Koulongo

  • Mali: l'armée annonce la neutralisation de 48 « terroristes »

    Imprimer

    Les Forces armées maliennes (FAMa) ont annoncé, mercredi, avoir neutralisé durant la période allant du 14 au 18 juillet courant « 48 terroristes » ainsi que deux « groupes armés terroristes » dans les régions de Mopti, Ségou et Douentza, situées dans le centre du pays.

    Par voie de communiqué, le colonel Souleymane Dembelé, directeur de l'information et des relations publiques des armées a fait savoir que « Le 14 juillet vers 11h00, une patrouille d'opportunité du détachement FAMa de Mondoro, a été prise à partie par des groupes armés ».

    Selon Dembelé, le bilan de cet accrochage fait état de six terroristes neutralisés et de six pistolets-mitrailleurs récupérés.

    « Le 16 juillet dans les zones de Kolongo, Niaro et Pogo, une patrouille FAMa a neutralisé 7 terroristes et récupéré 5 motos dont 3 ont été détruites lors des combats », indique le communiqué.

    Les FAMa par la voix du colonel Dembelé ont, en outre, indiqué que « L'opération Siguida Lakana du GTIA-1 dans le secteur de Sokolo et passant par les localités de Diadian, Seguendara, Togofobali et Famabougou a fait, le 14 juillet, un bilan de deux groupes armés neutralisés, 5 motos récupérées ainsi que du matériel utilisé dans la fabrication des engins explosifs improvisés ».

    Le communiqué officiel ajoute que « Le 18 juillet, suite à un accrochage entre une patrouille FAMa et des groupes armés terroristes dans la zone de Dianweli, commune rurale de Timissa, les FAMa ont neutralisé 2 terroristes ».

    La même source a annoncé que « sur la base de renseignements sur les zones refuges des groupes armés terroristes, une frappe aérienne menée le 18 juillet à Gnawouro a permis de neutraliser 7 terroristes ».

    Le colonel Dembelé, a souligné également que « Lors d'une mission d’escorte de convoi de véhicules sur le tronçon qui relie les villes de Douentza et de Gao, les FAMa ont neutralisé 18 terroristes ainsi que 6 engins explosifs improvisés (EEI) et récupéré 18 AK-47 ».

    Le Mali a basculé dans l'insécurité depuis 2012 et malgré le déploiement de forces régionales et internationales, la situation ne s'est pas stabilisée.

  • Mali : 5 soldats maliens tués dans la zone du Macina

    Imprimer

    Cinq militaires maliens et 3 terroristes ont été tués, dimanche 12 septembre 2021, dans une embuscade contre une patrouille de l'armée malienne à Manidjè dans la commune de Kolongo (Cercle de Macina), dans la région de Ségou au centre du pays, a déclaré l'armée dans un communiqué publié dimanche sur sa page officielle.

    « Une patrouille de FAMA [Forces armées maliennes] de l'opération Maliko, Théâtre Centre Secteur 5 est tombée dans une embuscade ce dimanche aux environs de 11 h 45 dans la localité de Manidjè/Kolongo. Le bilan provisoire fait état de 5 morts côté FAMA et 3 terroristes tués », a indiqué le communiqué.

    « La patrouille a énergiquement réagi à l'embuscade tendue par un groupe armé terroriste non encore identifié », a ajouté le communiqué des forces armées maliennes, rapportant également que 5 véhicules des forces armées et de sécurité ont été réduits en cendre, ainsi que trois véhicules des assaillants.

    Affrontement entre chasseurs Donsos et djihadistes dans la région de Kidal
    Dans la région de Kidal, un affrontement entre chasseurs donsos  et djihadistes a  eu lieu dans le village de Sieni à 5 km de Niaro dans la commune de Koulongo. Deux chasseurs Donsos ont été tués et cinq autres blessés. Deux des blessés sont dans un état grave.

    3 soldats de la MINUSMA blessés dans la région de Kidal
    Dans un autre incident, Trois soldats de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) ont été blessés par l'explosion d'un engin explosif samedi 11 septembre dans la région de Kidal.

    Les embuscades et les attaques aux engins explosifs improvisés sont récurrentes, notamment dans les régions de Ségou et Mopti au centre du Mali.

    Pour rappel, le Mali a basculé dans l'insécurité depuis 2012 et malgré le déploiement de forces régionales et internationales, la situation ne s'est toujours pas stabilisée.

    Deux chauffeurs marocains tués dans une attaque à Didiéni
    Deux conducteurs marocains ont trouvé la mort et un autre a été blessé, samedi 11 septembre 2021, dans une attaque armée à Didiéni dans la région de Kayes localité située à environ 300 km de Bamako au sud du pays, a indiqué l'ambassade du Maroc à Bamako dans un communiqué.

    « Deux camionneurs marocains tués, un blessé et un quatrième chauffeur a survécu à cette attaque », explique le communiqué de l'ambassade marocaine à Bamako ajoutant que les deux corps ont été acheminés vers Bamako.

    « L’agression a eu lieu dans la commune de Didiéni, lorsque les chauffeurs marocains se dirigeaient vers la capitale malienne à bord de camions transportant des marchandises », a déclaré la même source, expliquant que les hommes armés qui les ont attaqués se cachaient derrière les arbres au bord de la route.

    Le document note que le pronostic vital du chauffeur blessé, n'est pas en danger et a été transporté vers un hôpital local pour recevoir les soins nécessaires.

    Des sources locales ont également rapporté que les assaillants étaient cagoulés, portaient des gilets pare-balles et disposaient d’appareils de communication sans fil.

    Le Maroc a demandé au Mali d'ouvrir une enquête sur l'attaque et le meurtre des deux chauffeurs de camion marocains.
    538608572.jpegOn a appris le 13 septembre 2021 que le Maroc avait transféré des unités des forces spéciales sur la zone de l’attaque contre les camionneurs marocains au Mali.
    Forces spéciales marocaines.jpeg

  • Mali : Double attaque dans le cercle de Bankass au centre du pays

    Imprimer

    Une double attaque a été menée, lundi et mardi contre la localité de Minima Kanda, dans le cercle de Bankass, au centre du Mali, ont rapporté des médias maliens et internationaux.

    "Les groupes terroristes se sont, à nouveau, signalés dans le cercle de Bankass, en attaquant, lundi dans l'après-midi, la localité de Minima Kanda, dans la commune de Koulongo", a rapporté le quotidien malien "L'Indépendant".

    Même si aucun bilan officiel n'est disponible, le média indique que "des sources locales évoquent la mort de plusieurs civils, la disparition de plusieurs autres et des dégâts matériels importants, suite à l'incendie provoqué par les assaillants".

    D'autres médias ont rapporté que la même localité de Minima Kanda a été de nouveau attaquée mardi, sans donner de précisions sur le bilan de l'attaque. Aucune partie n'a revendiqué la double attaque et aucune déclaration officielle n'a encore été enregistrée.

    Le Mali fait face depuis 2012 à une situation sécuritaire pour le moins instable, à cause des attaques menées par des groupes terroristes.

    Au départ installés dans le nord du pays, ces groupes se sont dispersés dans le sud et le centre du Mali, du fait de la pression des forces armées maliennes et étrangères.