Macron

  • Niger: Attaque sanglante contre la base militaire d’Inatès – 73 soldats tués, 12 blessés et plusieurs portés disparus

    Imprimer

    PAR JEAN-RENÉ BELLIARD  LE 

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand)

    L’armée nigérienne a subi ses plus lourdes pertes depuis qu’elle est confrontée au défi jihadiste, lors de l’attaque mardi du camp d’Inates, localité située à quelques kilomètres de la frontière malienne, dans la région de Tillabéri.
    « Malheureusement, on déplore le bilan suivant: 73 militaires tués, 12 blessés, des portés disparus, et un nombre important de terroristes neutralisés », selon un communiqué du ministère de la Défense, lu à la télévision nationale.
    « Les combats », qui ont duré trois heures, ont été « d’une rare violence combinant des tirs d’artillerie et l’emploi de véhicules kamikaze par l’ennemi », a ajouté le ministère.
    Des centaines de « terroristes » sont arrivés, vraisemblablement du Mali, en plusieurs colonnes composées de plusieurs dizaines de motos et de véhicules, dont des blindés, a encore précisé le ministère
    Les jihadistes ont pilonné le camp à l’aide d’obus, et beaucoup de victimes sont décédées dans des explosions de dépôts de munitions et de carburant., a précisé le ministère.
    L’ampleur inédite des pertes subies a été ressentie jusqu’au sommet de l’Etat, alors que le président français Emmanuel Macron devait accueillir samedi ses homologues du Sahel pour « re-clarifier le cadre et les conditions politiques » de l’intervention militaire française dans la région.
    « Le président de la République, chef suprême des armées, Issoufou Mahamadou, a interrompu sa participation à la Conférence sur la paix durable, la sécurité et le développement en Afrique qui se tient à Assouan en Égypte, pour rentrer à Niamey suite au drame survenu à Inatès », a indiqué la présidence sur twitter. Il présidera jeudi une réunion du Conseil national de sécurité, a-t-elle ajouté.
    De son côté, le président français a annoncé reporter la conférence sur le Sahel à janvier 2020.
    Cette attaque est la plus meurtrière depuis le début de l’offensive jihadiste au Niger, en 2015. Au-delà de ce pays, c’est tout le Sahel – en particulier le Mali, le Niger et le Burkina -, qui est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes armés, en dépit de la présence des militaires français de la force antiterroriste Barkhane. Pour rappel, le lundi 9 décembre, une autre attaque avait visé le poste militaire d’Angando, près de Tillia, dans la région voisine de Tahoua, toujours à la frontière malienne. Elle s’est soldée par la mort de 3 soldats et 14 terroristes selon un communiqué du gouvernement.
    Face à la dégradation de la situation, le gouvernement avait décidé, à l’issue d’un conseil des ministres le mardi 10 décembre, de proroger pour une période de trois mois, l’état d’urgence décrété en 2017 dans plusieurs départements des régions de Tillabéri et de Tahoua.
    Cette mesure accorde des pouvoirs supplémentaires aux forces de sécurité sur les théâtres des opérations, dont celui d’ordonner des perquisitions de nuit comme de jour dans un domicile. En outre, elle limite les déplacements dans les espaces concernés.
    Depuis octobre, il est aussi formellement interdit aux organisations humanitaires de se rendre dans certaines zones sans escorte militaire.
    De son côté, le Mali a été frappé par un automne sanglant, lors duquel plus de 140 soldats ont été tués, provoquant un véritable traumatisme.
    Le Burkina avait perdu 24 militaires en août, dans un assaut contre la base de , également près de la frontière malienne.
    Base d’Inatès
    Inates se situe au coeur d’une région en proie à la contrebande et aux trafics. La base militaire y avait déjà été ciblée le 1er juillet quand 18 soldats nigériens y avaient perdu la vie, dans une attaque revendiquée par l’Etat islamique dans le grand Sahara (EIGS).
    Macron demande « davantage de clarté » sur le rôle de la France au Sahel
    Cette attaque survient alors que le président français Emmanuel Macron avait invité les présidents du Mali, du Burkina Faso, du Niger, du Tchad et de la Mauritanie à le retrouver le 16 décembre à Pau, dans le sud-ouest de la France.
    M. Macron souhaitait davantage de « clarté » de la part de ses homologues sahéliens sur la présence française au moment où celle-ci suscite une contestation grandissante, avec notamment des manifestations antifrançaises. Une partie de l’opinion publique sahélienne attribue la dégradation sécuritaire à la présence même des troupes étrangères.
    En novembre, l’état-major burkinabè avait même mis en garde les avions français qui survoleraient intempestivement son territoire.
    Le président français attend de ses hôtes qu’ils « assument » publiquement auprès de leurs opinions le fait que les soldats français sont au Sahel à la demande des pays concernés, et non pas pour des « visées néocoloniales ».
    C’est une « condition nécessaire » et il tirera les conséquences si elle n’est pas remplie, a-t-il ajouté.
    Mais l’invitation de l’ancienne puissance coloniale a sonné comme une « convocation », selon plusieurs experts, qui regrettent qu’Emmanuel Macron n’ait pas fait preuve de plus d’écoute et de partage.

  • Frontlive-Chrono du 23 juillet 2018

    Imprimer

    Frontlive-Chrono du lundi 23 juillet 2018

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe)

    • Cisjordanie : Échauffourées près de Bethléem : Un Palestinien de 15 ans tué – Abonnés
    • Egypte: Un leader de l’Etat islamique tué au Sinaï – Abonnés
    • France: Affaire Macron-Benalla – version algérienne – Lecture libre
    • France: Affaire Macron-Benalla : la présidence française en ligne de mire après les premières auditions – Lecture libre
    • Gaza: Deux Palestiniens retrouvés morts à Alger – Abonnés
    • Irak : Incidents du 22 juillet 2018 – Abonnés
    • Irak : Des hommes armés investissent un bâtiment du gouvernorat à Erbil – Abonnés
    • Iran: Escalade verbale entre Donald Trump et Hassan Rohani – Abonnés
    • Mali : 1 militaire tué et un autre blessé dans une embuscade – Abonnés
    • Nigeria: huit morts dans une attaque suicide contre une mosquée – Abonnés
    • Somalie : attaque à la voiture piégée contre une base militaire – Abonnés
    • Turquie : 43 membres présumés de Daech interpellés – Abonnés
  • Frontlive-Chono 28 February 2018

    Imprimer
    FRONTLIVE CHRONO 
    Wednesday 28 February 2018  
     
    Dear subscriber 
    Four U.N. soldiers (Minusma) again killed in Mali. See Frontlive-Chrono for details.
     
    Afghanistan : President Ghani invites Taliban to peace talks with 7 key proposals - details
    Arabie saoudite : Purges, reforms, societal revolutions : Saudi Arabia under King Salmane's reign - Details
    Egypte : 11 'takfiris' killed in Sinai in raids, foiled suicidal attack: Army - Details
    Gaza : Hamas has 15,000 rockets available - Details
    Irak : 25 Russian women with children removed from the camps of the Shia militias - Details
    Iran : Fox News: Israeli Satellite Images Reveal: Iran Builds Military Base Near Damascus - Details
    Jordan : Terrorists Detained in Jordan in November Planned to Attack western objectives - Details
    Mali : Four U.N. peacekeepers killed in roadside explosion (Minusma) - Details
    Syria : Summary of the military activities in Syria on 28 February 2018 - Details -

    Syria : Lavrov says Syria rebels must 'act' to make truce work - Details -

    Syria : N Korea 'providing materials for Syria chemical weapons' - Details
    Turkey : The "but at the same time" concept of the French President too complex for Turkey - Details
    West Bank : Israeli settlers storm Joseph's Tomb and clash with Palestinians in Nablus - Details
    Jean René Belliard
    Groupe Ptolémée : +33757910350 

     

  • Frontlive-Chono du 28 février 2018

    Imprimer
    FRONTLIVE CHRONO 
    Mercredi 28 février 2018  
     
    Cher abonné
    Quatre nouveaux soldats de l'ONU (Minusma) tués au Mali. Voir Frontlive-Chrono pour les détails.
     
    Afghanistan : Le président Ghani offre cessez-le-feu et paix sous conditions aux talibans - details
    Arabie saoudite : Purges, réformes, ruptures : l'Arabie saoudite sous le règne du roi Salmane - Details
    Cisjordanie : Naplouse: affrontements entre des jeunes palestiniens et des colons près du « tombeau de Joseph » - Details
    Egypte : l'armée déjoue une attaque terroriste de grande ampleur dans le Sinaï - Details
    Gaza : Le Hamas dispose de 15.000 roquettes - Details
    Irak : 25 femmes russes avec enfants retirées des camps des milices chiites - Details
    Iran : Fox News: L'Iran construit une base de missiles près de Damas, menaçant tout Israël - Details
    Jordanie : Des attentats contre des sites occidentaux déjoués à Amman - Details
    Mali : Quatre Casques bleus tués dans le centre du pays dans une attaque à l'engin explosif (Minusma) - Details
    Syrie : Résumé des activités militaires en Syrie le 28 février 2018 - Details -

    Syrie : Lavrov demande aux rebelles d'"agir" pour que la trêve fonctionne - Details -

    Syrie : La Corée du nord a aidé la Syrie à produire des armes chimiques - Details
    Turquie : Le concept « mais en même temps » du président français trop complexe pour la Turquie - Details
    Jean René Belliard
    Groupe Ptolémée : +33757910350 

     

  • Esclavage en Libye: Paris demande une "réunion expresse" du Conseil de sécurité de l'ONU

    Imprimer
    Libye 
    Esclavage
    Esclavage en Libye: Paris demande une "réunion expresse" du Conseil de sécurité de l'ONU
    La France demande une réunion "expresse" du Conseil de sécurité des Nations unies au sujet de la vente de migrants africains comme esclaves en Libye, a annoncé mercredi 22 novembre le ministre français des Affaires étrangères.
    "La France a décidé ce matin de demander la réunion expresse du Conseil de sécurité des Nations unies pour aborder cette question. Elle le fait comme membre permanent du Conseil de sécurité, elle a la capacité de le faire et nous le faisons", a-t-il souligné devant l'Assemblée nationale.
    La France qualifie de "crimes contre l'Humanité" les faits d'esclavage en Libye
    Le président français a pour s part qualifié de "crimes contre l'Humanité" les ventes de migrants africains comme esclaves en Libye, exposées par la chaîne américaine CNN.
    "La dénonciation par la France est sans appel" et il faut que "nous puissions aller beaucoup plus loin pour démanteler les réseaux" de trafiquants, a-t-il déclaré après une rencontre avec le président de la Guinée et de l'Union africaine, Alpha Condé.
    "Ce qui s'est passé (en Libye) est scandaleux (...) inacceptable", a jugé ce dernier, qui est aussi président en exercice de l'Union africaine (UA).
    Pour le président français, "ce qui a été révélé" par CNN "relève bien de la traite des êtres humains. C'est un crime contre l'Humanité".
    Ce trafic "nourrit les délinquances les plus graves" et "les réseaux terroristes", "génère 30 milliards d'euros par an, touche malheureusement 2,5 millions de personnes - et 80% des victimes sont des femmes et des enfants", a-t-il ajouté.
    Il a confirmé l'annonce, faite par le chef de la diplomatie française  un peu plus tôt, que la France prenait "l'initiative au Conseil de sécurité" de l'ONU en demandant une réunion sur ce sujet.
    "Je souhaite que nous puissions aller beaucoup plus loin dans la lutte contre les trafiquants qui commettent de tels crimes et coopérer avec tous les pays de la région pour démanteler ces réseaux", a-t-il ajouté, en appelant à l'adoption de "sanctions contre les trafiquants".
    La semaine dernière, un documentaire choc de la chaîne de télévision américaine CNN avait exposé l'existence de ventes d'esclaves près de Tripoli, vivement dénoncé en Afrique et en Europe.
    Depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, les passeurs, profitant du vide sécuritaire et d'une impunité totale en Libye, font miroiter à des dizaines de milliers de personnes cherchant une vie meilleure un passage vers l'Italie qui se trouve, à 300 kilomètres des côtes libyennes.