habitants avaient été contraints de fuir vers Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, à environ 130 kilomètres de Marte. Cependant, le 18 janvier, Africa News a annoncé la reprise du contrôle de la base militaire par les forces armées gouvernementales. Selon un communiqué de l' armée, la nuit de l'attaque des jihadistes de l'ISWAP, les troupes "s'étaient retirées tactiquement" pour faire face à une nouvelle attaque en dehors de la zone de Marte.
     
    Le lendemain de l'offensive, les soldats nigérians de l'opération Tura Taka Bango, coordonnés avec la force opérationnelle aérienne Lafiya Dole, ont neutralisé 7 camions militarisés des groupes armés et décimé les jihadistes. Selon Al Jazeera , les combattants islamistes ont d'abord attaqué la base de Marte pendant la journée, puis ont été repoussés. Après un premier échec, les jihadistes ont mobilisé d'autres forces pour lancer un raid nocturne. L'offensive jihadiste a sans doute été menée en représailles après les récentes pertes: Le 12 janvier, les troupes nigérianes avaient attaqué le plus grand camp de l'ISWAP situé dans le village de Talala, tuant des dizaines de terroristes.
     
    Selon des informations mises en ligne sur les réseaux sociaux par la Défense nigériane, les terroristes ayant participé à l'attaque de Marte seraient des combattants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) et des membres du groupe jihadiste Boko Haram. Après l'attaque, l'ISWAP a publié une déclaration sur sa chaîne de propagande Amaq sur Telegram, revendiquant la responsabilité de l'attaque. Sans fournir plus de détails, le groupe jihadiste a affirmé avoir tué 7 personnes, en avoir capturé 8, saisi de grandes quantités d'armes, de munitions et de véhicules, ainsi que mis le feu à la base militaire. Pour Africa News, il s'agit d'une nouvelle défaite  subie par l'armée nigériane face à l'État islamique.
     
    L'agression du 15 janvier a eu lieu 2 mois après l'expulsion de résidents locaux en raison de violences propagées par des groupes armés. Les habitants, qui avaient fui leurs domiciles deux mois plus tôt en raison des violences, venaient de rentrer dans la ville grâce à un programme gouvernemental. Cette nouvelle offensive de l'Etat islamique souligne la situation sécuritaire précaire dans le nord-est du Nigéria et les difficultés auxquelles le gouvernement est confronté pour tenter de rapatrier les personnes déplacées par les attaques terroristes.
     
    Le nord-est du Nigéria est ravagé par la violence provoquée par les affrontements entre les forces de sécurité nationales nigérianes et des groupes de militants islamistes. La principale organisation terroriste active au Nigéria est Boko Haram, fondée en 2002 en tant que mouvement religieux dans le but de réformer la société nigériane sur la base de l'interprétation littérale de la charia. 
     
    En 2016, Boko Haram s'est fracturé après de longs désaccords internes et la perte d'un territoire important l'année précédente. En conséquence, deux factions majeures ont émergé: l'État islamique d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) et la Jama'atu Ahlis Sunna Lidda'awati wal-Jihad (JAS). Par la suite, l'État islamique a reconnu la faction ISWAP comme sa filiale. L'ISWAP est basé autour du lac Tchad, une région stratégique à la frontière du Nigeria, du Tchad, du Niger et du Cameroun. Selon une évaluation des Nations Unies, l'ISWAPcompte entre 3 500 et 5 000 combattants. Pour sa part, JAS est principalement basée dans la forêt de Sambisa et dans d'autres parties du sud de l'Etat de Borno. On estime qu'il compte entre 1 500 et 2 000 combattants.
     
    Selon Amnesty International, l'État de Borno reste l'épicentre du conflit nigérian. En octobre 2020, 299.314 personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons vers les pays voisins. En outre, l’organisation de défense des droits de l’homme a estimé que 2 118 550 autres personnes ont déménagé dans le nord-est du pays, dont 1 566 011 uniquement dans l’État de Borno.

  • Nigeria : L'Etat islamique capture la ville de Marte et la base de l'armée

    Imprimer
    Les troupes gouvernementales et des centaines d'habitants ont été contraints de fuir après que les combattants de l'Etat islamique aient envahi une ville et capturé une base militaire dans l'État de Borno, dans le nord-est du Nigéria; L'attaque a aussitôt été revendiquée par l'Etat islamique, ont indiqué des sources de sécurité.
     
    Des combattants armés de mitrailleuses de la province de l'État islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont attaqué la base de la ville de Marte dans la région du lac Tchad pendant la nuit de vendredi à samedi, ont déclaré deux sources à l'agence de presse AFP.

    pROjqYqO.jpeg

    L'échec de l'armée est d'autant plus inquiétant que des informations précises qu'une attaque des jihadistes contre la localité de Marte était en préparation.

    Er7USSiXAAInwIR.jpeg

     
    «La priorité est maintenant de reprendre la base aux terroristes et une opération est en cours», a déclaré samedi l'une des sources.
     
    «Nous avons été attaqués par les terroristes de l'ISWAP. Ils ont occupé la base de Marte après une bataille féroce.
     
    Une autre source source a déclaré que l'armée avait «subi des pertes», mais on ne savait pas encore combien de personnes étaient mortes ni le niveau de destruction infligé par le groupe armé islamiste.
     
    Un communiqué de l'armée a indiqué que les troupes «se sont retirées tactiquement» à l'extérieur de Marte pour se défendre contre l'attaque. Les troupes ont «détruit» sept camions chargés d'armes avant l'évacuation  et «décimé» un nombre indéterminé d'attaquants, a ajouté le communiqué.
     
    ISWAP a par la suite publié une déclaration sur sa chaîne d'information Amaq sur Telegram revendiquant la responsabilité de l'attaque.
     
    Sans donner plus de détails, il a déclaré que sept personnes avaient été tuées et une capturée, et que ses combattants avaient saisi des armes, des munitions et six véhicules à quatre roues motrices, ainsi que brûlé la caserne de l'armée.
     
    Marte était toujours  contrôlée par les jihadistes samedi, ont déclaré des sources sécuritaires à l'agence de presse Reuters.
  • Nigeria : Dix militaires tués dans une embuscade tendue par l'Etat Islamique

    Imprimer

    Dix soldats nigérians ont été tués dans une attaque jihadiste contre un convoi militaire mardi dans le nord-est du Nigeria, autour du lac Tchad, ont affirmé mercredi 30 septembre à l'AFP deux sources sécuritaires. Des combattants présumés du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont tendu une embuscade à des soldats non loin de Marte, une ville proche du lac Tchad, bastion de ce groupe jihadiste qui a fait scission avec Boko Haram en 2016. "Les terroristes ont tué dix soldats, dont deux officiers de l'armée", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire, qui veut garder l'anonymat. Ce bilan a été confirmé par une source militaire. Huit soldats ont aussi été blessés dans cette embuscade, selon elle.

    Les assaillants ont ouvert le feu avec des armes automatiques et des lance-grenades sur le convoi militaire, qui apportait des vivres et des équipements à des troupes stationnées dans la zone. Les jihadistes se sont emparés de la cargaison et ont mis le feu à deux véhicules avant de s'enfuir dans la brousse, ont ajouté ces sources.

    Cette attaque intervient peu de temps après le bombardement aérien par l'armée nigériane de plusieurs camps jihadistes dans cette région. Plusieurs jihadistes, dont trois commandants, avaient été tués, selon ces sources.

    Région du lac Tchad
    Le lac Tchad, une vaste étendue d'eau marécageuse truffée d'îlots, situé à la frontière du Nigeria, du Niger, du Tchad et du Cameroun, est devenu le repaire de l'ISWAP. Le groupe a récemment intensifié ses attaques contre l'armée, mais aussi contre des civils.

    Vendredi 25 septembre, les jihadistes ont tué 30 personnes, dont des membres des forces de sécurité, après avoir tendu une embuscade au convoi du gouverneur de la région Babagana Umara Zulum, près de la ville de Baga, située sur les pourtours du lac Tchad.

    L'insurrection islamiste de Boko Haram est née en 2009 dans le nord-est du Nigeria avant de se propager dans les pays voisins, au Cameroun, au Niger et au Tchad. Depuis cette date, plus de 36.000 personnes (principalement au Nigeria) ont été tuées, et 3 millions ont dû fuir leur domicile, selon l'ONU. En 2016, le groupe s'est scindé en deux branches: la faction dirigée par son chef historique, Abubakar Shekau, et l'Iswap, affilié au groupe Etat islamique (EI).