Kouachi Cherif

  • France : Une Française rentrée de Syrie affirme que son ex-mari a commandité l'attentat de l'Hyper Cacher

    Imprimer

    Une Française rentrée de Syrie en janvier et en prison depuis a affirmé devant un juge d'instruction que son premier mari, un vétéran du jihad, était le commanditaire de l'attentat contre l'Hyper Cacher, selon des procès-verbaux d'interrogatoire révélés par Libération et consultés vendredi par l'AFP.

    Jeudi, le parquet national antiterroriste a demandé de verser ces pièces ainsi que des procès-verbaux d'autres procédures aux débats du procès des attentats de janvier 2015. Quatorze personnes sont jugées depuis mercredi pour leur soutien au trio jihadiste qui a semé la terreur du 7 au 9 janvier 2015 avant d'être tué par les forces de l'ordre: les frères Saïd et Chérif Kouachi et Amédy Coulibaly.

    Dans ces interrogatoires, Sonia M., 31 ans, mise en examen et écrouée le 28 janvier après son expulsion vers la France avec ses trois enfants, a raconté avoir épousé à son arrivée en Syrie en octobre 2014 le vétéran du jihad Abdelnasser Benyoucef, alias "Abou Moutana". Ce dernier est connu de la justice française : visé par un mandat d'arrêt international, il est soupçonné d'être l'un des donneurs d'ordre de Sid Ahmed Ghlam, qui doit être jugé à partir du 5 octobre pour l'attentat avorté de Villejuif de 2015, au cours duquel une femme, Aurélie Châtelain, avait été assassinée.

    Selon Sonia M., il occupait au sein du groupe jihadiste Etat islamique la fonction d'"émir des opérations extérieures" et s'occupait donc des "attentats à l'étranger". "Il m'a parlé de l'Hyper Cacher et de l'attentat raté car, à l'époque, c'était d'actualité concernant le projet raté" (d'attentat à Villejuif, ndlr), a raconté en mars la jeune femme devant le juge. "Il m'a dit qu'il avait aidé à ce que cela se fasse pour ces deux attentats". "Il m'a dit qu'il avait trouvé la personne qui avait commis l'attentat de l'Hyper Cacher et il en vantait les mérites et disait qu'il était sincère envers Dieu", a-t-elle réitéré lors d'un autre interrogatoire en juillet.

    Le 9 janvier, Amédy Coulibaly avait tué quatre hommes, tous juifs, lors de la prise d'otages du magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes, à Paris. La veille, il avait abattu une policière municipale à Montrouge.

    Selon Sonia M., Abdelnasser Benyoucef aurait "voulu arrêter" ensuite de s'occuper des opérations extérieures. "Il me disait que ça le fatiguait", a-t-elle expliqué. Parti à Deir ez-Zor (Syrie), près de la frontière irakienne, il serait selon ses dires devenu "émir d'une katiba (brigade, ndlr) de combattants", jusqu'en "mars 2016, où il est mort". "Il a pris une balle dans la jambe quand il est parti récupérer un homme blessé (...). Il est mort une semaine après", a détaillé la jeune femme, qui s'est remariée peu après avec un autre homme.

    Réfugiée dans le village de Baghouz avec son deuxième mari, elle s'est rendue aux forces kurdes en mars 2019 lors de la chute du dernier fief de l'EI puis a passé huit mois dans le camp d'Al Hol, avant de s'en échapper et de rejoindre la Turquie grâce à des passeurs, selon ses auditions. Elle a été expulsée dans le cadre du "protocole Cazeneuve", un accord de coopération policière entre Paris et Ankara qui permet que des jihadistes de retour de Syrie via la Turquie soient expulsés vers la France et immédiatement arrêtés à leur retour.

    Sonia M. doit être entendue comme témoin lors du procès des attentats de 2015 le 26 octobre.

    Contacté par l'AFP, son avocat, Nabil Boudi, a refusé de faire des commentaires.

  • Syrie : Le jihadiste français Oumar Diaby détenu par le groupe jihadiste Hayat Tahrir ash-Sham

    Imprimer

    Oumar Diaby.jpgLe jihadiste français Oumar Diaby (photo), alias Omar Omsen, émir du groupe Firqatul Ghuraba, a été arrêté en Syrie par le groupe Hayat Tahrir ash-Sham lié à el-Qaëda.

    Dans un communiqué authentifié lundi par plusieurs experts du jihadisme contactés par l'AFP, le groupe Firqatul Ghuraba indique que "Omar Omsen, ainsi que trois autres jihadistes français, ont été arrêtés à Atmeh après avoir répondu à la convocation d'un tribunal" du groupe Hayat Tahrir al-Sham (HTS). Le communiqué précise ne pas avoir d'explications claires quant aux motifs de cette arrestation.

    L'expert Aymenn Jawad Tamimi a confirmé à l'AFP l'authenticité du document, ajoutant avoir obtenu directement de HTS l'information sur l'arrestation des quatre hommes. A Paris, une source proche du dossier a pour sa part indiqué qu'Omsen avait bien été arrêté par le HTS, ajoutant que son sort exact restait incertain.

    Ancien délinquant franco-sénégalais devenu prêcheur notamment via internet, Diaby travaillait en 2012 dans un snack hallal à Nice (sud-est de la France) avant de rejoindre la Syrie en 2013 où il a pris la tête d'une brigade jihadiste composée de Français, pour la plupart originaires comme lui de la région niçoise. Auteur de vidéos de propagande pour recruter de nombreux Français, il s'était auto-proclamé imam. En septembre 2016, les Etats-Unis l'avaient qualifié de "terroriste international". Donné pour mort, il était réapparu dans un tournage diffusé par France 2 en 2016.

    S'il n'est pas directement soupçonné d'avoir organisé des attentats, Omar Omsen avait approuvé l'attaque contre le journal Charlie Hebdo en janvier 2015 à Paris, dont le procès s'ouvre à Paris mercredi. "Ceux qui ont insulté le prophète ont été exécutés. Il fallait faire ce que les frères Kouachi ont fait. J'aurais voulu être choisi pour faire cela", avait-il déclaré à France 2.

    "Aujourd'hui, on estime que près de 70 personnes appartiennent à sa brigade, localisée au nord-ouest de la Syrie, à la frontière avec la Turquie", estime Jean-Charles Brisard, directeur du Centre d'analyse du terrorisme (CAT), cité lundi dans le quotidien Nice-Matin. "C'est quelqu'un dont la longévité repose sur des équilibres fragiles avec des alliances de circonstances qu'il noue avec des groupes", ajoute-t-il. "Il se maintient d'une façon assez précaire, ces alliances faisant qu'il est arrêté de temps en temps au gré de dissensions internes".

    En l'occurrence, le communiqué annonçant son arrestation, annoncé dès dimanche par le journaliste de France 24 et expert du jihadisme Wassim Nasr, évoque un différent avec le Parti islamique du Turkestan (TIP), un groupe jihadiste rival dont les membres appartiennent majoritairement à la minorité musulmane ouïghoure de Chine.

  • https://www.frontlive-chrono.com - jeudi 27 décembre 2018

    Imprimer

    L’Arabie saoudite change de ministre des Affaires étrangères après l’affaire Khashoggi

     

    Etats-Unis: « Missing » Trump a été retrouvé en Irak où il a félicité les Marines à Noël.

     

    France: Le jihadiste Peter Chérif incarcéré

     

    Libye: Des tchadiens attaquent un camp des forces du maréchal Haftar dans le sud du pays

     

    Suède – Des ressortissants d’Asie centrale accusés d’avoir planifié  un attentat terroriste en Suède

     

    Syrie : La Coalition occidentale a arrêté deux femmes islamistes russes en Syrie

     

    SYRIE: Mise à jour des détails des frappes aériennes israéliennes

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

  • Pays-Bas: tentative d’assassinat de Geert Wilders, le chef du Parti de la Liberté

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais)

    Un Pakistanais de 26 ans, qui vit aux Pays-Bas, a été arrêté cette semaine par la police de La Haye. Il est soupçonné d’avoir tenté d’attenter à la vie de l’homme politique néerlandais Geert Wilders – le chef du « Parti de la liberté » d’extrême droite, le troisième parti hollandais en nombre de sièges au Parlement.
    La veille de son arrestation, le Pakistanais avait assisté à une réunion du mouvement anti-israélien BDS, qui s’était tenu, mardi 28 août sur la place du Dam, située au cœur d’Amsterdam. Il avait également enregistré une vidéo en ourdou dans laquelle il affirmait vouloir tuer Wilders pour le punir d’organiser un concours de caricatures du prophète Mahomet annoncé pour le mois de novembre prochain.
    « Je suis aux Pays-Bas, à cinq minutes à pied du Parlement et j’ai l’intention de tuer Wilders, et je le ferai, In Shah Allah. Il se moque de notre prophète .. » déclare l’islamiste sur la vidéo.
    « Aslam Taslam » (soumets toi et tu auras la paix) pour Geert Wilders
    Rappelons que Geert Wilders est l’un des critiques les plus sévères de l’islam dans le monde. Il a appelé la religion musulmane une « idéologie fasciste » et soutient fermement Israël.
    Déjà, en avril 2008, le mouvement islamiste radical pakistanais Hizb ut Tahrir, avait adressé une lettre de menace au gouvernement des Pays-Bas qu’il jugeait responsable de « l’offense faite aux musulmans » à la suite de la sortie du film Fitna produit par Geert Wilders où il mettait en cause le Coran. Depuis cette date, Geert Wilders ne peut plus se déplacer sans protection.
    Et la situation ne risque pas de se calmer. Mardi 28 août, l’athlète pakistanais Khalid Latif, joueur de cricket, avait offert sur son compte Twitter une récompense de 25 000 $ pour l’assassiner de l’homme politique néerlandais, tandis que Khadim Hussain Rzivi, chef du Parti du Pakistan islamique, menaçait de jeter une bombe atomique sur les Pays-Bas – si le concours de caricatures du prophète Mahomet se déroulait comme annoncé.
    Charlie Hebdo
    Rappelons que le 7 janvier 2015, des terroristes islamistes ont attaqué le rédacteur en chef de l’hebdomadaire satirique parisien Charlie Hebdo. À la suite de cette attaque, 12 personnes ont été tuées et 10 autres blessées. Neuf morts étaient des employés de la rédaction.
    L’attaque a été commise par les islamistes, frères Said et Cherif Kouachi et Amedi Coulibaly, qui a vengé les journalistes pour avoir publié des caricatures du prophète Mahomet. Après l’attaque de l’édition Charlie Hebdo Coulibaly a abattu un employé de la police dans la banlieue sud de Paris, puis a fait un magasin de saisie Hyper-cacher, au cours de laquelle a tué quatre autres personnes. Plus tard, trois terroristes ont été détruits.

    Attention

    Liste des articles publiés ce jeudi 30 août 2018 sur Frontlive-Chrono. Les articles suivis de "log in" sont réservés aux abonnés de Frontlive-Chrono.

    • France: un ex-professeur de maths condamné pour apologie du terrorisme – Log in
    • Irak : Attaque d’un kamikaze près de la frontière syrienne – 30 morts le 29 août 2018 – Log in
    • Pays-Bas: tentative d’assassinat de Geert Wilders, le chef du Parti de la Liberté – Lire la suite
    • Syrie : Résumé de la situation militaire – Log in
    • Yémen: La marine américaine saisit des armes dans le golfe d’Aden – Log in

     

    Pour plus d'informations, accéder au portail Frontlive-Chrono
    ou écrire à mailto:ptolemee@belliard74.com