KOWEIT

  • Arabie saoudite : Le prince héritier Ben Salman refuse de rencontrer le secrétaire américain à la Défense

    Imprimer

    Austin.jpegLe secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (photo) est rentré dans son pays après une visite dans les pays du Golfe sans visiter l'Arabie saoudite, le plus grand allié de son pays dans la région, tandis que des militants ont évoqué le refus du prince héritier Mohammed bin Salman de fixer une date de rencontre.

    Le ministre américain espèrait rencontrer le prince héritier saoudien
    Selon certaines informations, le ministre américain, qui a annulé une visite prévue en Arabie saoudite, "espèrait" rencontrer le prince héritier du Royaume, le prince Mohammed ben Salman, tandis que le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a indiqué que la visite d'Austin en Arabie saoudite "n'avait pas eu lieu pour des raisons liées au calendrier de la partie saoudienne." Il a indiqué que la visite avait été proposée au dernier moment, dans l'urgence.

    Il a ajouté : "Nous espérions surtout, lors de cette visite, rencontrer le prince héritier. C'est le ministre saoudien de la Défense, et nous avons un partenariat de défense solide avec l'Arabie saoudite", soulignant qu'il a été "reporté et non annulé".

    Peut être l'expression de la mauvaise humeur de Ben Salmane face à la décision américaine de retirer les batteries Patriot
    Rappelons qu’au cours des dernières semaines, les États-Unis ont retiré les batteries de missiles Patriot d'Arabie saoudite.

    Une image satellite prise par la société privée américaine Planet Labs, a montré que les Etats-Unis avaient retiré, ces dernières semaines, plusieurs de leurs systèmes de défense avancés, dont les batteries de missiles Patriot d'Arabie saoudite, malgré la fréquence des attaques des rebelles yéménites Houthis contre le royaume.

    Le retrait des systèmes de défense de la base aérienne Prince Sultan, dans les environs de Riyad, “a eu lieu à un moment où les États du Golfe observaient avec inquiétude le retrait chaotique des forces américaines d'Afghanistan“

    Christian Ulrichsen, un chercheur dont le propos ont été rapportés par l’agence de presse américaine Associated Press, a expliqué que "du point de vue saoudien, ils (les Saoudiens) voient maintenant Obama, Trump et Biden - trois présidents successifs - prendre des décisions qui indiquent un certain abandon".

    La base aérienne Prince Sultan a accueilli plusieurs milliers de soldats américains, à la suite d'une attaque de missiles et de drones en 2019, contre la compagnie pétrolière Saudi Aramco.

    En juin dernier, le Wall Street Journal avait révélé que l'administration du président Joe Biden avait décidé de réduire considérablement le nombre de systèmes anti-missiles américains (Patriot) au Moyen-Orient.

    Et de faire savoir que l'administration américaine avait décidé de "retirer 8 batteries Patriot de l'Irak, du Koweït, de la Jordanie et de l'Arabie saoudite".

    Le journal a attribué cette décision au désir de Washington de "réorganiser sa présence militaire pour se concentrer sur la Chine et la Russie".

    Visite du golfe d'Austin
    La tournée du secrétaire d'État américain dans le Golfe comprenait le Qatar, Bahreïn et le Koweït. Il prévoyait une escale en Arabie saoudite. Ces visites étaient officiellement destinées à remercier les alliés américains pour le soutien qu'ils avaient apporté au gigantesque pont aérien mis en place par Washington après la chute soudaine du gouvernement afghan et la prise du pouvoir par les talibans à Kaboul en août. 

     

  • Irak : Attaque au missile visant une base américaine à la frontière koweïtienne

    Imprimer

    Des personnes non identifiées ont tiré 3 missiles depuis l'intérieur du territoire irakien sur la base militaire américaine au point de passage terrestre koweïtien de Jarishan avec l'Irak.

    Une source sécuritaire a indiqué que deux missiles sont tombés à proximité de la base militaire, et le troisième a traversé la base en direction du territoire koweïtien, sans savoir où il est tombé.

    La source a indiqué que les informations dont disposent les autorités irakiennes indiquent qu'aucune victime n'a été signalée.

    Une source de sécurité koweïtienne a déclaré que l'attaque au missile visant une base américaine a eu lieu à l'intérieur des frontières irakiennes et ne visait aucune installation à l'intérieur des frontières du Koweït, soulignant que la base américaine dans la région de Greshan avait été supprimée il y a des années.

    Le journal koweïtien Al-Anbaa a rapporté samedi sur son site Internet que la situation à la frontière est restée stable et qu'il n'y a eu aucun mouvement de forces dans la région.

    Ces derniers mois, des personnes non identifiées ont lancé des attaques répétées avec des missiles, des drones piégés et des engins explosifs visant l'ambassade américaine et les forces de la coalition internationale, dirigée par Washington, dans tout l'Irak.

    Washington accuse les factions armées irakiennes liées à l'Iran d'être à l'origine des attentats ;Elles ont menacé à plusieurs reprises de cibler les forces américaines si elles ne quittaient pas le pays.

    Les nouvelles attaques surviennent malgré le fait que Bagdad et Washington, le 26 juillet, soient parvenus à un accord pour retirer les forces de combat américaines d'Irak d'ici la fin de cette année.

     

  • Golfe : Les pays du Golfe signent un accord de "solidarité et de stabilité", le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane

    Imprimer

    Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe a annoncé la signature de la déclaration finale du sommet du Conseil de coopération du Golfe d'Al-Ula. L'accord est censé mettre fin à une dispute de plus de trois ans avec le Qatar.
     
    Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (photo) a déclaré aujourd'hui, mardi, lors de l'ouverture du sommet d'Al-Ula, que le Royaume continue de renforcer la coopération arabe et islamique d'une manière qui sert la sécurité, la stabilité et la prospérité de nos pays et de la région.
     
    Ben Salman, représentant le roi saoudien Salman bin Abdulaziz, a appelé à unir les efforts pour relever les défis dans la région, et a appelé à faire face au projet iranien dans la région.
     
    Ben Salman a déclaré: "Nous regardons avec beaucoup de remerciements et d'appréciation pour les efforts visant à combler le fossé qui étaient auparavant dirigés par le défunt émir du Koweït Sheikh Sabah Al-Ahmad, et le cheikh Nawaf Al-Ahmad a continué à les suivre avec le soutien des États-Unis."
     
    Il a ajouté que nous devons tous réaliser les nobles objectifs et fondements sur lesquels le Conseil est basé, pour achever le processus et parvenir à l'intégration dans tous les domaines, notant que la vision du Gardien des deux saintes mosquées est de renforcer l'intégration entre les États du CCG.
     
    Ben Salman a affirmé que l'Accord d'Al-Ula mettait l'accent sur la solidarité et la stabilité dans le Golfe, les pays arabes et islamiques, et renforçait les liens d'amitié et de fraternité entre nos pays et nos peuples d'une manière qui serve leurs espoirs et leurs aspirations.
     
    L'émir du Koweït, Cheikh Nawaf Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah, a déclaré que les participants avaient accepté de signer la déclaration d'Al-Ula lors de ce sommet.
     
    Il a ajouté: "Nous félicitons tout le monde pour l'accomplissement historique réalisé au sommet d'Al-Ula. Nous cherchons à soutenir l'action conjointe du Golfe et des pays arabes", notant que "l'annonce d'aujourd'hui s'appellera l'Accord de solidarité".
     
    D'autre part, l'émir du Koweït a apprécié le rôle des dirigeants égyptiens et son soutien aux questions régionales
     
    Ben Salman a conclu, affirmant que le programme nucléaire iranien menace la paix et la sécurité régionales et internationale.

    L'Arabie saoudite annonce la fin du différend entre le Quatuor arabe et le Qatar
    Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a annoncé mardi soir la reprise des relations diplomatiques entre le Qatar et les pays du Quatuor arabe (Arabie saoudite, les Emirats, Bahreïn et l'Égypte), et la fin du différend qui dure depuis plus de trois ans.
     
    Il a expliqué que les quatre pays ont tous accepté de rétablir les relations avec le Qatar, y compris les vols.

    Selon le Qatar, la reprise des relations avec l'Arabie saoudite n'affectera pas les relations de l'Emirat avec l'Iran et la Turquie
    Les relations du Qatar avec Iran et la Turquie ne seront pas affectées par le récent accord de réconciliation de Doha avec les États du blocus selon le diplomate en chef de Doha, al-Thani.
     
    Malgré quelques concessions, le Qatar maintiendra une politique indépendante

  • Koweït: mort de l'émir al-Sabah

    Imprimer

    QwSvkWc9wkEN4pytpxdLASstvidAVGVg-800x450_center_center.jpgL'émir du Koweït, Sabah al-Ahmad al-Jaber al-Sabah (photo), est décédé le 29 septembre à l'âge de 91 ans après une période d'hospitalisation aux États-Unis. Il est remplacé par le prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Jaber al-Sabah.

    La nouvelle de la mort a été rapportée par le ministre des Affaires royales, Ali Jarrah al-Sabah, dans une vidéo enregistrée et diffusée à la télévision publique.

    Depuis son accession au trône en 2006, l'émir Sabah, quinzième émir de l'État du Koweït et cinquième depuis l'indépendance en 1961, a promu une politique de médiation qui a fait du Koweït un pays du Golfe relativement pacifique. caractérisé par une politique étrangère indépendante et une position neutre. Avant de prendre la direction du pays, Sabah avait été ministre des Affaires étrangères pendant 40 ans, une fonction qui lui a permis de devenir «l'architecte» de la politique étrangère adoptée encore plus tard, ainsi qu'une voix respectée au sein du Conseil de coopération. du Golfe (GCC) et toute la région du Moyen-Orient. Le souverain décédé a alors privilégié une alliance entre le Koweït, les États-Unis et l'Arabie saoudite, tout en maintenant des canaux de négociation ouverts avec l'Iran.

    نواف الاحمد الجابر.jpgLe prince héritier Nawaf al-Ahmad al-Jaber al-Sabah (photo ci-contre) a été nommé nouvel émir du Koweït le 29 septembre, comme annoncé par le Conseil des ministres et établi par la Constitution du pays. Nawaf est né en 1937 à Koweït et est le sixième fils du 10e dirigeant du Koweït, Sheikh Ahmad Al-Jaber Al-Mubarak Al-Sabah, qui a dirigé le pays entre 1921 et 1950. L'émir nouvellement élu a occupé divers postes et cabinets ministériels ces dernières années. Son entrée sur la scène politique koweïtienne remonte à février 1962, lorsque Nawaf a assumé le poste de gouverneur de Hawalli, réussissant, en 16 ans, à transformer le gouvernorat d'un simple village en une ville "civilisée, résidentielle et commerciale", qui abrite de nombreuses activités économiques. En mars 1978, l'émir a repris le portefeuille du ministère de l'Intérieur.

    La mort de Cheikh Sabah est survenue alors que le Koweït et toute la région du Golfe continuent de faire face à la pandémie de coronavirus et en particulier à ses conséquences pour l'économie. Ce dernier a subi un choc non seulement des mesures de confinement, mais aussi de la forte baisse des prix du pétrole et des revenus pétroliers, conséquence de la pandémie. Face à un scénario similaire, le pays a été contraint d'approuver de nouvelles coupes dans les dépenses publiques, s'élevant à environ 3,1 milliards de dollars pour l'exercice 2020-2021. L'objectif est de combler un déficit d'environ 46 milliards de dollars. À cet égard, la Deutsche Bank estime que l'économie koweïtienne se contractera de 7,8% en 2020.

  • Irak : Explosion à la frontière irako-koweitienne près d'un convoi de matériel militaire pour l'armée américaine

    Imprimer

    Dans la nuit du 10 au 11 août, la chaîne de télévision Al-Arabiya a rapporté qu'une explosion s'était produite près d'un convoi militaire américain sur le territoire d'une base située à la frontière irako-koweitienne.
    Peu de temps après, le site Internet du journal koweïtien Al-Raiyi, citant une source militaire irakienne, a signalé qu'un engin explosif avait explosé près d'un convoi avec du matériel militaire pour l'armée américaine.
    Aucune victime n'a été signalée. On ignore l'étendue des dommages.
    Le commandement des opérations conjointes américain a nié que les forces américaines aient été attaquées au point de passage de Jirishan.
    La milice Ashab Ahl Al-Kahf soutenue par l'Iran et affiliée à la coalition de milices chiites irakiennes Hashd al-Chaabi, a confirmé que trois de ses membres s'étaient infiltrés dans la base et y avaient placé un engin explosif, ce qui a entraîné la destruction d'un certain nombre de véhicules sur la base.

  • Koweït : une cellule « terroriste » liée aux Frères musulmans démantelée

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais)

    Une cellule « terroriste » liée au mouvement des Frères musulmans a été démantelée au Koweït et ses membres arrêtés, a annoncé vendredi le ministère de l’Intérieur de ce petit pays du Golfe.
    Les personnes « arrêtées sont de nationalité égyptienne et appartiennent à l’organisation des Frères musulmans », a déclaré le ministère dans un communiqué cité par l’agence de presse officielle KUNA. Elles sont accusées de faire partie d’une « cellule terroriste », a indiqué le ministère, précisant que certaines personnes arrêtées ont déjà été « condamnées pour terrorisme » à des peines allant jusqu’à 15 ans de prison par la justice égyptienne. L’Egypte a émis des avis de recherche pour ces personnes, selon le ministère koweïtien, qui n’a pas précisé le nombre de personnes arrêtées vendredi. Une enquête est en cours, a-t-il ajouté.
    Depuis la destitution en 2013 par l’armée de l’ex-président islamiste Mohamed Morsi à la faveur de manifestations populaires massives, les Frères musulmans sont interdits et sévèrement réprimés en Egypte. La confrérie est ainsi considérée comme organisation « terroriste » par Le Caire et par ses alliés, comme l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis.
    Les Frères musulmans ne sont pas interdits au Koweït.

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le 12 juillet 2019

    • Afghanistan : au moins neuf morts dans un attentat contre un mariage exécuté par un enfant kamikaze de 13 ans – Abonnés
    • Gaza : « Marche » à la frontière de Gaza. Hamas : « Nous donnerons une semaine à Israël – Abonnés
    • Grande Bretagne: Londres envoie un deuxième navire de guerre dans le Golfe – Abonnés
    • Iran: les Gardiens de la Révolution disent avoir frappé des « terroristes » au Kurdistan irakien (vidéo) – Abonnés
    • Koweït : une cellule « terroriste » liée aux Frères musulmans démantelée – Lecture libre
    • Somalie: une énorme explosion s’est produite dans un hôtel de la ville côtière de Kismayo, suivie de coups de feu – Abonnés
    • Syrie : treize civils tués dans les raids du régime sur le Nord-Ouest (vidéo) – Abonnés
    • La Turquie reçoit la première livraison de missiles S-400 russes au risque de représailles américaines (vidéo) – Abonnés
  • "Bloquez-moi ce Qatar que je ne saurais voir"

    Imprimer

    Jean René Belliard et le groupe Ptolémée a le plaisir de publier sur son blog une contritubion de Souhila Abada, une journaliste française expatriée au Qatar.

    Lire la suite