Maiga Choguel

  • Mali : Tentative d'assassinat manquée du président de transition lors de la prière de l'Adha

    Imprimer

    Le président de transition au Mali, le colonel Assimi Goïta, est sorti mardi indemne, quelques heures après avoir été visé par une tentative d'assassinat à l'arme blanche durant la prière musulmane de l'Adha, à la Grande mosquée de Bamako.

    Ancien chef d'un bataillon de forces spéciales, le colonel Goïta, auteur de deux putschs en moins d'un an, dont celui qui a renversé le 18 août 2020 le président Ibrahim Boubacar Keïta, ne se déplace d'ordinaire depuis onze mois jamais sans ses hommes, cagoulés et armés de fusils d'assaut.

    Quelques heures après l'agression, les abords de la mosquée du roi Fayçal étaient paisibles comme le reste de la capitale en ce jour de Tabaski (surnom de la fête en Afrique de l'Ouest) où chacun selon la coutume se recueille en famille, selon des correspondants de l'AFP.

    En milieu de matinée, après la prière, tandis que l'imam se dirigeait vers la sortie de la mosquée pour égorger le mouton sacrificiel, deux hommes se sont levés et ont tenté de poignarder le colonel Goïta, a constaté un journaliste de l'AFP.

    Ils ont échoué. "Je vais très bien, aucun élément n'a été blessé", a déclaré le chef de l'Etat à la télévision nationale au journal de la mi-journée, précisant que cette agression avait été "maîtrisée". "Quand on est leader, il y a toujours des mécontents, il y a des gens qui à tout moment peuvent vouloir tenter des choses pour déstabiliser, tenter des actions isolées", a-t-il détaillé.

    Les deux hommes --dont la répartition des rôles restait encore floue-- ont été interpellés et emmenés dans les locaux de la Sécurité d'Etat (renseignement), selon une source proche de la présidence.

    Ni M. Goïta, ni son Premier ministre Choguel Kokalla Maïga qui s'est également exprimé sur la télévision d'Etat, n'ont mentionné un second agresseur, faisant référence à une seule personne. Interrogé par l'AFP pour savoir s'il s'agissait d'une "tentative d'assassinat", un responsable de la présidence de transition a répondu: "Oui, tout à fait".

    Aucune piste privilégiée
    A Kati, ville-garnison à une quinzaine de km de Bamako, QG des militaires, M. Goïta a reçu plusieurs ministres venus exprimer leur "compassion", selon le communicant de la présidence, le commandant Baba Cissé.

    L'un d'entre eux, Mossa Ag Attaher, ex-rebelle désormais ministre de la Jeunesse, s'est dit sur les réseaux sociaux "choqué et dégouté par la violence, la lâcheté et la barbarie de ceux qui ont tenté d'intenter à l'intégrité du chef de l'Etat".

    Dans la grande mosquée, Assimi Goïta était assis auprès d'autres dignitaires du régime, notamment des militaires putschistes comme Malick Diaw, qui dirige le Conseil national de transition (CNT, faisant office de Parlement). Il était, fait rare depuis son apparition dans la sphère publique, en habit civil de tissu bazin bleu ciel, tenue typique des jours de fête. Un des deux assaillants portait un turban, selon le même constat de l'AFP. Les deux étaient détenteurs d'armes blanches.

    A la mi-journée mardi, aucune piste ne pouvait être privilégiée quant à leurs motivations, dans un pays très instable politiquement et en prise à des violences multiformes depuis 2012. Ces violences, qui ont débuté par des rébellions indépendantiste puis jihadiste dans le Nord, se sont ensuite propagées au centre et au sud du Mali, se mêlant à des conflits intercommunautaires et à des attaques crapuleuses dans des zones où l'influence de l'Etat est très faible.

    Le phénomène s'est depuis plusieurs années étendu aux Burkina Faso et Niger voisins, où opèrent également des groupes affiliés à el-Qaëda ou à l'organisation Etat islamique (EI).

    Bamako, d'habitude relativement épargnée par rapport au reste du pays, a connu depuis 2015 des attentats jihadistes, et a été le théâtre de deux coups d'Etat en moins d'un an.

    Le dernier en date, en mai, a été mené par les mêmes colonels, conduits par le colonel Assimi Goïta, que celui d'août 2020, et a abouti à son investiture comme président de la transition.

    Les militaires ont largement fait main basse sur le pouvoir. Mais le colonel Goïta comme le nouveau gouvernement, nommé par les militaires, ont assuré qu'ils tiendraient l'engagement de rendre les commandes aux civils après des élections prévues le 27 février 2022.

  • Mali : Le colonel Goïta rentre conforté du sommet extraordinaire des chefs d'Etat d'Afrique de l'Ouest après sont coup d'Etat

    Imprimer

    Le colonel Assimi Goïta est rentré, lundi 31 mai au Mali, avec pour tâche première de nommer un Premier ministre de transition, à présent que ses voisins ouest-africains ont paru prendre acte de son accession à la tête du pays au prix de deux coups d'Etat.

    L'ancien commandant de bataillon des forces spéciales revient du Ghana où les dirigeants de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest se sont réunis dimanche pour un sommet extraordinaire exclusivement consacré au Mali. Ils devaient trancher l'épineuse question de la réponse à apporter au deuxième coup de force mené en neuf mois par Assimi Goïta et les colonels putschistes d'août 2020, dans un pays crucial pour la stabilité du Sahel confronté à la propagation jihadiste.

    Énième soubresaut politique dans un pays en pleine tourmente, Assimi Goïta a écarté par la force la semaine passée le président Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane, cautions civiles de la transition ouverte après le coup d'Etat du 18 août 2020 et censée ramener les civils au pouvoir au bout de 18 mois. Il s'est ensuite fait déclarer président de la transition et chef de l'Etat par la Cour constitutionnelle.

    La Cédéao a suspendu le Mali de ses institutions, ce qui empêchera par exemple les dirigeants maliens de participer aux sommets de l'organisation. Cette suspension "prend effet immédiatement" et restera en vigueur jusqu'en février 2022, échéance à laquelle sont programmées des élections présidentielle et législatives en vue de remettre le pouvoir entre les mains des civils, a indiqué la ministre ghanéenne des Affaires étrangères Shirley Ayorkor Botchwey aux journalistes à l'issue du sommet.

    Fait accompli
    La Cédéao, qui avait infligé un embargo commercial et financier au Mali en août 2020, s'est en revanche gardée cette fois de telles sanctions, générales ou visant les colonels. Elle a certes condamné ce qu'elle appelle bel et bien à présent le "coup d'Etat". Mais elle reste silencieuse sur l'arrêt de la Cour constitutionnelle qui fait d'Assimi Goïta le président. Elle ne réclame pas le rétablissement dans ses fonctions de l'ancien président de transition. Ce faisant, elle entérine la réalité de la présidence Goïta, ont réagi nombre d'experts.

    La Cédéao a décidé "d'acquiescer au fait accompli, omettant entièrement les sanctions qu'elle avait imposées l'an dernier", a tweeté l'ancien envoyé spécial américain pour le Sahel Peter Pham, "et, en ne disant rien sur l'accession du colonel Assimi Goïta à la présidence tout en appelant à un nouveau Premier ministre civil (nommé par le président) elle l'a implicitement reconnu chef de l'Etat".

    Une mission de la Cédéao dépêchée la semaine dernière au Mali avait évoqué l'éventualité de sanctions. Mais de nouvelles mesures coercitives divisaient les dirigeants ouest-africains. Les sanctions infligées en août 2020 avaient été mal ressenties par une population éprouvée dans un pays exsangue.

    Avertissement de Macron
    La Cédéao s'est par ailleurs retrouvée devant une apparente ligne de faille avec la mansuétude montrée vis-à-vis de la transition militaire au Tchad, autre pays sahélien où un Conseil militaire de transition (CMT) de 15 généraux a pris le pouvoir le 20 avril après la mort d'Idriss Déby Itno, avec à sa tête un des fils de l'ancien président.

    La France et les Etats-Unis, engagés militairement au Sahel, ont brandi la menace de sanctions après le coup de force malien du 24 mai. Paris a dénoncé un "coup d'Etat inacceptable" et le président Emmanuel Macron a averti, dans un entretien au Journal du dimanche, que Paris "ne resterait pas aux côtés d'un pays où il n'y a plus de légitimité démocratique ni de transition". Il a aussi prévenu que la France retirerait ses troupes si le Mali allait "dans le sens" d'un islamisme radical, possible mise en garde avant la désignation d'un Premier ministre qui se montrerait conciliant avec les jihadistes.

    Les colonels se sont dits ouverts au dialogue avec certains chefs jihadistes. Et la personnalité la plus couramment citée pour le poste de chef de gouvernement, Choguel Kokalla Maïga, est considérée comme ayant des rapports étroits avec l'influent imam conservateur Mahmoud Dicko, également favorable à un tel dialogue, rejeté par Paris. Le colonel Assimi Goïta avait déclaré vendredi qu'un gouvernement pourrait être formé dans les prochains jours.

     

  • Mali: le président et le premier ministre « mis hors de leurs prérogatives » par Assimi Goïta

    Imprimer

    Le Vice-président malien Assimi Goïta (photo) a indiqué mardi avoir déchargé de leurs prérogatives le président Bah N’Daw et son premier ministre Moctar Ouane, coupables selon lui de tentative de "sabotage", dans ce qui s'apparente à un deuxième putsch en neuf mois.

    N'Daw et Ouane avaient été chargés, en septembre dernier, de coordonner une période de transition de 18 mois en vue du retour à un régime civil après le coup d'État militaire qui avait eu lieu environ un mois plus tôt, mais de nombreux membres du gouvernement et de l'opposition s'inquiétaient du contrôle des postes clés par l'armée.

    Le colonel Goïta reprochait au président Bah Ndaw et au Premier ministre Moctar Ouane d'avoir formé un nouveau gouvernement sans le consulter, bien qu'il soit en charge de la défense et de la sécurité, domaines cruciaux dans le pays sahélien en pleine tourmente.

    « Suite à une crise de plusieurs mois au plan national prenant en compte des grèves et manifestations diverses des acteurs sociaux et politiques, le gouvernement dirigé par Monsieur Moctar Ouane, s’est montré incapable de constituer un interlocuteur fiable, susceptible de mobiliser la confiance des partenaires sociaux », tranche le communiqué.

    Assimi Goïta tient néanmoins à rassurer le peuple malien et « invite les populations à vaquer librement à leurs occupations et les rassure de l’engagement indéfectible des Forces armées de défense et de sécurité, à préserver l’intérêt supérieur du Peuple malien, conformément à l’esprit et à la lettre de la Charte de transition ».

    « Au demeurant, le Vice-Président de la Transition tient à préciser que le processus de Transition suit son cours normal et que les élections prévues se tiendront courant 2022 » conclut enfin le Vice-président de la transition malienne.

    Pour rappel, lundi en début de soirée, le président Bah N'Daw, le premier ministre Moctar Ouane et des personnalités civiles et militaires, ont été arrêtées avant d’être conduits à la caserne militaire de Kati située à une quinzaine de kilomètres de la Bamako.

    L'arrestation de ces personnalités est intervenue tout juste après l'annonce d'une nouvelle équipe gouvernementale, selon laquelle le général de brigade Souleymane Dacouré remplace le Colonel Sadio Camara à la tête du ministère de la Défense et le général de division Mamadou Lamine Diallo remplace le Colonel Modibo Koné au ministère de la Sécurité et de la Protection civile.

    Explication des raisons du coup d'Etat 
    Emmanuel Dupuy, président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE) a expliqué qu'« un certain nombre de responsables politiques (3) que les militaires ne voulaient pas voir partir, ont été chassés avec la nomination de ce nouveau gouvernement, notamment le Colonel Modibo Koné, ancien ministre de la Sécurité et de la protection civile, remplacé par le Général Mamadou Lamine Ballo, ainsi que le Colonel Sadio Camara, qui tenait le ministère de la Défense et Anciens combattants, remplacé par le Général Souleymane Doucoure ».

    « Il s'agit d'un coup de semonce des militaires pour essayer de faire plier un pouvoir qui s'était donné des oripeaux de « civilisme » et qui d'une certaine façon illustre le fait que la gangrène de la corruption et l'incapacité d'action des responsables politiques maliens, est absolument abyssale ».

    « Les militaires qui avaient pris le pouvoir le 18 août dernier ont été un peu dilués à travers le processus de démocratisation engagé à la suite du coup d'État du 18 août dernier », observe Emmanuel Dupuy rappelant les étapes de ce processus :

    « Charte de la transition (octobre 2020) ; mise en place du Conseil national de transition (décembre 2020) ; mise en place du Comité local du suivi de la transition, dans le dialogue avec la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union Africaine (UA) et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) en janvier 2021 » sous la Présidence de transition de Bah N'Daw avec Moctar Ouane pour premier ministre, tous deux en poste depuis les 25 et 28 septembre 2020 respectivement, le Président N'Daw succédant à Assimi Goïta, leader de la junte militaire à l'origine du putsch d'août 2020, Vice-président de la Transition de la République du Mali, chargé des Questions de défense et de sécurité après avoir été le chef d'État de facto du Mali du 24 août au 25 septembre 2020.

    Le président de l'IPSE constate une « volonté de celui qui serait à l’origine du coup, le colonel Assimi Goïta de ne pas se laisser « marginaliser » par les personnalités politiques (Moctar Ouane, notamment) qu’il avait été obligé de mettre en avant pour que le putsch engagé par le CMT [Conseil militaire de transition devenu le Comité national pour le salut du peuple (CNSP)] soit accepté par la communauté internationale et acteurs régionaux (notamment la CEDEAO) ».

    « La Garde présidentielle réclame désormais le changement du Premier ministre, ainsi que le retour des Colonels Camara et Koné au gouvernement », rappelle Dupuy.

    « Le Premier ministre de transition, Moctar Ouane et le Président de transition, Bah N'Daw, ont sans doute été trop enclins à entendre les doléances de la communauté internationale, qui inclut la position française, exigeant qu'on démilitarise le pouvoir politique au Mali », estime le Président de l'IPSE.

    La France en partie responsable
    « La France a sans doute, été un peu trop insistante dans sa volonté de calmer les ardeurs militaires, ou de marginaliser les auteurs du coup d’État », estime le président de l'IPSE faisant état d'« un échec de la communauté internationale dont fait partie la France qui avait notamment exigé qu'on s'inscrive dans un processus de transition et qui voit, de nouveau, un mois après le coup d'État au Tchad, un deuxième coup de semonce en 9 mois au Mali, sans que Paris n'ait vu venir quoi que ce soit, comme lors du coup d'État survenu en août dernier », et précisant qu'il s'agit « peut-être du cinquième coup d'État au Mali depuis 1968 ».

    « En moins d’un an, deux premiers ministres (Boubou Cissé et Moctar Ouane) et deux présidents (Ibrahim Boubacar Keïta, et Bah N’Daw) avec lesquels la France négociait, ont été arrêtés, ce qui est un aveu cinglant de notre incapacité à comprendre les dynamiques qui sont en cours, que ce soit au Mali, que ce soit au Tchad, et je crains malheureusement, que le Burkina Faso ne soit dans une situation de fragilité extrême qui pourrait amener à une remise en cause de la légitimité du président Kabore », ajoute le chercheur français.

    « La France semble avoir été incapable, neuf mois après le putsch du 18 août 2020, d’anticiper et de décrypter les mouvements de protestations à Kati, dans l’entourage des colonels, notamment auprès de Sadio Camara, ex-ministre de la Défense et des Anciens combattants, évincé par Moctar Ouane », estime Dupuy ajoutant que « la France ne comprend rien à ce qui se passe dans les zones où ses militaires sont engagés et Paris se rend désormais bien compte que ce sont bien les militaires qui sont au pouvoir à Bamako ».

    marginalisation d'acteurs politiques centraux au Mali

    Parmi les moteurs de la crise politique actuelle au Mali, le président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE) cite également l'évidente marginalisation d'acteurs politiques centraux au Mali.

    « L'absence de mouvements politiques structurant du pays, tels que la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l'Imam Dicko (CMAS), ou du Mouvement du 5 Juin (M5-RFP) dans le nouveau gouvernement se trouvent durement pénalisée, puisqu'aucun poste ne leur a été attribué au sein de ce nouveau gouvernement  ; s'ajoutant au fait qu'« un certain nombre de ministres militaires influents ont été chassés », note encore Emmanuel Dupuy ayant rencontré un certain nombre de dirigeants politiques maliens, notamment l'Imam Dicko.

    « La position commune de tous mes interlocuteurs est que le mouvement politique [M5-RFP] qui structure le débat politique dans le pays, ne pouvait pas être marginalisé sans qu'il ne réagisse. La réaction est venue aujourd'hui de l'autre acteur central du pouvoir au Mali », ajoute le président de l'IPSE faisant référence à la junte militaire malienne.

    « Pour résumer, le jeu politique au Mali se tient entre les militaires d'une part et le M5-RFP de l'autre ; les autres forces politiques ne comptent plus », constate encore Emmanuel Dupuy après sa visite récente à Bamako.

    « Ces événements politiques majeurs adviennent en amont de l’anniversaire de la manifestation du 5 juin 2020, démontrant aussi la capacité d’action du M5-.RPF », souligne encore le président de l'IPSE.

    Observant que dans la situation actuelle, la garde présidentielle s'oppose aux autres forces, et rappelant « l'épisode des « bérets verts » contre les « bérets rouges » en avril et mai 2012, Dupuy estime que cette récente crise politique qualifiée de « coup d'État » par une partie de la communauté internationale « confirme que le cycle des coups d’état et alternances corporatistes militaristes se substitue désormais à celui de l’alternance politique vertueuse que des processus électoraux biaisées ne sont plus capables d’assurer ». « Triste retour en arrière ! », estime le chercheur français.

    « Les ambitions personnelles et guerres picrocholines politiciennes à Bamako semblent nettement trancher avec l’agenda - complexe et volontairement ralenti par certains (dont la France), notamment du dialogue inclusif avec les « djihadistes » de Katiba Macina (et de leur chef, le prédicateur peul Hamadou Koufa), dans la région de Ségou, au centre du pays (traversée par le fleuve Niger) et le processus de réconciliation nationale », note encore Dupuy.

    « Cette forme d’« évitement » inconsciente ou provoquée de l’enjeu réel de la réconciliation nationale laisse ainsi une opportunité considérable pour ceux qui souhaitent dialoguer avec les groupes armés. C’est le cas de l’imam Mahmoud Dicko qui devrait se rendre dans quelques semaines dans le centre du pays. Il y constatera l’échec de la mission confiée à l’ancien président par intérim (avril 2012- septembre 2013), Dioncounda Traoré, devenu en juin 2019, le Haut Représentant pour le Centre », conclut Emmanuel Dupuy, président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe.

    Tractations ce mardi 25 mai
    Emmanuel Dupuy a fait état de développements dans les discussions en cours au camp militaire de Kati, le chercheur français citant « les témoignages des différentes délégations qui se sont rendues à Kati pendant la nuit ».

    « Les militaires demandent que le M5-RPF prenne la Primature et Choguel Maiga réfléchit au poste de premier ministre qui lui a été proposé, selon ces témoignages ».

    « Cela constituerait un coup double pour les militaires qui d'une part se débarrasseraient de Moctar Ouane et d'autre part, désamorceraient les doléances de la manifestation prévue par le mouvement pour le 4 juin et qui pourrait constituer un marqueur fort contre les militaires : elle pourrait se transformer en soutien populaire », a estimé le président de l'IPSE rappelant « l’arrivée dans la journée, du médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan ».

    « La conclusion logique de cette série de désaccords était la démission du Premier ministre et du Président maliens », estime Emmanuel Dupuy. Il « reste maintenant à remplacer un Président et un premier ministre de transition dans l’esprit de la Charte de la transition publiée le 1er octobre dernier »

    La France condamne ce qu'elle appelle un coup d'Etat
    "Un coup d'Etat inacceptable": les dirigeants européens ont "condamné avec la plus grande fermeté l'arrestation du président du Mali et de son Premier ministre", a déclaré mardi le président français à l'issue d'un sommet européen, la France demandant une réunion d'urgence au Conseil de sécurité de l'ONU.

    "Nous sommes prêts, dans les prochaines heures, si la situation n'était pas clarifiée, à prendre des sanctions ciblées" contre les protagonistes, a affirmé Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse.

    "Nous avons condamné avec la plus grande fermeté l'arrestation du président de la transition, de son Premier ministre et de leurs collaborateurs", a rapporté le président français. "Ce qui a été conduit par les militaires putschistes est un coup d'État dans le coup d'Etat inacceptable, qui appelle notre condamnation immédiate", a ajouté le président français.

    Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a, quelques minutes avant Emmanuel Macron, indiqué devant l'Assemblée nationale que la France demandait une réunion d'urgence devant le Conseil de sécurité de l'ONU. Elle "condamne avec la plus grande fermeté ce coup de force", "exige la libération des autorités" et "la reprise immédiate du cours normal de la transition", a déclaré M. Le Drian. Selon lui, "le caractère civil de la transition est une condition sine qua non de la crédibilité du processus de transition et du soutien que les partenaires internationaux peuvent apporter aux autorités maliennes". "Si d'aventure il n'y avait pas un retour à l'ordre de la transition, nous prendrions des mesures immédiates de ciblage contre les responsables militaires et politiques qui entravent la transition", a averti le ministre français.

    La Minusma, l'Union africaine (UA), les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Allemagne ont aussi condamné "fermement la tentative de coup de force". Ils ont rejeté par avance tout fait accompli, y compris une éventuelle démission forcée des dirigeants arrêtés. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé lundi "au calme" au Mali et à la "libération inconditionnelle" de MM. Ndaw et Ouane.

    L'Algérie condamne le coup de force et annonce son soutien aux autorités de transition
    L'Algérie a exprimé, mardi, son soutien aux autorités de transition de son voisin du sud, le Mali, et son refus de les voir écartées par la force, après l'annonce de de l'arrestation du président Bah N'Daw et de son Premier ministre Moctar Ouane par des membres des forces armées.

    Le ministère algérien des Affaires étrangères a déclaré, dans un communiqué consulté par le correspondant de l'Agence Anadolu, qu'il "suit avec une grande préoccupation l'évolution de la situation dans l'État du Mali et affirme son rejet de toute tentative de changement de gouvernement par la force."

    Le communiqué ajoute que l'Algérie "déclare son soutien aux autorités de transition maliennes sous la direction du président Bah N'Daw, auxquelles elle a apporté tout le soutien nécessaire à la réussite de la période de transition en cours."