Marayan

  • Syrie : Frappe meurtrière du régime contre une clinique dans le Nord-Ouest

    Imprimer

    Une femme a été tuée mercredi dans un bombardement des forces du régime qui a ciblé un bâtiment comprenant une clinique dans la province d'Idleb (Nord-Ouest), dernier grand bastion rebelle et jihadiste du pays, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Des images prises par un photographe de l'AFP (photo ci-dessus) dans la localité de Marayan montrent un immeuble de deux étages, dont le premier a été partiellement détruit par les tirs d'artillerie survenus tôt mercredi. Des hommes retiraient du matériel médical de la clinique située au rez-de-chaussée, également endommagé. L'OSDH a fait état d'une seule victime, celle-ci étant l'épouse du directeur de la clinique qui résidait au premier étage avec sa famille. Ce centre médical est l'un des seuls à recevoir régulièrement et à administrer les premiers soins aux blessés des environs, avant qu'ils ne soient transférés vers les hôpitaux de la région.

    E-w-9aZWQAcIXiw.jpegDepuis le début de la guerre en Syrie en 2011, les forces du régime ciblent régulièrement des centres médicaux et des hôpitaux lors d'attaques militaires contre les bastions de l'opposition. Les forces du régime ont intensifié cette semaine leurs bombardements sur la province -- leurs premiers depuis des mois --, notamment sur la ville d'Idleb où quatre civils, dont un enfant et une jeune femme (photo ci-contre), ont été tués mardi, selon l'OSDH.

    La région d'Edleb abrite environ trois millions de personnes, dont les deux tiers sont des déplacés venus d'autres régions du pays en guerre. Le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, et ses alliés contrôlent environ la moitié de la province ainsi que certaines parties des provinces voisines. La région fait l'objet d'un cessez-le-feu depuis mars 2020, après une offensive du régime de trois mois ayant déplacé près d'un million de personnes, selon l'ONU. Malgré des violations répétées, le cessez-le-feu a été globalement respecté mais, depuis juin, les forces du régime ont intensifié leurs bombardements sur le sud de la région.