Lutte contre le terrorisme dans l'UE

  • Etat islamique : Les experts en sécurité préviennent que Daech pourrait utiliser des enfants pendant Ramadan et en été

    Imprimer

    Les analystes de la sécurité de l'Union européenne préviennent que l' Etat islamique pourrait commettre des attaques pendant le Ramadan et plus encore tout au long de l'été.

    L'Institut d'études de sécurité de l'UE (EUISS), qui analyse la politique étrangère, de sécurité et de défense, a déclaré que le groupe terroriste pourrait utiliser des enfants lors de leurs prochaines attaques et a exhorté les gouvernements à concentrer les programmes de dé-radicalisation sur les jeunes.

    Dans un rapport sur l'avenir de l'Etat islamique, Florence Gaub, directrice adjointe de l'institut, a déclaré que le groupe était susceptible de commettre davantage d'attaques au printemps et à l'été et recrutait une jeune génération de combattants.

    Elle a précisé que les gouvernements devraient s'attendre à des attaques terroristes sur les chemins de fer et les autoroutes.

    «En Europe, les affiliés de l'Etat islamique ont organisé des attaques en Autriche, en France, en Allemagne et au Royaume-Uni en 2020», a-t-elle déclaré.

    «Sa propension aux attaques pendant le Ramadan signifie que le printemps 2021 pourrait être témoin de davantage d'attaques, bien que l'absence de foule en raison du verrouillage pourrait signifier que celles-ci seront retardées jusqu'à l'été.

    «L'Etat islamique cible également de plus en plus les adolescents qui n'ont jamais vécu sur son territoire, tant en Europe qu'à l'étranger.

    «En Indonésie, sa filiale Jamaah Ansharut Daulah a organisé deux attaques terroristes perpétrées par des enfants en 2018. En Europe, l'Etat islamique se développe également parmi la génération Z.»

    En 2019, la police britannique a arrêté 12 enfants de moins de 18 ans pour des accusations liées au terrorisme, certains aussi jeunes que 14 ans.

    Mme Gaub a déclaré que le temps accru que les jeunes passaient en ligne pendant la pandémie les rendait vulnérables aux terroristes.

    «Leur temps passé sur les réseaux sociaux les expose à l'état d'esprit de l'Etat islamique et à des images et des vidéos graphiques brutales mais, plus important encore, c'est leur état mental fragile qui les rend vulnérables au recrutement de l'Etat islamique», a-t-elle déclaré.

    «Là où l'Etat islamique innove maintenant, c'est dans son approche d'une génération encore plus jeune. Bien qu'il ait toujours eu une forte composante de jeunes en phase avec son récit, il saisit désormais deux ouvertures stratégiques. Le premier concerne les 27 000 enfants de partisans de l'Etat islamique toujours détenus dans des camps en Syrie, dont 600 sont citoyens européens.

    "Bien que la grande majorité soit des mineurs, cela ne signifie pas qu'ils sont automatiquement innocents. Selon les États, l'âge de la responsabilité pénale peut varier de 12 ans en France à 14 ans dans la plupart des autres pays européens. Cependant, même si les enfants de l'Etat islamique n'ont commis aucun crime, la question est de savoir s'ils pourraient en faire".

    «Pour la plupart, leur vie sous l'endoctrinement de l'Etat islamique - même après la perte de son territoire - a été la norme. À son apogée territoriale, l'Etat islamique a utilisé des enfants comme espions, soldats, kamikazes et bourreaux et leur a fourni une formation militaire. Un traumatisme non résolu lié à la vie dans une zone de guerre est susceptible d'inciter à de nouveaux comportements violents. »

    Mme Gaub a déclaré que les décideurs politiques doivent être conscients que l'Etat islamique est en train de prendre «une forme entièrement nouvelle et plus difficile».

    «Si les attaques terroristes sont peut-être devenues moins meurtrières, elles pourraient très bien devenir plus fréquentes en raison du profil de ceux qui les exécuteront», a-t-elle déclaré.

    «Ni les programmes de dé-radicalisation, ni les mesures juridiques ou préventives ne sont conçus en pensant aux enfants."

    «La menace terroriste posée par l'Etat islamique continuera de rester un problème pour les décideurs au Moyen-Orient et en Afrique, mais aussi en Europe.

    «Bien qu'elle ne soit pas dans la première ligne de tir, l'Europe devra se préparer à davantage d'attaques [et] se préparer à des attaques contre des cibles« plus douces » telles que les chemins de fer et les autoroutes.»

    Elle ajoute que les États doivent développer une stratégie à long terme visant à «saper ses efforts de recrutement» en Europe et les exhorte à développer des capacités pour détecter, surveiller et gérer la radicalisation précoce des juvéniles.

    La priorité devrait également être donnée au chômage des jeunes dans les efforts de relance post-Covid, a-t-elle déclaré, et les États doivent mettre en œuvre rapidement la nouvelle législation européenne permettant la suppression des contenus terroristes en ligne.

  • Union Européenne: Visio-conférence mardi sur une réponse européenne contre le terrorisme - Kurz à Paris

    Imprimer

    La France, l'Autriche, l'Allemagne et l'UE tiendront mardi 10 novembre un mini-sommet virtuel sur la réponse européenne à la menace terroriste, juste après une rencontre à Paris entre Emmanuel Macron et le chancelier autrichien Sebastian Kurz, a annoncé l'Elysée.

    Cette visioconférence, organisée une semaine après l'attentat jihadiste de Vienne et après celui de Nice et la décapitation de l'instituteur Samuel Paty en France en octobre, réunira Emmanuel Macron et Sebastian Kurz à Paris, la chancelière Angela Merkel à Berlin ainsi que le président du Conseil européen Charles Michel et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen à Bruxelles. Elle sera suivie d'une conférence de presse commune, a précisé la présidence française.

    Lundi dernier, un sympathisant de l'Etat islamique a ouvert le feu dans le centre de Vienne, faisant quatre morts, dans la première attaque de ce type depuis des décennies en Autriche. Elle s'inscrivait dans le contexte d'un regain de menaces jihadistes depuis la republication en France par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo des caricatures de Mahomet.

    Charles Michel et Clément Beaune, secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, étaient tous deux attendus à Vienne lundi afin de rendre un hommage aux victimes de l'attentat.

    Ils devaient aussi discuter dès lundi avec M. Kurz de "la réponse européenne au terrorisme, notamment le renforcement des contrôles aux frontières extérieures européennes, le traité de Schengen et la lutte contre la haine en ligne au niveau européen", selon l'ambassade de France en Autriche.

    Jeudi, Emmanuel Macron a déjà annoncé vouloir doubler les forces de contrôles aux frontières françaises et a appelé à "refonder" "en profondeur" les règles régissant l'espace Schengen de libre circulation en Europe, estimant que la lutte contre l'immigration clandestine fait partie de la lutte contre le terrorisme.

    Le président français compte présenter de premières propositions en ce sens au Conseil européen de décembre, avec l'objectif "d'aboutir sous la présidence française", au premier semestre 2022.