Lashkar Gah (capitale du Helmand)

  • Afghanistan: Poursuite des combats dans la province de Helmand

    Imprimer

    Alors que les "négociations de paix" au Qatar sont au point mort dans leur phase préliminaire, la situation sur le terrain en Afghanistan est extrêmement critique , en particulier dans la province de Helmand, où l'on craint qu'une milice locale ait rejoint les talibans.

    Entre le 12 et le 14 octobre, de multiples attaques se sont produites dans au moins 4 provinces d'Afghanistan, dont Kaboul, Herat et Baghlan. La situation la plus critique est celle de la province méridionale de Helmand, où les affrontements entre les forces gouvernementales et les talibans sont entrés dans leur cinquième jour. Les combats se poursuivent dans plusieurs parties de Lashkargah, la capitale provinciale de Helmand, et dans le district de Nadi Ali. En outre, le 14 octobre, au moins 9 Afghans sont morts lorsque deux hélicoptères MI-17 de l'Armée nationale afghane (ANA) "se sont écrasés en raison de problèmes techniques" dans le district de Nawa, également dans la province d'Helmand.

    Des 'affrontements avaient déjà eu lieu le 8 octobre. Et entre les 10 et 11 octobre, les islamistes ont lancé une nouvelle offensive dans la périphérie de Lashkargah. Dans la nuit du 12 octobre, des commandos de l'armée afghane ont lancé une contre-offensive dans le même secteur avec l'appui d'un soutien aérien américain. Le 13 octobre, les combats avaient lieu le long de la route 601, dans le district de Nad Ali et dans le secteur de Babaji. Au moins 23 talibans auraient été tués lors des derniers combats tandis que les forces de sécurité afghanes installaient cinq nouveaux postes de contrôle dans le district de Nad Ali.

    On ignore encore le nombre de victimes civiles. On sait seulement qu'environ 4 000 civils Afghans ont dû abandonner leurs maisons en raison des affrontements.

    Lors de leur offensive, les talibans ont réussi à s'emparer de plusieurs postes de contrôle dans la zone de Lashkargah connue sous le nom de PD4 et dans certaines zones de Nawa et Nad-e-Ali. «Les jeunes du Helmand se battent aux côtés des forces de sécurité pour écraser les ennemis de la patrie. Ce sont les garçons du Helmand et du pays », a déclaré le général Nazar, commandant de l'armée nationale afghane (ANA).

    Groupe Sangorian
    Des soupçons pèsent sur les membres du "groupe Sangorian", une force locale qui avait soutenu le gouvernement de Kaboul contre les Taliban dans le passé, et était chargée de la sécurité le long de l'autoroute Helmand-Kandahar et de la ceinture de sécurité de Lashkargah. Selon des sources locales, le groupe "a évacué les postes de contrôle sans opposer aucune résistance aux talibans",

    Le groupe Sangorian tire son nom d'un programme télévisé turc d'agents infiltrés. Les membres de la milice sont des musulmans sunnites et ressemblent à des militants talibans: ils ont de longues barbes, portent des turbans noirs de style taliban et sont équipés d'armes légères et lourdes. Le groupe a été créé avec le soutien de la Direction de la sécurité nationale (NDS) du gouvernement de Kaboul en janvier 2016, et a combattu des militants islamistes à Lashkargah, la capitale de la province de Helmand, ainsi que dans les districts de Nad-e. -Ali, Gereshk et Nawa. La milice n'est opérationnelle que dans le Helmand et comprend environ 2 000 combattants.

  • Afghanistan : Des milliers de civils fuient les combats dans le sud du pays

    Imprimer

    Des dizaines de milliers de personnes ont fui leurs maisons dans le sud de l'Afghanistan après des jours de combats intenses toujours en cours entre les talibans et les forces de sécurité, ont déclaré des responsables mercredi malgré les pourparlers de paix qui continuent à Doha. Les insurgés ont lancé des attaques contre la ville de Lashkar Gah dans la province du Helmand, où la situation est volatile, poussant les Etats-Unis à lancer des frappes aériennes pour défendre les forces afghanes. Les affrontements ont forcé les habitants à partir, entassés sur des motos, ou dans des taxis et bus.

    "Plus de 5.100 familles ou 30.000 personnes (...) ont fui les combats pour l'instant", a expliqué à l'AFP Sayed Mohammad Ramin, directeur du département des réfugiés du Helmand. "Certaines familles vivent toujours dans les rues de Lashkar Gah, nous n'avons pas de tente à leur donner."

    Hekmatullah, un habitant, dit avoir été obligé de fuir après la chute d'un obus sur la maison de ses voisins, qui a coûté la vie à deux femmes. "Les combats étaient si intenses que je n'ai pas eu le temps de prendre des vêtements de rechange. J'ai seulement emmené ma famille", a raconté Attaullah Afghan, un agriculteur qui a fui avec douze proches.

    Les affrontements ont continué dans au moins quatre districts mercredi, ont précisé des responsables afghans, alors que les forces de sécurité ont repoussé plusieurs offensives talibanes dans la zone.

    La mission de l'ONU en Afghanistan (Manua), a quant à elle annoncé que des milliers de personnes ont fui, et appelé les combattants talibans et forces de sécurité "à prendre toutes les mesures possibles pour protéger les civils, dont des couloirs sécurisés pour ceux qui souhaitent partir".

    La collision de deux hélicoptères tôt mercredi dans le district de Nawa au Helmand a également tué neuf personnes, selon Omar Zhwak, un porte-parole du gouverneur de la province. Le ministère de la Défense a dit enquêter sur l'incident. Le Helmand, célèbre bastion taliban, a également été le théâtre de nombreux combats et pertes humaines pour les forces internationales durant ces 19 années de conflit.

    Selon l'accord américano-taliban signé en février, les insurgés ne sont pas censés s'attaquer aux centres urbains et doivent limiter les niveaux de violence. Les Etats-Unis se sont engagés à retirer toutes leurs troupes du pays d'ici mai 2021, en échange de garanties sécuritaires de la part des talibans et de l'ouverture de pourparlers de paix avec Kaboul au Qatar. Ces discussions ont débuté le mois dernier à Doha, mais semblent au point mort, alors que les deux camps peinent à se mettre d'accord sur une structure de base pour les négociations.

  • Afghanistan: affrontements avec les talibans dans la province de Helmand

    Imprimer

    Au moins 71 talibans ont été tués dans une série de combats dans la province de Helmand, a déclaré le 12 octobre un porte-parole du ministère afghan de l'Intérieur.

    Le nombre de victimes parmi les forces de sécurité afghanes n'a pas été révélé. Le même jour, une sous-station électrique à Helmand a été endommagée lors des combats, provoquant une panne de courant dans les provinces de Kandahar et Helmand. Les employés de l'entreprise exploitant ce poste ont été faits prisonniers par les talibans. Dans la nuit du 11 octobre, une opération militaire impliquant des commandos et un appui aérien a été menée dans différentes parties de la province de Helmand, notamment la région de Babaji et le district de Nad Ali.

    Un membre du Conseil provincial de Helmand a déclaré qu'une série de points de contrôle de sécurité autour de la ville de Lashkargah, la capitale provinciale, sont tombés aux mains des talibans. Le vice-gouverneur désigné par les Taliban pour Helmand, Mawlawi Ghafoor, qui a mené les récents combats contre les forces gouvernementales dans la province, a été arrêté. Ghafoor faisait partie des prisonniers récemment libérés par le gouvernement afghan dans le cadre du processus de paix. En outre, des affrontements ont eu lieu à la périphérie de Lashkargah le 11 octobre, entraînant la chute du district de police de la ville aux mains des talibans. Les responsables locaux, cependant, ont déclaré qu'il s'agissait d'une retraite tactique.

    Le chef du conseil provincial du Helmand, Ataullah Afghan, a déclaré que des parties de l'autoroute 601, qui relie Lashkargah à la province de Kandahar, ont également été conquises par des militants islamistes. L'autoroute est fermée à la circulation depuis trois jours après d'autres affrontements. Les autres zones qui ont été témoins de combats entre les forces afghanes et taliban comprennent la région de Chah Anjir de Lashkargah et le district de Nad Ali.

    Un responsable a déclaré que les forces aériennes américaines avaient mené plusieurs attaques ciblées pour défendre les forces afghanes attaquées par les combattants talibans à Helmand.

    62Yi3sX7.jpeg

    Le ministère afghan de l'Intérieur a déclaré que les talibans avaient rompu leur promesse de ne pas attaquer les grandes villes. L'attaque des talibans contre certaines parties de Lashkar Gah, la capitale de la province de Helmand, a remis en question l'engagement du groupe islamiste à ne pas attaquer les grandes villes. En règle générale, les affrontements ont augmenté plutôt que diminué, malgré les appels de responsables afghans et étrangers à une réduction immédiate de la violence alors que les négociations de paix sont en cours à Doha, au Qatar.

    "Les talibans doivent immédiatement cesser leurs actions offensives dans la province de Helmand et réduire leur violence dans tout le pays. Cela n'est pas conforme à l'accord entre les États-Unis et les talibans et cela compromet les pourparlers de paix en cours en Afghanistan", a déclaré le commandant des forces américaines, le général Scott Miller.

    C39CF899-D731-427B-B5FC-287DA8ACFCAC_cx0_cy10_cw0_w1023_r1_s.jpg

    Pendant ce temps, le président américain Donald Trump a annoncé que les soldats américains en Afghanistan rentreraient chez eux à Noël. "Le petit nombre restant de nos courageux hommes et femmes qui servent en Afghanistan devrait rentrer à Noël!", A écrit le président le 7 octobre dans un message sur Twitter. Quelques heures après l'annonce de Trump, son conseiller à la sécurité nationale, Robert O'Brien, a déclaré que Washington réduirait ses forces en Afghanistan à 2500 au début de l'année prochaine. Les progrès diplomatiques sont également venus grâce au soutien des États-Unis.

    L'ouverture d'un dialogue intra-afghan, inauguré le 12 septembre, a été rendue possible par un accord de paix entre les États-Unis et les talibans, signé le 29 février , également à Doha. En vertu de cet accord, Washington s'est engagé à réduire ses troupes en Afghanistan de 13 000 à 8 600 dans les 135 premiers jours suivant la signature de l'accord et à achever leur retrait total dans les 14 mois suivant la même date. De plus, à la même occasion, les États-Unis avaient également négocié avec les talibans la libération de 5 000 prisonniers affiliés à eux des prisons afghanes, condition préalable à la participation du groupe aux pourparlers de paix avec le gouvernement de Kaboul.

    L’Afghanistan souffre encore des graves divisions résultant de son histoire troublée. Après la fin du règne de l'Union soviétique en Afghanistan, qui a duré de 1979 à 1989, le pays a connu de grandes divisions. En 1996, les talibans avaient le contrôle d'une grande partie du pays, obtenu à la suite d'une guerre civile sanglante menée contre les différentes factions locales. En 2001, à la suite des incidents du 11 septembre, les États-Unis ont envahi l'Afghanistan, car c'est de là qu'Al-Qaïda a planifié les attaques contre les États-Unis et c'est là que se cachait le chef de l'organisation. Oussama ben Laden, sous la protection des talibans.

    Vidéo des combats de Lashkar Gah


    Côté Taliban : 

  • Indonésie: Les Etats-Unis publient un message d’alerte sécuritaire pour le 22 mai

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) deDeutsch (Allemand)esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais)idIndonesia (Indonésien)

    L’ambassade des États-Unis à Jakarta a publié aujourd’hui 17 mai un message d’alerte sécuritaire pour les Américains présentes en Indonésie. L’avertissement de sécurité est lié au risque terroriste à l’occasion de l’annonce des résultats de l’élection de 2019, mercredi 22 mai.
    Par l’intermédiaire de son site Web officiel, id.usembassy.gov, l’ambassade des États-Unis a averti que des responsables de la police nationale indonésienne (Polri) avaient publiquement fait état du risque accru d’attaques terroristes lors de la publication des résultats des élections. « Les médias ont rapporté l’arrestation d’un certain nombre de résidents indonésiens récemment accusés de terrorisme », a écrit l’ambassade américaine sur son site web officiel (17/05/2019).
    L’ambassade des États-Unis a également averti les Américains que des manifestations pourraient avoir lieu autour des bureaux électoraux et dans d’autres lieux publics à Jakarta, notamment devant le Bureau de la commission électorale générale (KPU) et l’organe de supervision des élections (Bawaslu).
    L’agence du gouvernement américain mentionne également des risques de manifestations devant les bureaux électoraux d’autres grandes villes, notamment Surabaya et Medan.
    Dans ce contexte, l’ambassade des États-Unis a averti ses ressortissants présents en Indonésie de prendre un certain nombre de mesures, notamment:
    1. Évitez les zones où se produisent des manifestations politiques et particulièrement autour de grandes réunions;
    2. Suivre avec attention les informations données par les médias sur les événements locaux ; rester conscient de l’environnement et avoir le souci de sa sécurité personnelle à tout instant ;
    3. S’enregistrer dans le programme d’inscription Smart Traveler (STEP) pour recevoir les mises à jour de sécurité.
    4. Suivez les instructions du consulat américain à Surabaya via Twitter et Facebook et de l’ambassade américaine à Jakarta également sur Twitter et Facebook.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono vendredi 17 mai 2019

    • Afghanistan : Une attaque aérienne tue 17 policiers « par erreur » – Abonnés
    • Indonésie: arrestation de dizaines de personnes soupçonnées de terrorisme avant les résultats des élections – Abonnés
    • Indonésie: Les Etats-Unis publient un message d’alerte sécuritaire pour le 22 mai – Lire l’article
    • Malaisie: Des terroristes malaysiens avaient appris à assembler des bombes à Yogyakarta (Indonésie) – Abonnés
  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen Orient, Afrique du nord et Sahel des 23 et 24 mars 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le lundi 18 mars 2019.


    Abonnement nécessaire pour lire les articles ci-dessous
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois / 12€ par mois


     

    FRANÇAIS

    Samedi 23 mars

    • Afghanistan: Explosions dans un stade dans la province du Helmand: au moins trois morts et 30 blessés – Abonnés
    • Hongrie: Arrestation d’un Syrien cadre présumé de l’Etat islamique – Abonnés
    • Irak : Un troisième jihadiste belge risque la peine de mort – Abonnés
    • Mali: 115 tués dans l’attaque d’un village peul du centre du pays – Abonnés
    • Somalie: Deux puissantes explosions entendues dans le centre de Mogadiscio – Abonnés
    • Syrie: L’Etat islamique totalement éliminé de la poche de Baghouz – Abonnés

    Dimanche 24 mars

    • Irak : 3 kamikazes de Daech tués dans le nord proche de la Syrie – Abonnés
    • Maroc : nouvelle manifestation d’enseignants à Rabat – Abonnés
    • Syrie: des jihadistes cachés dans des tunnels se rendent aux forces arabo-kurdes – Abonnés

     

    ENGLISH

    Saturday, March 23

    • Afghanistan: Explosions in a stadium in Helmand province: at least three dead and 30 injured – Subscribers
    • Hungary detains Syrian Daesh member accused of killings – Subscribers
    • Iraq: Third Belgian Syrian fighter on his way to the death penalty – Subscribers
    • Mali: 115 killed in an attack on a Fulani village in central Mali – Subscribers
    • Somalia: Two big explosions heard in capital Mogadishu – Subscribers
    • Syria: Islamic State totally totally defeated in the Baghuz pocket – Subscribers

    Sunday, March 24

    • Iraq: 3 suicide bombers from Daech blow themselves up in the north near Syria – Subscribers
    • Morocco: Police use water cannon at teacher protest – Subscribers
    • Syria: Jihadists emerge from tunnels to surrender after ‘Baghuz’ falls – Subscribers

     

    DEUTSCH

    Samstag, den 23. März

    • Ungarn verhaftet syrisches Daesh-Mitglied, das wegen Morden angeklagt ist – Abonnenten
    • Syrien: Totalsieg verkündet: „IS verliert seine letzte Bastion“ – Abonnenten

    Sonntag, den 24. März

    • Irak: IS-Mitglieder sprengen sich selbst während eines Zusammenstoßes mit irakischen Streitkräften bei Shingal – Abonnenten
    • Marokkos Polizei geht gegen Lehrer-Protest vor – Abonnenten
    • Syrien: Dschihadisten tauchen aus Tunneln auf, um sich nach den Stürzen von Baghuz zu ergeben – Abonnenten

     

    NEDERLANDS

    Zaterdag 23 maart

    • Irak: Derde Belgische Syriëstrijder op weg naar de doodstraf – Abonnees
    • Somalië: Minstens elf doden bij bomaanslag op overheidsgebouw Mogadishu – Abonnees
    • Syrië: Totale overwinning uitgeroepen: “IS verliest laatste bastion” – Abonnees

    Zondag 24 maart

    • Irak: IS kamikazes ontploffen zichzelf tijdens een botsing met de Iraakse strijdkrachten in de buurt van Shingal – Abonnees
    • Marokkaanse politie treedt op tegen protest van leraren – Abonnees
    • Syrië: Jihadisten komen uit tunnels om zich over te geven na de val van ‘Baghuz’ – Abonnees

     

    РУССКИЙ ЯЗЫК

    Суббота, 23 марта

    • В афганской провинции Гильменд прогремели два взрыва — Подписчики
    • Ирак Третий бельгийский боец на пути к смертной казни — Подписчики
    • В Мали неизвестные убили более ста человек — Подписчики
    • Сомали: В центре Могадишо прогремел мощный взрыв — Подписчики

    Воскресенье, 24 марта

    • Ирак: Камикадзы ИГ взрываются во время столкновения с иракскими силами вблизи Шингаля — Подписчики
    • Марокко: Полиция разогнала учителей водомётами — Подписчики
    • Сирия: Джихадисты выходят из туннелей, чтобы сдаться после падения «Багхуза» — Подписчики

     


    ptolemee@belliard74.com