Khogyani Attaullah

  • Afghanistan : 15 personnes tuées par l'explosion d'une voiture piégée

    Imprimer

    Quinze personnes ont été tuées et plus de 30 autres blessées par une explosion dans la province afghane de Nangarhar , rapporte Tolo News citant les autorités locales.

    Selon le porte-parole du gouverneur de la province Ataullah Khogyani, la voiture piégée a explosé dans la journée. La voiture a explosé près de l'enceinte du gouverneur dans le district de Ghanikhil.

    Hogyani a également souligné, selon la chaîne, que des militants avaient tenté de pénétrer dans la résidence du gouverneur, mais qu'ils avaient été repoussés par les forces de sécurité.

    Le conseiller provincial Obaidullah Shinwari a déclaré qu'au moins huit des personnes tuées étaient des civils.

  • Afghanistan : Des dizaines de morts dans les combats en Afghanistan alors que les négociations de paix se poursuivent

    Imprimer

    De violentes batailles ont éclaté entre les forces afghanes et les talibans, tuant des dizaines de personnes dans une région instable de l'est du pays, ont annoncé jeudi des responsables, tandis que les négociateurs des deux parties poursuivaient les pourparlers de paix au Qatar.

    Un porte-parole du gouverneur de Nangarhar, Ataullah Khogyani, a déclaré à l'AFP que des affrontements ont éclaté la nuit dans trois districts de la province de Nangarhar après que des militants talibans ont attaqué plusieurs points de contrôle des forces afghanes et des milices pro-gouvernementales.

    Il a ajouté qu'au moins 11 membres du personnel de sécurité afghans avaient été tués dans les combats dans le district de Hasarak, tandis que huit membres de la milice pro-gouvernementale avaient été tués dans la région de Khogyani.

    Khogyani a déclaré qu'une trentaine de combattants talibans avaient été tués dans les affrontements, dont certains étrangers.

    Le mouvement rebelle n'a pas encore commenté les détails des batailles.

    Les derniers combats surviennent alors que le gouvernement afghan et les talibans tiennent des pourparlers à Doha pour mettre fin au conflit de longue date.

    Le ministre afghan de la Défense par intérim, Asadullah Khalid, a blâmé les talibans pour le déclenchement des combats.

    "Il n'y a pas eu d'attaques de notre côté ... les ennemis continuent d'attaquer et de verser le sang afghan", a-t-il déclaré lors d'une cérémonie au cours de laquelle les forces américaines ont livré quatre avions "A-29 Super Tucano" à l'armée afghane.

    Samedi, les pourparlers de paix ont commencé après des mois de retard en raison d'un échange de prisonniers controversé entre les deux parties.

    Les négociations font suite à un accord entre les talibans et Washington signé en février, qui a également ouvert la voie au retrait de toutes les forces étrangères d'ici mai de l'année prochain

  • Afghanistan : Attaque d'envergure contre une prison dans l'Est - 29 morts

    Imprimer

    (Photo des assaillants)

    Dimanche 2 août, des hommes armés ont pris d'assaut une prison dans l'est de l'Afghanistan, tuant et blessant d'autres personnes. Trois bombes ont explosé à l'extérieur d'un complexe pénitentiaire dans la ville de Jalalabad, dans l'État de Nangarhar.
    Selon des sources bien informées, 29 personnes ont été tuées, 50 autres blessées et une centaine de personnes ont pris la fuite. Les forces afghanes ont réussi à arrêter la moitié d'entre elles et les ont renvoyées en prison.
    Cette attaque, dans laquelle les insurgés talibans ont nié toute responsabilité, vient briser un calme relatif à travers le pays, où aucun heurt n'avait été constaté depuis le début vendredi d'une trêve de trois jours décrétée par le gouvernement et les talibans à l'occasion des festivités musulmanes de la fête de l'Adha.
    "Cette attaque n'est pas de notre fait. Nos moudjahidines ne sont pas encore autorisés à mener des attaques", a assuré à l'AFP Zabihullah Mujahid, un porte-parole des insurgés.

    EebSbt0X0AA1sWt.jpeg

    Sohrab Qadri, membre du conseil régional de Jalalabad, a déclaré qu'une voiture piégée avait explosé et avait été suivie par l'explosion d'au moins deux petites bombes devant la prison.
    Des assaillants, déguisés en membres des forces de sécurité, étaient postés dans un marché et des localités proches de la prison. Ils sont entrés dans la prison à l'issue de violents affrontements,
    Le respect, ces dernières 72 heures, de la trêve entre talibans et autorités afghanes, la troisième pause officielle seulement dans les combats en deux décennies de conflit, laissait espérer une avancée dans le timide processus de paix récemment entamé.
    Le président Ashraf Ghani et les insurgés ont laissé entendre que des pourparlers entre gouvernement et talibans pourraient débuter après l'Adha.
    Dernières informations concernant l'attaque de Jalalabad
    Non seulement la prison, mais la base aérienne de Jalalabad est également attaquée. La base aurait reçu une dizaine de roquettes et l'attaque serait toujours en cours.
    Combats difficiles
    U commandant des forces spéciales afghanes impliquées dans l'opération indique : "Nous luttons contre un certain nombre d'agresseurs. Il fait nuit. Ils (les agresseurs) sont à l'intérieur d'un bâtiment qui se trouve dans une zone résidentielle. C'est une opération difficile."
    Des étrangers parmi les assaillants
    Des prisonniers à l'intérieur de la prison ont affirmé qu'il y a eu entre 30 et 35 agresseurs armés de fusil d'assaut AK47, et de M4. Certains des attaquants ne parlaient pas ni pachtou ni le dari, mais une langue étrangère. Les assaillants voulaient brûler la prison..." a dit le membre du PC Qaderi.
    Bilan après 18 heures de combat
    29 morts ~ 50 blessés, 8 jihadistes tués et +275 prisonniers dans la nature

    EebQMpPWAAsLKSF.jpeg
    L'Etat islamique Khorassan a revendiqué la responsabilité de l'attaque de Jalalabad

    Eejqzi2XgAAkAwJ.jpeg

    Eejqzi8X0AAPZaW.jpeg

    EefrdvhWsAABtx2.jpeg

    Une vengeance de l'Etat Islamique Khorassan/Pakistan (ISKP)
    L'attaque de Jalalabad pourrait être une vengeance de l'ISKP pour l'assassinat extrajudiciaire du chef des services de renseignement de l'Etat islamique, Assadullah Orakzai, par les services de renseignement afghans (NDS).
    Les jihadistes de l'Etat islamique-Khorassan auraient pu obtenir les plans de la prison de Jalalabad sur Twitter lorsque ces plans sont apparus en arrière plan lors de la présentation du nouveau directeur de la prison :

    Prison.jpeg