Khyber Pakhtunkhwa (province)

  • Le Pakistan interdit une ramification d'un groupe chiite interdit

    Imprimer

    Le gouvernement pakistanais a interdit un groupe identifié comme Khatam-ul-Ambia, une ramification d'une organisation interdite impliquée dans le terrorisme en vertu de la loi antiterroriste de 1997, selon une notification publiée par le ministère de l'Intérieur mercredi.

    L'Autorité nationale antiterroriste a ajouté le nom de Khatam-ul-Ambia à sa liste d'organisations interdites après que le ministère de l'intérieur ait publié la notification.

    La notification n'a cependant pas révélé le nom du groupe interdit dont Khatam-ul-Ambia est une émanation.

    Un fonctionnaire du ministère de l'intérieur a cependant révélé que Khatam-ul-Ambia était une ramification du groupe interdit Ansar-ul-Hussain.

    "Il est lié à l'Ansar ul Hussain proscrit par le ministère de l'Intérieur en 2016", a déclaré le fonctionnaire. L'organisation est basée à Khyber Pakhunkhwa, a ajouté le fonctionnaire.

    Ansar-ul-Hussain, Interdit en décembre 2016, est un groupe radicalisé chiite qui recruterait dans la population chiite dans le district de Kurram et dans d'autres régions de Khyber Pakhtunkhwa pour lutter contre l'Etat islamique en Syrie. L'organisation est basée à Khyber Pakhunkhwa, a ajouté le fonctionnaire.

    Interdit en décembre 2016, Ansar-ul-Hussain est un groupe sectaire qui recruterait des hommes chiites dans le district de Kurram et dans d'autres régions de Khyber Pakhtunkhwa pour lutter contre l'ISIS en Syrie.

    L'Etat islamique a perdu le contrôle de son territoire en Syrie et en Irak, mais les responsables de la lutte antiterroriste à Karachi ont déclaré que des pakistanais participaient toujours activement au conflit syrien.

    L'information avait été révélé par un homme arrêté, soupçonné d'être un recruteur de la Brigade Zainebiyoun, et qui s'était rendu en Syrie pour combattre Daech. L'homme arrêté avait déclaré aux enquêteurs, selon un responsable de la sécurité, qu'environ 250 combattants pakistanais étaient toujours actifs en Syrie.

    La brigade Zainebiyoun (People of Zainab Brigade) est un groupe de combattants pakistanais pro-iraniens. Il a été formé pour protéger le sanctuaire de Sayyidah Zainab en Syrie en 2014 ou 2015, selon ce que l'on croit.

    L'implication de pakistanais en Syrie est un secret de polichinelle. Au cours de la dernière semaine de février 2020, au moins 18 membres de la brigade Zainebiyoun ont été tués lors d'attaques des forces turques dans la province syrienne d'Idlib. Leurs prières funéraires ont eu lieu dans la ville iranienne de Qom en mars.

  • Pakistan : Cinq commandos pakistanais tués lors d'un raid contre une cache de militants islamistes

    Imprimer

    250px-Khyber_Pakhtunkhwa_in_Pakistan_(claims_hatched).svg.pngUn raid contre une cache d'activistes présumés dans le nord-ouest du Pakistan a tué cinq commandos anti-terroristes et deux activistes.
    Selon le porte-parole de la police, Imtiaz Khan, une fusillade a éclaté tôt mardi matin lorsque les commandos ont tenté d'investir une maison du district de Chilas, à 460 kilomètres au nord de Peshawar, la capitale de la province de Khyber Pakhtunkhwa, qui est limitrophe de l'Afghanistan.
    Les combats ont duré plusieurs heures, a déclaré M. Khan. Outre les deux activistes tués, une cache d'armes et d'explosifs a été découverte, a-t-il ajouté.
    On n'ignore encore à quel groupe islamiste appartiennent les activistes impliqués dans la fusillade. Les talibans pakistanais - le Tehreek-e-Taliban Pakistan ou TTP - sont actifs dans cette province.
    Le Pakistan affirme que des militants du TTP, qui est illégal, ont trouvé refuge en Afghanistan.
    Un rapport de l'ONU publié la semaine dernière indique que plus de 6 000 islamistes pakistanais se cachent en Afghanistan, la majorité d'entre eux sont membres du TTP, qui s'est également aligné sur l'Etat islamique-Khorasan, la branche afghane de Daech.
    Le rapport de l'ONU indique que le TTP et l'Etat Islamique-Khorasan représentent une menace sérieuse pour le Pakistan et l'Afghanistan.
    En 2018, le groupe a mis le feu à 14 écoles de filles dans la région ; la police a arrêté plus de 35 terroristes soupçonnés d'être impliqués dans cette attaque.