Lutte contre le terrorisme islamiste

  • Tunisie : Les forces de sécurité arrêtent 14 "terroristes"

    Imprimer

    Selon une source sécuritaire tunisienne, les services de sécurité ont réussi à arrêter un élément inconnu soupçonné d'appartenir à une organisation terroriste.

    La source a ajouté que «les agents de la Division de la recherche et de l'inspection de la Garde nationale à Sidi Bouzid et du Département de la prévention du terrorisme ont pu, mardi 25 mai 2021, au cours d'une opération de sécurité à grande échelle, découvrir et arrêter un élément de sécurité inconnu pour soupçon d’appartenance à une organisation terroriste. "

    elle a ajouté: "Six takfiristes ont également été arrêtés et interrogés sur divers cas. Par ailleurs, 7 membres du personnel de sécurité font l'objet d'une enquête pour des charges dont ils sont soupçonnés.

    Les agents de sécurité ont saisi un fusil de chasse sans permis légal au cours de la même opération.

  • Tunisie : Cinq jihadistes tués près de la frontière algérienne

    Imprimer

    Cinq jihadistes ont été tués, lundi 17 mai 2021, dans une opération des forces tunisiennes dans le mont Chaambi, l'un des principaux maquis jihadistes du pays, frontalier de l'Algérie, a indiqué le ministère tunisien de l'Intérieur.

    "Sur la base de renseignements techniques détaillés", les forces du ministère de l'Intérieur et des unités militaires terrestres et aériennes ont "éliminé cinq éléments terroristes," a indiqué le ministère dans un communiqué. "L'opération lancée à l'aube lundi" est "toujours en cours", a indiqué à l'AFP le porte-parole de la Garde nationale, Houssemeddine Jebabli, précisant que la nationalité de ces cinq hommes et leur affiliation à un groupe étaient en train d'être vérifiées. Selon des informations préliminaires, il s'agirait d'un Algérien et de 4 Tunisiens

    Après la révolution de 2011, la Tunisie a été confrontée à un essor de la mouvance jihadiste, en particulier dans les régions frontalières de l'Algérie et de la Libye. L'armée tunisienne pourchasse depuis 2012 des groupes armés dans les massifs montagneux du centre-ouest du pays, dont des éléments de la phalange Okba Ibn Nafaa, une branche locale d'Al-Qaïda au Maghreb islamique, et de Jund al-Khilafa, un groupe affilié à l'organisation Etat islamique.

    C'est au mont Chaambi qu'a eu lieu en 2014 le pire attentat contre l'armée (15 soldats tués), point de départ d'une série noire d'attentats meurtriers. 

    La situation sécuritaire s'est largement améliorée ces dernières années, mais des attaques récurrentes continuent de cibler les forces de sécurité, et l'état d'urgence est toujours en vigueur depuis une série d'attentats meurtriers en 2015.

    Le mois dernier, trois jihadistes présumés, dont une femme qui a déclenché une ceinture d'explosifs, ont été tués dans des opérations des forces de sécurité dans un massif montagneux voisin, le mont Mghila. Début février, quatre militaires tunisiens avaient péri dans l'explosion d'une mine lors d'une opération de ratissage dans la même zone.

  • Tunisie : Découverte d'un réseau de financement du terrorisme

    Imprimer

    1619505255_content.jpegL'Unité Nationale de Recherche sur les Crimes Terroristes du Département Antiterroriste de la Garde Nationale, et sous la supervision directe du Parquet au Pôle Judiciaire de Lutte contre le Terrorisme, un réseau spécialisé dans le financement des terroristes présents dans les zones de conflits armés a été découvert.  

    Mardi 27 avril 2021, le porte-parole de la Garde nationale, Hosam Eddin Al-Jabbali, a donné des informations sur ce réseau. Il  est dirigé par un ressortissant d'un pays arabe et son épouse tunisienne, qui se trouvent dans un pays européen. 2 membres du réseau ont été arrêtés en Tunisie, deux hommes et une femme. Un troisième a réussi à prendre la fuite.

    Des perquisitions aux domiciles des personnes impliquées ont permis de saisir des quantités de devises tunisiennes et étrangères, en plus des documents bancaires et postaux pour les virements financiers.

    La même source a confirmé que les deux personnes interpellées ont avoué que plus de 15 terroristes avaient bénéficié de fonds financiers émis par leurs familles en Tunisie.

    Lors de leur comparution devant la justice, le juge d'instruction a ordonné l'incarcération de l'un d'eux et l'autre en résidence surveillée. L'unité anti-terroriste a émis 16 avis de recherche pour les personnes impliquées dans cette activité.terroriste

  • Tunisie : Trois terroristes éliminés à l’ouest du pays

    Imprimer

    EyBkMHpXEAEF1HU.jpegLors d’une opération menée, jeudi 1er avril, par les forces spéciales de la Garde nationale et de la police en coordination avec des unités de l’armée nationale, l'élément terroriste «Hamdi Dhouib» (photo) affilié à l'organisation terroriste «Jund al-Khilafah» (JAK-T) a été éliminé, à Mont Mghila, situé, entre le gouvernorat de Kasserine et celui de Sidi Bouzid, à l’ouest de la Tunisie.

    Les forces de sécurité ont récupéré son fusil Steyr AUG au cours de cette même opération, a indiqué un communiqué du ministère tunisien de l’Intérieur.

    Cet élément, impliqué dans plusieurs opérations terroristes, est considéré comme l'un des principaux membres de l'organisation «Jund al-Khilafah» affiliée à Daech.
    Hp5MSTqa.jpeg

    Par ailleurs, des unités de la Garde nationale de la région de Kasserine, plus précisément à Djebel Selloum, ont procédé ce jeudi, dans le cadre d’une opération sécuritaire préventive, à la traque d’un groupe terroriste.

    Les unités sécuritaires ont éliminé un élément terroriste accompagné de sa femme (de nationalité philippine, portant un niqab.

    Cette dernière s’est fait exploser en actionnant sa ceinture explosive pour ne pas être capturée vivante,  ce qui a entraîné sa mort ainsi que celle de sa petite fille, qu’elle portait dans ses bras, tandis que sa seconde fille, âgée de trois ans, a pu survivre à l’attaque.

    Les incidents liés au terrorisme islamiste sont concentrés dans les montagnes, en particulier les hauts plateaux de l'ouest, devenus un repaire où les groupes terroristes se sont fortifiés.
    EyBiioUWYAAmND5.jpeg

  • Tunisie : Les associations suspectées de financer le terrorisme dans le collimateur

    Imprimer

    La Commission nationale de lutte contre le terrorisme (CNLCT) se focalise aujourd'hui, en priorité, sur les associations et organisations suspectées de financer le terrorisme, a affirmé le président de la CNLCT, Mounir Ksiksi, dans une déclaration à l’agence Tunis Afrique Presse (TAP/Officiel).

    En marge d'une conférence, à Tunis, sur les menaces terroristes et leur impact sur la sécurité nationale, Mounir Ksiksi a expliqué que la Commission travaille sur la question en partenariat avec la Direction générale des associations (présidence du gouvernement), la Commission tunisienne des analyses financières (CTAF) et avec les appareils sécuritaires.

    Il a ajouté que la Commission est parvenue à geler les fonds de 108 personnes suspectées de financer le terrorisme. Une mesure administrative qui sera appliquée aux associations dont l'implication dans le financement du terrorisme est établie.

    L'organisation de la conférence s'inscrit dans le cadre des préparatifs pour la création prochaine d'un centre de réflexion sur le terrorisme et l'extrémisme violent regroupant des compétences tunisiennes, un espace qui sera dédié à l'élaboration d'études et de recherches sur cette question, a-t-il indiqué.

    La rencontre s'inscrit aussi, a-t-il poursuivi, dans le cadre de la révision, par la Commission, de la stratégie nationale de lutte contre le terrorisme qu'elle est appelée à présenter au Conseil de sécurité nationale en novembre 2021.

  • Tunisie : Démantèlement d'une cellule jihadiste à Sousse

    Imprimer

    Des membres de l'équipe de recherche et d'inspection de la garde nationale de la ville tunisienne de Sousse ont réussi à découvrir et à démanteler une cellule jihadiste active dans la région.

    jeudi, une source sécuritaire tunisienne a déclaré à l'Agence de presse tunisienne que le parquet avait autorisé la détention de trois personnes appartenant à une cellule takfiri, composée de résidents de l'un des gouvernorats du centre-ouest tunisien, et de prendre des mesures judiciaires à leur encontre. .

    Depuis mai 2011, la Tunisie a été témoin d'actes terroristes qui se sont intensifiés en 2013, tuant des dizaines de forces de sécurité, de soldats et de touristes étrangers, avant de reculer ces dernières années.

    L'une des attaques terroristes les plus violentes a eu lieu le 7 mars 2016, lorsque des éléments de «l'Etat islamique» ont attaqué le quartier général des casernes militaires et de sécurité dans la ville de Ben Guerdane, à la frontière avec la Libye, et se sont affrontés avec les forces de sécurité et l'armée. . L'attaque a coûté la vie à 55 membres de l'Etat islamique, 12 forces tunisiennes et 7 civils. 

  • Tunisie : Activité des services de sécurité contre le terrorisme 

    Imprimer

    Les services de sécurité tunisiens ont contrecarré des opérations terroristes et annoncé le démantèlement de dizaines de cellules extrémistes et l'arrestation de leurs membres près des frontières avec l'Algérie et la Libye.

    La menace terroriste existe toujours en Tunisie, en particulier près des frontières avec l'Algérie et la Libye, parallèlement au déclin des organisations terroristes dans plusieurs pays de la région.

    L'armée tunisienne s'emploie à encercler les zones montagneuses des gouvernorats de Kasserine, El Kef, Jendouba et Sidi Bouzid pour freiner les groupes takfiri qui tentent d'attenter à  la sécurité nationale tunisienne.

    Alors que les services de sécurité et l'armée ont fait de grands progrès dans la guerre contre le terrorisme, les forces de sécurité ont annoncé qu'elles avaient découvert des dizaines de cellules extrémistes et arrêté nombre de leurs membres, ce qui a permis de déjouer des complots terroristes.

    Le gouvernement tunisien a promis aux groupes terroristes une guerre implacable afin de maintenir la sécurité et la stabilité dans le pays qui souffre déjà de crises politiques, économiques et sociales successives.