Lattaquié

  • Syrie : Les défenses aériennes russes ont repoussé une attaque de drones

    Imprimer

    L'agence d'État syrienne SANA rapporte que les systèmes de défense aérienne russes dans la région de Lattaquié ont abattu deux drones lancés par des forces rebelles. Les drones sont tombés à 2 km de la base aérienne russe de Hmeimim

    Le rapport de SANA affirme que l'attaque a été menée par des "terroristes de la région d'Idlib". La région est contrôlée par le groupe islamique Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), anciennement affilié à Al-Qaïda, et par plusieurs factions rebelles soutenues par la Turquie.

    Ce n'est pas la première attaque de ce type, mais elles sont régulièrement repoussées par les défenses aériennes russes et syriennes.

    La base aérienne de Hmeimim, le quartier général des forces russes en Syrie, est protégée par un réseau de défense aérienne à plusieurs niveaux. Plusieurs systèmes de défense aérienne S-400, Pantsir-S et Tor sont connus pour être déployés sur la base stratégique.

  • Syrie : "Israël" bombarde les environs du port de Lattaquié

    Imprimer

    L'agence de presse officielle syrienne "SANA" a confirmé que les environs du port de Lattaquié avaient fait l'objet d'une attaque au missile israélien à l'aube ce mardi 28 décembre 2021. L'attaque a fait deux morts, selon un dernier bilan.

    De 04h21 à 04h26, deux chasseurs tactiques F-16 de l'armée de l'air israélienne, ont frappé avec quatre missiles guidés, depuis la mer Méditerranée et sans franchir la frontière des installations du port à l'ouest de la ville de Lattaquié. L'attaque a ciblé le parc à conteneurs de la zone commerciale du port de Lattaquié. Selon des médias syriens indépendants, l'armée syrienne n'a utilisé que des canons anti-aériens, sans endommager l'avion attaquant.

    Israël a pris le risque d'envoyer ses avions de guerre les plus sophistiqués et ses pilotes les mieux entraînés frapper le port de Lattaquié dans un environnement protégé par les batteries  anti-missiles les plus puissantes de la région (à la fois des BUK de l'armée syrienne, des Pantsir, des Buk, des S-200, S-300 et S-400 de l'armée russe). Mais l'armée de l'air israélienne avait soigneusement le timing de son attaque.

    On s'est étonné de l'absence de réaction de la défense anti-missile syrienne ou russe pour arrêter l' attaque israélienne du 28 décembre contre le port de Lattaquié. L'explication, ou la justification, a été donnée par Oleg Zhuravlev, chef adjoint du Centre russe de La réconciliation en Syrie, lors d'un briefing tenu après l'attaque. La raison donnée est qu'au moment de l'attaque israélienne, un avion des forces aérospatiales russes atterrissait sur la base aérienne de Hmeimim toute proche. Il y avait un fort risque que les missiles détruisent l'avion russe.

    Le port de Lattaquié est situé à seulement 19 km de la base aérienne russe de Hmeymim protégée par des batteries anti-missiles S-400.

    « L'agression israélienne a provoqué des incendies et causé d'importants dégâts matériels. Les travaux sont toujours en cours pour éteindre les incendies et vérifier les résultats de l'agression. La télévision d'État syrienne note que les dégâts dépassent cette fois les dégâts causés par une attaque de l'armée de l'air israélienne contre des conteneurs dans le port de Lattaquié il y a trois semaines.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte que des conteneurs contenant une cargaison d'armes et de munitions destinées au Hezbollah libanais ont été entièrement détruits par l'armée de l'air israélienne dans le port de Lattaquié. De très fortes explosions ont été entendues jusqu'à une distance de 90 km, empêchant les pompiers de s'approcher des lieux pendant un long moment, par crainte des explosions en chaine.

    Contrairement à ce qu'a affirmé le gouverneur de Lattaquié, Amer Ismail Hilal, les incendies faisaient toujours rage dans la journée du mardi 28 décembre. Vidéo.

    Ismail a expliqué que les équipes resteront sur le site pour surveiller les sites en feu et la poursuite des travaux de refroidissement jusqu'à l'extinction complète des incendies.

    Le 7 de ce mois, Israël avait déjà bombardé les environs du port de Lattaquié, ce qui avait provoqué l'incendie d'un certain nombre de conteneurs.

     

     

  • Syrie : Un soldat syrien tué lors d'un raid israélien dans le sud du pays

    Imprimer

    Un soldat de l'armée syrienne a été tué dans la nuit du mercredi 15 au  jeudi 16 décembre 2021 par des tirs de missiles israéliens lors d'un raid effectué depuis le Golan, dans le sud du pays, rapporte l'agence de presse syrienne SANA.

    "Vers 00h50, l'ennemi israélien a effectué un raid aérien avec plusieurs missiles depuis le Golan syrien occupé et ciblant plusieurs positions dans le sud", a indiqué une source militaire citée par SANA.

    La défense antiaérienne syrienne est parvenue à "abattre la plupart des missiles", ajoute la source militaire qui précise que "l'agression a causé la mort d'un soldat et des dégâts matériels".

    Israël cible généralement les forces iraniennes et leurs milices soutenant le président syrien Bachar al-Assad. Les forces iraniennes ont récemment été présentes dans les régions du sud sous la bannière de la quatrième division dirigée par le général de division Maher al-Assad, frère du président syrien, sachant que l'accord signé à Deraa en 2018 stipule le retrait des forces iraniennes de cette région du sud frontalière avec Israël. 

    Début décembre, Israël avait effectué des frappes sur une cargaison d'armes iraniennes au port de Lattaquié dans l'ouest de la Syrie, sans faire de victimes.

    Fin novembre, trois militaires et deux miliciens syriens affiliés au Hezbollah avaient été tués par des frappes israéliennes, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Et le 8 juin un raid israélien avait visé des sites de développement d'armes chimiques.

    Les responsables israéliens avaient ordonné le raid, sur la base de renseignements alléguant que le gouvernement syrien obtenait des précurseurs chimiques et d'autres fournitures nécessaires pour reconstruire les armes chimiques qu'il avait abandonnées il y a huit ans.

    Le raid du 8 juin avait détruit des entrepôts militaires fortifiés près de Nasiriyah et deux autres sites près de Homs. Les frappes avaient fait sept morts parmi les  militaires, dont le colonel syrien Ayham Ismail.

    Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes en territoire syrien, ciblant des positions des soldats du régime syrien ainsi que des forces iraniennes et du Hezbollah, qui combattent aux côtés du régime de Damas.

  • Syrie : Frappes israéliennes sur le port de Lattaquié

    Imprimer

    Des frappes aériennes israéliennes ont atteint des conteneurs du port situé au sud ouest de la ville de Lattaquié (ouest de la Syrie) dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 décembre 2021, a annoncé l'agence de presse officielle syrienne, une rare attaque contre des installations stratégiques du pays.

    "Vers 1h23 aujourd'hui (23h23 GMT lundi), l'ennemi israélien a mené une agression aérienne avec plusieurs missiles visant le parc à conteneurs du port commercial de Lattaquié", et ce bombardement a mis le feu à "un certain nombre de conteneurs commerciaux" sans faire de victimes, a déclaré une source militaire syrienne citée par l'agence SANA.

    La défense aérienne syrienne n'est pas intervenue pour repousser l'attaque menée à partir de la Méditerranée.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) rapporte que des conteneurs contenant des armes pour les milices pro-iraniennes ont été détruits par l'armée de l'air israélienne. 

  • Syrie : Un navire, déjà victime d'une explosion, explose à nouveau dans le port de Lattaquié

    Imprimer

    Selon des rapports provenant de sources locales, l'explosion se serait produite à bord du WISDOM, un navire qui avait déjà été victime d'une explosion dans le même port. 

    L'agence de presse d'État syrienne SANA a rapporté que les pompiers avaient éteint l'incendie qui s'était déclaré à bord suite à l'explosion. L'agence a ajouté que  le navire était en cours de maintenance dans le port. Le navire était vide, selon SANA.

    Le WISDOM est soupçonné d'avoir été utilisé pour transférer du pétrole iranien et des missiles SAM 121, vers la   Syrie  dans le passé, selon TankerTrackers.com.

    Il aurait déjà été pris pour cible en avril 2021 par le tir d'un drone qui aurait provoqué un incendie et tué un Syrien. Les médias syriens ont démenti qu'il s'agissait d'une attaque, affirmant que l'incident était dû à une erreur de "soudage". En mai, le navire a encore été victime d'un nouvel incendie. L'agence syrienne SANA avait à nouveau prétendu qu'il s'agissait d'une panne technique sur l'un des moteurs.

    TankerTrackers.com, un service en ligne qui suit et signale les expéditions et le stockage de pétrole brut, a identifié le navire comme le WISDOM, affirmant que le pétrolier avait récemment déménagé dans le port pour faire de la place au pétrolier iranien SAM 121.

    L'incident survient alors que les tensions sont très vives entre Israël et l'Iran après qu'une frappe de drone iranien ait visé le navire Mercer Street géré par Israël au large des côtes d'Oman en juillet, tuant un citoyen britannique et un citoyen roumain. Les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël ont tous menacé de représailles.

    L'Iran a nié être responsable de l'attaque et affirmé qu'Israël et les États-Unis tentaient de déstabiliser la région, mais samedi 7 août, le commandement central américain (CENTCOM) a publié des preuves que les drones utilisés dans l'attaque étaient de fabrication iranienne.

    Moins d'une semaine après l'attaque de Mercer Street, les forces iraniennes auraient tenté de détourner le pétrolier Asphalt Princess au large des Émirats arabes unis, mais auraient fui le navire après que des ouvriers eurent saboté les moteurs, selon le quotidien britannique The Times.

    Lundi, l'Iranien Nour News a affirmé qu'un sous-marin israélien était entré secrètement dans la mer Rouge accompagné de deux navires. 

    Israël et l'Iran se seraient mutuellement ciblés à des dizaines d'occasions au cours des dernières années.

    En mars, l'organe de presse israélien Maariv, a rapporté que des dizaines de navires iraniens avaient été attaqués par Israël dans tout le Moyen-Orient. Le Wall Street Journal a également rapporté qu'une douzaine de pétroliers iraniens à destination de la Syrie avaient été attaqués par Israël.

  • Syrie : l'armée de l'air israélienne frappe une cible dans la région de Lattaquié

    Imprimer

    Dans la nuit du mardi 4 au mercredi 5 mai,  l'armée de l'air israélienne a frappé une cible dans la région de Lattaquié au nord-ouest de la Syrie. Le rapport affirme qu'une usine de plastique a été attaquée, provoquant un incendie et des victimes civiles. 

    Selon les sources de l'opposition syrienne pus de 35 roquettes ont frappé l'usine d'Al-Kabtakol, dont le propriétaire est Wassim Badi Al-Assad, et la société Altun dans la région d'Al-Hanadi à Lattaquié. Les cibles ont été complètement détruites.

    L'Observatoire Syrien des Doits de l'Homme (OSDH) confirme les informations des médias syriens faisant état de huit membres de milices pro-iraniennes -cinq Iraniens, deux Afghans et un Syrien. Un premier rapport avait mentionné 1 civil tué et six autres blessés.

    Selon l'OSDH, un quartier général militaire et des dépôts d'armes et de munitions au sud d'Al-Haffa à Lattaquié et à Masya, province de Hama, ont également été touchés par des missiles air-sol.

    SANA rapporte que des batteries de défense aérienne à Masya et Haffa ont été mises en action pour repousser l'attaque. L'agence affirme que plusieurs missiles israéliens ont été interceptés par la défense aérienne syrienne.

    Des explosions ont été entendues à Tartous, Lattaquié et Jableh, qui sont les villes considérées comme des bastions du président syrien Bachar Al-Assad. 

    Vidéo

    E0no4MYX0AAJQFO.jpegE0no3w_X0AAnVcU.jpeg

  • Syrie : Les avions russes mènent une nouvelle série de frappes aériennes contre les rebelles islamistes dans le sud de la province d'Edleb

    Imprimer

    Le 29 novembre au matin, une nouvelle vague de frappes aériennes russes a ciblé les positions des rebelles sur le jabal al-Zawiya, dans le sud de la province d'Edleb

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) les avions de guerre des forces aérospatiales russes ont frappé deux positions près de la ville de Mshun. Aucune victime n'a été rapportée.

    L'artillerie de l'armée arabe syrienne a également bombardé un certain nombre de villes et de villages dans le jabal al-Zawiya.

    La région montagneuse est un bastion du groupe islamiste Hay'at Tahrir al-Sham d'Al-Qaïda et de ses alliés, dont le Front National de Libération soutenu par la Turquie. Au début de cette année, des rapports ont révélé que les forces gouvernementales syriennes avaient planifié une opération de grande envergure pour s'emparer de la région.

    Le jabal al-Zawiya est la principale porte d'entrée de l'autoroute stratégique M4, qui relie la ville portuaire de Lattaquié à la ville d'Alep, le centre industriel syrien.

    Au cours des derniers mois, les forces russes ont intensifié leurs opérations contre les rebelles du Grand Edleb. Au début de cette semaine, une série de frappes aériennes russes a ciblé les positions des militants dans le nord de la province de Lattaquié. Ces bombardements répétés pourraient être le signe avant-coureur d'une prochaine opération dans la région.