Mahmoud Abbas

  • L'Autorité palestinienne détient des partisans de Dahlan soupçonnés de faciliter le dialogue entre Israël et les EAU

    Imprimer

    Lundi 21 septembre, les forces de sécurité de l'Autorité palestinienne ont arrêté sept partisans du chef de l'opposition Muhammad Dahlan (photo ci-dessus), soupçonné de soutenir l'accord de normalisation entre les Émirats arabes unis et Israël, a rapporté Reuters , citant Imad Mohsen, qui représente la faction Dahlan dans le mouvement Fatah.

    Parmi les détenus, Haytam al-Halabi et Salim Abu Safia sont des partisans influents de Dahlan. Ils ont été arrêtés dans le village de Halabi (près de Naplouse).

    Selon Mohsen, nous parlons d'actions «à motivation politique» des services spéciaux de l'administration de l'AP sous la direction de Mahmoud Abbas.

    Le ministère des Affaires intérieures de l'Autorité palestinienne a refusé de commenter ces informations.

    Notez que Muhammad Dahlan a critiqué à plusieurs reprises publiquement les régimes arabes, qui ont exprimé leur volonté de dialogue avec Israël avant le règlement du conflit israélo-palestinien. Cependant, il s'est abstenu de critiquer les autorités des Émirats arabes unis ou de Bahreïn après avoir eu connaissance de la normalisation des relations entre ces pays et Israël.

    Muhammad Dahlan. Référence rapide
    Muhammad Dahlan, 59 ans, originaire de Khan Younis (sud de la bande de Gaza), est considéré comme l'un des opposants politiques les plus sérieux de Mahmoud Abbas au Fatah, bien qu'il ait été contraint de vivre en dehors de l'Autorité palestinienne pendant de nombreuses années.

    En 1981, il a été l'un des fondateurs du mouvement de jeunesse extrémiste "Shabiba" (avec Marouane Barghouti), a étudié la gestion à l'Université islamique de Gaza; parle arabe et hébreu.

    En 1981, il a été arrêté par les services spéciaux israéliens, condamné à 5 ans de prison; en 1988, il a été exilé en Jordanie, puis - alors en Tunisie - il a rejoint l'Organisation de libération de la Palestine et le Fatah, a été l'un des coordinateurs de l'OLP pour l'organisation de "l'intifada"; est retourné dans la bande de Gaza en 1994 (après la signature des accords d'Oslo).

    En janvier 1994, il a participé à une réunion secrète entre des représentants de la direction palestinienne et des services spéciaux israéliens à Rome sur l'organisation de la lutte contre les organisations terroristes; en 2000, il était l'un des coordonnateurs du processus de négociation à Camp David. À l'automne 2000, il a soutenu l'Intifada d'Al-Aqsa.

    Selon les services de renseignement israéliens, il a été impliqué dans l'organisation d'une attaque terroriste contre un bus scolaire dans la bande de Gaza en novembre 2000. Il a lui-même nié à plusieurs reprises son implication dans cette attaque terroriste.

    Il a occupé le grade de colonel de la police et a dirigé le service de sécurité préventive dans la bande de Gaza (1997-2002). Il a été démis de ses fonctions par décret personnel d'Arafat.

    Plus tard, en avril 2003, sur l'insistance de Mahmoud Abbas, il a été nommé au poste de ministre de la Sécurité. En août 2003, il a démissionné.

    Trois mois après la mort d'Arafat, en février 2005, il a prêté serment en tant que ministre des Affaires civiles. En mars de la même année, il a été nommé coordinateur du processus de désengagement d'Israël dans la bande de Gaza.

    En 2006, il a été élu député de Khan Younis, mais le Hamas vainqueur n'a offert aucun poste gouvernemental à Dahlan.

    En 2007, après la prise du pouvoir par le Hamas à Gaza, Dahlan a été contraint de quitter le secteur et de s'installer à Ramallah. Les dirigeants du Fatah l'ont accusé d'avoir «livré Gaza» au Hamas.

    Sous la pression des États-Unis, Abbas a été contraint d'inclure Dahlan à la direction du parti Fatah. A l'époque, Dahlan était considéré comme un successeur convenable d'Abbas).

    Mais en 2011, les services secrets de l'Autorité palestinienne ont accusé Dahlan d'implication dans le meurtre d'Arafat, il a été expulsé des rangs du Fatah et une enquête a commencé. La culpabilité de Dahlan n'a pas été prouvée, mais de nouvelles accusations ont été portées contre lui - de diffamation et de corruption. Dahlan réside actuellement en dehors de l'Autorité palestinienne, principalement aux Emirats Arabes Unis.

    Après que Dahlan ait quitté l'Autorité palestinienne, de nombreux documents négatifs ont été publiés à son sujet dans les médias palestiniens. Il était représenté comme un fonctionnaire corrompu, un espion israélien et un complice des terroristes.

    En octobre 2018, le site d'information Buzzfeed écrivait qu'un vétéran de la Légion étrangère française, le citoyen israélien Abraham Golan, également titulaire d'un passeport américain, et Muhammad Dahlan s'étaient associés pour créer une unité spéciale privée au service des Émirats arabes unis. Golan et Dahlan auraient formé une équipe de 12 vétérans des forces spéciales de divers pays, y compris des natifs des Bérets verts et SEAL américains et de la Légion étrangère. L'équipe, qui a reçu 1,5 million de dollars par mois plus des primes pour avoir accompli des missions, a été chargée de mener une série d'assassinats au Yémen.

    En novembre 2018, le journal turc Yeni Safak a affirmé que Dahlan était l'un des organisateurs de l'assassinat du chef de l'opposition saoudienne Jamal Khashoggi à Istanbul. De plus, cette publication qualifiait Muhammad Dahlan de «principal tueur au service de l'héritier du trône des Émirats arabes unis». En novembre 2019, les autorités turques ont inclus Dahlan dans la liste «rouge» des terroristes, contenant les noms des criminels les plus recherchés qui constituent une menace pour la sécurité nationale de la Turquie. Muhammad Dahlan est accusé par Ankara d'appartenir au «groupe terroriste Fethullah» (FETO), qui, selon les autorités, est responsable du putsch de 2016.

    À l'étranger, Dahlan a critiqué le principe de «deux États pour deux peuples», il a proposé de créer un seul État israélo-palestinien.

  • Bahreïn/Israël : Normalisation des relations

    Imprimer

    Vendredi 11 septembre, le président américain Donald Trump a annoncé que Bahreïn et 'Israël, sous la médiation des États-Unis, avaient convenu d'établir des relations diplomatiques.

    Khalid Bin Ahmad, ancien ministre des Affaires étrangères de Bahreïn et maintenant conseiller d'État, a commenté l'accord de paix avec Israël, affirmant qu'il servait la stabilité et la sécurité de tout le Moyen-Orient. Il a ajouté que le succès de Bahreïn donne de l'espoir à toute la région.

    L'opposition bahreïnie rejette la normalisation avec Israël
    Les groupes d'opposition à Bahreïn ont déclaré qu'ils rejetaient la décision du royaume de normaliser les relations avec Israël, et dimanche un éminent religieux chiite a appelé les habitants de la région à résister.

    L'ayatollah Sheikh Issa Qassem, qui vit actuellement en Iran, a déclaré qu'il s'opposait à la normalisation entre les pays arabes et Israël.

    Qassem a critiqué l'accord conclu par les Emirats Arabes Unis le mois dernier et Bahreïn vendredi pour normaliser les relations avec Israël contredit la volonté du peuple.

    Il a dit: "Il y a une grande divergence entre les dirigeants et les gouvernés en matière de pensée, de psychologie, de but et d'intérêts, et il y a une défaite psychologique que les gouvernements subissent et tentent d'imposer au peuple, et les peuples doivent résister à cette défaite."

    Les associations politiques et les institutions de la société civile, y compris l'Association du Barreau de Bahreïn, ont publié dimanche une déclaration commune rejetant la normalisation.

    La déclaration affirme: "Nous renouvelons notre rejet de toutes les formes de normalisation avec l'ennemi sioniste, et affirmons le fait irréfutable que toutes les formes de normalisation avec l'entité sioniste qui sont adoptées par certains pays n'ont pas produit la paix et n'ont pas rétabli les droits du peuple palestinien usurpé, mais ont plutôt poussé l'ennemi à davantage de crimes contre la Palestine et sa sainteté."

    Il a ajouté: "Nous sommes fermes dans notre position de principe en rejetant la normalisation avec l'ennemi occupant, soulignant que tous les effets de la normalisation n'auront aucune approbation populaire conforme à ce sur quoi des générations de Bahreïnis ont grandi en adhérant à la cause palestinienne."

    Le journal Al-Bilad a rapporté dimanche que le chef de la plus haute cour de Bahreïn avait ordonné au personnel judiciaire de ne pas critiquer les politiques gouvernementales ou d'exprimer des opinions qui nuisent à l'unité nationale.

    Les Bahreïnis ont déjà critiqué toute forme de communication de leur gouvernement avec Israël, y compris la conférence de Manama qui a eu lieu en juin de l'année dernière et a été témoin du lancement de la partie économique du plan américain pour la paix au Moyen-Orient.

    En avril, le Parlement s'est joint aux appels lancés sur les réseaux sociaux pour empêcher les responsables et les hommes d'affaires israéliens d'assister à une conférence internationale sur l'entrepreneuriat. La délégation n'y a pas assisté.

    Les Amirats arabes unis approuvent, naturellement
    Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a salué la décision de Bahreïn et a félicité Israël et Bahreïn pour une nouvelle étape importante dans leurs relations.

    Le président égyptien salue comme "historique" l'accord de normalisation Bahreïn-Israël
    Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a salué vendredi l'accord de normalisation entre Bahreïn et Israël, le qualifiant d'"historique".

    "Je salue cette importante étape qui vise à consolider la stabilité et la paix au Moyen-Orient et qui permettra de trouver une solution juste et permanente à la cause palestinienne", a tweeté M. Sissi dont le pays a été signataire, également sous la tutelle de Washington, du premier traité de paix avec l'Etat hébreu en 1979.

    Ramallah rappelle l'ambassadeur de Bahreïn, la Turquie condamne le traité de paix
    Le gouvernement de l'Autorité palestinienne à Ramallah a rappelé son ambassadeur au Bahreïn à propos de l'annonce par les autorités de ce pays de la normalisation des relations avec Israël.

    Ramallah a condamné la décision de Bahreïn, la qualifiant de «trahison de Jérusalem et de la question palestinienne».

    Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a accusé Bahreïn de «trahir les intérêts du peuple palestinien». Le Hamas a également accusé les États arabes de désunion et de refus d’agir en tant que front uni contre l’accord initié par les États-Unis.

    La Turquie critique
    Le ministère turc des Affaires étrangères a également vivement critiqué Bahreïn. "Cette décision nuit aux efforts de protection du peuple palestinien en encourageant Israël à poursuivre ses actions illégales et ses tentatives de rendre permanente l'occupation des terres palestiniennes", indique le communiqué.

    L'Iran accuse Bahreïn d'être "complice des crimes" d'Israël
    L'Iran a accusé samedi Bahreïn d'être désormais "complice des crimes" d'Israël au lendemain de l'annonce d'un accord de normalisation des relations entre les deux pays.

    "Les dirigeants de Bahreïn seront désormais complices des crimes du régime sioniste, comme une menace constante pour la sécurité de la région et du monde musulman", a déclaré le ministère iranien des Affaires étrangères dans un communiqué.

    Téhéran a également accusé son ennemi, Israël, d'avoir mené des "décennies de violence, de massacres, guerre, terreur et d'effusion de sang en Palestine, opprimée et dans la région".

    On suppose que dans un proche avenir, les autorités bahreïnies annonceront leur adhésion au traité de paix qui sera signé la semaine prochaine entre Israël et les Émirats arabes unis.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a commenté ce post, disant: "Une nouvelle ère est arrivée - une ère de paix. Nous avons investi dans la paix depuis de nombreuses années, maintenant le monde va investir en Israël, ce qui conduira à de grandes infusions dans l'économie israélienne."

  • Frontlive-Chrono du samedi 1er février 2020 - Dernières nouvelles du Moyen Orient, d'Afrique du nord et du Sahel

    Imprimer

    Autorité palestinienne (AP) : Abbas a annoncé lors d’une réunion à la Ligue Arabe qu’il avait cessé tout contact avec Israël et les Etats-Unis

    Samedi 1er février, les ministres arabes des affaires étrangères se sont réunis au Caire, au siège de la Ligue Arabe, pour discuter de « l’accord du siècle » proposé par le président américain Donald Trump. La réunion, qui a été convoquée à l’initiative de la partie palestinienne, a été suivie par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud…

    Yémen : Les États-Unis espèrent la confirmation de la liquidation du chef d’Al-Qaida au Yémen qui a déjà survécu à deux tentatives d’assassinat.

    Les États-Unis ont mené une frappe aérienne contre le chef de la filiale d’Al-Qaïda au Yémen après des mois de traque à l’aide de la surveillance aérienne et d’autres renseignements, révèlent trois responsables américains en activité ou anciens. Les responsables s’affirment confiants que le leader d’Al-Qaïda, Qassim al-Rimi, a été tué lors d’un raid aérien…

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel du 24 février 2019

    Imprimer

    Liste des articles parus sur Frontlive-Chrono le dimanche 24 février 2019. 

     

    FRANÇAIS

    • Afghanistan: 2018, année record pour les civils tués selon l’ONU – Abonnés
    • Arabie saoudite : Pour la première fois, une femme est nommée ambassadeur de l’Arabie saoudite aux États-Unis – Abonnés
    • Gaza: des milliers de manifestants demandent le départ du président palestinien – Abonnés
    • Gaza : Des centaines d’engins explosifs ont été lancés sur des soldats israéliens à la frontière entre Gaza et Israël – Abonnés
    • L’Iran affirme avoir tiré avec succès un missile d’un sous-marin – Abonnés
    • Libye : Le calme est revenu à Murzuq après la prise de contrôle des forces de Haftar – Abonnés

     

    ANGLAIS

    • Afghanistan civilian deaths hit record high in 2018: UN – Subscribers
    • Gaza: thousands of demonstrators have called for the resignation of the Palestinian President – Subscribers
    • Gaza: Hundreds of explosive devices have been thrown at Israeli soldiers on the border between Gaza and Israel – Subscribers
    • Iran launches cruise missile from submarine during military exercise – Subscribers
    • Libya: Haftar’s self-styled army claims control over Murzuk – Subscribers
    • Saudi Arabia: For the first time, a woman is appointed Saudi Arabia’s ambassador to the United States – Subscribers

     

    العربية (ARABIC)

    العربية السعودية: أمر ملكي بتعيين الأميرة ريما بنت بندر سفيرة لدى أميركا
    إيران
     لا تستبعد احتمال اندلاع حرب مع إسرائيل

     

    DEUTSCH

    • Afghanistan: Zahl ziviler Opfer erreicht neuen Höchststand – Abonnenten
    • Gaza: Tausende von Demonstranten haben den Rücktritt des palästinensischen Präsidenten gefordert – Abonnenten
    • Gaza: Hunderte von Sprengstoffen wurden auf israelische Soldaten an der Grenze zwischen Gaza und Israel geworfen – Abonnenten
    • Iran feuert U-Boot-Kreuzfahrtrakete während der Militärübung an – Abonnenten
    • Libyen: Libysche Haftar-Armee beansprucht Kontrolle über Murzuk – Abonnenten
    • Saudi-Arabien entsendet erstmals weibliche Botschafterin in die USA – Abonnenten

     

    ESPAÑOL

    • Afganistán: 2018, un año récord para el número de civiles muertos – Suscriptores
    • Arabia Saudí: La princesa Reema bint Bandar bin Sultan nombrada embajadora en Estados Unidos – Suscriptores
    • Gaza: miles de manifestantes han pedido la salida del Presidente palestino – Suscriptores
    • Gaza: Cientos de artefactos explosivos han sido lanzados contra soldados israelíes en la frontera entre Gaza e Israel – Suscriptores
    • Irán afirma haber disparado con éxito un misil de crucero desde un submarino – Suscriptores
    • Libia: La calma ha vuelto a Murzuq tras la toma de control de las fuerzas de Haftar –Suscriptores

     

    ITALIANO

    • Afghanistan: 2018, anno record per il numero di civili uccisi – Abbonati
    • Arabia Saudita: principessa Reema bint Bandar bin Sultan nominata ambasciatore negli Usa – Abbonati
    • Gaza: migliaia di manifestanti hanno chiesto la partenza del Presidente palestinese – Abbonati
    • Gaza: Centinaia di ordigni esplosivi sono stati lanciati contro i soldati israeliani al confine tra Gaza e Israele – Abbonati
    • L’Iran sostiene di aver sparato con successo un missile da un sottomarino – Abbonati
    • Libia: Tornata la calma a Murzuq dopo presa controllo forze Haftar – Abbonati

     

    日本語 (JAPONAIS)

    • アフガン紛争の民間人死者、2018年は過去最多に 国連 –  購読者
    • サウジアラビア、リーマ王女を駐米大使に任命 女性大使は同国初 – 購読者

     

    NEDERLANDS

    • Afghanistan: aantal burgerslachtoffers bereikt nieuw hoogtepunt – Abonnees
    • Gaza: duizenden demonstranten hebben opgeroepen tot het aftreden van de Palestijnse president – Abonnees
    • Gaza: Honderden explosieven zijn naar Israëlische soldaten op de grens tussen Gaza en Israël gegooid – Abonnees
    • Iran lanceert kruisraket van onderzeeboot tijdens militaire oefening – Abonnees
    • Libië: Het Libische nationale leger van Haftar eist controle over Murzuk – Abonnees
    • Saudi-Arabië stuurt voor het eerst vrouwelijke ambassadeur naar VS – Abonnees

     

    POLSKI

    • Afganistan stracił rekordową liczbę cywilów w 2018 r. – Subskrybenci
    • Arabia Saudyjska: pierwszym ambasadorem Arabii Saudyjskiej w Stanach Zjednoczonych była kobieta – Subskrybenci
    • Gaza: Tysiące mieszkańców Gazy wyszło na ulice żądając rezygnacji Mahmuda Abbasa – Subskrybenci
    • Gaza: Setki urządzeń wybuchowych rzucono na izraelskich żołnierzy na granicy z Gazą – Subskrybenci
    • Iran poinformował o wystrzeleniu pocisku wycieczkowego z głębi kraju – Subskrybenci
    • Libia: Libijska Armia Narodowa Haftar twierdzi, że kontroluje Murzuka – Subskrybenci

     

    PORTUGUÊS

    • Afeganistão: 2018, um ano recorde para o número de civis mortos – Assinantes
    • Arábia Saudita: Princesa Reema bint Bandar bin Sultan nomeado embaixador nos EUA – Assinantes
    • Gaza: milhares de manifestantes pediram a partida do Presidente palestiniano – Assinantes
    • Gaza: Centenas de engenhos explosivos foram lançados contra soldados israelenses na fronteira entre Gaza e Israel – Assinantes
    • Irão alega ter disparado com êxito um míssil de cruzeiro de um submarino – Assinantes
    • Líbia: A calma regressou a Murzuq após a conquista das forças de Haftar – Assinantes

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    • В Афганистане в 2018 году погибло рекордное количество мирных жителей — Подписчики
    • Газa: Тысячи жителей сектора Газы вышли на улицы, требуя отставки Махмуда Аббаса — Подписчики
    • Газa: Сотни взрывных устройств брошены в израильских военнослужащих на границе с Газой — Подписчики
    • Иран сообщил о запуске крылатой ракеты из глубины — Подписчики
    • Ливия: Ливийская национальная армия Хафтара утверждает, что контролирует Мурзука — Подписчики
    • Саудовская Аравия: Послом Саудовской Аравии в США впервые стала женщина — Подписчики

     

    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

     

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen orient, Afrique du nord et Sahel du 29 janvier 2019

    Imprimer

    Autorité Palestinienne: Le gouvernement palestinien a remis sa démission au président Abbas

     

    France: « Près de 130 jihadistes devraient être livrés à la France dans les prochaines semaines »

     

    L’Iran rejette les pourparlers sur les missiles, mais affirme qu’il n’augmentera pas la portée des missiles

     

    Pakistan : la Cour suprême rejette un recours contre l’acquittement d’Asia Bibi

     

    Syrie : 11 morts dans des bombardements du régime contre la province d’Idleb

     

    Syrie : un kamikaze a attaqué le bâtiment du Conseil d’Idlib dominé par le jihadistes

     

    Yémen: Six civils tués dans un attentat dans la ville portuaire de Mokha

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

  • Attaque terroriste à Liege - tous les détails connus à ce jour

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le 29 mai 2018

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) svSvenska (Suédois)

    • Belgique: Liège: un homme tue deux policières et un civil avant d’être abattu, la piste terroriste privilégiée – lecture libre
    • Égypte : deux soldats et huit jihadistes tués – Abonnés
    • Arrestation en Espagne du détenu radicalisé français qui s’était évadé mi-mai – Abonnés
    • Israël: Tirs massifs d’obus de mortier à partir de Gaza sur des localités israéliennes – contrés par le »Iron dome » – Abonnés
    • Russie, USA et Jordanie vont se réunir dans le sud de la Syrie – Abonnés
    • Une décision de l’armée d’Assad pourrait choquer l’Iran et le Hezbollah – Abonnés

    Lire la suite

  • Gel de l’aide américaine aux Palestiniens: l’UNRWA dans sa pire crise financière

    Imprimer

    Gel de l’aide américaine aux Palestiniens: l’UNRWA dans sa pire crise financière

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    L’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) est confrontée à sa « plus grave crise financière » en presque 70 ans d’histoire après l’annonce par l’administration Trump du gel de plus de la moitié de ses versement prévus, a dit son porte-parole mercredi.
    Le département d’Etat américain a annoncé mardi 16 janvier 2017 retenir jusqu’à nouvel ordre le versement de 65 millions de dollars à l’UNRWA, sur les 125 millions de contribution volontaire américaine prévus à l’agence.
    Ces sommes étaient supposées constituer le premier versement américain de l’année à l’UNRWA et on ignore dans quelle mesure la contribution américaine totale pour l’année sera affectée. Washington avait versé 350 millions de dollars à l’UNRWA en 2017, selon les chiffres de l’agence.
    Le gel américain « vise à liquider la question des réfugiés », dénonce la Ligue arabe
    Le gel partiel des fonds américains à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens « vise à liquider la question de (ces) réfugiés », a jugé mercredi le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit.

    « Cette décision touche l’éducation et la santé des Palestiniens et vise à liquider la question des réfugiés« , a déclaré M. Aboul Gheit lors d’une conférence sur Jérusalem organisée par al-Azhar, la grande institution de l’islam sunnite basée au Caire.
    Selon M. Aboul Gheit, le blocage du financement américain ne peut être séparé de la position du président américain Donald Trump qui a reconnu le mois dernier Jérusalem comme capitale d’Israël.
    Cette annonce avait été dénoncée par les Palestiniens, et par une grande majorité de la communauté internationale lors d’un vote de l’assemblée générale de l’ONU.
    Présent à la conférence de mercredi, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas n’a pas évoqué la question de l’UNRWA. Il a toutefois de nouveau martelé son refus de traiter avec l’administration Trump comme un médiateur entre les Palestiniens et Israël, en raison de la position américaine sur Jérusalem.
    La Belgique promet 19 millions d’euros sur 3 ans à l’agence de l’ONU pour les PalestiniensLa Belgique s’est engagée mercredi à verser en trois ans 19 millions d’euros à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), pénalisée par un gel partiel de l’aide américaine, et a annoncé verser « immédiatement » 6,3 millions.
    La Belgique « a décidé d’accorder 19 millions d’euros à l’UNRWA, l’agence des Nations unies pour l’aide humanitaire aux réfugiés palestiniens, au cours des trois années à venir« , écrit le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué, soulignant être « l’un des rares bailleurs à octroyer un tel financement pluriannuel« .
    « Compte tenu des problèmes financiers que rencontre actuellement l’agence, la contribution annuelle belge a immédiatement été versée« , précise le ministère en rappelant que « le gouvernement américain a décidé hier (mardi) de suspendre la moitié de ses aides à l’UNRWA« .
    UNRWA

    L’UNRWA a été établi après la guerre qui a abouti à la création de l’Etat d’Israël en 1948 et la fuite de 700.000 Palestiniens de leur foyer pour la plupart vers des pays voisins.
    Il fournit une aide –éducative, sanitaire et financière– à une grande partie des Palestiniens et leurs descendants, soit plus de cinq millions de personnes vivant essentiellement dans la bande de Gaza, en Cisjordanie, en Jordanie et au Liban.