Kirkouk

  • Irak : nouvelle opération antiterroriste à Kirkouk

    Imprimer

    L'armée irakienne a indiqué avoir éliminé un "détachement entier" de militants de l'Etat islamique dans la province de Kirkouk, au nord-ouest de l'Irak, à la suite d'une tentative d'embuscade contre une patrouille du service antiterroriste. 

    Le général de division Yahya Rasool, porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes, a déclaré que des tireurs embusqués de l'unité antiterroriste avaient tué certains des militants le 7 septembre. L'armée irakienne a indiqué qu'« un certain nombre » de militants de l'État islamique avaient été tués dans l'opération, mais n'a pas précisé combien. L'opération fait suite à une attaque mortelle du groupe contre un avant-poste de la police fédérale au sud de Kirkouk, qui a entraîné la mort de 13 membres des forces de sécurité. 

    Cette attaque montre à quel point les cellules de l'organisation islamique radicale sont toujours actives en Irak, planifiant des opérations au bon moment et au bon endroit. 

    Dans les jours qui ont suivi, les forces de sécurité irakiennes ont lancé des opérations de grande envergure dans le nord du pays visant à empêcher l'Etat islamique de mener de nouvelles attaques. En une semaine seulement, une trentaine de civils et de membres des forces de sécurité auraient été tués ou blessés à la suite d'attaques de l'Etat islamique. Face à cette situation dramatique,  les autorités irakiennes ont lancé, le 6 septembre, une opération conjointe entre l'armée, la police fédérale et les Forces de mobilisation populaire (FMP), visant à poursuivre les combattants de l'État islamique dans les provinces de Diyala et Salah al-Din. 

    Kirkouk est l'une des régions incluses dans ce qu'on appelle désormais "Triangle de la mort", qui comprend également les provinces de Diyala et Salah al-Din, où les cellules de l'État islamique sont très actives. 

    Bien que le gouvernement irakien ait annoncé sa victoire sur l'État islamique le 9 décembre 2017, le pays n'est toujours pas débarrassé  de la menace terroriste. Comme l'a déclaré le Premier ministre irakien al-Kazimi le 26 janvier, le terrorisme est revenu menacer le pays, probablement dans le but de saper le chemin de la démocratie, en vue des élections prévues le 10 octobre.

    L'un des épisodes les plus violents de 2021 a eu lieu le  19 juillet, lorsque l'État islamique a mené une attaque contre un marché à Bagdad, dans la banlieue à majorité chiite de Sadr City, faisant environ 30 morts et 60 blessés, dont des femmes et des enfants.  Un responsable du commandement des opérations conjointes avait rapporté que des informations des services de renseignement avaient révélé que l'État islamique avait l'intention d'intensifier ses opérations lors de la célébration musulmane de l'Aïd al-Adha à Bagdad  comme dans d'autres régions. Selon la source, l'attaque de Sadr City n'aurait représenté que la première d'une série d'attaques "isolées" visant à déstabiliser la sécurité du pays. 

  • Irak : Un mort et 10 blessés dans une explosion à Kirkouk

    Imprimer

    Un civil irakien a été tué et 10 autres personnes, dont 3 policiers,  blessées, lundi 30 août , dans l’explosion d’un engin, dans le gouvernorat de Kirkouk, au nord de l'Irak, a rapporté une source sécuritaire locale.

    La même source a affirmé que des inconnus ont fait exploser un engin sur la route principale du village de Samaka, relevant du district de Daquq, au sud de Kirkouk, ciblant une patrouille de police et un véhicule transportant des employés municipaux.

    Ces derniers mois, la fréquence des attaques menées par des éléments présumés de Daech a augmenté, notamment dans la zone située entre Kirkouk et Salaheddin (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "triangle de la mort".

  • Irak : Une nouvelle opération contre l'Etat islamique dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée irakienne a annoncé, mardi 27 juillet 2021, le lancement d'une nouvelle opération visant à nettoyer des zones des gouvernorats de Kirkouk et de Salah al-Din dans le nord du pays des guérilleros de l'Etat islamique.

    La Cellule des médias de sécurité du ministère de la Défense a déclaré dans un communiqué : « Sous la supervision du Commandement des opérations conjointes, les forces armées à Kirkouk et dans le district de Tuz Khurmatu dans le gouvernorat de Salaheddine (nord) ont commencé une opération de sécurité pour nettoyer les zones du Triangle de Zarka à Kirkouk et les zones séparant le gouvernorat de Salaheddine. »

    Elle a ajouté que "l'opération comprend Wadi Zghitoun et ses environs, le village d'al-Raml, Wadi al-Shay et ses environs".

    Le communiqué indique que l'opération est menée avec le soutien de l'armée de l'air irakienne et de la coalition internationale, sans plus de précisions.

    Récemment, la fréquence des attaques de l'Etat islamique a augmenté, en particulier dans la zone entre Kirkouk et Salaheddine (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de « Triangle de la mort ».

    En 2017, l'Irak a déclaré la victoire sur l'Etat islamique en restaurant l'ensemble de son territoire, estimé à environ un tiers de la superficie du pays, que l'organisation a envahi à l'été 2014.

    Cependant, l'organisation terroriste maintient toujours des cellules dormantes dans de vastes régions d'Irak et lance régulièrement des attaques.

     

  • Irak : Trois chef de l'Etat islamique, trois frères, arrêtés à Kirkouk

    Imprimer

    Samedi 8 mai 2021, un communiqué de la cellule des médias de sécurité a déclaré que les détachements de l'Agence fédérale de renseignement et d'enquête avaient réussi à arrêter "trois frères terroristes". Le premier travaillait dans le domaine de la sécurité pour le soi-disant (bureau militaire). , il a également travaillé comme assistant à la sécurité, puis il a été chargé de gérer les affaires des familles des membres de l'Etat islamique.

    Le deuxième a travaillé en tant qu'administrateur pour le "Diwan al-Askari"
     et assistant administratif général pour les régions du sud-ouest de Kirkouk, puis il a été affecté au transport de denrées alimentaires dans le Wadi. al-Shay.

    Le troisième terroriste travaillait au sein du Diwan askari dans les secteurs de Daquq et Douz.

    Vendredi, le renseignement militaire avait annoncé l'arrestation d'un "terroriste alors qu'il tentait d'entrer à Kirkouk".

    Les détachements de la Division du renseignement militaire de la Huitième Division et du Régiment du renseignement de la 8e ont pu l'individu recherché par la justice en vertu d’un mandat d’arrêt conformément aux dispositions de l’article 4 du terrorisme.

    On note depuis quelque temps, une accélération du rythme des opérations menées par l'Etat islamique contre les civils, les forces de sécurité et les Peshmergas dans plusieurs régions d'Irak.

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Etat islamique en Irak, IRAK, Kirkouk 0 commentaire
  • Irak : Des membres du Front Turkmen arrêtés après avoir attaqué une patrouille de police à Kirkouk

    Imprimer

    La Cellule des médias de sécurité irakienne (SMC) a déclaré jeudi 6 mai que les forces de sécurité avaient arrêté plusieurs membres du Front turkmen irakien après qu'une patrouille de sécurité fédérale ait été attaquée mercredi à Kirkouk.

    Des vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux montrant un certain nombre de membres du parti qui ont attaqué la patrouille de police sur la route Kirkouk-Bagdad. 

    La cellule des médias de sécurité a déclaré que les forces de police protégeaient un membre du groupe contre les attaques d'autres personnes. 

    "Les ordres ont été donnés pour faire appliquer la loi et mener le processus d'arrestation des assaillants de la patrouille de sauvetage et les renvoyer devant la justice pour obtenir leur juste punition", a tweeté le chef de la cellule médiatique, Saad Man . 

    «Cela s'inscrit dans le cadre du souci de préserver le prestige des forces de sécurité et du rejet catégorique de toute violation des membres de cette institution sacrificielle qui cherche à assurer la sécurité et la stabilité, à lutter contre la criminalité et le terrorisme et à promouvoir la paix sociale». la cellule de sécurité ajoutée. 

    La sécurité à Kirkouk s'est aggravée depuis octobre 2017 lorsque les forces kurdes se sont retirées du gouvernorat et que les forces fédérales ont repris le contrôle.

    La ville de Kirkouk et ses environs sont sujets aux attaques armées et aux explosions de bombes de la part des militants de l'État islamique (Daech), en particulier dans les zones où sont apparues des vides de sécurité entre les Peshmergas (Kurdes) et les forces de l'armée fédérale. Ces  zones sont exploitées par ​les groupes armés de l'Etat islamique.

  • Irak : Les jihadistes de l'Etat islamique tuent des Peshmerga dans le nord du pays

    Imprimer

    Vendredi 30 avril 2021, les jihadistes de l'Etat islamique" ont lancé une attaque contre un poste de contrôle appartenant aux forces "peshmerga" du gouvernement régional du Kurdistan irakien dans le nord du pays.

    L'attaque de l'Etat islamique a eu lieu  dans la région d'Alton Bridge (Alton Kubre), au nord du gouvernorat de Kirkouk." A noter qu'il s'agit d'une région que se disputent le gouvernement fédéral et les Kurdes. Les combattants de l'Etat islamique (Daech) ont attaqué à l'arme légère leur position.

    Les informations dont nous disposons actuellement font état de six morts parmi les peshmergas (combattants kurdes).

     

     

  • Irak : Les jihadistes de l'Etat islamique tuent 10 soldats  à Tarmiyah, au nord de Bagdad

    Imprimer

    Les chefs d'état-major de l'armée irakienne ont rapporté que plusieurs membres des forces militaires irakiennes avaient été tués lorsqu'une bombe a explosé au passage de leur véhicule militaire dans la banlieue nord de Bagdad.

    Selon le rapport, 10 soldats ont été tués et un autre 1 blessé par cette explosion qui s'est produite à Tarmiyah, au nord de Bagdad.

    L'Etat islamique a revendiqué l'attaque, affirmant qu'il s'agissait de l'attaque d'un poste de contrôle militaire à l'intersection d'Al-Moshahda (Tarmiyah).

    Un autre attentat meurtrier a eu lieu dans le désert occidental frontalier de la Syrie. Un officier et un soldat ont été tués par l'explosion d'une bombe lors du passage d'un convoi de l'armée à Akachat.

    Enfin, dans la province de Diyala, qui borde Bagdad à l'est, un soldat est mort dans l'explosion d'une bombe, tandis que deux autres combattants ont été blessés dans une attaque séparée, selon un responsable.

    Après ces dernières attaques, le président Barham Saleh a de nouveau plaidé pour "renforcer le soutien international pour en finir avec les résidus" de l'Etat islamique. Une coalition militaire dirigée par les Etats-Unis est présente en Irak depuis 2014 pour aider à combattre l'Etat islamique, mais un vote du Parlement irakien en 2020 a demandé le départ de toutes les troupes étrangères du pays.