Macron

  • Россия: Франция не является дружественной страной, заявляет Кремль

    Imprimer

    Президент России Владимир Путин и президент Франции Эммануэль Макрон не разговаривали по телефону в течение двух месяцев, потому что Франция является "недружественной" страной, переговоры с которой в настоящее время "не нужны", заявил Кремль в пятницу (5 августа).

    "Ну, во-первых, Франция - недружественное государство с точки зрения тех действий, которые она предпринимает в отношении нашей страны", - сказал Дмитрий Песков журналистам в ответ на вопрос об отсутствии в последнее время телефонных разговоров между двумя лидерами, которые несколько раз общались в начале этого года. "Они не звонят друг другу, потому что чувствуют, что время еще не пришло, и в данный момент в этом просто нет необходимости. Если возникнет необходимость, они могут позвонить друг другу в течение минуты", - сказал Песков.

    Последний официальный обмен мнениями между Путиным и Макроном состоялся 28 мая, когда оба лидера говорили по телефону с канцлером Германии Олафом Шольцем о судьбе украинских солдат, взятых в плен российской армией. До этого г-н Макрон проводил телефонные переговоры с г-ном Путиным в начале мая, начале марта и пять раз в феврале на пике напряженности до наступления Кремля на Украину 24 февраля. Он также лично посетил Москву 7 февраля, чтобы встретиться с г-ном Путиным.

    Эти многочисленные контакты вызвали критику в адрес французского президента, некоторые обвиняют его в том, что он поддерживает регулярный обмен мнениями с кремлевским лидером, не сумев предотвратить начало российского наступления на Украину. Россия называет такие страны, как Франция, которые ввели против нее санкции после ее вмешательства в дела Украины, "недружественными". Кремль постоянно расширяет этот список "недружественных" стран, в отношении которых Москва может принять ответные меры. Сейчас в него входят США, Австралия, Канада, Великобритания, Новая Зеландия, Япония, Южная Корея, Норвегия, Тайвань и все члены Европейского Союза.

  • Russie : La France n'est pas un pays ami, indique le Kremlin

    Imprimer

    Les présidents russe Vladimir Poutine et français Emmanuel Macron n'ont pas eu d'entretien téléphonique depuis deux mois car la France est un pays "inamical" avec lequel des discussions ne sont actuellement pas "nécessaires", a déclaré vendredi 5 août le Kremlin.

    "Eh bien, tout d'abord, la France est un État inamical au regard des actions qu'elle prend concernant notre pays", a déclaré à la presse Dmitri Peskov, en réponse à une question sur l'absence d'échange téléphonique récent entre les deux dirigeants, qui s'étaient parlés à plusieurs reprises au début de l'année. "Ils ne s'appellent pas parce qu'ils estiment que le moment n'est pas venu, et qu'actuellement ce n'est simplement pas nécessaire. Si la nécessité se fait sentir, ils peuvent s'appeler dans la minute", a affirmé M. Peskov.

    Le dernier échange officiel entre MM. Poutine et Macron remonte au 28 mai, quand les deux dirigeants avaient notamment évoqué au téléphone, avec le chancelier allemand Olaf Scholz, le sort de soldats ukrainiens faits prisonniers par l'armée russe. Auparavant, M. Macron avait eu des entretiens téléphoniques avec M. Poutine début mai, début mars et à cinq reprises en février en pleine montée des tensions jusqu'à l'offensive du Kremlin en Ukraine, le 24 février. Il s'était aussi rendu en personne à Moscou, le 7 février, pour rencontrer M. Poutine.

    Ces multiples contacts ont valu des critiques au président français, certains lui reprochant d'avoir maintenu des échanges réguliers avec le chef du Kremlin sans parvenir à empêcher le lancement d'une offensive russe contre l'Ukraine. La Russie qualifie d'"inamicaux" les pays qui, comme la France, ont notamment pris des sanctions contre elles après son intervention en Ukraine. Le Kremlin n'a cessé d'allonger cette liste de pays "inamicaux" soumis à des mesures de rétorsion par Moscou. On y trouve désormais les Etats-Unis, l'Australie, le Canada, le Royaume-Uni, la Nouvelle-Zélande, le Japon, la Corée du Sud, la Norvège, Taïwan et l'ensemble des membres de l'Union européenne.

  • Украина: 80 минут диалога глухих между Макроном и Шольцем с одной стороны и Путиным с другой

    Imprimer

    Президент Франции Эммануэль Макрон и канцлер Германии Олаф Шольц поговорили по телефону с российским президентом Владимиром Путиным, сообщают пресс-службы лидеров всех трех стран.

    Макрон и Шольц призвали Путина освободить 2500 украинских военных, сдавшихся в плен на "Азовстале" в Мариуполе.

    В сообщении правительства Германии сказано, что Шольц и Макрон "настаивали на немедленном прекращении огня и выводе российских войск". Также они призвали Путина вступить в "серьезные прямые переговоры с украинским президентом и найти дипломатическое решение конфликта". 
    Разговор продолжался 80 минут.

    В сообщении пресс-службы Кремля, в свою очередь, сказано, что Путин отметил, что вооруженные силы России "строго соблюдают нормы международного гуманитарного права".

    Также Путин сказал, что российско-украинские переговоры заморожены по вине Киева. Он "подтвердил открытость российской стороны к возобновлению диалога", говорится на сайте Кремля.

    Также, как сообщает Кремль, Путин указал на "опасный характер продолжающейся накачки Украины западным оружием", что может привести, по его мнению, к "дальнейшей дестабилизации обстановки и обострению гуманитарного кризиса".

    Путин также заявил, что "Россия готова способствовать нахождению вариантов для беспрепятственного экспорта зерновых, включая вывоз украинского зерна из черноморских портов". При этом Путин назвал причиной дефицита зерна в мире санкции западных стран против России.

  • Ukraine : 80 minutes de dialogue de sourds entre Macron et Scholz d'un côté, Poutine de l'autre

    Imprimer

    Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz se sont entretenus par téléphone avec le président russe Vladimir Poutine, selon les services de presse des dirigeants des trois pays.

    Macron et Scholz ont demandé à Poutine à libérer 2 500 soldats ukrainiens qui se sont rendus à Azovstal à Marioupol.

    Un communiqué du gouvernement allemand a déclaré que Scholz et Macron "ont insisté sur un cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes russes". Ils ont également appelé Poutine à engager "de sérieuses négociations directes avec le président ukrainien et à trouver une solution diplomatique au conflit". 

    La conversation a duré 80 minutes.

    Le service de presse du Kremlin, à son tour, a déclaré que Poutine avait insisté sur le fait que les forces armées russes "respectaient strictement les normes du droit international humanitaire".

    Poutine a également déclaré que les négociations russo-ukrainiennes étaient gelées par la faute de Kiev. Il "a confirmé l'ouverture de la partie russe à la reprise du dialogue", selon le site Internet du Kremlin.

    Poutine a également souligné « le caractère dangereux du pompage continu de l'Ukraine avec des armes occidentales », qui, selon lui, pourrait conduire à « davantage de déstabilisation de la situation et d'aggravation de la situation humanitaire ». crise."

    Poutine a également déclaré que "la Russie était prête à aider à trouver des solutions pour l'exportation sans entrave de céréales, y compris l'exportation de céréales ukrainiennes depuis les ports de la mer Noire". Dans le même temps, Poutine a déclaré que les sanctions des pays occidentaux contre la Russie étaient la raison de la pénurie de céréales dans le monde.

  • Украина: Путин сказал Макрону, что Запад должен прекратить поставки оружия в Украину, заявляет Кремль

    Imprimer

    Пресс-служба Кремля и официальные информационные агентства России сообщают о телефонном разговоре Владимира Путина с президентом Франции Эммануэлем Макроном, которая состоялась во вторник, 3 мая, во второй половине дня.

    Пресс-служба Кремля сообщила, что в ходе телефонного разговора президент России Владимир Путин заявил, что Запад должен прекратить поставки оружия в Украину.

    "Запад мог бы помочь остановить эти злодеяния, оказав соответствующее влияние на киевские власти, а также прекратив поставки оружия в Украину", - говорится в заявлении Кремля, в котором президент утверждает, что Киеву "не хватает подготовки для серьезной работы" на мирных переговорах.

    Российская сторона сообщает, что Путин изложил принципы ведения переговоров с украинскими представителями, рассказал об освобождении Мариуполя и эвакуации гражданских с завода "Азовсталь".

    Макрон, который обычно о международных контактах пишет в своем "твиттере", о разговоре с Путиным не написал. Нет упоминания о состоявшемся телефонном разговоре с российским лидером и на сайте Елисейского дворца.

    Последний контакт между Путиным и Макроном состоялся 29 марта.

    Сайт телеканала BFMTV со ссылкой на Елисейский дворец передает, что разговор продолжался около часа и не привел к успеху. (по данным Le Parisien, продолжительность беседы составила 2 часа 10 миниут.) "Гуманитарная операция в Мариуполе, которой добивался президент Франции и упомянутая несколько дней назад, не была поддержана Россией", - пишет сайт. "Владимир Путин выслушал наши требования. Он сказал, что подумает и даст ответ позднее", - цитирует пресс-службу Елисейского дворца издание Sudouest.fr .

  • Ukraine : Poutine a dit à Macron que l'Occident devait cesser de fournir des armes à l'Ukraine, selon le Kremlin

    Imprimer

    Le service de presse du Kremlin et les agences de presse officielles de Russie rapportent une conversation téléphonique entre Vladimir Poutine et le président français, qui a eu lieu le mardi 3 mai, dans l'après-midi.

    Le service de presse du Kremlin a rapporté queLe président russe Vladimir Poutine avait déclaré que l'Occident devait arrêter de fournir des armes à l'Ukraine au cours de la conversation téléphonique.

    "L'Occident pourrait aider à arrêter ces atrocités en exerçant une influence appropriée sur les autorités de Kiev, ainsi qu'en arrêtant la fourniture d'armes à l'Ukraine", a déclaré le président selon un communiqué du Kremlin, affirmant que Kiev "manquait de préparation pour un travail sérieux" dans les pourparlers de paix.

    La partie russe rapporte que Poutine a exposé les principes de la négociation avec les représentants ukrainiens. Il a également parlé de la libération de Marioupol et de l'évacuation des civils de l'usine d'Azovstal.

    Macron, qui décrit habituellement ses contacts internationaux sur son compte Twitter, n'a pas transcrit la conversation avec Poutine. Il n'y a aucune mention de la conversation téléphonique avec le président russe sur le site Internet de l'Elysée .

    Le dernier contact entre Poutine et Macron remonte au 29 mars.

    Le site de la chaîne BFMTV , citant l'Elysée, rapporte que la conversation a duré environ une heure et n'a pas abouti. (Selon Le Parisien , la durée de la conversation était de 2 heures 10 minutes.) "L'opération humanitaire à Marioupol, sollicitée par le président français et évoquée il y a quelques jours, n'a pas été soutenue par la Russie", écrit le site. . "Vladimir Poutine a écouté nos demandes. Il a dit qu'il réfléchirait et donnerait une réponse plus tard", a déclaré Sudouest.fr citant le service de presse de l'Elysée .

  • Emirats Arabes Unis : Commande record de 80 Rafale par les Emirats 

    Imprimer

    Les Emirats arabes unis ont signé vendredi un accord pour acquérir 80 avions de combat Rafale F4, une commande record pour l'avion de chasse entré en service en 2004, à l'occasion de la visite à Dubaï du président français. Au total, cette commande, avec l'achat de 12 hélicoptères Caracal et les éléments associés, représentent un montant de plus de 17 milliards d'euros. Les Rafale seront armés de missiles air-air Mica NG et de croisière Black Shaheen. 

    "Il s'agit d'un aboutissement majeur du partenariat stratégique entre les deux pays", s'est félicitée la présidence française, en soulignant l'importance de la présence de trois bases françaises aux Emirats.

    Cette vente "est un succès français", a déclaré le directeur-général de Dassault Aviation, Eric Trappier, qui a signé l'accord avec Tarek Abdul Raheem Al Hosani, PDG de Tawazun Economic Council, chargé des acquisitions de sécurité et de défense.

    L'accord a été signé alors que le président français et le chef de l'Etat et prince héritier d'Abou Dhabi Mohammad ben Zayed Al-Nahyane, dit MBZ, s'entretenaient au pavillon d'honneur de l'Exposition universelle, au premier jour d'une tournée du président français dans trois pays du Golfe.

    "Contrat historique" 
    Les avions seront livrés à partir de 2027 au standard F4, un programme en développement de près de deux milliards d'euros livrable en 2024 et présenté comme un "saut technologique, industriel et stratégique".

    Les Emirats sont actuellement le cinquième client le plus important de l'industrie de défense française sur la décennie 2011-2020, avec 4,7 milliards d'euros de prises de commandes, selon le rapport au Parlement sur les exportations d'armement de la France. Cette commande intervient dix ans après de vaines négociations soutenues par l'ancien président français Nicolas Sarkozy.

    Depuis, le Rafale a réalisé une percée à l'international malgré la concurrence d'appareils américains et européens.

    A Dubaï, le président français était accompagné de dirigeants d'entreprises, comme Total, qui ont signé une série d'accords. Le puissant fonds souverain émirati Mubadala a annoncé des engagements de huit milliards d'euros, dont six avec le ministère de l'Economie, pour accroître nettement son enveloppe d'investissements dans des entreprises françaises.

    Par ailleurs, l'accord de licence du Louvre Abou Dhabi a été prolongé de dix ans, jusqu'en 2047, avec un versement de 165 millions d'euros, témoignant de la réussite du musée ouvert en 2017 aux Emirats.

    "Partenaire fiable" 
    Le président français est arrivé à Dubaï au lendemain des célébrations du 50e anniversaire de la création des Emirats, le 2 décembre 1971. Durant cette tournée qui le mène au Qatar en fin de journée puis en Arabie Saoudite samedi, il entend discuter de "la lutte contre le terrorisme, l'islamisme radical et leur financement" car "coopérer avec ces Etats, en particulier contre Daech, est essentiel pour garantir la sécurité des Français et Européens", selon l'Elysée.

    Sur les grands sujets régionaux - Liban, Libye, nucléaire iranien, Irak - le chef de l'Etat veut que la France joue le rôle d'un "partenaire fiable et incontournable qui dialogue avec tous les acteurs pertinents". Il devrait plaider la cause du Liban alors que la crise économique qu'il subit est aggravée par les sanctions prises par plusieurs Etats du Golfe, dont l'Arabie saoudite, qui a stoppé ses importations en provenance de Beyrouth.