Mahmoud Mousavi Majd (exécuté pour espionnage)

  • Iran: Exécution de l'homme accusé d'avoir transféré des données à la CIA et au Mossad sur les mouvements de Qassem Suleimani

    Imprimer

    Lundi 20 juillet, les autorités iraniennes ont annoncé avoir exécuté Mahmoud Mousavi Majd (photo), accusé d'espionnage pour le compte de la CIA et du Mossad et de transmission d'informations sur les mouvements du général Qassem Soleimani, chef de la Force al-Qods, l'unité d'élite du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI), rapporte l'agence de presse iranienne Tasnim.
    La sentence a été exécutée ce matin.
    A noter que Majd avait été accusé avant même l'élimination de Suleimani.
    Rappelons que dans la nuit du 3 janvier 2020, vers 00h30 heure locale, Qassem Suleimani était arrivé par avion de Syrie à l'aéroport international de Bagdad. Il avait été accueilli par des représentants du commandement de la coalition de millices chiites pro-iraniennes, Al-Hashd al-Shaabi. Alors qu'un convoi de plusieurs véhicules transportant Soleimani sortait de l'aéroport et passait près du terminal de fret, un drone d'attaque américain tirait quatre missiles sur les véhicules.
    Selon le commandement d'Al-Hashd al-Shaabi, 12 personnes ont été tuées, dont le commandant des forces iraniennes al-Qods, Qassem Soleimani, le commandant adjoint d'Al-Hashd al-Shaabi Abu Mahdi al-Muhandis, le chargé des relations extérieures du Hashd al-Shaabi, Muhammad al-Jabiri, et plusieurs autres responsables chiites.
    Biographie du Général Qassem Suleimani: héros national pour les uns - chef terroriste. pour d'autres
    Qassem Suleimani est né le 11 mars 1957 à Kanat-e Malek (sud-est de l'Iran), dans une famille paysanne pauvre. Après avoir terminé l'école primaire, il est allé travailler à Kerman, sur un chantier de construction, à l'âge de 13 ans.
    Peu de temps après la révolution islamique de 1979, il a rejoint le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), une organisation militarisée subordonnée personnellement au chef suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei. Mais après une formation militaire initiale, Soleimani a été envoyé pour s'occuper de l'approvisionnement en eau dans son pays natal, dans la province de Kerman.
    En 1980, il a pris part aux opérations militaires du CGRI contre les Kurdes. Ce fut sa première expérience militaire. Il fut nommé lieutenant à cette occasion.
    La carrière de Soleimani a profité de la guerre irako-iranienne, qui a débuté à l'automne 1980. Après la guerre, ayant atteint le grade de général de brigade, il devient en 1987 le commandant de la 41e division d'infanterie de Tarallah.
    Dans les années 1990, il commandait les unités du CGRI dans le sud-est de l'Iran, dans la ville de Kerman. Sa principale mission était de lutter contre le trafic de drogue.
    En 2000, il a été nommé commandant des forces spéciales du CGRI - "la force al-Qods". Il était alors en contact étroit avec le Hezbollah libanais. En 2008, il dirigeait un groupe d'enquêteurs iraniens censés découvrir les circonstances du décès à Damas du chef des services spéciaux du Hezbollah Imad Mougniyeh.
    Après le déclenchement de la guerre civile en Syrie en 2011, Qassem Soleimani a mis sur pied une milice pro-iranienne dans ce pays et en Irak. Cette milice pro-iranienne avait plusieurs tâches: protéger le régime de Bachar al-Assad, lutter contre les groupes armés sunnites non gouvernementaux (y compris l'État islamique, "Al-Nusroi" et autres), préparer une action militaire contre Israël. Il a également organisé la fourniture d'armes et notamment de missiles au Hezbollah libanais.
    En Iran, Qassem Suleimani était considéré comme un héros national. Il était subordonné exclusivement au chef suprême Ali Khamenei et était considéré comme plus influent que le président iranien. Dans le même temps, il y avait des politiciens à Téhéran qui craignaient l'influence croissante de Suleimani.
    Le nom de Qassem Soleimani a été inscrit sur la "liste noire" de l'ONU de 15 dirigeants militaires et politiques de haut rang de l'Iran, soupçonnés d'être impliqués dans le développement des programmes nucléaires et de missiles de l'Iran.