Logar (province)

  • Afghanistan : Une attaque des talibans repoussée à Logar

    Imprimer

    Au moins 6 talibans ont été tués et 8 autres blessés alors qu'ils attaquaient des points de contrôle dans la province de Logar, dans le centre de l'Afghanistan, le 26 juillet.
    Les attaques ont eu lieu aux points de contrôle de sécurité à Pul-e-Alam et dans le district de Mohammad Agha à Logar le 26 juillet. "Les forces de sécurité ont repoussé les assauts des talibans", rapporte l'armée afghane, ajoutant : "Heureusement, aucun officier n'a été blessé lors de l'attaque". Les forces armées étaient conscientes de la possibilité d'une attaque contre les points de contrôle. Les Talibans n'ont pas encore commenté ces événements.
    Malgré les violences, certains militants islamistes poursuivent les négociations avec le gouvernement afghan. Les représentants des talibans ont remis au gouvernement afghan une nouvelle liste de 592 détenus dont ils demandent la libération. À ce jour, Kaboul a libéré 4 019 prisonniers et les militants islamistes en ont libéré 737. A cet égard, Kaboul a révélé que l'une des principales raisons du retard dans les négociations intra-afghanes est précisément la question des prisonniers. En effet, le gouvernement a décidé de ne pas libérer 597 des 5 000 détenus qui devaient être libérés suite à la signature de l'accord entre les Etats-Unis et les talibans. La raison en est que ces prisonniers seraient coupables de graves crimes "moraux".
    Les États-Unis sont intervenus en Afghanistan en 2001, dans le but de renverser le gouvernement de Kaboul, alors contrôlé par les talibans, car ils avaient offert leur protection à Al-Qaïda, l'organisation jihadiste responsable des attentats du 11 septembre 2001. Après l'invasion de Washington et l'intervention de l'OTAN en août 2003, les talibans ont repris l'offensive pour déstabiliser le pays. Le 29 février 2020, les États-Unis et les Talibans ont signé un accord de paix "historique" à Doha, au Qatar. Cependant, cet accord n'a pas encore apporté la stabilité au pays, qui reste secoué par la violence et fortement divisé.

  • Pas de perspective pour l'Afghanistan

    Imprimer

    Guerre de communiqués à propos de la chute d'un hélicoptère américain 
    Le 30 août, les Taliban ont affirmé avoir abattu un hélicoptère américain dans la province afghane de Logar et tué 20 soldats américains au cours de l'attaque. 
    Un porte-parole de l'armée américaine en Afghanistan, Bob Purtiman, a nié les allégations des Taliban et a déclaré que l'hélicoptère avait eu un problème technique et fait un atterrissage préventif.
    Selon Purtiman, l'hélicoptère a été récupéré avec succès.
    Trump envoie 4.000 soldats supplémentaires en Afghanistan 
    Le 22 août, le président Donald Trump a annoncé un plan visant à déployer 4.000 soldats supplémentaires en Afghanistan et à enfin gagner la guerre la plus longue menée par les États-Unis.
    À l'heure actuelle, il y a environ 9 800 soldats américains et 25.197 contractuels sur le terrain dans ce pays déchiré par la guerre. 
    Les taliban ont répondu à l'annonce de Trump par une augmentation du nombre des attaques  contre l'OTAN et les forces gouvernementales, promettant de transformer l'Afghanistan "en un cimetière pour l'Empire américain".  
    Les Taliban ont étendu leur contrôle sur une douzaine de districts 
    Le 25 août, des militants taliban sont entrés dans le district de Kas Uruzgan, dans le centre de l'Afghanistan, après avoir percé les lignes de défense de l'armée afghane. Au cours du même mois, les taliban ont capturé plus de 10 centres de district. Les forces gouvernementales, même avec l'aide de l'armée américaine, n'ont pas réussi contenir les assauts des taliban.
    La situation sécuritaire reste très compliquée 
    Les forces américaines  sont entrées en Afghanistan en 2001 pour chasser les taliban du pouvoir. Washington les accusait d'héberger les auteurs des attentats du 11 septembre 2001 qui avaient coûté la vie à plus de 3000 personnes. Depuis lors, la Maison Blanche lutte pour tenter de protéger un gouvernement allié aux États-Unis.
    Cependant, la situation sécuritaire reste très compliquée pour les États-Unis et ses alliés. 
    Les taliban sont toujours implantés en Afghanistan et ont même réalisé de nouveaux gains ces dernières années.  
    A part poursuivre la guerre, il n'y a pas de stratégie claire pour ramener la paix 
    Aujourd'hui, les taliban ont mis en place une structure d'organes administratifs et judiciaires locaux qui couvrent une grande partie du territoire afghan et qui n'est pas moins efficace que les structures administratives gouvernementales. 
    À ce jour, il n'y a pas de perspective claire pour un rétablissement de la paix et un accord national dans le pays.
    En fait, à part poursuivre la guerre, on voit mal quelle autre stratégie pourrait être menée dans le pays pour rétablir la sécurité et la paix civile. 
    7 août 2017 - Zones d'activités des insurgés.jpg
    Jean René Belliard