Lattaquié

  • Syrie : Les avions russes mènent une nouvelle série de frappes aériennes contre les rebelles islamistes dans le sud de la province d'Edleb

    Imprimer

    Le 29 novembre au matin, une nouvelle vague de frappes aériennes russes a ciblé les positions des rebelles sur le jabal al-Zawiya, dans le sud de la province d'Edleb

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) les avions de guerre des forces aérospatiales russes ont frappé deux positions près de la ville de Mshun. Aucune victime n'a été rapportée.

    L'artillerie de l'armée arabe syrienne a également bombardé un certain nombre de villes et de villages dans le jabal al-Zawiya.

    La région montagneuse est un bastion du groupe islamiste Hay'at Tahrir al-Sham d'Al-Qaïda et de ses alliés, dont le Front National de Libération soutenu par la Turquie. Au début de cette année, des rapports ont révélé que les forces gouvernementales syriennes avaient planifié une opération de grande envergure pour s'emparer de la région.

    Le jabal al-Zawiya est la principale porte d'entrée de l'autoroute stratégique M4, qui relie la ville portuaire de Lattaquié à la ville d'Alep, le centre industriel syrien.

    Au cours des derniers mois, les forces russes ont intensifié leurs opérations contre les rebelles du Grand Edleb. Au début de cette semaine, une série de frappes aériennes russes a ciblé les positions des militants dans le nord de la province de Lattaquié. Ces bombardements répétés pourraient être le signe avant-coureur d'une prochaine opération dans la région.

  • Syrie : Trois militaires syriens tués au cours d'une attaque de grande envergure

    Imprimer

    Jeudi 23 septembre, trois membres (photo) des Forces Tiger, du Régiment de Tarmeh de la 25e division de l'armée arabe syrienne (AAS) ont été tués au cours d'une nouvelle attaque dans la région nord-ouest du Grand Edleb. Au moins deux d'entre eux étaient originaires de Lattaquié, place forte des Alaouites

    Selon des sources de l'opposition, les trois militaires ont été tués près de la ville de Kafr Battikh dans le sud d'Edleb. Le groupe Hay'at Tahrir al-Sham, affilié à Al-Qaida, et ses alliés dans la "salle des opérations d'al-Fateh al-Mubin" avaient auparavant bombardé des positions de l'AAS dans la région.

    Au cours des dernières semaines, plusieurs membres des services de l'AAS ont été tués ou blessés dans le Grand Edleb. Les rebelles ont même affirmé le 22 septembre qu'ils avaient tué un membre des forces spéciales russes.

    L'AAS et les forces aérospatiales russes répondent à ces violations par des tirs d'artillerie et des frappes aériennes. Cependant, les rebelles continuent de mener des attaques. Cela pourrait bientôt obliger l'armée et ses alliés à reprendre les opérations terrestres dans la région.

     

  • Syrie : Russie-Turquie: les patrouilles conjointes sur l'autostrade M4 à Edleb suspendues

    Imprimer

    La Russie et la Turquie ont suspendu les patrouilles militaires conjointes menées le long de la route internationale M4, qui relie Alep et Lattaquié, en raison de l'augmentation des attaques de combattants armés dans la province d'Edleb, au nord-ouest de la Syrie. C'est ce que le ministère russe des Affaires étrangères a annoncé jeudi 13 août, précisant que des patrouilles conjointes étaient organisées sur la M4 depuis le 5 mars 2020, lorsque Moscou et Ankara avaient signé une trêve dans le gouvernorat d'Edleb. L'objectif de la Turquie était de créer une zone démilitarisée, une "zone de sécurité", à environ 30 km de la frontière syro-turque.

    Les patrouilles, bien qu'elles aient réussi à mener plusieurs opérations, ont souvent été gênées non seulement par des groupes rebelles locaux, mais aussi par l'organisation jihadiste, d'idéologie salafiste, Hayat Tahrir al-Sham (HTS), affiliée à al-Qaïda et impliquée. dans la guerre civile syrienne. Le groupe a tenté à plusieurs reprises de parvenir à un accord avec les forces du régime pour créer un passage dans le Nord-Ouest pour permettre des échanges commerciaux. L'objectif était d'alléger les difficultés économiques rencontrées par les militants du groupe et d'éviter un démantèlement de l'organisation, ce qui n'allait pas manquer de représenter un avantage pour la Turquie.

    Les récentes attaques des "extrémistes" ont cependant réussi à provoquer la suspension des patrouilles russo-turques, selon ce qui a été annoncé par la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. «Les terroristes ont multiplié les bombardements contre les troupes gouvernementales et les localités voisines, sans cesser leurs provocations dans le« couloir de sécurité »le long de l'autoroute M4. Par conséquent, les patrouilles conjointes ont été suspendues », a-t-elle déclaré le 13 août lors d'une conférence de presse. Les deux armées ont effectué 24 patrouilles conjointes le long de la route internationale M4, qui relie l'est et l'ouest de la Syrie. La dernière a eu lieu à hauteur de Trumbah et Ayn Al Havron mercredi 12 août, selon les déclarations du ministère turc de la Défense. Auparavant, deux patrouilles avaient déjà été interrompues en raison de problèmes de sécurité.

    Autoroute M-4
    L'autoroute M4 est considérée comme une voie de communication très importante pour le nord de la Syrie, parallèle à la frontière avec la Turquie. La M4 s'étend de la frontière avec l'Irak à la ville côtière de Lattaquié dans le nord-est de la Syrie, en passant par Qamishli, Tell Tamer, Ain Issa, Manbij, mais aussi Alep et Edleb. L'artère avait été fermée à la suite de l'opération lancée par la Turquie le 9 octobre, connue sous le nom de "Source de la paix", contre les Forces démocratiques syriennes (FDS)n une coalition de miliciens majoritairement kurdes. C'est étalement une route commerciale qui améliorerait les échanges économiques de la Syrie. La M4 représente enfin une voie d'approvisionnement pour les forces kurdes.

    Pendant ce temps, le conflit syrien en cours, qui a éclaté le 15 mars 2011, est maintenant entré dans sa dixième année. L'armée du régime syrien est assistée par Moscou, tandis que de l'autre côté il y a les rebelles, qui reçoivent le soutien de la Turquie. La trêve du 5 mars a été pratiquement respectée ces derniers mois, à l'exception des violations sporadiques principalement commises par les forces gouvernementales syriennes et des attaques contre des patrouilles conjointes russo-turques sur la route internationale M4. Cependant, le cessez-le-feu a été accueilli avec scepticisme par les résidents, qui ont vu d'innombrables initiatives échouer ces dernières années, et craignent de voir bientôt de nouvelles offensives et une escalade reprendre.

    Le Réseau syrien des droits de l'homme a rapporté le 2 août qu'il avait documenté la mort d'environ 120 civils au total en juillet à la suite d' attaques et d'offensives menées par toutes les parties impliquées dans le conflit. Parmi les victimes, rapporte le Réseau, il y avait aussi 26 enfants et 11 femmes. À ce bilan, il faut également ajouter 13 civils qui sont morts des suites de la torture, perpétrée par les forces d'Assad ainsi que par les forces d'opposition et par les Forces démocratiques syriennes (FDS).

  • Syrie : Fortes explosions dans le ciel de Jableh

    Imprimer

    La télévision du régime syrien a déclaré que plusieurs explosions consécutives avaient été entendues dans le ciel de la ville côtière syrienne de Jableh, au sud de la base russe de Hmeimim, samedi 11 juillet.
    Il pourrait s'agir de tirs de la défense aérienne russe dface à une attaque de drones de groupes rebelles syriens ou pour repousser un avion intrus.
    Ce n'est pas la première fois que les défenses aériennes de la base russe de Hmeimim interviennent. Elles étaient intervenues le mois dernier pour repousser un avion survolant la province de Lattaquié.
    Les forces russes, qui sont installées sur la base militaire de Hmeimim, au sud de Lattaquié, ont annoncé de nombreuses fois avoir déjoué des tentatives d'attaque de drones contre ses installations militaires.

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen orient, Afrique du nord et Sahel des 23 et 24 janvier 2019

    Imprimer

    Afghanistan: Un soldat américain tué dans un échange de tirs, le second en 2019

     

    Belgique: deux hommes soupçonnés de préparer un attentat inculpés pour « terrorisme »

     

    Maroc: une cellule jihadiste démantelée, 13 arrestations

     

    Maroc: arrestation d’un Franco-Algérien recherché pour « financement du terrorisme »

     

    Syrie : Images satellitaires de l’impact de l’attaque de l’armée de l’air israélienne sur des cibles près de Damas

     

    Syrie: Damas visée par un deuxième attentat en quelques jours

     

    Tunisie: Démantèlement d’une « cellule terroriste liée à Daech »

     

    USA: trois Américains accusés de soutenir Daech arrêtés dans un aéroport

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen orient, Afrique du nord et Sahel du mardi 22 janvier 2019

    Imprimer

    Cisjordanie : l’armée israélienne dit avoir « neutralisé » un assaillant

     

    Gaza: Un Palestinien tué par un tir de char israélien

     

    Liban: L’armée annonce avoir arrêté un agent du Mossad impliqué dans un attentat contre un responsable du Hamas

     

    Libye : détails de l’accord de trêve à Tripoli

     

    La Libye se transforme en champ de bataille entre la France et l’Italie

     

    Syrie : explosion d’une « voiture piégée » à Lattaquié, fief du régime

     

    Syrie: Tensions croissantes entre la Russie et l’Iran en Syrie

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

  • SYRIE : Les rebelles lancent une nouvelle attaque à l’aide d’un drone contre la base aérienne russe de Hmeimim

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    La base aérienne russe de Hmeimim située dans l’ouest de la Syrie, à 25km au sud de Lattaquié, a été prise pour cible par des combattants de l’opposition pour la deuxième fois en deux semaines. L’attaque a eu lieu  samedi 6 janvier 2018.
    Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), la tentative d’attaque par drone contre la base aérienne de Hmeimim n’ a fait ni morts ni dégâts matériels, le drone ayant été abattu près de l’aéroport..
    Des « factions islamiques » seraient responsables de la tentative de raid aérien, a déclaré l’OSDH. Les images sur les médias sociaux semblent montrer des combattants rebelles attachant des explosifs à un drone rudimentaire.
    Des médias de l’opposition avaient rapporté qu’une soi-disante ‘ »Armée alaouite libre » avait revendiqué l’attaque du 24 décembre 2017 contre la base aérienne, bien qu’il ne soit pas certain qu’un tel groupe existe.
    La famille du président syrien Bachar al-Assad appartient à la branche alaouite de l’islam, qui réside principalement dans la province de Lattaquié.
    Des groupes de rebelles sont retranchés dans cette province , principalement autour des montagnes du Jebel Akrad oriental, et ont lancé des tirs de missiles et d’artillerie sur la ville de Lattaquié
    Les images de l’attaque du 24 décembre 2017 ont été partagées par la BBC, qui a montré les dommages causés à plusieurs aéronefs de la base aérienne de Hmeimim et qui auraient été rendus inutilisables. Deux soldats russes avaient été tués au cours de cette attaque, avait reconnu le ministère russe de la Défense.
    La Russie a renforcé ses défenses autour de la base aérienne de Hmeimim depuis cette attaque.
    Depuis l’entrée en guerre de la Russie en septembre 2015, Hmeimim est le point de départ des violents bombardements contre les secteurs rebelles.
    Actuellement, les avions russes aident les troupes du régime syrien dans les provinces de Hama et d’Edleb dans leur offensive contre les islamistes de Hayat Tahrir ash-Sham.