Kharboutli Mohamed Zuhair (ministre de l'électrici

  • Syrie : L'Etat islamique a fait sauter un gazoduc dans la région orientale d'al-Shaddadi

    Imprimer

    Vendredi 2 octobre, des personnes non identifiées ont fait sauter une section d'un gazoduc reliant la station de Talje à une usine dans la région d'Al-Shaddadi, dans l'est syrien.

    L'Etat islamique a revendiqué l'attaque samedi 3 octobre. L'attaque a eu lieu sur le territoire contrôlé par les "Forces Démocratiques Syriennes" (FDS) majoritairement kurdes.

    Un mois plus tôt, fin août 2020, un attentat contre un pipeline avait provoqué un black-out dans tout le pays.

    Selon SANA, l'agence officielle syrienne, le ministre de l'électricité, Zuhair Kharbotli, a déclaré que l'explosion du gazoduc s'était produite après minuit entre Adra et Al-Dhamir, dans la banlieue nord-est de Damas.

    Il a déclaré que c'était la sixième fois que le gazoduc était visé. Il a ajouté que des techniciens travaillaient pour résoudre le problème et que l'électricité devrait être rétablie dans les heures à venir.

    Le représentant spécial des Etats-Unis pour l'engagement en Syrie, James Jeffrey, a déclaré qu'il pensait qu'il s'agissait d'une attaque de l'Etat Islamique, mais qu'aucune responsabilité n'avait encore été revendiquée.

    "Il s'agit presque certainement d'une attaque de l'Etat islamique", a déclaré M. Jeffrey.

    Jeffrey a ajouté : "En Syrie, en particulier dans le désert de Badia au sud de l'Euphrate ... nous constatons une recrudescence de l'activité de l'Etat islamique"

  • Syrie : Un attentat contre un gazoduc à Damas entraîne une panne de courant en Syrie

    Imprimer

    Une explosion s'est produite sur le "gazoduc arabe" entre les districts de Dumaira et Adra, dans la province de Damas à l'aube du lundi 24 août.

    Le ministre de l'Électricité, Mohamed Zuhair Kharboutli, a déclaré que l'explosion était la sixième du genre concernant ce gazoduc dans la même zone, et qu'elle a conduit à une baisse de la pression du gaz dans la centrale de Deir Ali, perdant ainsi des quantités de gaz, ce qui s'est répercuté sur la production électrique et a entraîné une panne générale de courant en Syrie. Il a ajouté que les flammes provoquées par l'explosion avaient atteint 50 mètres de hauteur.

    À son tour, le ministre syrien du pétrole et des ressources minérales, Ali Ghanem, a déclaré que l'explosion pourrait être un acte terroriste.

    Les rapports des médias d'État syriens sont muets sur la possible implication d'Israël dans l'explosion.