Le Pen Marine

  • France : Arrestation d'un homme armé de couteaux à Paris et suspicion d'un réseau impliqué dans l'attentat de Nice

    Imprimer

    L'agence "Reuters" a rapporté que la police avait arrêté un homme armé de deux couteaux à Paris, au lendemain de l'attaque au couteau qui a fait trois morts à Nice.

    Reuters a cité une source policière révélant que ce nouvel incident avait eu lieu dans le 15e arrondissement, au sud-ouest de la capitale. L'homme armé avait menacé les policiers avec un couteau.

    La source a confirmé que les policiers avaient réussi à arrêter l'homme.

    Cette nouvelle affaire s'inscrit dans le contexte d'une série d'attaques similaires en France depuis hier matin, en parallèle à l'attaque sanglante de la cathédrale Notre-Dame de Nice.

    Y a-t-il un réseau derrière l'attaque de Nice?
    Pendant ce temps, les services de sécurité français enquêtent sur la possibilité d'un réseau entier derrière l'attentat contre l'église de Nice, jeudi, qui a fait 3 morts.

    Les enquêteurs pensent que l'attaquant appartenait à un groupe qui a assuré son transfert en train vers lae France via l'Italie, après son arrivée sur l'île de Lampedusa en tant qu'immigrant irrégulier. Le départ de Tunisie du terroriste pourrait avoir coïncidé avec le discours du président français Emmanuel Macron il y a quelques semaines sur l'islam.

    Un Conseil de la Défense s'est réuni vendredi à l'Elysée pour discuter de l'attentat contre l'église Notre-Dame de Nice, et pour évaluer la situation et les mesures prises et celles qui pourraient être prises ultérieurement.

    Le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré: "Nous sommes en guerre contre l'islam politique". De son côté, la dirigeante de l'extrême droite française, Marine Le Pen, a appelé à la dissolution de l'Union des organisations islamiques en France, re-baptsée "Musulmans de France" et qui est affiliée aux "Frères musulmans". Elle demande également la confiscation de ses biens et avoirs, considérant que les mesures prises jusqu'à présent sont inférieures à ce que le gouvernement devrait faire. Elle exige que tous ceux qui promeuvent l'islam politique et tous ceux qui appellent à se convertir à l'islam soient punis en France, et qu'ils soient expulsés s'ils ne sont pas français.