Makhmour

  • Irak : Quatre morts dans une attaque de Daech dans le nord

    Imprimer

    Quatre personnes, dont des membres des forces de sécurité, ont été tuées, samedi 11 septembre, dans une attaque de l'Etat islamique (Daech) près de la ville de Mossoul, ancien fief jihadiste dans le nord de l'Irak, selon un responsable local et une source sécuritaire.

    L'attaque a touché le village de Khattab, un village isolé dans la région de Makhmour, au sud de Mossoul, a indiqué la source sécuritaire qui a fait état de quatre morts, dont un notable du village, un officier de la police fédérale et un membre du groupe para-militaire Hachd al-Chaabi, une coalition de groupes armés pro-Téhéran intégrés à l'armée irakienne. Huit membres des forces tribales (Hachd Achairi) fidèles au gouvernement ont également été blessés.

    L'attaque a été menée par des jihadistes de l'Etat islamique contre une position du Hachd al-Chaabi aux alentours de deux heures du matin (23H00 GMT), a de son côté indiqué Saleh al-Jibouri, un responsable de la localité voisine de Qayyara précisant que les jihadistes ont déclenché l'explosion d'un IED (Improvised Explosive Device) et tiré des obus. Enfin, des tireurs d'élite de Daech ont tiré à l'arme légère.

    M. Jibouri a fait état de quatre morts dont un notable du village et un paramilitaire, dans cette attaque qui n'a pas été revendiquée.

    L'attaque intervient moins d'une semaine après un assaut des jihadistes près de Kirkouk (nord) qui avait tué 13 membres de la police fédérale irakienne.

  • Irak : L'Etat islamique lance l'une de ses plus importantes attaques dans la région de Kirkouk - 14 policiers tués

    Imprimer

    Quatorze membres de la police fédérale irakienne ont été tués lors d'une attaque perpétrée par l'Etat islamique contre leur point de contrôle près de Kirkouk (nord), dans la nuit du samedi 4 au dimanche 5 septembre 2021.

    Dans cette région vallonnée et peu habitée, les jihadistes ont intensifié leurs attaques contre l'armée et la police irakiennes depuis le début de l'été.

    L'offensive a débuté peu avant minuit et a duré plusieurs heures. "Il y a 13 morts (14 selon un dernier bilan) et trois blessés" du côté des forces de sécurité, selon un officier supérieur de la police fédérale. Ce bilan a été confirmé à l'AFP par une source médicale de la ville de Kirkouk, à 65 km au nord d'Al Rashad, la zone où s'est déroulée l'attaque.

    L'attaque contre le 2e régiment de la police fédérale irakienne et la 19e brigade dans le village de Tal al-Steih, près de Rashad, était parfaitement coordonnée. Les routes étaient truffées d'engins piégés pour tendre une embuscade aux renforts envoyés en renfort.

    Il s'agit d'une des offensives les plus meurtrières contre les forces de sécurité depuis le début de l'année.  Selon l'officier supérieur de la police fédérale, "les cellules de l'organisation (jihadiste) sont actives dans la région autour de Kirkouk en raison de l'absence d'appui aérien et du manque de soutien militaire".

    Nouvelle attaque de l'Etat islamique dans la région de Makhmour, dimanche 5 septembre 2021
    Trois soldats irakiens de la 14e division de l'armée irakienne ont été tués dans une attaque de l'État islamique dans le district de Makhmour, au sud-ouest d'Erbil, dimanche 5 septembre. L'attaque a été repoussée par l'armée, mettant hors de combat plusieurs jihadistes.

    L'Etat islamique toujours une menace en Irak
    Fin 2017, l'Irak a déclaré sa "victoire" militaire sur l'Etat islamique après avoir repris toutes les grandes villes que les jihadistes tenaient depuis 2014, mais des cellules continuent d'opérer dans certaines zones reculées du nord de l'Irak et visent les forces de sécurité. Les jihadistes ont aussi revendiqué le dernier attentat d'envergure à avoir endeuillé Bagdad, une attaque qui a fait plus de 30 morts sur un marché du quartier chiite de Sadr City au mois de juillet 2021.

    Dimanche dernier, le président français Emmanuel Macron en visite au Kurdistan irakien s'était inquiété d'une "résurgence" de l'Etat islamique en Irak et en Syrie, expliquant que les soldats français déployés en Irak dans le cadre de la coalition internationale resteraient dans le pays "quels que soient les choix américains".

    Parmi les 3.500 soldats étrangers présents en Irak, 2.500 sont Américains, mais, à partir de l'an prochain, ils seront cantonnés à un rôle de "formateurs" et de "conseillers" de l'armée irakienne.

  • Irak : La coalition de milices chiites pro-iraniennes s'affrontent à des éléments de Daech au nord de Bagdad

    Imprimer

    Le Hashd al-Chaabi, une coalition de groupes chiites para-militaires irakiens pro-iraniens,  en coopération avec la 59e brigade de la sixième division de l'armée irakienne, affrontent les cellules de l'Etat islamique dans le district de Tarmiya, au nord de Bagdad. Vidéo des combats.

    L'un des principaux dirigeants de l'Etat islamique dans la région aurait été tué au cours des affrontements.

    L'opération conjointe serait une réponse à la récente attaque terroriste dans le nord de Bagdad. Le 31 juillet, l'explosion d'une bombe avait tué au moins deux personnes et blessé neuf autres. L'engin piégé avait explosé près d'un marché populaire du district de Tarmiya.

    Les jihadistes de l'Etat islamique ont multiplié leurs attaques dans diverses régions ces derniers temps.

    Le 9 août, des militants de l'Etat islamique ont attaqué un poste de contrôle de l'armée irakienne dans la ville de Makhmour, dans le gouvernorat d'Erbil.

    L'attaque aurait été déjouée et l'armée irakienne a réussi à faire exploser la moto du kamikaze avant qu'elle n'atteigne le poste de contrôle situé non loin du centre-ville.

    L'Etat islamique constitue toujours une menace pour la sécurité de l'Irak, car ses cellules dormantes restent nombreuses dans le pays.

     

     

  • Irak : L'Etat islamique dresse un faux poste de contrôle dans le nord du pays et enlève 11 personnes

    Imprimer

    Tôt le samedi 7 août 2021, des membres de l'Etat islamique ont enlevé 11 personnes après avoir installé un faux poste de contrôle entre la province nord irakienne de Ninive et celle d'Erbil dans la région du Kurdistan.

    La Direction générale de la lutte contre le terrorisme dans la région du Kurdistan a déclaré que le faux poste de contrôle avait été installé par les jihadistes de Daech près du village de Kendal (Kandar), sur une route menant de Makhmour à Erbil.

    Ismael Hamad, un responsable du Parti démocratique du Kurdistan à Makhmour, a donné plus de détails sur l'incident aux médias kurdes.

    « Un groupe de l'Etat islamique, composé de six personnes, a installé un poste de contrôle près du village de Kendal… et a commencé à arrêter tous ceux qui passaient par là… En conséquence, 3 habitants kurdes du district de Makhmour … ont été grièvement blessés », a déclaré le Hamas. "Les militants de l'Etat islamique ont ensuite kidnappé 11 citoyens, certains d'entre eux sont des résidents de Makhmour, et deux d'entre eux sont arabes."

    Le sort des personnes enlevées n'a pas encore été révélé. Jusqu'à présent, l'Etat islamique n'a fait aucune déclaration à ce sujet.

    Au cours des derniers mois, l'Etat islamique a intensifié ses attaques le long des frontières administratives entre Ninive et la région du Kurdistan. Les forces de sécurité ne sont pas présentes dans la région en raison des désaccords entre Bagdad et le gouvernement de la région du Kurdistan.

    L'Etat islamique continuera probablement de profiter du vide sécuritaire dans le nord de l'Irak. Bagdad et le gouvernement de la région du Kurdistan devraient se coordonner pour faire face à cette dangereuse menace.

  • Irak : 7 morts et 11 blessés au cours d'attaque de lignes de transport d'électricité

    Imprimer

    La cellule médiatique de la sécurité en Irak a annoncé que 7 personnes avaient été tuées et 11 autres blessées dans des attaques qui ont visé les réseaux électriques, et ont conduit au sabotage de 61 lignes à haute tension.

    La cellule a déclaré dans un communiqué que «les principales lignes de transport d'électricité ont été soumises à des attaques terroristes systématiques au cours des dix derniers jours, en conjonction avec la hausse des températures. Ces attaques, qui ont été menées à l'aide de missiles, d'engins explosifs ou par des tirs de snipers pour endommager les lignes électriques, a entraîné la mort et la blessure de 18 personnes parmi le personnel du génie. » et  la destruction de 61 lignes de à haute tension.

    La cellule a poursuivi : « La dernière attaque a été réalisée sur les lignes à haute tension entre Erbil et Makhmour, ce qui a contribué à une coupure électrique dans tout le pays. "

    Elle a souligné : « Le personnel d'ingénierie et technique du ministère de l'Électricité a quand même réussi à produire 16 000 mégawatts d'énergie pour répondre aux besoins des citoyens. 

    Lien permanent Catégories : Erbil, IRAK, Makhmour 0 commentaire
  • Irak : Opération de sécurité contre l'Etat islamique à l'ouest de Mossoul

    Imprimer

    Lundi 26 avril 2021, la 16ème division de l'armée irakienne a lancé une opération de sécurité dans la région d'Ain Juhaish, au sud-ouest de Mossoul, à la recherche des cellules de l'Etat islamique".

    L'opération a abouti à l'arrestation d'une personne recherchée conformément à la loi anti-terroriste irakienne et à la découverte de restes de matériel de guerre. L'opération se poursuit sur plusieurs axes.

    Tensions sécuritaires 
    La région d'Ain Juhaish était le théâtre de tensions sécuritaires continues et les forces armées irakiennes mènent des opérations de sécurité régulières dans cette zone.

    Au cours des derniers mois, le Service antiterroriste irakien a annoncé avoir éliminé 21 "terroristes" lors d'une frappe aérienne dans la région. En décembre dernier plus de 40 djihadistes avaient déjà été tués lors d'opérations terrestres et aériennes.

    Attaques de l'Etat islamique
    Les forces de sécurité ont récemment mené des opérations à grande échelle à la poursuite des restes de l'Etat islamique dans diverses régions, en particulier dans la province de Ninive, dont la ville de Mossoul, a été un centre important de l'organisation islamiste pendant plusieurs années avant d'être expulsé de celle-ci par l'armée irakienne, les forces antiterroristes et la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

    Les forces irakiennes ont lancé des opérations terrestres, avec une couverture aérienne de la coalition, dans les montagnes de Qarah Jog et dans les zones accidentées où les combattants de l'Etat islamique se cachaient et d'où ils ont lancé le mois dernier des attaques contre des secteurs de la ville de Mossoul, à Makhmour et dans la plaine de Ninive.

  • Irak : Un mort et 4 blessés dans l'explosion d'une moto piégée à Bagdad

    Imprimer

    Une personne a été tuée et 4 autres blessées, mardi 23 mars 2021, par l'explosion d'une moto piégée dans la capitale irakienne, Bagdad, selon une source policière.

    "Une moto piégée a explosé avec son conducteur à son bord, dans la rue Al-Qanat dans le district de la Nouvelle-Bagdad, à l'est de la capitale", a déclaré le capitaine de police de Bagdad Hatem Al-Jabri.

    Il a ajouté: "L'explosion a entraîné la mort du conducteur, en plus de la blessure de 4 personnes qui se trouvaient à proximité du lieu de l'attentat".

    Al-Jabri a indiqué que "les autorités compétentes ont bouclé le site de l'explosion et ouvert une enquête pour déterminer les motifs de l'incident".

    Aucune partie n'a encore revendiqué la responsabilité de l'attaque, et il n'y a eu aucun commentaire immédiat de la part des autorités officielles. Il n'a d'ailleurs pas été possible pour le moment de déterminer s'il s'agit d'une attaque terroriste.

    Par ailleurs, le premier lieutenant de la police de Diyala, Shaalan Al-Kamili, a déclaré que des éléments terroristes avaient abattu deux civils dans la province de Diyala, à l'est du pays.

    Leur exécution a eu lieu un jour après leur enlèvement, avec deux autres civils, par Daech, dans le district d'Al-Abara, à 15 kilomètres au nord-est de la ville de Baquba, chef-lieu de la province de Diyala.

    Al-Kamili a également fait savoir, sans donner de plus amples détails, que "les éléments de Daech'' ont libéré une troisième personne enlevée, alors que le sort de la quatrième demeure inconnu".

    Huit membres de l'Etat islamique arrêtés à Bagdad, Halabja et Makhmour
    Le service antiterroriste irakien a déclaré mardi 23 mars que ses forces avaient arrêté huit militants de l'État islamique (Daech) au cours des vingt-quatre dernières heures lors de raids séparés dans les gouvernorats de Bagdad et de Halabja et autour de Makhmour.

    Le service a déclaré dans un communiqué que deux islamistes radicaux avaient été arrêtés dans le gouvernorat de Halabja, deux dans les districts de Makhmour et al-Shirqat, trois dans la région de Dora à Bagdad et un dans l'ouest de Bagdad.

     

    .