MALI

  • Mali : Attaque d'un Groupe Armé Terroriste à l'ouest de Tombouctou

    Imprimer

    Un militaire a été tué et plusieurs autres blessés lors d'une attaque visant la base de l'armée malienne dans le village d'Acharane, à environ 30 km à l'ouest de Tombouctou, à l'aube aujourd'hui.

    l'armée malienne a annoncé dans un bref communiqué avoir tué au moins quatre des assaillants et saisi leurs armes.

  • Mali : Déploiement du groupe de mercenaires russes Wagner au Mali: L'Algérie dément son implication dans le projet

    Imprimer

    L'Algérie dément son implication dans le financement du projet de déploiement des mercenaires du groupe russe Wagner au Mali. Réagissant aux informations évoquant, depuis quelques jours, l'engagement du pays à financer une partie de ce projet, en entamant des négociations avec les autorités maliennes, un porte-parole du ministère algérien des affaires étrangères a accusé "un pays voisin" d'être à l'origine de cette "rumeur".

    "L'Algérie dément formellement ces rumeurs. Ce sont les parrains d’un pays voisin qui sont à l'origine cette manipulation malveillante », estime ce responsable, dont le nom n'a pas été cité, dans une déclaration à deux organes de presse, Tout sur l'Algérie (TSA) et El Khabar .

    Selon lui, l'Algérie "a toujours soutenu que la solution au Mali n’était pas militaire, mais passe plutôt via l’application des accords d’Alger, et la réunification du pays".

    Lors de sa dernière déclaration, à l'occasion d'une rencontre, dimanche 11 octobre avec des journalistes, le Président algérien, Abdelmadjid Tebboune s'était aussi exprimé sur la question malienne.

    « Pour l’Algérie, la solution au Mali passe par la réunification du nord avec le sud », avait-il déclaré. Le chef de l'Etat algérien affirme aussi que l’armée algérienne « ne s’enlisera jamais dans les bourbiers ». "Au Mali, c’est une affaire de pauvreté et de développement", avait-il lancé.

    Pour rappel, l'affaire du déploiement du groupe de mercenaires russes Wagner au Mali a fait couler beaucoup d'encre, et suscité l'indignation de plusieurs pays, notamment la France. Les autorités maliennes n'ont, toutefois, toujours pas reconnu officiellement l'existence de négociations avec le groupe russe.

  • Mali : l'armée française évacue sa base militaire à Kidal

    Imprimer

    L'opération française Barkhane, a engagé, mardi, la phase de transfert de ses bases militaires à la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies au Mali (MINUSMA) et à l'armée malienne.

    ''Dans le cadre de l’adaptation du dispositif militaire français dans la bande sahélo-saharienne (BSS), décidée en juillet 2021 par le président de la République, le transfert de la base de Kidal à la MINUSMA a débuté, en étroite coordination avec les forces armées maliennes'', a indiqué le porte-parole de l'état-major de l'armée française, le colonel Pascal Ianni.

    La base française se situait au sein du camp de la MINUSMA à Kidal, ville où les forces armées maliennes disposent, dans un autre camp qui a été rénové par la MINUSMA, d’un bataillon d’infanterie motorisée (le 72e RIM) issu de l’armée reconstituée.

    Pour rappel, 1300 militaires de la MINUSMA et plus de 400 soldats maliens sont aujourd’hui déployés à Kidal où ils assurent des missions de protection et de sécurisation indique le colonel Pascal Ianni.

    ''Un convoi logistique a quitté Kidal ce mardi matin (12 octobre 2021)'', souligne le communiqué ajoutant qu'un détachement de la Force Barkhane, reste sur place.

    ''Il est notamment chargé de conduire les dernières formalités administratives et logistiques avant le transfert définitif de la base dans les prochaines semaines'', martèle l'armée française.

    ''Il sera en mesure de faciliter des missions de sécurité et d’appui au profit des partenaires, et travaillera en étroite coordination avec la MINUSMA et les FAMa (Forces armées maliennes)'', a indiqué le porte-parole de l'état-major, le colonel Pascal Ianni.

    Selon lui, cette première étape dans l’adaptation du dispositif militaire français dans la BSS se déroule dans de très bonnes conditions de dialogue et de coordination avec nos partenaires de la MINUSMA et des FAMa.

    En juin dernier, la France a décidé de réorganiser son dispositif militaire au Sahel, en quittant notamment les bases les plus au nord du Mali (Kidal, Tombouctou et Tessalit) et en prévoyant de réduire ses effectifs dans la région d'ici à 2023 à 2 500 - 3 000 hommes, contre plus de 5 000 aujourd'hui.

    "Le transfert vers la Minusma et les forces armées maliennes sera définitif d'ici une dizaine de jours", a ajouté le porte-parole en insistant sur "l'étroite collaboration avec les autorités et l'armée" du Mali.

  • Emmanuel Macron  : Une diplomatie incendiaire !

    Imprimer

    Par Jacques Myard
    Président du Cercle Nation et République
    Président de l'Académie du Gaullisme

    C'est avec une certaine stupéfaction que nous avons pris connaissance des propos du Président de la République sur l'Algérie et ceux en réaction au discours du Premier Ministre malien à la tribune de l'ONU.
     
    ALGERIE : Le 30 Septembre dernier, devant des "petits-enfants" de la guerre d'Algérie réunis à l'Elysée, E. Macron dénonce le discours des autorités algériennes qui "repose sur la haine de la France" , il accuse une propagande portée par les Turcs qui réécrit l'histoire et surtout il s'interroge sur la nation algérienne : " est-ce qu'il y avait une nation algérienne avant la colonisation française ? " Il poursuit en pointant la Turquie qui fait oublier le rôle de colonisateur qu'elle a joué en Algérie.
     
    Quant au système algérien, il le juge "fatigué".
    On pourrait croire que ces propos bien peu diplomatiques, pour ne pas dire « cash » et brutaux, n'étaient pas destinés à être divulgués, eh bien non !
     
    On apprend par un article de presse fort bien renseigné, aux meilleures sources, que les déclarations du Président avaient été mises au point avec précision afin qu'elles soient divulguées, bref qu'elles aient l'impact maximal.
     
    La cible a été atteinte, le gouvernement algérien est furieux et prend des mesures de rétorsion.
     
    MALI : A peine le Premier Ministre malien est-il descendu de la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU que E. Macron fustige ses déclarations et le voue sans appel et publiquement aux gémonies anti-démocratiques.
     
    Mais les initiatives iconoclastes ne se limitent pas à des commentaires persifleurs, il vient de réinventer le traditionnel sommet France-Afrique sans inviter les chefs d'Etats africains ; et il le fait savoir, conseillé par un nouveau gourou, contempteur de la Françafrique.
    Il propose de remplacer le sommet de chefs d'Etats par des tables rondes de la société civile française et africaine qui pourront ainsi réinventer tout à loisir l'Afrique, en dénonçant les affreux colonialistes et surtout, en mettant en porte-à-faux les chefs d’Etat africains qui vont remercier la France : beau gâchis en perspective !
     
    Il se propose enfin de remplacer les sommets France-Afrique par des sommets Europe-Afrique, ainsi nos intérêts seront-ils mieux défendus par Bruxelles et l’Allemagne ...
     
    La question est très simple :
    Est-ce le rôle du Président de la République de se lancer dans des interrogations historiques sur l'existence réelle de la nation algérienne avant la colonisation ou de traiter publiquement le régime algérien de "régime fatigué" ?
     
    Est-ce le rôle du Président de la République de répondre par un "smash" au Premier Ministre malien ?
     
    En d'autres termes, es- ce le rôle du Président de jeter de l'huile sur le feu ?
     
    Sur le fond, E. Macron n'a pas tort dans les reproches qu'il adresse à l'Algérie, il a même raison; il en va de même pour ses commentaires sur le Premier Ministre malien.
     
    Mais dans l'ordre international, E.Macron agit en amateur et même en incendiaire ; loin de calmer le jeu, il l'aggrave au détriment de nos intérêts, sans possibilité de trouver de solution à brève échéance en raison du paroxysme des tensions qu'il provoque.
     
    Dans l'ordre international, les chefs d'Etats constituent le sommet des relations internationales, il n'y a rien au-dessus d'eux pour rattraper, corriger leurs fautes et éviter l'affrontement .
     
    Evincer les chefs d'Etats des réunions diplomatiques pour les organiser autour de palabres estudiantins est-il un grand pas en avant sur la compréhension du monde, bel amateurisme !
     
    Les bouches de canons du Roi de France portaient une devise célèbre et fort instructive :
     
    " Ultima ratio regum "
    La force est le dernier argument des Rois.
     
    E. Macron devrait la méditer car c'est toujours dans cet adage que s'inscrit la géostratégie mondiale, loin très loin de ses utopies et de ses commentaires oiseux qui nous brouillent avec l'Afrique !

    Lien permanent Catégories : ALGÉRIE, FRANCE, Macron, MALI, Myard Jacques 0 commentaire
  • Mali : Libération d'une religieuse colombienne enlevée en 2017 par des jihadistes

    Imprimer

    Soeur Gloria Cecilia Narvaez.jpegUne religieuse franciscaine colombienne, soeur Gloria Cecilia Narvaez, enlevée en février 2017 par des jihadistes au Mali, a été libérée samedi 9 octobre 2021, a annoncé la présidence malienne.

    La présidence du Mali a salué dans un communiqué "le courage et la bravoure de la soeur", précisant que cette libération est "le couronnement de 4 ans et 8 mois d'efforts conjugués de plusieurs services de renseignement". Le président de la transition, le colonel Assimi Goïta, a saisi cette occasion, selon le communiqué, pour assurer au peuple malien ainsi que la communauté internationale que "des efforts sont en cours" pour faire libérer toutes les personnes retenues au Mali.

    La libération de la religieuse colombienne a été confirmée à l'AFP par l'archevêque de Bamako Mgr Jean Zerbo, qui a assuré qu'elle "se porte bien". "Nous avons beaucoup prié pour sa libération. Je remercie les autorités maliennes et les autres bonnes volontés qui ont permis cette libération", a-t-il dit.

    "Emmenez-moi"
    Gloria Cecilia Narvaez fait partie des Franciscaines de Marie Immaculée, une congrégation d'origine suisse fondée en 1893 et présente dans 17 pays. Elle avait été enlevée le 7 février 2017 près de Koutiala, à 400 km à l'est de Bamako. Elle travaillait alors comme missionnaire depuis six ans dans la paroisse de Karangasso avec trois autres religieuses.  Selon une de ses collègues, soeur Carmen Isabel Valencia, soeur Gloria Cecilia Narvaez s'était volontairement livrée à ses ravisseurs alors qu'ils s'apprêtaient à enlever deux religieuses plus jeunes. "Je suis la supérieure, emmenez-moi", avait-elle dit, selon cette collègue.

    Le frère de l'ex-otage s'est dit ému, après avoir eu confirmation de la libération. "Dieu merci, elle est en bonne santé, ils m'ont envoyé des photos et elle a l'air bien", a réagi Edgar Narvaez, dans une brève conversation avec l'AFP.

    Le président de la Conférence épiscopale de Colombie, Mgr Mario de Jesús Álvarez Gómez, a pour sa part exprimé son "immense joie". "Je me réjouis énormément de la nouvelle de la libération au Mali de notre chère compatriote, la religieuse Gloria Cecilia Narváez, un objectif que nous nous étions fixé au sein du gouvernement national et pour lequel nous avons travaillé avec le président (colombien Ivan) Duque pendant de nombreux mois", a déclaré pour sa part dans un communiqué la ministre colombienne des Affaires étrangères, Marta Lucía Ramírez. Mme Ramirez a également souligné les "efforts humanitaires du gouvernement français pour contribuer à cette réussite".

    Une source proche de la médiation a confié à l'AFP que la religieuse n'avait pas été maltraitée pendant sa détention et qu'elle a appris le Coran. "Nous ne dirons pas de détails. Les négociations ont duré des mois, des années", a souligné cette source.

    Un responsable de l'aéroport de Bamako, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, a indiqué à l'AFP que Gloria était arrivée samedi soir dans la capitale malienne d'où elle doit prendre l'avion pour Rome. Le départ de Bamako de la Colombienne a été confirmé par l'archevêché de la ville. Dans une lettre transmise en juillet dernier par la Croix-Rouge à son frère, soeur Gloria Narvaez expliquait être détenue par "un groupe du GSIM", le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans, lié à Al-Qaïda.

    Les enlèvements sont courants au Mali, pays sahélien pris dans la tourmente depuis le déclenchement d'insurrections indépendantiste et jihadiste dans le nord en 2012. Le conflit a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de déplacés, malgré l'intervention de forces onusiennes, françaises et africaines. Un journaliste français, Olivier Dubois, a été enlevé début avril dans le Nord du Mali par des jihadistes affiliés à Al-Qaïda.

  • Mali : La force française "Barkhane" tue un chef d'"Ansar al-Islam

    Imprimer

    Jeudi 7 octobre 2021, une unité des forces spéciales françaises dans la région du Sahel africain a tué un leader islamiste militant qui, avec son groupe, s'était fait une spécialité dans la plantation de mines artisanales.

    La force anti-jihadiste française "Barkhane" au Sahel a déclaré avoir réussi à "neutraliser" Umaru Mobo Modi, qu'elle a décrit comme "le chef d'un réseau de planteurs d'EEI" (Engins Explosifs Improvisés), dans la région de Hombori (près du Burkina Faso). Le chef djihadiste a été mis hors de combat au cours de une opération « en coordination » avec les forces armées américaines et maliennes. L'armée américaine a apporté un soutien logistique et de renseignement aux forces françaises.

    Elle a souligné que "Modi était un leader important du groupe Ansar al-Islam, directement lié à Jaafar Deko, l'émir du groupe, et travaillait dans la zone de la RN 16 (route nationale 16) entre Gossi et Gao et supervisait surtout la pose d'engins explosifs improvisés."

    Elle a révélé que "ce commandant respecté commandait une centaine d'hommes capables de mener des attaques massives".

    Le groupe « Ansar al-Islam » a été créé en 2016 au Burkina Faso à la frontière avec le Mali, par un prédicateur burkinabé, Ibrahim Malam Dekou. 

    Al-Qaïda est actif dans le centre du Mali. Il a également revendiqué de nombreux attentats dans le nord du Burkina Faso au cours des premières années de son activité. Le nombre d'opérations revendiquées par Ansar al-Islam a considérablement diminué après la mort d'Ibrahim Malam Deko. Celui-ci  a été remplacé par son frère Jaafar Deco.

    .

     

  • Mali : Attaque dans le centre du pays : 16 militaires tués

    Imprimer

    Une attaque jihadiste dans le centre du Mali a fait 16 morts mercredi 6 octobre 2021 parmi les militaires maliens, selon des sources de sécurité et médicale maliennes, l'armée malienne faisant pour sa part état de neuf tués et 11 blessés dans ses rangs.

    Un convoi de l'armée malienne qui effectuait une "jonction entre les localités de Koro et Bandiagara a été la cible d'une attaque complexe à l'EEI (engin explosif improvisé) suivie de tirs nourris" vers 11H25 (locales et GMT), a indiqué l'état-major des armées dans un communiqué publié mercredi dans la soirée. Le bilan provisoire s'établissait à "9 militaires morts et 11 blessés et 3 véhicules détruits", selon le texte.

    L'état-major a également affirmé que les militaires maliens avaient "énergiquement réagi" et poursuivi les assaillants, tuant 15 membres de "GAT" (groupes armés terroristes) et récupérant une vingtaine de motos. A l'appui de ce bilan côté ennemi, l'armée malienne n'a fourni dans l'immédiat qu'une photo montrant une dizaine de motos alignées.

    Auparavant, une source de sécurité avait déclaré à l'AFP que le bilan parmi les militaires maliens s'élevait à "16 morts et 10 blessés, dont des cas graves". Cette source a affirmé que les assaillants avaient également subi des pertes significatives.

    Ce bilan de 16 morts et 10 blessés parmi les militaires maliens a été confirmé par une source au centre de santé communautaire de Bandiagara, soulignant que les 16 corps se trouvaient à la morgue de cette localité. Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière frappant l'armée malienne depuis celle contre un convoi le 19 août sur la route entre Boni et Douentza, également dans le centre du Mali, qui avait fait 17 morts.

    Le Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM) a revendiqué la responsabilité de l'attaque dans une vidéo non officielle.

    Le 28 septembre, cinq gendarmes maliens qui escortaient un convoi d'une entreprise minière avaient péri dans une attaque entre Sébabougou et Kwala, dans l'ouest du Mali. Cette attaque avait ensuite été revendiquée par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM ou Jnim en arabe), lié à el-Qaëda, dirigé par le chef touareg malien Iyad Ag Ghaly.

    Le GSIM a également revendiqué une autre attaque visant le 20 septembre un convoi d'évacuation médicale de l'armée dans le centre du pays, qui avait coûté la vie à quatre militaires maliens, ainsi qu'une embuscade le 12 septembre dans le cercle de Macina, dans la même région, dans laquelle cinq militaires avaient péri.

    Depuis le déclenchement de rébellions indépendantiste et jihadiste dans le Nord en 2012, le Mali est plongé dans une tourmente multiforme qui a fait des milliers de morts, dont de nombreux civils, malgré le soutien de la communauté internationale et l'intervention de forces de l'ONU, françaises et africaines. Les violences, entremêlées à des conflits intercommunautaires, se sont propagées du nord au centre du pays, qui en est devenu le principal foyer, puis au Burkina Faso et au Niger voisins.