Maiduguri

  • Nigeria : 16 jihadistes de Boko Haram tués dans une frappe aérienne de l'armée nigériane

    Imprimer

    Seize membres du groupe islamiste «Boko Haram» ont été tués lors d'une opération militaire lancée par l'armée dans le nord-est du Nigéria.

    Le porte-parole du ministère de la Défense, John Inish, a déclaré dans un communiqué que l'armée avait lancé une frappe aérienne contre des éléments "de Boko Haram" dans la zone "Casa Kura" de l'état de Maiduguri (nord-est).

    Le porte-parole a déclaré que le raid avait entraîné la mort de 16 membres du groupe jihadiste et la fuite d'autres, parmi lesquels plusieurs blessés, 11 jihadistes ont été capturés. L'armée a également récupéré des armes et de grandes quantités de munitions.

    Depuis 2009, les attaques de Boko Haram ont tué plus de 20 000 personnes et déplacé des millions de personnes au Nigéria.

    Depuis 2015, l'organisation a lancé des attaques dans les pays voisins comme le Cameroun, le Tchad et le Niger.

    "Boko Haram" est une organisation armée nigériane, fondée en janvier 2002, qui appelle à une application stricte de la loi islamique dans tous les États, même ceux du sud à majorité chrétienne, et a annoncé en mars 2015 son association avec l'Etat islamique.

  • Nigeria : 75 personnes tuées en une nuit par Boko Haram selon un sénateur nigérian

    Imprimer

    Les jihadistes de Boko Haram ont tué plus de 70 membres d'une communauté en une nuit, dans le nord-est du Nigeria, ont rapporté les médias locaux mercredi.

    Ali Ndume, sénateur et président de la commission sénatoriale sur l'armée, a déclaré lors de sa participation à un débat à Maiduguri que des membres du groupe terroriste avaient tué 75 personnes âgées dans la ville de Gwoza, dans l'État de Borno.

    Soulignant que les habitants de Gwoza sont en danger en raison des attaques du groupe terroriste, Ndume a déclaré que "même en tant que sénateur, je ne peux toujours pas aller à Gwoza parce que la ville n'est pas sécurisée".

    Les forces de l'ordre mettent tout en œuvre pour la sécurité dans la région, mais des gens y meurent tous les jours et la situation y est très critique, a-t-il souligné.

    Et d'ajouter que, outre les attaques, les habitants de la région souffrent également de la faim et la situation risque de s'aggraver si les ONG cessent leurs activités.

    Plus de 50 000 civils et membres du personnel de sécurité ont été tués et environ 3 millions de personnes ont été déplacées au cours de plus d'une décennie d'attaques terroristes de Boko Haram dans le nord-est du pays.

  • Nigeria : Des centaines de civils "pris en otages" par des jihadistes affiliés à l'Etat islamique

    Imprimer

    Des combattants de l'Etat Islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont envahi une ville du nord-est du Nigeria, prenant en otages des centaines de civils, ont rapporté mercredi à l'AFP des sources locales et sécuritaires.
    "Des +terroristes+ d'ISWAP ont pris le contrôle de Kukawa (dans la région du lac Tchad) mardi soir, et ont pris en otages des centaines de civils ", a expliqué Babakura Kolo, chef d'une milice civile.

    Les habitants de Kukawa venaient tout juste de regagner leur foyer après avoir vécu pendant deux ans dans un camp de déplacés, à cause des violences qui ravagent la région du lac Tchad et notamment l'Etat du Borno, dans le nord-est du Nigeria.

    Un chef local qui était parmi eux, et qui est parvenu à s'échapper, a raconté qu'ils étaient rentrés début août dans l'espoir de pouvoir enfin cultiver leurs terres, "mais ont aussitôt fini entre les mains des insurgés".

    "Nous ne savons pas ce qu'ils vont faire d'eux, mais nous espérons qu'ils ne leur feront aucun mal", a confié ce leader communautaire, qui préfère garder l'anonymat.

    Une source sécuritaire a confirmé l'attaque à l'AFP et a fait savoir que des avions de combat avaient été déployés de Maiduguri, la capitale de l'Etat du Borno, pour "s'occuper de la situation".

    Kukawa
    Kukawa se trouve près de la grande ville de Baga, sur les pourtours du lac Tchad, une zone contrôlée par le groupe ISWAP, qui a fait scission de Boko Haram en 2016. Le groupe, affilié au groupe Etat Islamique (Daech), mène de nombreuses attaques notamment contre l'armée nigériane, et a tué des centaines voire des milliers de soldats. Il contrôle également des villes moyennes et des villages, et des milliers de civils vivent sous leur emprise.

    36.000 morts depuis 2009
    Plus de 36.000 personnes ont été tuées depuis 2009 dans les violences au Nigeria et plus de deux millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer. Les Nations Unies ont déclaré la semaine dernière que 10,6 millions de personnes (sur un total de 13 millions), soit "quatre personnes sur cinq" dépendent de l'aide humanitaire pour leur survie dans les trois Etats du Nigeria les plus touchés par le conflit jihadiste (Borno, Yobe, Adamawa). "C'est le plus grand nombre jamais enregistré depuis nous avons commencé les opérations il y a cinq ans".

  • Nigeria : 4 morts dans une attaque des terroristes islamistes à Maiduguri

    Imprimer

    Quatre personnes ont trouvé la mort et trois autres ont été blessées dans une attaque perpétrée, jeudi soir, par des terroristes à Maiduguri dans le nord-est du Nigeria, alors que les habitants préparaient les célébrations de la fête du sacrifice Eid al-Aldha, ont rapporté des médias africains.
    Selon les services d'urgence 3 roquettes ont été tirées depuis la périphérie de la ville, faisant 4 morts et 3 blessés, précise la chaîne d'information Africanews.
    Aucune partie n'a encore revendiqué l'attaque vendredi à 14h00 GMT.
    La ville de Maiduguri dans la province de Borno est constamment visée par les attaques terroristes attribuées au groupe islamiste Boko Haram, actif dans tout le nord-est nigérian.
    Moins de 24 heures avant ce dernier attentat, c'est le convoi du gouverneur de l'Etat Babagana Zulum, qui a été touché par des tirs de mitrailleuses, rappelle Africanews.

  • Nigeria : 37 soldats tués dans une attaque de Boko Haram

    Imprimer

    Au moins 37 soldats nigérians ont été tués dans une attaque du groupe jihadiste Boko Haram survenue dans le nord-est du pays, ont rapporté des médias locaux, jeudi 9 juillet.
    Le journal "Premium Times Nigeria" a rapporté, citant des sources militaires, que 37 soldats nigérians avaient été tués, mardi 7 juillet, dans une embuscade dressée par les éléments armés de Boko Haram".
    La même source a ajouté que l'attaque a été perpétrée sur l'autoroute reliant les villes de Maiduguri et Damboa dans l'Etat de Borno, au nord-est du pays.
    L'attaque s'est produite mardi 7 juillet vers 19 heures, alors que les troupes de la brigade du 25e groupe de combat, ainsi que les soldats du quartier général du secteur 2 et ceux du 402e groupe des forces spéciales avaient quitté le camps du 25e quartier général pour une patrouille le long de la route Damboa-Maiduguri.
    "La patrouille est soudainement entrée en contact avec un nombre indéterminé de terroristes de Boko Haram qui se trouvaient en embuscade entre les villages de Limanti et Bulabulin, non loin de Damboa."
    La source a déclaré que les troupes ont opposé une courageuse résistance pour se dégager de l'embuscade, "mais les insurgés ont continué à les attaquer, à tel point que le commandant, un certain colonel Bako, a dû appeler des renforts."
    Le coordinateur des opérations militaires de la défense, John Enenche, a déclaré dans un communiqué que les troupes embusquées avaient réussi à se dégager de l'embuscade et à tuer 17 des assaillants.
    Ls combats ont fait de nombreuses victimes (37 soldats et 17 jihadistes) ainsi que plusieurs disparus, (MIA), a ajouté la source.
    L'armée nigériane a confirmé l'attaque, mercredi, mais a déclaré qu'elle n'avait tué que deux soldats.
    Les autorités militaires s'abstiennent généralement d'annoncer le bilan des attaques.

  • Nigeria: 4 soldats tués et 11 blessés dans une nouvelle attaque jihadiste

    Imprimer

    Lire la suite

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen orient, Afrique du nord et Sahel du 5 février 2019

    Imprimer

    Egypte: quatre policiers blessés dans l’attaque d’un barrage

     

    Espagne : des recruteurs jihadistes arrêtés dans des prisons

     

    Irak/Syrie: Daech se regroupe plus vite en Irak qu’en Syrie, selon la coalition internationale

     

    Nigeria: six morts dans des attaques de Boko Haram

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois