Khan Younès

  • Gaza/Israël : Sirènes d'alarme pour la troisième soirée consécutive dans le sud d'Israël

    Imprimer

    Les sirènes d'alarme annonçant le tir de roquettes a retenti vers 20H40 à Sderot et dans plusieurs  kibboutzim à la frontière avec la bande de Gaza pour le 3ème jour consécutif.

    Les habitants de Sderot rapportent qu'au moins une roquette lancée depuis la bande de Gaza a été touchée par le système Iron Dome (photo ci-dessus).

    Le service de presse des Forces de défense israéliennes a confirmé qu'une roquette avait été tirée depuis Gaza. et qu'elle a été interceptée par les forces de défense aérienne de Tsahal.

    Le tir du missile est intervenu peu de temps après que le chef d'état-major de Tsahal, Aviv Kochavi, ait déclaré que si le Hamas aggravait la situation le long des frontières de Gaza, lui et la bande de Gaza « paieraient un lourd tribut ».
    E_GlotcWUAUOIJi.jpeg

    Peu de temps après la tentative de bombardement nocturne, l'armée de l'air israélienne a riposté contre les cibles du Hamas dans la bande de Gaza.

    Le service de presse de Tsahal rapporte que l'armée de l'air israélienne a attaqué un poste du Hamas à Khan Younes (sud de la bande de Gaza), la position des militants à partir de laquelle ont été tiré des roquettes sur le territoire israélien, des complexes d'entraînement des militants du Hamas, où se trouvaient des entrepôts pour le stockage et la fabrication d'armes, ainsi qu'un tunnel du Hamas.

  • Gaza/Israël : Tsahal attaque des cibles du Hamas à Gaza en réponse à un tir de missile

    Imprimer

    Un missile a été tiré de la bande de Gaza vers Israël vers 22h50 le vendredi 10 septembre, peu de temps après que l'arrestation à Nazareth de deux des six évadés palestiniens ait été connue. L'alarme a sonné sur le territoire du Conseil régional d'Eshkol. Le système de défense antimissile Iron Dome a intercepté le missile. Une femme a été blessée alors qu'elle se précipitait vers un refuge. Elle a été emmenée à l'hôpital Soroka de Beer Sheva.

    Le Hamas n'a pas assumé la responsabilité des tirs de roquettes, mais Tsahal a souligné que « le Hamas est responsable de tout ce qui se passe dans la bande de Gaza ».

    Le service de presse des Forces de défense israéliennes a rapporté qu'en réponse au tir du missile, une frappe a été lancée contre trois infrastructures du Hamas, qui contrôle le secteur.

    Un nid de mitrailleuses, un entrepôt près d'une école et d'une mosquée, et une installation de production de béton pour la construction de tunnels ont été attaqués par l'armée israélienne.

    L'agence Safa , dont le siège est à Gaza, rapporte que les avions israéliens ont attaqué une cible à l'est de Beit Hanoun (nord de la bande de Gaza) ; puis l'installation d'Al-Qastal sur la rue Salah al-Din dans la ville de Dir al-Balah (au centre de la bande de Gaza), ce qui a également endommagé des maisons voisines et provoqué un incendie ; par la suite, plusieurs roquettes ont été tirées sur le site d'Al-Quds à l'ouest de Khan Younes (dans la partie sud de la bande de Gaza).

  • Gaza/Israël : Frappes israéliennes sur Gaza après des lancers de ballons incendiaires

    Imprimer

    Israël a mené des frappes sur la bande de Gaza dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 septembre 2021 après des lancers de ballons incendiaires vers son territoire depuis l'enclave palestinienne ayant causé des feux de brousse.

    Le service de presse de Tsahal a rapporté que l'armée de l'air israélienne avait attaqué un lance-roquettes du Hamas et un complexe militaire à Khan Younis, où se trouvait une centrale à béton, qui a été utilisée pour construire des tunnels terroristes.
    Le complexe militaire était situé dans un quartier résidentiel à proximité de sites culturels et de mosquées, a indiqué le service de presse de l'armée. Il est souligné que le Hamas place délibérément ses installations militaires dans les zones de population civile de la bande de Gaza.

    L'agence Safa , basée à Gaza, rapporte que deux "cibles de la résistance" à l'ouest de Khan Younis dans la partie sud de la bande de Gaza ont été attaquées, suivies d'une cible à al-Qadisiyah. Il n'y a eu aucun rapport de personnes tuées ou blessées.
    Safa rapporte que des combattants du Hamas dans la partie nord de la bande de Gaza ont tiré des canons antiaériens sur des avions israéliens.

    Les pompiers israéliens avaient plus tôt dans la journée fait état de trois feux de brousse dans des localités israéliennes à proximité de l'enclave, causés par des ballons incendiaires.

    Ces frappes surviennent après l'évasion d'une prison israélienne de six prisonniers palestiniens, dont la plupart sont des membres du Jihad islamique, un autre groupe armé opérant à Gaza. Les forces de sécurité israéliennes ont déployé lundi des checkpoints autour de Gaza pour éviter que les fugitifs tentent d'y pénétrer, selon l'armée.

    "Le bombardement sioniste de la bande de Gaza est une tentative de l'occupation (Israël, NDLR) de dissimuler son incapacité et son échec à affronter la lutte de notre peuple, en particulier après l'opération héroïque au cours de laquelle six des combattants de notre peuple ont arraché leur liberté à la prison de Gilboa", a commenté Hazem Qassem, un porte-parole du Hamas, dans un communiqué.

    L'Etat hébreu tient le Hamas pour responsable de toutes les actions menées vers son territoire depuis l'enclave.

    L'aviation israélienne a mené plusieurs raids similaires ces dernières semaines. Les tensions persistent en outre le long de la barrière frontalière entre Gaza et Israël, où des heurts entre manifestants et armée ont fait plusieurs morts et des dizaines de blessés. 

  • Gaza/Israël : "Nuit de confusion" près de la barrière frontalière - 1 mort et 15 blessés parmi les manifestants

    Imprimer

    L'armée israélienne a ouvert le feu sur des participants aux activités de « confusion nocturne », qui se sont poursuivies pour le sixième jour consécutif près de la barrière séparant Israël de la bande de Gaza. Les tirs ont fait un mort et 15 blessés. 

    Des sources médicales palestiniennes ont déclaré qu'Ahmed Mustafa Mahmoud Saleh, 26 ans, du camp de réfugiés de Jabalba, est décédé des suites de ses blessures alors qu'il participait aux activités de "Confusion nocturne".

    Les sources ont ajouté que le manifestant a reçu une balle dans l'abdomen. Il a aussitôt été transféré à l'hôpital indonésien du camp de Jabalia, où il est décédé.

    Dans un communiqué, le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que 15 autres Palestiniens ont été blessés par les tirs de l'armée israélienne dans les zones orientales de la bande de Gaza.

    Le ministère a indiqué que parmi les blessés, 5 ont été touchés par des balles réelles, dont un grave, à l'est de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza. Les blessures des 4 autres ont été décrites comme modérées. 10 autres ont été légèrement blessés par des éclats et bombes lacrymogènes.

    Des témoins et des ambulanciers ont déclaré que des soldats et des tireurs d'élite israéliens, postés à l'intérieur de leurs positions militaires et derrière des bermes de sable à l'est de la bande de Gaza, ont ouvert le feu et tiré des grenades lacrymogènes sur des centaines de Palestiniens qui manifestaient près de la clôture à l'est de la ville de Gaza , le camp de réfugiés de Bureij dans le centre de la bande de Gaza et la ville de Jabalia dans le sud de la bande de Gaza.

    Des sources palestiniennes ont déclaré que l'armée de l'air israélienne avait tiré des grenades lacrymogènes sur les manifestants à l'est de la ville de Gaza, à l'est de Jabalia, Al-Bureij, Rafah et Khan Yunis, parallèlement aux tirs de bombes éclairantes par les chars israéliens au-dessus des mêmes endroits.

    Au cours des cinq derniers jours, les forces israéliennes ont ciblé des manifestants palestiniens qui participaient aux manifestations nocturnes  près de la bande frontalière dans l'est de la bande de Gaza, avec des bombes lacrymogènes. Des dizaines de Palestiniens ont été blessés par balles réelles, divers éclats d'obus et par suffocation.

    Les manifestations baptisées « confusion nocturne » sont des marches nocturnes organisées par des groupes de Palestiniens près de la frontière de Gaza avec Israël. Les manifestants utilisent des bombes assourdissantes et incendient des pneus, dans le but de perturber l'armée israélienne et les habitants des localités voisines de la frontière.  Ces manifestations sont organisées our protester contre le maintien du blocus.

     

     

     

  • Gaza/Israël : Israël promet une opération militaire « dure » contre Gaza à moins que la « confusion nocturne » ne s'arrête

    Imprimer

    Lundi 30 août 2021, les activités de "confusion nocturne" se sont poursuivies près de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, pour la troisième nuit consécutive. En réponse, Israël a promis de lancer une opération militaire "cruelle" contre la bande de Gaza si ces activités ne s'arrêtaient pas.

    Des dizaines d'hommes, qui se font appeler "Unité de confusion nocturne" ont manifesté près des frontières orientales de la ville de Gaza et des frontières orientales de Khan Yunes, dans le sud de la bande de Gaza avec Israël.

    Ils ont mis le feu à des pneus et lancé des grenades assourdissantes près de la barrière de séparation, mais il n'y a aucune information immédiate sur d'éventuels blessés par les balles de l'armée israélienne, positionnée le long de la frontière.

    Au cours des deux derniers jours, les forces israéliennes ont ciblé des manifestants palestiniens participant à ces manifestations nocturnes près de la bande frontalière dans l'est de la bande de Gaza, avec des bombes lacrymogènes. 29 Palestiniens ont été blessés par des tirs à balles réelles, des éclats de grenades ou intoxiqués par les gaz lacrymogènes.

    Dans le cadre de. l'opération "confusion nocturne", des groupes de Palestiniens organisent des marches nocturnes près de la frontière de Gaza avec Israël, utilisent des bombes assourdissantes et enflamment des pneus, dans le but de perturber l'armée israélienne et les habitants des colonies proches de la frontière.

    Israël promet une riposte "cruelle" si les manifestations ne cessaient pas
    Lundi, le chef d'état-major de Tsahal Aviv Kohavi a promis de lancer une opération militaire « cruelle » contre la bande de Gaza si les manifestations nocturnes ne cessaient pas près de la barrière frontalière.

    Dans des déclarations diffusées par la chaîne officielle Kan, Kohavi a déclaré que ce qu'il a appelé des « émeutes » entraînerait une riposte de l'armée israélienne ou une « opération cruelle ».

  • Gaza : Une vingtaine de blessés lors de heurts avec l'armée israélienne

    Imprimer

    Une vingtaine de Palestiniens ont été blessés, mercredi 25 août 2021, dans des affrontements avec l'armée israélienne en marge d'une manifestation rassemblant environ 3000 personnes près de la barrière frontalière séparant la bande de Gaza et l'Etat hébreu, selon des secouristes. Parmi les blessés, se trouvent un enfant blessé par le tir d'une grenade lacrymogène à la tête et une personne âgée.

    Plus tôt dans la journée, un Palestinien a succombé à des blessures provoquées cinq jours auparavant lors de heurts similaires le long de la barrière, lourdement gardée par l'armée israélienne. 

    "Environ 20 Palestiniens ont été blessés, dont certains à balles réelles tirées" par l'armée israélienne, ont indiqué des secouristes palestiniens. "Ils ont été transportés vers un hôpital de campagne à l'ouest de Khan Younès", dans le sud de la bande de Gaza.

    A l'appel de plusieurs factions de l'enclave palestinienne, dont le Hamas islamiste au pouvoir, quelque 3.000 manifestants s'étaient de nouveau rassemblés mercredi après-midi pour protester notamment contre le blocus imposé par Israël à Gaza depuis près de 15 ans. Selon des sources palestiniennes, des dizaines de militants d'une unité spéciale créée pour endommager la barrière, ont tenté de la franchir.

    L'armée a répliqué en tirant des balles en caoutchouc, des balles réelles et des grenades de gaz lacrymogène, selon une équipe de l'AFP sur place. Les dirigeants du blog Gaza Report ont rapporté que Tsahal avait employé de nouvelles tactiques pour empêcher quiconque de s'approcher de la barrière. 

    E9oGi4WWEAQcwu5.pngSamedi, une quarantaine de personnes avaient été blessées par des tirs israéliens, selon les autorités de Gaza, dont Ossama Khaled Daiah, 32 ans, qui est décédé mercredi. Une foule s'est rassemblée dans l'après-midi dans le camp de réfugiés de Jabalia (nord) dont il était originaire pour assister aux funérailles. Les forces de sécurité affirment qu'Ossama Khaled Daiah avait été observé peu de temps avant d'être neutralisé par un tir, tenant une grenade à la main. (Photo ci-contre). Il était membre des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, .

    Un membre des forces de sécurité israéliennes, touché samedi par des tirs provenant de Gaza lors des heurts, est lui toujours dans un état critique.

    "Nous ne permettrons pas à ces émeutes violentes de recommencer", avait affirmé mercredi Amnon Shefler, le porte-parole de l'armée, qui avait envoyé des renforts le long de la barrière en prévision du nouveau rassemblement.

    Mercredi 25 août, le ministre de la Défense Benny Gantz a visité le district militaire sud et a tenu une réunion pour évaluer la situation actuelle à la frontière avec la bande de Gaza. "Israël n'a aucun intérêt à Gaza, sauf que nous sommes intéressés par la paix et le retour des Israéliens détenus là-bas. Le principal obstacle à cela est le Hamas. Nous répondrons à toute tentative d'attaquer nos citoyens, nos soldats ou de créer des menaces à notre souveraineté , a-t-il déclaré à l'issue de la rencontre.

    Le chef d'état-major Aviv Kochavi, commentant la situation à Gaza, a déclaré que Tsahal envisageait la possibilité d'une autre opération militaire, peut-être dans un avenir très proche.

    De son côté, le secrétaire général du mouvement Ahrar, Khaled Abu Hilal, a publié une déclaration  : « Le message de Gaza à l'ennemi est de lever le siège ou d'exploser, et notre peuple ne peut pas être soumis au chantage et accepter les restrictions et le renforcement du siège, et nous continuerons notre lutte jusqu'à ce que le siège soit rompu."

    Pendant plus d'un an, à partir de mars 2018, des rassemblements hebdomadaires avaient eu lieu près de la barrière frontalière pour réclamer la fin du blocus et "le droit au retour" des Palestiniens poussés à l'exil lors de la création d'Israël en 1948. Environ 350 Palestiniens avaient à l'époque été tués par des tirs de soldats israéliens.

    Après les affrontements du samedi 21 août, l'Etat hébreu a mené des raids aériens contre "quatre sites de fabrication d'armes et de stockage" du Hamas. D'autres frappes, qui n'ont pas fait de victime, ont eu lieu dans la nuit de lundi à mardi, en représailles à des lancers de ballons incendiaires ayant causé des feux de brousse côté israélien.

    Critiques au sein du Hamas
    Muhammad Ghazi Hamad, le fils d'un éminent dirigeant du Hamas, a critiqué l'appel à se rassembler près de la barrière frontalière  et a déclaré dans un tweet que certains partisans de la ligne dure répétaient inlassablement les expériences ratées, faisant référence à la chute de dizaines de martyrs et des milliers de blessés dans les manifestations qui ont éclaté chaque semaine depuis deux ans. Des centaines de personnes se sont retrouvées handicapées, en particulier celles qui ont été amputées, tandis que le Hamas n'a rien obtenu de ces actions.

     

     

     

  • Gaza/Israël : L'armée de l'air israélienne attaque des cibles du Hamas à Gaza en réponse à l'envoi de ballons incendiaires sur Israël

    Imprimer

    Dans la nuit du 23 août au 24 août, l'armée de l'air israélienne a attaqué des cibles du Hamas dans la bande de Gaza. L'attaque a été menée en réponse à l'envoi de ballons incendiaires sur le territoire israélien.

    Le service de presse de Tsahal rapporte que l'armée de l'air israélienne a attaqué une installation de production d'armes à Khan Younes, un tunnel du Hamas à Jabaliya et un lance-roquettes souterrain situé à Shajaya, à côté d'une école.

    Des militants du Hamas ont tenté de tirer à la mitrailleuse sur des avions israéliens. En réponse, un tunnel du Hamas à Khan Younes, au sud du secteur, a été attaqué.

    L'agence Safa , basée à Gaza, rapporte que les avions de combat israéliens ont tiré plusieurs missiles sur une "cible de la résistance" à l'ouest de Khan Younes, et ont également attaqué des cibles dans la zone d'Al Fuhari, à l'est de Khan Younes, au sud du secteur de Gaza. En outre, des roquettes ont été tirées sur une cible à l'est de la zone de Zeitoun (photo ci-dessus), à l'est de la ville de Gaza, et sur des cibles proches d'un cimetière à l'est de Jabaliya dans la partie nord du secteur. Au même moment, l'artillerie israélienne a tiré des obus éclairants à l'est de Rafah, au sud du secteur. Safa confirme que les combattants du Hamas ont tiré sur des avions israéliens avec des « canons anti-aériens ».

    Le 23 août, au moins trois groupes d'activistes de Gaza ont annoncé leur intention de lancer des « boules de feu » en direction du territoire israélien. Les lancements de ballons munis d'engins incendiaires et d'explosifs ont provoqué, lundi 23 août, au moins cinq incendies dans les zones frontalières, en particulier sur le territoire de la mairie d'Eshkol. Le blogueur israélien "Abu Ali", qui suit les actions des organisations militantes palestiniennes, a écrit que l'envoi de ballons incendiaires était le fait des groupes "Bani al-Zuari" (associés au Hamas), "Saif al-Jihadiya" (associés à l'organisation radicale "Sword of Islam" ), "Al-Saad" (associé au "Front populaire de libération de la Palestine").

    Ces groupes responsables des lancements de ballons incendiaires se sont engagés à intensifier leurs opérations dans les prochaines heures du mardi 24 août.