Kochavi Aviv (chef d'état-major)

  • Gaza : Le Hamas a amassé un puissant arsenal, affirme l'armée israélienne

    Imprimer

    Le groupe islamiste Hamas, au pouvoir à Gaza, a reconstitué son arsenal depuis la guerre de 2014 avec Israël et dispose désormais d'une grande quantité de roquettes, de missiles guidés et de drones, a déclaré jeudi un haut commandant militaire israélien.

    Selon les estimations militaires israéliennes, le Hamas possède quelque 7 000 roquettes, ainsi que 300 missiles antichar et 100 missiles antiaériens, a indiqué le commandant.

    Il a également acquis des dizaines de véhicules aériens sans pilote et dispose d'une armée de quelque 30 000 militants, dont 400 commandos de marine qui ont reçu une formation et des équipements sophistiqués pour mener des opérations maritimes, a ajouté le commandant. Il a parlé sous couvert d'anonymat conformément aux directives militaires.

    Le Jihad islamique, qui agit souvent indépendamment du Hamas, dispose d'un arsenal similaire, a déclaré le commandant. Cet arsenal comprend 6000 roquettes, des dizaines de drones et de missiles antichars et antiaériens, et quelque 400 commandos de marine.

    Le Hamas a également utilisé des  tunnels d'attaque sous la frontière entre Israël et Gaza pendant la guerre de 2014. Israël a découvert et détruit une vingtaine de tunnels depuis la fin des hostilités, dont un grand tunnel en octobre dernier qui était encore en construction.

    Le commandant a déclaré qu'une barrière souterraine équipée de capteurs pour détecter les tunnels était achevée à 99% et couvrirait toute la frontière de 60 kilomètres.

    Le Hamas  a pris le contrôle de Gaza aux forces palestiniennes rivales en 2007. Depuis lors, Israël a mené trois guerres avec le Hamas et de nombreux affrontements de moindre envergure avec lui et le Jihad islamique.

    Israël a souligné les capacités militaires de plus en plus sophistiquées du Hamas pour justifier le blocus qu'il a imposé sur la bande côtière depuis que le groupe militant a pris le pouvoir. Le blocus, soutenu par l'Égypte voisine, fait payer un lourd tribut à la population du territoire de 2 millions de Palestiniens.

    La semaine dernière, la Cour pénale internationale de La Haye a jugé que son procureur en chef avait compétence pour ouvrir une enquête sur d'éventuels crimes de guerre commis par Israël et le Hamas. Si une enquête est ouverte, la procureure a déclaré qu'elle pourrait examiner les frappes militaires israéliennes à Gaza ainsi que les tirs de roquettes des militants palestiniens et l'utilisation de boucliers humains.

    Les responsables israéliens ne se sentent pas intimidés pour autant. Le lieutenant général Aviv Kochavi, chef d'état-major de l'armée, a averti dans un récent discours que dans le cas d'un nouveau conflit, Israël n'hésiterait pas à frapper durement les zones résidentielles où des roquettes sont stockées et d'où elles sont lancées. Il a déclaré que les troupes israéliennes avertiraient les civils d'évacuer leurs maisons avant de lancer de telles frappes.

  • Iran : Cyberattaque contre l'un des ports du pays

    Imprimer

    Les autorités iraniennes ont rapporté dans la soirée du 15 octobre que des pirates ont tenté entre le 12 et 13 octobre d'attaquer deux «cibles gouvernementales». Dans la matinée du 16 octobre, l'agence iranienne Tasnim a précisé que l'une des cibles de l'attaque était un port maritime (nom non précisé).

    Abu al-Qasim Sadeghi, un responsable de l'Organisation des technologies de l'information, a déclaré jeudi à la télévision d'État que plusieurs institutions gouvernementales avaient temporairement arrêté les services Internet après les cyberattaques par mesure de précaution.

    L'agence Tasnim a affirmé que les attaques, qu'il a qualifiées de "importantes et généralisées", faisaient l'objet d'une enquête.

    Téhéran dit que la cyberattaque a été repoussée. Aucune information sur les dommages causés n'a étét publiée.

    Les autorités iraniennes ne nomment pas le ou les pays qui pourraient avoir été à l'origine de ces cyberattaques.

    Rappelons que le 9 mai 2020, une cyberattaque avait été menée contre le port iranien de Shahid Rajay, situé près de Bandar Abbas, à l'entrée du détroit d'Ormuz. L'édition américaine du Washington Post avait écrit qu'Israël était derrière la cyberattaque. On a supposé que Israéliens avaient voulu venger la cyberattaque contre les infrastructures hydrauliques du pays. Les autorités israéliennes n'ont pas commenté la cyberattaque contre les ports iraniens. Mais le chef d'état-major de Tsahal, Aviv Kochavi, a déclaré qu'Israël «continuera à utiliser divers outils militaires et des méthodes uniques pour frapper l'ennemi».

  • Gaza/Israël : Le territoire israélien visé par un tir de roquette de Gaza

    Imprimer

    Vendredi 21 août, à 21h30, des sirènes d'alarme annonçant une éventuelle attaque à la roquette ont retenti à Sderot et dans plusieurs colonies à la frontière avec la bande de Gaza.

    Dix minutes plus tard, le service de presse des Forces de défense israéliennes a rapporté qu'un seul lancement de roquettes depuis la bande de Gaza avait été enregistré. Le missile a été abattu par le système de défense antimissile Iron Dome.

    Plus tôt vendredi, le ministre de la Défense Beni Gantz et le chef d'état-major des FDI, Aviv Kochavi, ont discuté de la situation dans le sud d'Israël. Il a été décidé de prendre des mesures pour mieux se préparer à une éventuelle escalade des tensions dans la région - en particulier, à un scénario dans lequel les combattants palestiniens lanceraient dans quelques jours des centaines de roquettes en direction des colonies israéliennes dans le sud du pays.