Khost

  • Afghanistan : Violents affrontements entre l'armée  et les Talibans

    Imprimer

    Province de Herat
    Des affrontements violents ont éclaté, mercredi 31 mars 2021, entre les forces afghanes (ANDSF) et des combattants Talibans dans le district de Shindand, dans la province de Herat, dans l'ouest de l'Afghanistan, rapportent des responsables locaux.

    La chaîne locale "Ariana News" a fait savoir que les Talibans ont utilisé des voitures piégées S(VBIED) pour cibler la base des forces de sécurité nationale (NDS) à Shindand. Les NDS sont les services de renseignement afghans.

    L'armée a dépêché des renforts sur place et l'armée de l'air est intervenue en soutien des forces au sol.

    Toujours dans la province de Herat, deux kamikazes ont été arrêtés par les forces de sécurité.
    2021:03:31 kamikazes arrêtés.jpeg

    Province de Balkh
    Des explosifs placés sur une charrette à Kilafr, dans le district de Balkh, ont explosé. Au moins 2 civils dont un enfant ont été tués. 14 personnes dont 11 civils et 3 membres de l'ANDSF ont été blessés.
    2021:03:31.jpeg

    Province de Khost
    Les forces de sécurité de Khost ont confirmé que des talibans avaient tiré, mardi soir 30 mars, deux roquettes sur une base américaine située dans l'ancien aérodrome de Khost, Ds maisons d'habitation ont été touchées par le tir de deux roquettes. 

    Zabihullah Mujahid, l'un des porte-parole des talibans, a déclaré que l'attaque à la roquette était une réponse à l'attaque des troupes stationnées sur la base du district de Sabri, au cours de laquelle au moins trois civils avaient été tués.
    jS6THJRK.jpeg

    Province de Logar
    Un commandant de l'armée a été tué lors d'une attaque armée à Logar.
    2021:03:31.jpeg

    Province de Sar-e-Pul
    Et dans la province de Sar-e-Pul, c'est un commandant qui a été tué par une bombe en bordure de route (IED) alors qu'il rentrait du district de Sayad au district de Sar-e-Pul, mercredi 21 mars. Un soldat de son escorte a également perdu la vie. Deux autres soldats ont été blessés. Le véhicule blindé dans lequel le commandant voyageait a été détruit. 

    L'incident a eu lieu dans la partie du cours supérieur de la piste du pêcheur. On ignore à ce moment quel groupe d'insurgés est responsable de l'attaque.

    2021:03:31.jpeg

    2021:03:31 - 2.jpegProvince de Takhar : Le chef du conseil Takhar Ulema a été tué dans l'explosion d'une voiture piégée.
    Le porte-parole de la police de Takhar, Khalil Asir, a déclaré qu'une mine terrestre (IED) avait explosé au passage de la voiture de Maulvi Samad (photo), chef du conseil de Takhar Ulema dans la ville de Taloqan, tuant Maulvi Samad et en blessant trois autres.
    2021:03:31.jpeg

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires 

    Imprimer

    Kaboul : Un membre de l'armée de l'air afghane tué à l'ouest de Kaboul
    Un membre de l'armée de l'air afghane a été tué lors d'une attaque par des inconnus armés dans le district de Paghman à l'ouest de la ville de Kaboul.

    L'incident s'est produit samedi soir dans la région de Bagh-e-Daud, dans le district de Paghman, lorsque des hommes armés ont attaqué le véhicule d'un membre de l'armée de l'air.

    Aucun groupe, y compris les talibans, n’a revendiqué la responsabilité de l’attaque.

    Dans une déclaration, la police de Kaboul a confirmé la fusillade, mais n'a pas clarifié l'identité de la victime.

    Il convient de mentionner que les assassinats ciblés et les explosions de mines sont devenus une grave préoccupation pour les habitants de Kaboul et différentes villes des provinces à travers le pays. Le gouvernement a blâmé à maintes reprises les talibans pour de telles attaques, mais le groupe a nié toute responsabilité.

    Province de Faryab : Les talibans attaquent un  avant-poste de sécurité protégeant le barrage de  Dahandara
    Des talibans ont tué deux gardes du barrage de Dahandara dans le district de Pashtun Kot, dans le nord-ouest de la province de Faryab, a déclaré l'Autorité nationale de régulation des affaires hydrauliques.

    Nizam Khpolwak, porte-parole de l'Autorité nationale de régulation des affaires de l'eau, a déclaré aux médias que les talibans avaient tué deux gardes et en blessé un autre lors de l'attaque du barrage.

    Il a ajouté que les talibans avaient déjà attaqué le barrage il y a deux mois au cours de laquelle sept membres des forces de sécurité protégeant le barrage de Dahandara avaient été tués.

    Selon certaines informations, un membre affilié des Taliban a également été tué au cours de l’escarmouche.

    Les talibans n'ont pas encore commenté l'incident.

    Estimé à 37 millions de dollars sur le budget du gouvernement, le barrage est conçu pour irriguer environ 4 000 hectares de terres agricoles et produire un mégawatt et demi d'électricité.

    Le réservoir est le cinquième plus grand du pays avec 67 mètres de hauteur et pourrait stocker plus de 25 millions de mètres carrés d'eau.
    Barrage de Dahandara.jpegProvince de Khost : Des civils tués lors d'une opération des forces de sécurité afghanes
    Des civils ont été tués lorsque les forces de sécurité afghanes ont lancé une opération contre les talibans dans l'est de la province de Khost, ont annoncé dimanche des responsables.

    Selon l'administration provinciale, l'action a été menée par les forces afghanes dans le district de Sabari après que les talibans se soient infiltrés dans la région et aient fermé la route qui relie la province de Maidan Wardak à Khost.

    Le ministère de l'Intérieur a déclaré que deux civils avaient été tués, mais les talibans ont accusé les forces de sécurité d'en avoir tué au moins 20, dont des femmes et des enfants.

    Le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a déclaré que le gouvernement afghan, soutenu par "les forces d'occupation étrangères", menait des opérations dans diverses zones du district.

    << Les informations recueillies jusqu'à présent dans la région suggèrent que 20 civils innocents, pour la plupart des femmes et des enfants, ont été assassinés chez eux ... de nombreux autres sont blessés, des dizaines de maisons, de magasins et d'étals ont été détruits et tous les objets de valeur volés aux habitants, "a-t-il déclaré dans un communiqué.

    «L'émirat islamique [taliban] condamne cette horreur de l'ennemi et le meurtre de civils dans les termes les plus forts, et le considère comme un exemple de l'oppression et du crime de l'administration de Kaboul et promet de venger le peuple opprimé par les criminels. "

    Le ministère de l'Intérieur, quant à lui, a accusé les talibans d'avoir cacher des mines terrestres à l'intérieur des maisons des habitants lors d'une opération de ratissage de l'armée.

    Syed Hamid Roshan, un porte-parole du ministère, a déclaré que les talibans avaient forcé les habitants à cacher la bombe qui avait causé la mort d'un enfant et d'une femme.

    «Les groupes antigouvernementaux ont toujours utilisé des maisons, des écoles religieuses et des mosquées comme dépôts d'armes, usines de fabrication de bombes et abris à leurs propres fins, ce qui fait des victimes civiles et les forces de sécurité afghanes sont ensuite blâmées», a-t-il déclaré.

  • Afghanistan : Nombreux incidents sécuritaires 

    Imprimer
    Kaboul
    Deux policiers tués et un autre blessé dans l'explosion d'une bombe artisanale près de l'université de Kaboul. Le ministère afghan de l'Intérieur a confirmé la nouvelle, affirmant qu'une mine magnétique avait visé une voiture appartenant au commandement de la police dans le troisième district de l'université de Kaboul vers 9 heures du matin.

    Er2O6fOXUAAbvdK.jpeg

    Province de Helmand
    Juma Gul, un agent du renseignement afghan (NDS) ia été assassiné ce matin à Lashkargah, dans la province de Helmand.

    Er2ZAC0XEAQo8ki.jpeg

    Par ailleurs, à Goryan Herat, dans la province de Helmand, une attaque d'infiltrés a eu lieu dans un avant-poste de l'Armée afghane à Kajaki. Le taliban infiltré a réussi à prendre la fuite avec quelques d'armes.. Selon les premières informations, au moins 12 policiers et militaires auraient été tués lors de cette attaque. 
    De son côté, les autorités afghanes affirment que 12 talibans ont été tués au cours de de cette attaque.

    tcTNdK_V.jpeg

    Province de Herat
    Une femme a été tuée et 11 autres personnes, dont des femmes et des enfants, ont été blessées lorsque des obus de mortier ont frappé une maison d'habitation à proximité de l'autoroute Herat-Islam Qala dans la région de Qudusabad.

    swtJEyrY.jpeg

    Province de Baghlan
    Un policier a été tué et un autre blessé par une explosion dans le ville de responsable de Pul-e-Khumri, a rapporté la police de la province.
    Er2VekBWMAMYW7K.jpegToujours dans la province de Baghlan, les Talibans ont intercepté et incendié plusieurs camions citernes transportant du pétrole (probablement destinés aux forces pro-gouvernementales) à Dushi. Selon des sources locales, certains chauffeurs auraient été portés disparus.
     
    Province de Faryab
    Pour une fois, ce sont les services de renseignement afghans (NDS) qui ont réussi à mener une "attaque d'infiltrés" contre les talibans. Ce sont généralement les Talibans qui mènent ce genre d'attaques.
    Er2w4iAXEAEhNvV.jpegUn infiltré de la NDS a tué au moins un membre des Talibans à Shirin Tagab, province de Faryab. Il a réussi à prendre la fuite.
     
    Province de Kandahar
    Le chef de la sécurité de Kandahar a déclaré que quatre kamikazes avaient été tués dans une attaque contre un atelier de réparation de véhicules de la Direction de la sécurité nationale (NDS) dans le district de Daman.

    NiM5QeVj.jpeg

    Photos de trois des quatre kamikazes :

    Er3_KLwXAAE-Yme (1).jpeg

    Er3_KMkXcAMxqku (1).jpeg

    Er3_KMAXMAMOJ3e (1).jpeg

    Province de Khost
    4 personnes ont été tuées lors d'un raid de la Force de protection de Khost (KPF), une force soutenue par la CIA. Des  sources locales affirment que les quatre personnes décédées seraient des civils. L'incident s'est produit dans la région de Spera.
     
    Province de Balkh
    Les responsables de la sécurité afghans affirment que huit frappes aériennes contre des cibles taliban dans la province de Balkh ont tué huit insurgés.

    SwY7kWZc.jpeg

  • Afghanistan : Attaque secrète présumée contre une base américaine

    Imprimer

    Aux États-Unis, des experts discutent d'une attaque présumée contre la base militaire américaine du Camp Chapman, près de la ville de Khost, qui a été tenue secrète. 
     
    Le 13 janvier, le magazine spécialisé Foreign Policy a annoncé qu'en décembre 2020, les talibans avaient lancé une attaque contre une base militaire américaine dans la province de Khost. L'agression a été considérée comme une violation de l'accord de paix américano-taliban, signé le 29 février 2020 à Doha, au Qatar. Cependant, selon Foreign Policy, les sources locales et la presse internationale n'ont pas rendu compte de l'affaire, car les talibans et l'administration du président sortant, Donald Trump, ont tenté de garder l'attaque secrète. 
     
    «Onze ans après l'une des plus grandes pertes en vies humaines de l'histoire de la CIA dans une base militaire notoire du sud-est de l'Afghanistan, le camp Chapman a de nouveau été attaqué début décembre, une violation apparemment flagrante de l'accord de paix. entre les États-Unis et les talibans », a écrit Foreign Policy. «Cependant, contrairement aux quatre attaques majeures précédentes sur Camp Chapman, une base située au nord-est de la ville de Khost, l'assaut meurtrier de décembre dernier n'a pas été signalé ni reconnu. L'attaque a coûté la vie à quatre membres de la Force de protection de Khost, ou KPF - une milice formée et équipée par la CIA qui maintient une emprise de fer sur la province - ainsi que trois soldats afghans et au moins six civils », lit-on dans l'article. 
     
    Washington et la mission dirigée par l'OTAN en Afghanistan n'ont partagé aucune information sur une telle attaque en décembre. Les journaux américains ont posé des questions à ce sujet, sans recevoir de réponses. Selon Foreign Policy, immédiatement après l'attaque, l'armée afghane et la police de Khost se sont vu refuser l'accès au camp. En outre, le ministère afghan de l'Intérieur et le Département du génie criminel de Kaboul ont déclaré qu'ils n'avaient aucune documentation sur l'incident. Il convient toutefois de noter que l'attaque a eu lieu environ six semaines avant la date limite fixée par les États-Unis pour retirer leurs troupes d'Afghanistan. Selon les analystes américains, une telle attaque aurait souligné à la fois le vide que les troupes américaines laissent derrière elles en se retirant d'Afghanistan. et les nombreuses façons dont les Taliban semblent violer les termes de leur accord de paix. Selon Foreign Policy, le "silence assourdissant" entourant l'attaque du Camp Chapman fait partie d'un "modèle de manque de transparence et d'information sur la mission américaine dans le pays, alors que Washington ferme de plus en plus les yeux sur une vague d'attentats terroristes ces derniers mois, y compris des attaques contre des bases longtemps associées aux forces américaines ».
     
    Pendant ce temps, la situation dans le pays reste complexe, étant donné que les progrès des négociations intra-afghanes sont également lents . Les négociateurs des talibans et des gouvernements afghans ont tenu 3 réunions, du 9 au 14 janvier, et ont annoncé que l’ordre du jour à discuter lors des pourparlers de paix était divisé en six catégories. Les deux parties ont confirmé que parvenir à un consensus sur l'ordre du jour prend plus de temps que prévu, mais les parties sont optimistes que la question sera résolue la semaine prochaine. Selon des sources, l'insistance des talibans à centrer les négociations sur le système politique a retardé le processus. "La demande fondamentale du peuple afghan est de restaurer une paix durable et un cessez-le-feu permanent, nous nous concentrons donc sur le cessez-le-feu ainsi que sur l'ordre du jour des pourparlers", a déclaré Sharifa Zurmati Wardak, membre de l'équipe de négociation de la République islamique d'Afghanistan. 
     
    Entre-temps, le président afghan Ashraf Ghani a de nouveau appelé les talibans à accepter un cessez-le-feu. Arrêter la guerre et l'effusion de sang et convenir d'un cessez-le-feu sont des priorités absolues, selon Ghani. Dans le même temps, certains dirigeants politiques afghans ont déclaré que la création d'un gouvernement intérimaire dans le cadre du processus de paix pourrait améliorer l'efficacité des négociations. "La plupart des politiciens pensent que la création d'un gouvernement intérimaire est une nécessité, qu'il y aura également un cessez-le-feu après la mise en place d'un gouvernement intérimaire", a déclaré Mohammad Ismail Khan, un ancien commandant moudjahidin. Le 7 janvier, Ghani a exclu la possibilité d'établir un gouvernement intérimaire. Le président a déclaré que le système politique actuel doit être protégé et que le pouvoir doit être transféré pacifiquement et légalement. Selon Ghani, le peuple afghan n'est pas favorable à la dissolution du gouvernement et à l'affaiblissement de la démocratie. Par conséquent, son principal devoir en tant que président est de transférer pacifiquement le pouvoir à son successeur, conformément à la loi.

  • Afghanistan : Sept morts, 23 blessés dans une attaque contre la police

    Imprimer

    Un attentat à la voiture piégée contre une base de la police, suivi d'une fusillade en cours, a fait au moins sept morts et 23 blessés dans l'est de l'Afghanistan, frontalier du Pakistan, a annoncé mardi le ministère de l'Intérieur.

    "Ce matin à 5H50 du matin (1H20 GMT), des terroristes ont fait sauter une voiture chargée d'explosifs près d'un complexe des forces spéciales de la police de la ville de Khost", a déclaré Tariq Arian, un porte-parole de ce ministère. "Quelques assaillants ont voulu pénétrer dans le complexe mais ils ont été arrêtés", a poursuivi M. Arian, qui a fait état de sept tués et de 23 blessés, parmi lesquels plusieurs civils. Quatre combattants ennemis ont été tués et deux sont encore en train de se battre, a-t-il poursuivi.

    Des tirs sporadiques étaient toujours audibles à Khost, selon un correspondant de l'AFP. D'après Gul Mohammad, un cadre des services de santé, des femmes et des enfants font partie des blessés.

    Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué l'attaque. Khost est le bastion du réseau Haqqani, la branche des talibans créditée des attaques les plus sanglantes et complexes, notamment d'un attentat au camion piégé contre la zone verte de Kaboul en mai 2017 qui avait fait plus de 150 morts.

    L'Afghanistan connaît une montée de la violence, alors que les talibans et le gouvernement de Kaboul ont entamé en septembre des pourparlers à Doha visant à mettre fin à des décennies de guerre, pour l'instant sans grandes avancées.

    Mi-octobre, l'émissaire américain pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, avait déclaré que les Etats-Unis étaient parvenus à une entente avec les talibans pour arriver à "une baisse significative" du nombre de morts dus à la violence persistante malgré le processus de paix. "Les attaques ont augmenté ces dernières semaines, menaçant le processus de paix", avait tweeté le diplomate, appelant "toutes les parties" à tenir leurs engagements.

    Kaboul demande depuis des années un cessez-le-feu aux talibans, que ceux-ci refusent d'envisager, craignant de perdre l'un de leurs leviers les plus importants dans le cadre de négociations.

    Vidéo de l'attaque de Khost

    Nouvelle explosion à Kaboul
    Il y a quelques instants, une explosion s'est produite près de l'aéroport de Kaboul et de la ville d'Aria. Les détails de cet incident ne sont toujours pas clairs.

    ElU0EYwX0AA6t2c.jpeg