Mansila

  • Burkina Faso : deux militaires tués dans l'explosion d'une mine dans l'ouest

    Imprimer

    Deux militaires ont été tués samedi 2 octobre 2021, par l'explosion d'une mine sur l'axe Mangodara-Noumoutiédougou dans la province de la Comoé à l'Ouest du pays près de la frontière avec la Côte d'Ivoire.

    Selon l'agence d'information du Burkina (AIB), l'armée s'est déployée massivement dans cette zone forestière pour faire face à la montée du terrorisme.

    "Une patrouille de l'armée en mission de sécurisation a sauté ce samedi sur une mine dans la province. Le bilan provisoire est de deux de nos éléments tués", a expliqué un officier militaire sous couvert d'anonymat.

    L'attaque de ce samedi intervient alors que l'armée a annoncé avoir "neutralisé" la veille, dans des frappes aériennes, "plusieurs terroristes" dans la localité de Mansila dans le Sahel.

    Depuis quelques semaines la région de l'ouest du Burkina Faso, notamment la frontière avec la Côte d'Ivoire enregistre des incidents liés au terrorisme.
    FAsj5BOXEAgETRf.jpeg

    Dans la commune de Mangodara, située dans la province de la Comoé, des milliers de personnes apeurées ont fui les villages environnants, selon le Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR).

    Dans une note publiée le 23 septembre dernier, le HCR soulignait, qu'à la date du 19 septembre le Conseil National de Secours d’Urgence et de Réhabilitation (CONASUR) avait déjà dénombré 835 ménages de 6 302 personnes déplacées internes dans cette commune.

    La même source indiquait que l'enregistrement des personnes déplacées internes était en cours et que le ministère de l’Action Humanitaire avait convoyé 40 tonnes de vivres dont 20 tonnes de riz et 20 tonnes de mil pour répondre aux besoins alimentaires urgents de ces populations.

    Depuis 2015 le Burkina Faso est confronté à une montée des attaques terroristes qui ont des nombreuses victimes et plus de 1,4 million de déplacés internes, selon le gouvernement.

    En outre, les violences ont poussé quelque 17 500 personnes à quitter le pays depuis le début de l'année en cours selon l'ONU.

    A ce jour, l'état d'urgence est décrété dans 14 des 45 provinces que compte le pays, afin de faciliter la lutte contre le terrorisme.
    EiazkTUWkAA6Tzh.jpeg

  • Burkina Faso : Frappe aérienne contre un groupe jihadiste

    Imprimer

    L'armée de l'air du Burkina Faso a mené une frappe aérienne contre des membres du groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), un groupe affilié à al-Qaïda, samedi 24 avril près du village de Banga (Mansila), province de Yagha. On ignore s'il y a des victimes.

    Ez0kC6DVIAQ6liQ.jpeg

  • Burkina Faso : Au moins six terroristes tués dans le Sahel et 8 VDP tués dans une autre embuscade

    Imprimer

    Au moins six terroristes  ont été tués, mardi 13 avril 2021, au cours d'une attaque ayant visé une patrouille mixte de militaires et de volontaires pour la défense de la patrie (VDP) dans la localité de Mansila (province du Yagha), dans le Sahel burkinabè au nord du Burkina Faso.

    "Une patrouille de militaires et de VDP a été attaquée mardi par des individus armés non identifiés. Dans la riposte au moins six terroristes présumés ont été neutralisés", a déclaré un officier de l’armée sous couvert d’anonymat.

    Les échanges de tirs ont duré une quarantaine de minutes et du matériel a été saisi des mains des assaillants, selon un responsable des volontaires pour la défense de la patrie (VDP), des civils formés pour soutenir l’armée dans la lutte contre le terrorisme.

    Un élu local a pour sa part signalé la recrudescence des attaques terroristes ces dernières semaines dans cette région précisant que cette situation a installé un climat de peur au sein des populations.

    Mercredi, jusqu’à 13H30 (GMT) l’attaque n’avait pas été revendiquée Et les autorités ne s’étaient pas encore prononcées sur l'événement.

    Depuis 2015, le Burkina Faso fait face à des attaques terroristes dans plusieurs régions. Ces attaques ont fait de nombreuses victimes parmi les civils et les militaires, et des milliers de déplacés sont confrontés à une grave crise humanitaire.

    Plusieurs provinces du pays, notamment dans les régions de l'est, du nord, du Sahel, de la boucle du Mouhoun, et du centre-est, où les attaques et les enlèvements sont réguliers, sont placées en état d’urgence, depuis 2019.

    Au moins 8 VDP tués dans une embuscade, le 14 avril 2021
    Des volontaires pour la defense de la patrie (VDP) de Gorgadji ont été pris en embuscade par des hommes armés,  mercredi 14 avril 2021 dans le village de Bouloye_Siguidi. Au moins 8 VDP tués et 2 portés disparus.

  • Burkina Faso : 11 terroristes présumés neutralisés au Sahel

    Imprimer

    L’armée burkinabè a affirmé, jeudi, avoir "neutralisé" 11 terroristes et capturé un autre dans la province de l’Oudalan, dans la région du Sahel (nord-est), lors d’une opération menée du mardi au mercredi.

    Selon un communiqué de l’état-major général des armées du Burkina Faso, l’armée burkinabè a mené des opérations combinées contre des groupes terroristes armés (GAT) du 23 au 24 février 2021 dans les localités de Tasmakat, Bidy et Fourkoussou et dans la forêt de Bangao dans le Sahel.

    L’objectif était de retrouver les assaillants auteurs des récentes attaques contre les populations civiles dans la zone, indique l’armée, qui n’a pas communiqué sur le nombre de civils et de militaires tués par les terroristes.

    Ces opérations ont permis de "neutraliser 11 terroristes et d'en capturer un", ainsi que de récupérer du matériel des mains des assaillants, souligne le communiqué.

    La situation sécuritaire s’est dégradée depuis la semaine dernière dans le Sahel burkinabè.

    Deux femmes ont été tuées mardi soir, par l’explosion d'un engin improvisé dans la localité de Mansila dans la région du Sahel.

    Dans cette même région, jeudi dernier, huit civils ont été tués, dans une embuscade contre un véhicule de transport dans la localité de Tokabangou dans la commune de Markoye, selon un communiqué du gouvernement burkinabè.

    Depuis 2015, le Burkina Faso fait face dans plusieurs de ses régions à des attaques terroristes qui ont fait de nombreuses victimes parmi les civils et les militaires, et des milliers de déplacés confrontés à une grave crise humanitaire.

    EvEMaS4XMAUTCTB.jpeg

  • Burkina Faso : deux femmes tuées dans l’explosion d’une mine artisanale au Sahel

    Imprimer

    Deux femmes ont été tuées mardi soir 23 février, dans l’explosion d'un engin improvisé dans la localité de Mansila dans la région du Sahel au nord-est du Burkina Faso, a-t-on appris de sources concordantes.

    "Aux environs de 17 heures, une mine a explosé au passage d’une charrette transportant des femmes. Deux femmes ont perdu la vie, selon le constat de nos services", a déclaré une source policière.

    Les médias locaux ont précisé qu’il s’agissait de l’explosion de deux mines, mais le second engin n’a pas fait de victimes.

    Les autorités burkinabè n’ont pas encore communiqué sur l’incident qui, du reste, n’avait pas encore été revendiqué mercredi à 8 heures (locale).

    Dans cette même région, jeudi dernier, huit civils avaient été tués, dans une embuscade contre un véhicule de transport dans la localité de Tokabangou dans la commune de Markoye, selon le gouvernement burkinabè dans un communiqué.

    Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d'attaques terroristes ayant fait de nombreuses victimes et plus d'un million de déplacés internes.

    Lien permanent Catégories : Mansila, Markoye, Tokabangou 0 commentaire