Khan ash-Sheikh

  • Syrie : Tsahal attaque les forces pro-iraniennes près de Damas lors d'une réunion de commandants militants et militaires

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que l'armée israélienne avait tiré sur des cibles entre Zakia et Khan ash-Sheikh (à environ 15 km au sud-ouest de Damas et 20 km de la frontière israélienne). Vidéo.

    L'agence étatique syrienne SANA a rapporté qu'à 23h35 le 16 février, l'armée israélienne a attaqué des cibles dans la région de Zakia, au sud-ouest de Damas, avec des missiles sol-sol lancé depuis les hauteurs du Golan. Le commandement de l'armée syrienne a reconnu que l'attaque au missile israélien avait causé des dégâts, mais donné aucun détail sur d'éventuelles victimes.

    Selon des sources de l'opposition syrienne, deux objectifs des forces pro-iraniennes ont été attaqués. L'un des objectifs se trouvait à l'emplacement du soi-disant "régiment chimique" près  du quartier général de la 7e armée et dans la zone de déploiement du bataillon de défense aérienne.

    Selon l'OSDH, au moins un missile israélien a touché le quartier général de la 7e division de l'armée syrienne, au moment même où se déroulait une réunion de chefs des forces de sécurité des forces pro-iraniennes et de l'armée syrienne.

    Pour échapper aux frappes israéliennes, les instructeurs iraniens, les commandants des milices pro-iraniennes et du Hezbollah apparaissent généralement au sein des unités militaires syriennes sous la forme d'officiers de l'armée syrienne. Peine perdue ! Les services de renseignement israéliens connaissent tous les objectifs, petits et grands, y compris les entrepôts utilisés par les forces iraniennes et le Hezbollah sur territoire syrien. Les Israéliens reçoivent des informations opérationnelles à la fois d'agents en Syrie et d'agents à l'intérieur du Hezbollah, affirme l'OSDH. Selon Osama Suleiman, plus de 11 000 militants pro-iraniens opèrent dans le sud-ouest de la Syrie, de Quneitra à al-Sueida, bien que Damas ait déclaré que les forces iraniennes avaient été retirées du sud du pays.

    Il n'y a pas encore d'informations fiables sur les conséquences du bombardement. Mais l'OSDH rapporte que des ambulances ont été vues dans la région jusqu'à l'aube. Il est également à noter que quelques heures avant le bombardement, une circulation intense de véhicules avait été observée dans la zone.