Loura

  • République Centrafricaine : deux soldats centrafricains tués et quatre mercenaires russes blessés dans une attaque

    Imprimer

    Deux soldats centrafricains ont été tués et quatre mercenaires russes blessés dans une attaque contre une position de l’armée centrafricaine près de Kaga-Bandoro, dans le centre du pays, a-t-on appris lundi 20 septembre 2021 de sources concordantes.

    « La ville de Kaga-Bandoro, chef-lieu de la préfecture de la Nana-Gribizi a été secouée », dimanche 19 septembre, par « une attaque des rebelles de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) contre une position des Forces armées centrafricaines (Faca) et de leurs alliés russes dans le village Kakomalé sur l’axe Grevaï », a rapporté le journal local "Corbeau News" (Indépendant).

    « Le combat entre les rebelles et l’armée était très violent. Nous avons perdu deux de nos soldats et quatre de nos alliés, dont des instructeurs russes, ont été grièvement blessés. Les victimes ont été évacuées par hélicoptère sur Bangui », a souligné Abdoulaye Mahamat, préfet de Nana Gribizi.

    D’après "Corbeau News", les rebelles ont surpris les soldats centrafricains sur trois de leurs positions.

    L’attaque a été repoussée par l’armée centrafricaine et ses alliées qui ont repris le contrôle de la localité.

    « Les rebelles ont dû se retirer après avoir détruit le poste de contrôle érigé par les Faca et les mercenaires russes dans ce village », a relevé le journal.

    Cette nouvelle attaque des rebelles de la coalition des patriotes pour le changement à Kaga-Bandoro, a provoqué une panique au sein de la population.

    « Depuis dimanche, plusieurs personnes se sont cachées dans les brousses. Elles ont peur que les rebelles reviennent pour d’autres attaques. Les commerces sont fermés et aucune personne n’est sortie ce lundi pour aller au champ », a expliqué Enoch Nago Ngoya, président de l’Association des déplacés de Kaga-Bandoro.

    La ville de Kaga-Bandoro, située à 300km au nord de Bangui et contrôlée depuis 2014 notamment par le chef rebelle Mahamat Alkatim, du Mouvement patriotique pour la Centrafrique (MPC), a été reprise, le 12 avril dernier par les forces armées centrafricaines.

    Après cinq ans d’absence, les Faca étaient brièvement revenues dans la zone en 2019 après la signature de l’accord de paix centrafricain, conclu début février de la même année entre le gouvernement et quatorze groupes armés.

    Point de passage important de la transhumance, la localité de Kaga-Bandoro accueille le plus grand marché de bétail de Centrafrique.

    unnamed-2021-09-20T131657.519.jpgDes civils tués par des mercenaires russes
    Deux enfants et une femme ont été tués par des mercenaires russes du Groupe de sécurité Wagner (photo ci-contre) dans le camp  d'Alhadji Boudaw situé à quelques kilomètres de l'entrée du village de Letele, à environ 20 km de Bocaranga sur l'autoroute Ndim.

    "Les mercenaires russes sont arrivés dans la localité à moto et se sont rendus au camp d'Alhadji Boudaw", a précisé la source. « À leur arrivée au camp, ils ont rencontré deux enfants âgés de 13 et 15 ans et leur ont tiré dessus à bout portant. »

    « Une femme qui était agricultrice et qui est venue au camp pour vendre son manioc à la famille des enfants tués a également été sauvagement abattue par les mercenaires russes. »

    Vendredi 17 septembre, des dizaines de mercenaires russes à motos et pick-up étaient arrivés dans la commune de Loura, située à 40 km de Bocaranga.

    "Immédiatement après, ils sont arrivés dans la zone vers 14 heures, ils ont commencé à piller des commerces et à saisir des motos et à détenir des personnes dans le quartier de Panambana et le marché central", ont révélé des sources.

    « Avant de partir, ils ont kidnappé trois jeunes hommes de Loura mais les ont relâchés quelques heures plus tard à Bocaranga. »

    Lors d'un autre incident, les mercenaires russes se sont rendus au village de Poucare, situé à environ 10 km de Bocaranga sur l'autoroute Letele et ont commencé à rassembler plusieurs personnes qu'ils ont rassemblées dans les salles de classe de l'école du village et ont verrouillé les portes.