Lenderking Tim (émissaire de Biden au Yémen)

  • Yémen : La coalition dit avoir infligé d'importantes pertes aux rebelles

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé mardi avoir tué 110 rebelles houthis ces dernières 24 heures dans de nouveaux raids aériens principalement dans la province de Ma'rib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays ravagé par la guerre. La coalition, qui appuie militairement le pouvoir au Yémen depuis 2015, indique presque quotidiennement depuis un mois infliger d'importantes pertes aux rebelles houthis. Mais ces derniers affirment tout de même avancer vers la capitale provinciale éponyme. Les bilans de la coalition ne peuvent être vérifiés de source indépendante et les houthis ne communiquent que très rarement sur leurs pertes.

    La prise de la ville de Ma'rib, principal objectif de l'offensive des rebelles lancée en février mais qui s'est intensifiée ces deux derniers mois, serait un désastre pour le gouvernement yéménite et son allié saoudien.

    "Vingt-deux véhicules militaires et un dépôt d'armes ont été détruits, et 110" insurgés tués dans des raids aériens visant des secteurs dans la province de Ma'rib, et d'autres dans la province voisine de Jawf, a indiqué la coalition dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

    L'aviation de la coalition, qui aide les forces gouvernementales au sol à Ma'rib, cherche à empêcher les houthis de s'approcher de la ville de Ma'rib.

    Les Houthis ont abattu un drone américain à Marib
    Le groupe Ansar Allah, le bras armé des rebelles chiites Houthis, a abattu mardi 9 novembre 2021 un drone américain dans le gouvernorat de Ma'rib.

    Yahya Sari, porte-parole des houthis, a déclaré dans un communiqué que les défenses aériennes houthies « ont réussi à abattre un avion espion armé de fabrication américaine, alors qu'il menait des actes hostiles dans l'espace aérien de la région de Jawbah. , au sud de Marib."

    Le porte-parole a expliqué que l'avion était un "Scan Eagle", notant que les vidéos de l'épave de l'avion seront diffusées ultérieurement.

    Selon le porte-parole, il s'agit du cinquième avion du même type que son groupe a abattu cette année.

    Activité diplomatique
    Les nouvelles violences surviennent au lendemain de visites séparées au Yémen de l'envoyé spécial de l'ONU Hans Grundberg et de l'émissaire américain Tim Lenderking. En visite à Taëz (sud-ouest), ville sous contrôle gouvernemental mais assiégée depuis 2015 par les houthis, l'émissaire de l'ONU a affirmé que la lutte pour la paix était "ardue", appelant les parties en conflit au "dialogue". Tim Lenderking, qui effectuait sa première visite au Yémen avec un déplacement à Aden (sud), siège provisoire du gouvernement, a plaidé pour un arrêt des combats.

  • Yémen : Les rebelles chiites Houthis ont repris la dernière base de la coalition dirigée par les Saoudiens dans la province de Marib

    Imprimer

    Mercredi 28 Juillet, les rebelles chiites Houthis ont réussi à reprendre le contrôle de la dernière base détenue par la coalition dirigée par l' Arabie dans le sud de la province de Marib.

    L'information a été donnée par l'agence de presse yéménite, alliée à la milice Ansar Ullah, le bras armé des Houthis. La prise de la base est intervenue après de violents affrontements.

    Les Houthis ont également fait des progrès significatifs dans d'autres régions situées entre Marib et la province de Sanaa qui la jouxte à l'ouest et la province de Shabwa qui se trouve au sud.

    Le 27 Juillet, la chaîne de télévision al-Mayadeen a rapporté qu'une « explosion massive » avait secoué un avant-poste des forces de la coalition dirigée par l' Arabie saoudite à Marib. La chaîne a précisé que l'explosion s'était produite au cours d'un bombardement du quartier général. Elle n'a fourni aucun autre détail sur l'étendue des victimes ou des dommages que l'explosion aurait pu causer.

    Selon les médias pro-Houthi, Ansar Ullah a également lancé une "attaque de grande envergure" contre les bases de la coalition dirigée par les Saoudiens à l'est de la province de Bayda, s'assurant le contrôle de nombreux avant-postes stratégiques surplombant les provinces de Marib et Shabwa.

    Pendant ce temps, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a affirmé avoir contré une attaque d'un drone piégé lancé par les rebelles Houthis dans la province centrale d'al-Bayda.

    "La 19e brigade d'infanterie a réussi à intercepter et à détruire un drone piégé lancé par la milice houthie contre les positions de l'armée dans la partie nord d'al-Bayda", indique un bref communiqué publié par les forces pro-gouvernementales yéménites.

    "Le drone a été abattu alors qu'il tentait de viser les positions et les casernes de l'armée gouvernementale dans le district de Numan à al-Bayda", ajoute le communiqué.

    De vastes zones de la province d'al-Bayda ont été le théâtre d'affrontements armés intenses entre les forces gouvernementales yéménites et les Houthis au cours des dernières semaines, faisant de nombreux morts ey blessés des deux côtés.

    Forte pression internationale pour un cessez-le-feu
    De hauts diplomates américains ont organisé des pourparlers dans la région du Golfe dans le cadre d'une nouvelle pression pour un cessez-le-feu au Yémen alors que de féroces batailles terrestres se propagent et que le groupe Houthi aligné sur l'Iran a repris ses attaques trans-frontalières contre l'Arabie saoudite après une brève accalmie pendant les vacances musulmanes.

    L'envoyé spécial des États-Unis pour le Yémen, Tim Lenderking, est arrivé en Arabie saoudite le 27 juillet à la suite d'une visite de la secrétaire d'État adjointe Wendy Sherman à Oman, alors que les efforts visant à mettre fin à plus de six ans de guerre sont au point mort.

    Lenderking discutera des "conséquences croissantes" de la bataille de Marib qui provoque l'instabilité dans la région et du "besoin urgent" pour Riyad et le gouvernement soutenu par l'Arabie saoudite de faciliter les importations de carburant vers le nord du Yémen, a déclaré le département d'Etat.

  • Arabie saoudite : Interception d'un drone des houthis, poursuite des combats à Ma'rib, au Yémen

    Imprimer

    Un drone armé, tiré par les rebelles Houthis du Yémen en direction de l'Arabie saoudite, a été intercepté jeudi matin, a annoncé la coalition militaire menée par Riyad, tandis que les combats se poursuivaient à Ma'rib, au Yémen, entre loyalistes et rebelles chiites houthis. 

    Le drone visait la ville garnison de Khamis Mushait, dans le sud de l'Arabie saoudite, qui abrite une importante base aérienne. Il a été détruit avant d'atteindre son objectif, a indiqué Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition, cité par l'agence officielle saoudienne SPA.

    Un tir groupé de drones a visé mercredi l'aéroport international d'Abha, dans le sud-ouest de l'Arabie saoudite. La coalition a affirmé que l'attaque avait endommagé un avion commercial. Les houthis ont soutenu avoir visé des "objectifs militaires" sur l'aéroport.

    Hicham Charaf, "ministre" des Affaires étrangères des houthis, a affirmé mardi que les attaques en Arabie saoudite étaient en riposte aux raids aériens de la coalition.

    Les Etats-Unis ont exhorté les rebelles à "cesser immédiatement leurs agressions", après avoir demandé lundi "la fin de toute nouvelle offensive militaire au Yémen". Tim Lenderking, émissaire au Yémen du président américain Joe Biden, a été reçu mercredi soir à Riyad avec l'émissaire de l'ONU au Yémen Martin Griffiths par le prince Khaled ben Salmane, vice-ministre de la Défense chargé du dossier yéménite. Washington a annoncé il y a quelques jours la fin de son soutien aux opérations militaires de la coalition au Yémen, a retiré les Houthis de sa liste des organisations qualifiées de "terroristes" tout en réaffirmant son engagement à aider les Saoudiens à défendre leur territoire.

    Par ailleurs, au Yémen, des combats se sont encore déroulés mercredi près de la ville de Ma'rib, autour d'un camp militaire du gouvernement, a précisé à l'AFP un commandant loyaliste, indiquant qu'ils ont fait quinze morts côté loyaliste et 23 morts côté rebelles. Le camp Koufel "a été pris par les houthis mais ils ont été délogés sous la pression des raids aériens" - une dizaine mercredi -, a-t-il déclaré. Selon lui, la perte de ce camp couperait une importante route d'approvisionnement des forces du gouvernement qui ont reçu des renforts de la province voisine de Chabwa.

    La guerre au Yémen a fait des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés, selon des organisations internationales. Elle a provoqué la pire crise humanitaire actuellement dans le monde, d'après l'ONU. Les houthis sont soutenus par l'Iran chiite, rival régional de l'Arabie saoudite sunnite