Mahjoub Khaled (directeur de l'orientation morale

  • Libye : Le Gouvernement de Tripoli (GNA) ordonne le démantèlement des milices irrégulières dans la capitale libyenne

    Imprimer

    Le centre de commandement conjoint des forces du gouvernement d'accord national (GNA) à Tripoli a demandé aux milices d'évacuer dans les 24 heures leurs quartiers généraux de 12 localités autour de la capitale. Ces zones, telles que Al-Hadba, Salah al-Din, rue Sidra et rue Al-Shawk, ont été occupées par des groupes armés peu après le début de l'offensive du général Khalifa Haftar contre le gouvernement de Tripoli, le 4 avril 2019. Le centre de commandement conjoint a été créé début juillet par la GNA pour unifier et coordonner les opérations militaires.
    L'objectif de l'évacuation des lieux occupés par les milices est de permettre aux autorités responsables de mener à bien leurs tâches et de faire respecter l'État de droit. Le mercredi 15 juillet, le centre de commandement conjoint a lancé un dernier avertissement aux milices, leur donnant 48 heures pour évacuer leur quartier général et se rendre au camp de la deuxième brigade, rue Salah al-Din, les menaçant de prendre des mesures contre celles qui refuseraient de suivre l'ordre d'évacuation. L'appel a ensuite été renouvelé le jeudi 16 juillet, lorsque la mission a envoyé une nouvelle lettre aux miliciens leur demandant de quitter leurs postes civils dès que possible.
    Cette demande fait suite à des informations selon lesquelles des affrontements ont été provoqués par des éléments de milices alliées au GNA dans la banlieue de Tripoli, à Janzur. La mission des Nations unies en Libye, UNSMIL, avait condamné ces violences et soulevé la question des milices lors d'une réunion virtuelle le 11 juillet avec le gouvernement de Tripoli sur la réforme du secteur de la sécurité et le désarmement, la démobilisation et la réintégration des milices. Le chef de l'UNSMIL, Stephanie Williams, et le ministre de l'Intérieur de l'Assemblée nationale du Ghana, Fathi Bashagha, ont participé à cette réunion. La mission a ensuite rapporté que les deux parties avaient convenu de reprendre les activités concernant les projets de soutien, laissés en suspens après le déclenchement des hostilités en avril 2019, et de lier les changements de l'appareil de sécurité aux réformes du système économique. Dans sa déclaration finale, l'UNSMIL a déclaré que les affrontements ont souligné la nécessité pour le GNA d'agir rapidement, avec des efforts efficaces et coordonnés, pour réformer le secteur de la sécurité et achever la démobilisation, le désarmement et la réintégration des groupes armés.
    Les milices ont combattu côte à côte, jusqu'à il y a quelques semaines, contre les forces du Haftar sur les fronts au sud de Tripoli. Pour l'instant, le centre de la tension semble s'être déplacé vers la ville côtière de Syrte et la base de Joufra, deux positions que le GNA, appuyé militairement par la Turquie, semble vouloir conquérir à tout prix. A cet égard, un membre de l'ANL, Khaled al-Mahjoub, chef du département d'orientation morale de l'armée, a déclaré au journal al-Arabiya que la bataille de Syrte sera cruciale, car elle déterminera qui est le plus fort sur le terrain, ce qui pourrait entraîner des changements substantiels dans la voie politique. Entre-temps, des sources libyennes ont révélé à Asharq al-Awsat que des négociations secrètes sont actuellement en cours entre plusieurs acteurs régionaux et internationaux, visant à convaincre Haftar et ses alliés russes de se retirer de Syrte et de se diriger vers Ajdabiya, une ville de Cyrénaïque située à environ 154 km de Benghazi. En retour, les Tripolitains et les forces turques mettraient fin à leur avancée vers la ville de Syrte et la base de Joufra.
    Un autre signe de négociations entre la GNA et l'ANL est l'échange de prisonniers, qui a eu lieu le 16 juillet dans la ville de Misrata. Huit prisonniers ont été renvoyés des deux côtés et, selon le journal Al Jazeera, d'autres pourraient être libérés dans les prochains jours. L'un des principaux chefs militaires du GNA à Misrata, Mohamed Eldarat, a souligné que l'échange de prisonniers entre les deux factions est le premier depuis le début des combats. Ce processus d'échange de prisonniers pourrait faciliter une éventuelle réconciliation entre les deux fronts.

    (Sicurezza internazionale)

  • Libye : A la veille d'une bataille décisive dans les régions de Syrte et de Jufra

    Imprimer

    Le général de division Ahmed Mesmari (photo), porte-parole du commandement général de l'Armée Nationale Libyenne, commandée par le maréchal Khalifa Haftar, a confirmé qu'une bataille majeure allait débuter dans les prochaines heures aux alentours de Syrte et de Jufra.
    Mesmari a dénoncé l'existence de "mouvements des milices Al-Wefaq (Gouvernement d'Accord National) et turques" aux alentours de ces deux régions.
    Le porte-parole militaire de "l'armée nationale libyenne" estime que la bataille à venir "sera non seulement libyenne, mais impliquera des parties arabes et étrangères, car le plan de la Turquie menace la sécurité et la paix dans la région".
    Dans le même ordre d'idées, le directeur de l'orientation morale de l'armée nationale libyenne, le brigadier Khaled Al Mahjoub, a décrit l'Égypte comme "le véritable partenaire de la sécurité pour la Libye" et répété que l'Egypte avait donc le droit d'intervenir.
    Al-Mahjoub a expliqué que «la nature géographique des régions de Syrte et de Jufra facilite une couverture aérienne, ce qui en fait un processus très complexe pour les forces turques».
    Un porte-parole des forces du Gouvernement d'Accord national (GNA), basé à Tripoli, le colonel pilote Mohammed Gnounou, a annoncé hier qu'il était temps "que le pétrole coule à nouveau que les mains des coupables Libyens soient frappées, et qu'on mette un terme à la présence de mercenaires soutenant le criminel de guerre qui les a autorisés à débarquer sur la terre et dans le ciel de Libye".
    Gnounou a souligné la détermination de procéder à la libération de ce qu'il a appelé "nos villes kidnappées, et de supprimer l'injustice de ses fils et le retour des personnes déplacées, et nous étendrons l'autorité de l'État libyen sur l'ensemble de son sol, de la mer et du ciel".
    Le porte-parole militaire d'al-Wefaq s'est adressé au commandement général de l'armée nationale libyenne, lui disant : "La réponse est ce que vous voyez, pas ce que vous entendez"

    CARTE 2020:07:15.png